AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  [CHAPITRE 2 - MJ] IL Y A TORTURE ET TORTURE...Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le Destin
administrateur

☾ arrivée en enfer : 28/11/2017
☾ missives : 235
☾ tickets : 1184
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [CHAPITRE 2 - MJ] IL Y A TORTURE ET TORTURE...   28.09.18 18:05


Il y a torture et torture.
Megara - Kali - Thèbes
☾ date : Octobre 2386
☾ lieu :Antre du bourreau
☾ ordre de participation : 1- @Megara Lancaster -
2- @Kali Aja - 3- @Thebes Ouaset => Au moins pour le premier tour.
☾ règle de RP : 200 mots minimum.
☾ responsable du RP : @Adam Hamilton


Au sein du clan Aja, il eut un avant et un après le délicat tintement d’une clochette. Avant, un calme semblant infini, tant les habitants du temple étaient perdus dans leurs dévotions. Après, tout ne fut que fureurs, peurs, cris et douleurs. Ils sont nombreux à se précipiter vers leur Déesse en implorant sa protection. Ils sont bien plus à la voir impuissante à faire ce qu’ils attendaient d’elle. Pire, pas une seule paire d’yeux ne rate la vision de Kali entravée comme une esclave et traînée au gré des rues jusqu’au repaire du bourreau. Un chemin long, semé d’immondices jetées au visage de la prétendue divinité dont la nudité éclatante fut bientôt souillée.

Et inversement, Thebes fut bien mieux traité. Non pas en raison de sa profession mais parce que son statut insignifiant ne permettait pas d’infliger une défaite psychologique à assez de monde pour que ce soit intéressant. Entravé et encadré par des gardes, lui aussi fut emmené vers l’antre de Megara. Il fut abandonné dans une cage ne lui permettant qu’une position inconfortable. Ni debout, ni assis, ni même allongé… Pas de quoi se déplier et se soulager. A droite, exactement la même mais enfermant Kali.

Megara, elle, avait été cueillie dès son réveil. Enfin… avant même qu’elle n’émerge. Quelques minutes avant, l’un des nouveaux enregistrés avait effectué ce que l’on attendait de lui : ouvrir la porte. A la faveur des ténèbres du repaire, des soldats avaient eut tôt fait de prendre possession des lieux et du bourreau de la Reine. Attachée dans une position contraignante et sollicitant sa souplesse au point d’en être douloureuse, Megara pu voir Kali nue et couverte de tout et n’importe quoi être jetée dans l’une des deux cages. Elle fut suivie par Thebes. Un duo étrange constitué d’une conseillère ayant échoué et du responsable des réserves de sang.

Ailleurs, le repaire fourmillait de bruits et de cris trahissant ce qui se déroulaient dans les autres pièces. Pour le moment, c’est un homme minuscule qui fait son entrée. Un nain aurait-on dit à une autre époque. Rendu difforme de part sa maladie humaine, l’immortalité lui avait octroyé une aura horrifique et fascinante. Il était laid mais l’on ne parvenait pas à en détacher son regard… comme en proie à une curiosité malsaine. D’un mouvement vif, il s’installa sur la table de bois, soigneusement polie et entretenue. Ses jambes courtes battirent aussitôt  une mesure que lui seul entendait.

« Bien, bien, bien… Tout cela est bien. » chantonna-t-il en contemplant le tableau qu’il avait ordonné. Son regard vairon s’immobilisa sur Megara. « Toi. » Claqua-t-il avec mépris. « La femelle qui se prétend bourreau. Prouves-moi que tu es utile. Mon Seigneur veut tout savoir. » Tout était vague et volontairement imprécis. Il laissait à Megara le loisir de deviner ce qu’elle devait apprendre. D’un claquement de doigts, il ordonna aux gardes de la détacher. Il ne la lâcha pas des yeux, la défiant d’essayer quoique ce soit contre lui.


Pour commencer : Il faut être conscient ici que ton personnage risque de se faire malmener. En acceptant de participer à ces mises en situation, tu acceptes donc que ton personnage soit atteint physiquement et/ou psychologiquement.  N'oubliez pas que vous avez accepté ces conditions.  evillaught

Sachez que vos mots et vos gestes sont scrutés. De toute manière, le nombre de gardes qui vous entoure ne laisse aucun doute à ce sujet. C'est le nain qui mène la danse.

