AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  Maybe your warmth can save us from this coldVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Derek Wilson
la meute
☾ âge : 37 ans
☾ surnom : Nemrod
☾ métier : Dirigeant de la Meute
☾ arme fétiche : Deux grandes dagues de chasse
☾ statut : Veuf


☾ avatar : Luke Evans
☾ couleur : #9D2000
☾ arrivée en enfer : 16/05/2018
☾ missives : 229
☾ doubleface : Dimitri Voltchenkov
☾ tickets : 289
☾ crédits : Luke Evans


☾ liens : Alma
Aydan
Daria
Emma
Circé
Clancy

...

☾ rp en cours : Emma Davis
Sam
Rp commun
Daria Vasily
Event - Cérémonie funèbre
Alma Adams

Ulula mordeque acrius quam belua
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t386-derek-wilson#10097http://lrth.forumactif.com/t391-derek-wilson-ulula-mordeque-acrius-quam-belua
MessageSujet: Maybe your warmth can save us from this cold   04.09.18 22:37

    - Tu n’aurais pas du coucher avec elle.

    Le reproche avait sonné comme des éclats de sel dans une plaie ouverte. Le ton était donné. Tranchant, amer. Derek savait aussi y déceler de la jalousie.

    - Ca ne te regarde en rien, Amarok.

    La réponse jaillit, sur la même note. Chacun jaugeait l'autre d'un regard glacial. Ainsi Amarok avait-il eu vent de sa nuit avec Emma. Leur nuit. Comment ? Peut-être avait-il voulu lui parler, était-il monté et avait-il entendu quelque chose… Qui d’autre savait ? Derek ne manquait pas d’estime pour celui qui lui faisait face, bien qu’il le juge avec une férocité sans égale. Amarok ne donnait pas dans la rumeur. Et si quelqu’un d’autre avait eu vent des faits, Derek le ferait taire. Ce dernier se redressa, affirmant sa position. Il ne l’interrogerait pas sur la façon dont il l’avait appris, mais garderait main mise sur sa vie privée et ce qu’il partageait avec Emma. Son regard se fit plus dur, cherchant la confrontation. Mais Amarok plissa les yeux et se contenta de tourner les talons.

    Derek soupira, se rasseyant devant le petit feu qu’ils avaient préparé un peu plus tôt dans la journée. Le coin de forêt était calme. Face au comportement étrange d’Amarok depuis déjà plusieurs semaines, Derek avait décidé de l’entraîner à la chasse, et la révélation de son compagnon était tombée comme un couperet, prenant l’homme de court. Il comprenait mieux enfin, les raisons de son silence plus abrupt encore que d’ordinaire, et tourna la tête pour suivre des yeux la silhouette qui s’enfonçait dans les bois. Amarok aimait Emma depuis qu’il avait posé les yeux sur elle. C’était une évidence qu’il avait toujours profondément nié, et que personne ne s’était risqué à lui supposer. Pour Derek, les choses n’avaient pas été si éclatantes de vérité. Son affection pour la blonde s’était construite à mesure du temps, comme un cocon autour de sa douleur. L’abcès percé, la tendresse révélée enfin à son cœur meurtri, avait conduit l’homme à une certaine forme de paix. Il reposa les yeux sur les flammes du petit feu où finissait de rôtir un lapin. Amarok n’avait même pas mangé.

    L’homme rentra assez tôt, au cours de l’après-midi, l’esprit encore embourbé par l’attaque frontale encaissée. Les siens le saluèrent d’un petit signe ou d’un mouvement de tête, et il répondit à chacun, prenant des nouvelles. Comme prévu, Amarok n’était pas revenu au camp. Emma n’était pas non plus rentrée de chez Aloysius, et il en éprouva un pincement au cœur. Il avait envie de la voir. Un sentiment récurrent, depuis leur nuit. Mais il n’avait pas le droit de se laisser aller à de si romantiques, et futiles états d’âme. Distrait néanmoins, il ne parvint à se concentrer sur les propos d’Ethan, préoccupé par l’arrivée quasi quotidienne ces derniers temps, de sauvages étrangers dans la Bordure. Des fuites massives avaient lieu dans des villes voisines, racontait-on. Les vampires malmenaient toujours plus les mortels, mais étrangement ici, la Reine se tenait tranquille depuis quelques semaines. Il n’y avait pas eu de rafle ces derniers jours, la dernière datait d’avant la cérémonie et n’avait fait que trois victimes, aucune parmi les rangs de la Meute ; ce calme ne laissait rien présager de bon. Néanmoins, l’esprit ailleurs, il fit signe à Ethan qu’il allait se coucher quelques heures, et monta se rincer le corps avant de s’allonger.