Megara, tu sais qu'on te demande de torturer pour prouver ta valeur. Kali, c'est ton rôle de conseillère qui te vaut cette petite visite. Quant à toi, Thèbes... Ben en fait, tu sais pas vraiment. Tu gères la réserve de sang mais le reste...

Je tâcherai d'intervenir à chaque tour (donc toutes les 3 réponses). Si cela n'est pas nécessaire, je vous le dirais... ^_^ Torturez-vous bien  oups

Merci de privilégier les réponses courtes afin de dynamiser le RP.
Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à me demander par MP, ou bien si cela concerne tous les protagonistes en me/nous taguant dans le sujet flood RP.

Bonne chance.
enragé




©️️️lastroadtohell
Revenir en haut Aller en bas
Megara Lancaster
vampire type 2
☾ âge : 35 ans - 711 ans
☾ métier : Bourreau de la cité de New Abbotsford
☾ compétences : Manipulation de l'esprit - Maîtrise des armes et poisons - Torture
☾ arme fétiche : Une dague incurvée et ses poisons
☾ origines : africaines
☾ statut : veuve - célibataire


☾ avatar : Lesley-Ann Brandt
☾ couleur : Crimson red
☾ arrivée en enfer : 31/12/2017
☾ missives : 1100
☾ tickets : 904
☾ crédits : PIVETTE / Solosland (signature)


☾ liens :
SANGSUES :
- Travis Grant
- Lucrezia Darras
- Aydan E. Lovelace
- Magdalena Squibb
- Ambroise Delacroix
- Ramona Zeman
- Victoria Lupini


POCHES DE SANG :


☾ rp en cours :
Aydan E. Lovelace
Victoria Lupini

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t63-megara-lancaster-torture-is-an-art-termine#137http://lrth.forumactif.com/t64-megara-lancaster-let-me-torture-you-i-m-the-best-at-it
MessageSujet: Re: [CHAPITRE 2 - MJ] IL Y A TORTURE ET TORTURE...   30.09.18 0:22


    Le réveil est brutal, il sait pourtant que je n'aime pas ça, il sait très bien qu'il me met de mauvaise humeur lorsqu'il fait ça. L'envie de lui passer un savon passe en un éclair lorsque j'ouvre les yeux et que je découvre ce qu'il se passe. Ce n'est pas Liam mais plusieurs molosses qui me tombent dessus et me somment d'obtempérer. En une fraction de seconde je réalise qu'aucun d'eux ne fait partie de la garde, s'il y a une chose sur laquelle je suis intransigeante c'est de connaitre tout ceux qui bossent dans mon secteur. Eux. Je ne les connais pas. Ça ne sent pas bon du tout. Ça pue même pour être tout à fait honnête. Je me dis que la meilleure attitude à adopter est de les suivre, sans oublier de les fusiller du regard, acceptant leur invitation musclée, m'habillant en vitesse.

    C'est en passant la porte renforcée de la chambre que je réalise la gravité de la situation. Ils ne sont pas trop de quatre pour réussir à me maîtriser lorsque je vois Liam allongé sur le sol. Mes sens en alerte je traque le moindre signe de vie de sa part. J'ai beau hurler son nom rien ni fait. Il reste là. Immobile. Face contre terre. Je peux voir une tache carmin sur le parquet. En voyant un autre corps à quelques mètres je comprends rapidement qu'il s'est fait surprendre lui aussi, qu'il a lutté, il a tué pour essayer de les empêcher de parvenir jusqu'à moi. Vu leur nombre comment a-t-il pu penser qu'il y arriverait seul ? Je n'ai rien vu et pourtant en fermant les paupières je peux la voir défiler devant mes yeux cette scène. Je peux le voir se battre comme un lion, je l'ai entrainé il est capable de tuer à mains nues et c'est ce qu'il a fait.

    Je n'ai pas le temps de faire un pas vers lui, on m'en empêche et en quelques secondes je suis déjà dans les couloirs, j'ai beau hurler, les insulter, leur promettre les pires châtiments, ils ne bronchent pas jusqu'à ce que l'on arrive dans mon repaire. Aujourd'hui c'est moi victime, et ceux qui me connaissent savent que je n'aime pas être dans cette situation. Je me mure dans le silence une fois attachée dans une position des plus inconfortables, ils connaissent leur job, certes, mais ils ne sont pas aussi doués que moi. Je suis la plus douée, je l'ai toujours été dans mon domaine, je ne sais pas ce qu'ils cherchent mais lorsque je serai détachée je peux jurer que je ferai ce qu'il faut pour qu'on me laisse rentrer sur mes deux pieds.

    De longues minutes s'égrainent avant que la porte ne s'ouvre à nouveau, relevant le visage je vois les gardes ramener une nouvelle proie. Mon regard se fixe un instant, reconnaissant là celle que beaucoup prennent pour une déesse vivante, je ne crois pas à ces conneries, le gourou d'une secte peut-être, après tout, chacun est libre de penser et croire ce qu'il veut, qui il veut. Elle, ils ne lui ont pas laisser le temps de revêtir quoi que ce soit, à moins que les ordures ne soient les derniers vêtements à la mode et que personne ne m'en ait avertie. Je ne sais pas ce qui se trame et en ce moment j'avoue que je n'en ai rien à foutre, toutes mes pensées sont concentrées sur l'image de Liam étendu, sans vie sur le parquet de mes appartements. La porte s'ouvre une nouvelle fois, qui est le prochain invité à cette petite sauterie nocturne ? Ouaset. Ben tient, la crème de la crème, qu'est-ce que je fous ici avec ces deux-là ? Si Lucrezia était là, moi à ses côtés et ces deux-là attachés, là, j'aurais compris qu'il y avait de la punition dans l'air. Mais aucun signe de la Reine, et surtout je n'étais pas libre de mes mouvements et ça, ça commençait vraiment à me déplaire. Je ne dis rien, je ne pose aucune question aux deux autres sangsues dans leur cages, je veux savoir à qui j'ai à faire. Qui sont ces molosses qui ont prit le pouvoir, qui est le commanditaire de cette invasion nocturne ?

    Une nouvelle fois la porte s'ouvrit et le bruit de pas rapproché, me fit tourner la tête vers le nouvel arrivant. Je du réprimer un sourire lorsque le nabot se hissa sur la table ses minuscules jambes battant dans le vide. Mesdames, Monsieur, ce soir le rôle de l'inquisiteur sera tenu par l'un des sept nains de cette bonne vieille Blanche-Neige. La situation prêterait à sourire si je n'avais pas subi une perte aussi importante quelques heures plus tôt. Son regard se braqua sur moi, me sollicitant, et en quelques secondes j'étais libérée de mes entraves, relevée je fis quelques pas vers lui. Mon petit bonhomme si tu savais par quoi je suis passée au cours des siècles, ce n'est pas ces quelques moments de pseudo torture qui vont me mettre les nerfs en pelote. "Je n'ai aucune idée de qui est vôtre Maître et franchement je m'en fous, vous voulez me voir à l'œuvre ? Parfait je ne demande pas mieux ! Si vous avez fait votre job et vos recherches, vous savez qu'au cours des siècles, je n'ai jamais travaillé gratuitement, je veux bien vous montrer mes talents, mais pour cela, je veux votre parole. Je veux que personne ne touche au corps de mon esclave que vous avez buté en venant me chercher. Je veux pouvoir l'enterrer."

    Je savais très bien que je n'étais pas en position de négocier mais s'il avait vraiment fait ses recherches, si son soi-disant Maître voulait tout savoir, tout voir, il savait déjà que j'étais la plus douée, et qu'en général il était toujours mieux de m'avoir de son côté que dans ses opposants. L'idée de savoir Liam mort me tordait les tripes, mais l'imaginer à la merci de n'importe quel vampire me révulsait encore plus. Les bras croisés, je lui tourne le dos un instant, faisant face aux deux cages, reportant mon regard vers le nabot par-dessus mon épaule. "Alors ? Je suppose que c'est sur l'un d'eux que je dois vous montrer l'étendue de mes talents ? Par qui je commence ?"