    Le sommeil ne vint pourtant pas comme escompté. Il espérait dormir un peu pour se lever quelques heures avant l’aube, et prendre le dernier quart de garde. Mais les propos d’Amarok dansaient dans son esprit. Etait-ce vrai ? Auraient-ils du s’abstenir, tous deux ? Rien ne parvenait pourtant à faire regretter à Derek ce qu’il avait partagé avec la jeune femme. Il revoyait son visage, ses hanches, fermant les yeux à ces pensées qui intensifièrent légèrement son pouls. C’était un sentiment égoïste, mais contrairement à ses malheurs ordinaires, celui-là lui procurait une joie douce, au détriment de sa culpabilité quant au dépit d’Amarok. Cependant, une épine vicieuse écorchait le souvenir de sa nuit. La Meute comptait plus que ses sentiments, plus que ceux d’Emma. La cohésion du groupe ne devait subir aucune faille, fut-elle aussi moindre qu’une romance inattendue. Il n’avait pas le droit de manquer à ses devoirs, pas plus qu’elle ne devait être distraite par lui. D’autant qu’Amarok eut pu, peut-être, devenir un parti plus à même de lui convenir. N’avait-il pas échoué, à protéger la dernière femme qu’il avait aimé ? Il s’en voulut immédiatement d’une telle pensée, tout à fait éveillé désormais et rongé par le doute. Emma ne ressemblait en rien à son épouse. Elle était plus forte, plus indépendante, elles ne pouvaient être comparées. Il ne regrettait rien, maintenant, si ce n’est l’assurance que les choix qui les avaient menés à cette nuit partagée conduiraient, ou non, au bonheur d’Emma. L’homme prit conscience que cela lui importait d’une façon capitale, et ferma les yeux dans un soupir las, incapable de chasser de son esprit la mise en garde d’Amarok.

    Le grincement léger de sa porte le tira hors du sommeil, et il se redressa d’un geste vif, aux aguets. Sa paume déjà plaquée, dans un réflexe immédiat, sur le coutelas qu’il gardait près de son chevet, il relâcha sa prise en reconnaissant dans l’obscurité les formes du corps d’Emma. C’était la première fois, depuis leur nuit, qu’elle le rejoignait ainsi et il la contempla dans la noirceur, devinant à ses gestes et aux bruissements de tissus qu’elle quittait ses vêtements. Il lui ouvrit les draps et enlaça son corps nu, sentant son rythme cardiaque s’emballer précipitamment au contact de sa peau. Aucun d’entre eux ne dit mot, l’homme caressant avec une tendresse possessive le derme chaud de la blonde. Il faisait nuit, il n’avait pas la moindre idée de l’heure mais cela lui importait peu ; trouvant ses lèvres dans le noir, il l’embrassa doucement, alangui par la paix qu’elle savait lui inspirer. Pourtant, les paroles d’Amarok demeuraient dans son esprit, et il finit par reculer à peine. Elle dut sentir son émoi, bougeant un peu, et l’homme brisa le silence dans un murmure.

    - Amarok sait.

    Il la sentit se tendre vivement, et resserra légèrement sa prise sur ses hanches, dans un réflexe.

    - Il ne dira rien. J’ignore comment il l’a appris, mais je ne pense pas que quiconque d’autre le sache.



Join the fight : Ethan & Amarok

   
Revenir en haut Aller en bas
Emma Davis
la meute
☾ âge : 31.
☾ compétences : Chasse, soins, patience à toute épreuve.
☾ arme fétiche : Couteaux en tout genre, pour le lancer.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : Katheryn Winnick
☾ dispo rp : 3/3
☾ couleur : #cc3300
☾ arrivée en enfer : 07/06/2018
☾ missives : 393
☾ doubleface : Ambroise.
☾ tickets : 711
☾ crédits : alaska


☾ liens : - Derek
- Erik
- Daria
- Elyna