+no rest for the soulless+
It's all so complicated here. I mean, caring about humans always goes wrong. Feelings suck. I am not the one who's supposed to be tortured.
Revenir en haut Aller en bas
Kali Aja
vampire type 2
A savoir : _ Kali a la particularité physique d'avoir les yeux de couleur dorée, une mutation génétique à la naissance qu'elle a hérité d'un de ses ancêtres lointain.
_ Si elle vient à être reconnue et qu'un humain la sollicite en tant que déesse, elle a le devoir de s'arrêter pour cet humain, car dès lors où on invoque son nom pour une prière, on devient son devot et elle, votre deva.
_ Rares sont ceux qui ont vu le visage de Kali...

☾ âge : 623 ans
☾ surnom : Parvati
☾ métier : Conseiller de la reine spécialisé dans la sécurité intérieure.
☾ esclaves : Avenir :
¤ Thelyos Ramsay
¤ Ruslan Hill
☾ compétences : Combattante aguerrie, son agilité et souplesse extrême lui confère une grande vitesse d'esquives et de réflexe.
☾ arme fétiche : Shamshir
☾ origines : Indienne officiellement, bien qu'elle soit originaire de Shambhala, son royaume perdu et mythique pays.
☾ statut : Epouse du dieu suprême...


☾ avatar : Shay Mitchell
☾ dispo rp : Fermée
☾ couleur : Goldenrod
☾ arrivée en enfer : 16/05/2018
☾ missives : 116
☾ doubleface : Magdalena, Ankh & Alma
☾ tickets : 425
☾ crédits : Time Lady (Avatar)


☾ rp en cours : .
- Thelyos Ramsay
- RP SURPRISE
- Lyn Hawkins

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [CHAPITRE 2 - MJ] IL Y A TORTURE ET TORTURE...   01.10.18 2:00



"IL Y A TORTURE ET TORTURE"

I'm not a Queen, I'm a Goddess... - Kali



    Le monde extérieur, quel fut mon bonheur en découvrant que les terres s'étendaient au-delà de mon royaume sous-terrain. Une terre sainte jadis, mais désormais souillée par la mort. Le monde était beaucoup plus grand encore, mais je découvris très vite l'horreur qui accompagnait ceux qui n'avaient pas l'amour d'un dieu dans leur cœur. Assombri par des désirs de conquête, de pouvoir, de contrôle. Passant par des conflits physiques à travers les guerres afin d'imposer ses idéaux. Et aux yeux de ce peuple du monde extérieur, les dieux n'étaient qu'impostures et fantaisies, fantasme de quelques illuminés. À leur yeux, je n'étais rien d'autre qu'une piètre menteuse. Pourtant, depuis ma naissance tout un peuple voit en moi une lumière qu'ils veulent suivre, protéger et idolâtrer. Et malheureux sont ceux qui pensent que c'est par pur fanatisme... Car là où haine ronge leur cœur, amour nourrit ceux de mon peuple, de mes enfants. Ce n'est pas une vampire qui se dit déesse que les devots viennent chercher, c'est plutôt le sentiment de sérénité et de sécurité qui naît avec la croyance de cette vampire divine. Oui. Je n'ai jamais cherché à imposer de foi aux autres, je n'ai fait qu'imposer l'amour que j'ai pour les autres, car finalement personne ne peut m'empêcher d'aimer qui je veux et de la manière que je le veux. 
    Encore aujourd'hui, par amour, j'ai délibéré sacrifier ma dignité pour la sécurité de mes enfants. Cela ne pouvait qu'être que ma punition pour ne pas avoir prêté davantage attention aux signes pourtant si évidente d'une futur attaque de la cité : d'abord l'enragé, suivi de l'arrivée de plusieurs vampires solitaires bien trop propre dans leurs chaussures. Je n'ai pas voulu y faire attention dans ma grande naïveté. J'étais donc en partie responsable de ce qui arrivait à cette cité et je devais en payer le prix et ce pour avoir aussi mis Shiva en danger. Mes enfants étaient prêts à rejoindre l'éternité dans la mort pour protéger le temple et moi, leur mère et déesse, pilier de leur foi inébranlable qui les différencie de ceux qui ont la haine dans leur cœur. Mais je leur avais ordonné de ne rien faire, de ne pas réagir et de se soumettre quoi qu'il arrive. Parce que plus que tout, ce à quoi je ne voulais pas assister, c'était au massacre de mes propres infants et devots. Alors, oui, pour leur assurer une dernière fois une forme de sécurité, je m'étais laissée prendre et humiliée sous les yeux impuissants des habitants du Temple. Et quand Ganesh, ma fille maudite à errer cette terre dans le corps d'un enfant, n'avait guère pu rester de marbre, possédée par la fureur... C'est moi-même, sa mère, qui brisa sa volonté en lui portant un coup au visage que je ne porterai pourtant qu'à mes ennemis, alors qu'elle s'apprêtait à sauter à la gorge de celui qui m'arracha mes vêtements. Elle perdit connaissance avant même de rencontrer brutalement le mur qui se brisa sous le choque de son corps.

    L'idée que la vie de Ganesh me soit arraché était bien plus insupportable que celle de lui asséner moi-même un coup non-mérité. Dévêtue à la suite par les soldats ennemis et sali par leur soin, je fus peu après emmenée au repaire du bourreau de la reine sans aucun doute pour y être exécutée ou interrogée. Ce fait me rassura paradoxalement, car si on m'exécutait je serais simplement libérée de mon enveloppe charnelle et je rejoindrai les déités dans l'éternité. Selon mes croyances. Et après ce que j'avais accompli dans ce bas-monde, j'accepterai ma fin sans opposer aucune résistance. Si j'étais interrogée, cela voudrait dire que l'ennemi n'avait pas obtenu l'objet de sa violente conquête et si ce n'est pas la cité, cela ne pouvait être que notre reine en personne : la seule autre entité ayant plus de valeur qu'une cité. Et donc, la reine avait par un moyen où un autre réussi à trouver une solution pour s'échapper. Mais que changerait ma présence ici, si ce n'est que pour me déposséder de ce qui m'a déjà été arraché au Temple ?
    Désormais dans une cage à peine assez grande pour détendre mes jambes, nue, je contemplais silencieusement ce qui se déroulait devant moi. L'arrivée d'un petit homme s'adressant à une Megara semblant vouloir faire de son indifférence une arme ou un bouclier psychologique face à l'ennemi. Mais au final, elle n'avait guère plus de choix que celle que j'étais dans cette cage. Cette femme avait ses raisons d'être tel qu'elle était, je ne pouvais guère lui reprocher de se forger une identité dans ce bloque de glace qui remplacerait désormais son cœur. Mais pour avoir si souvent entendu la reine parler de cette femme comme étant une amie, sa dernière phrase me laissa un moment perplexe. « Si tu veux tant offrir tes talents à l'ennemi, commence par moi... Je leur prouverai que même le pire des bourreaux ne peut avoir à la fois et le corps et l'esprit d'un serviteur dévouer à sa reine ! » Oui... Peut-être vais-je souffrir comme jamais auparavant, mais l'amour et la dévotion que je porte pour Lucrezia me rend aussi inébranlable que la foi que me porte mes enfants... Nul souffrance ne pourrait me délier la langue et à chacun son humiliation, Megara.

    Mais secrètement, je voulais surtout attirer l'attention sur moi pour ne pas qu'il ait à torturer cet autre homme dans la cage à côté de la mienne.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Thebes Ouaset
vampire type 2
☾ âge : 489
☾ métier : responsable de la protection des réserves de sang
☾ esclaves : ⊰ abel
⊰ lyn hawkins
☾ arme fétiche : poignard de toutankhamon
☾ origines : egypte
☾ statut : veuf. le coeur en sommeil qui se réveille.


☾ avatar : rami malek
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #996633
☾ arrivée en enfer : 06/03/2018
☾ missives : 166
☾ doubleface : moira hensley - ephraim lawrence
☾ tickets : 642
☾ crédits : kozmik blues.


☾ liens :
⊰ ismaël hopkins
⊰ lyn hawkins


⊰ travis grant


⊰ magdalena squibb

☾ rp en cours : - ismaël hopkins
- lyn hawkins

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t189-thebes-ouaset-with-the-lights-out-it-s-less-dangeroushttp://lrth.forumactif.com/t195-thebes-ouaset-there-s-no-one-else-to-blame
MessageSujet: Re: [CHAPITRE 2 - MJ] IL Y A TORTURE ET TORTURE...   01.10.18 22:06

Il était en train de s’habiller, aidé en cela par Dante, lorsque la clameur s’éleva. Au départ, ce n’était rien que de très habituel, tellement habituel qu’il n’y prêta pas attention, comme à ses habitudes. Il grimaça lorsqu’il du passer son bras encore profondément blessé et pas totalement guéri dans la chemise qui lui tendait son nouvel esclave. L’humain était un homme instruit et faisant preuve de respect en dépit de ses origines Sauvages. Il avait su démontrer son talent auprès de Thebes qui ne regrettait en définitive pas son choix en dépit de son âge avancé. Il le laissa refermer les boutons de sa chemise tandis que le vampire se passait la main sur le poignet, tentant d’éloigner la douleur lancinante de la morsure du vampire qui avait osé toucher Lyn quelques jours auparavant et qui avait manqué de lui causer des ennuis. Ennuis qui n’auraient cependant jamais aussi intenses que ceux qu’il aurait subis s’il avait touché à un seul cheveu de la jeune femme. Thebes était quelqu’un de possessif de manière habituelle, le grognement que subissaient ses esclaves lorsqu’ils avaient l’audace d’approcher sa chambre et les souvenirs précieux qu’elle y enfermait était suffisamment marquant pour le constater. Mais il l’était plus encore avec son entourage, ceux et celles qui tenaient une place particulière en lui pour ne pas employeur un autre mot qu’il refuserait toujours d’admettre. Le vacarme se fit cependant plus pressant. La brutalité des portes qui s’ouvrent, l’aboiement d’ordres étaient devenus bien trop proches pour les ignorer. Il échangea un regard intrigué avec Dante et lui adressa un signe de tête afin qu’il aille se renseigner alors que Thebes revêtait seul la veste, cette dernière appuyant lourdement sur sa plaie qui semblait toujours être à vif. Lorsque la porte de sa chambre s’ouvrit à la volée, il se retourna prestement, se mettant immédiatement en position d’attaque et observa les Gardes l’encercler, armes et crocs en avant. Il fronça les sourcils en reniflant. Des humains et des vampires unis. Mais non, ils n’appartenaient pas à la Cité. La manière dont ils étaient habillées, dont ils se tenaient, la lueur dans leur regard. Son regard se posa sur une silhouette avachie au sol : Dante gisait dans une mare de sang dont se repaissaient deux assaillants. Manifestement, il avait tenté de s’interposer. En vain. Un simple mouvement, aussi léger que le battement d’ailes d’un papillon mit la machine en branle. Thebes avait compris ce qu’il se passait et il était hors de question qu’il ne se laisse faire.

Il étudia les possibilités, repéra les proies les plus fragiles et attaqua. Ce n’était pas la première fois qu’il devait se retrouver en situation d’infériorité numérique mais il comptait bien sur le fait que cela ne soit pas non plus la dernière fois. Les humains furent évidemment et sans trop de difficulté les plus difficiles à abattre. Malheureusement pour lui, ce n’était pas la majorité de ses assaillants et les immortels savaient parfaitement ce qu’il faisait tant et si bien qu’il se retrouva au sol, le corps ensanglanté du sang de ses propres victimes, de ses propres assaillants mais également de ses propres blessures, ré-ouvertes ou nouvelles. En dépit de ses efforts ultimes, il ne parvint pas seul à avoir la main supérieure et n’eut d’autre choix que de laisser sa liberté être entravée par de lourdes chaînes qui le firent grimacer de douleur, les intrus prenant un malin plaisir à serrer à l’endroit de sa blessure au bras, ayant constaté la tâche sombre reportée sur son manteau. Les traits du visage tirés tant par la souffrance que par l’anxiété, il fut contraint de les suivre à travers les ruelles de la Cité dévastée, son regard mort se déposant sur les cadavres qui jonchaient les rues, des humains sur lesquels se repaissaient les vampires victorieux, des immortels dont l’odeur sanguine et pestilentielle lui donnait le haut de cœur. Nausée aggravée par la crainte, à chaque coin de rue, de tomber sur le cadavre d’Ismaël, de Lochmaddy ou de Lyn. Ces derniers occupaient ses pensées. La Reine était sans doute en sécurité, sans doute avait-elle pu fuir à temps. Il se persuadait que tel était également le cas d’Ismaël, si tel n’était pas le cas, sa sanité d’esprit encore toute relative menaçait de s’effondrer dans une nouvelle frénésie d’une violence telle que ses précédentes apparaitraient comme des amuses-bouches. Lochmaddy savait se tirer de toute situation, elle parviendrait à endormir ses assaillants de ses mots habiles à n’en pas douter. Quant à Lyn… Il ferma les yeux, revoyant le sourire satisfait d’Abel qu’il avait croisé dans les couloirs. Avec un peu de chance, elle n’avait pas subi le sort de Dante et se rapprochait davantage de celui d’Abel.

Lorsqu’il est amené dans l’antre de Megara, il ne peut s’empêcher de grommeler légèrement et plus franchement quand ses gardiens le jettent sans ménagement dans sa cage. Il atterrit évidemment sur son bras blessé, ne pouvant contenir le cri de douleur qui s’échappe de ses lèvres ensanglantées. Il se retourne violemment, le regard noir, mais ne peut rien faire d’autre que d’observer les alentours, enchaîné et privé de liberté de la plus inconfortable manière qui soit. Sans mot dire, il observe la scène surréaliste qui se déroule sous ses yeux avides. C’est bien ce qu’il avait cru comprendre. Une guerre comme il se doit, des pions avancés de manière discrète et une partie d’échecs qui tire désormais sur le mat. De manière habituelle, il n’est pas très bavard. Il ne l’est pas davantage aujourd’hui alors que son esprit est occupé à réfléchir à la situation dans laquelle il se trouve, situation qui risque de devenir bien plus compliquée dans les minutes qui suivent. Fronçant les sourcils, il observe Megara se vendre en apparence pour protéger le corps de son esclave. Puis son attention est reportée su sa voisine d’infortune qu’il a eu le temps seulement d’entrapercevoir furtivement en étant amené dans ces lieux lugubres et qu’il ne souhaitait pas revoir de sitôt. Kali, se présentant comme Déesse et siégeant au Conseil de la Reine, tente de se sacrifier pour sa Reine. Celle de Thebes également, même si elle n’est pas sa préoccupation première en cet instant précis. Non, toute son attention est portée sur le nain difforme dont les petites jambes balancent dans le vide de manière quasi hypnotique. Ce dernier mène la danse de manière tragi-comique. Il ignore ce qu’il leur veut, sans doute éprouver leur fidélité, obtenir des informations ou simplement savourer le plaisir de la douleur. Peu importe. Tant qu’il est occupé avec eux, ce nabot n’est pas occupé ailleurs. L’égyptien grommelle en tentant de trouver une position plus confortable, ou à tout le moins, moins douloureuse. Peine perdue lorsqu’il touche à nouveau sa blessure, celle-ci vrillant son corps et remontant le long de sa nuque pour l’aveugler quelques instants. Rouvrant les yeux, il fixe son regard dans celui du nain affreux. Nul besoin de dépenser de la salive : quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, rien ne changera ce qu’il se passera ici.


I like it, I'm not gonna crack. I miss you, I'm not gonna crack. I love you, I'm not gonna crack. I killed you, I'm not gonna crack.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [CHAPITRE 2 - MJ] IL Y A TORTURE ET TORTURE...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[CHAPITRE 2 - MJ] IL Y A TORTURE ET TORTURE...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: new abbotsford : la cité intérieure :: Fraser District :: Repaire du Bourreau-
Sauter vers: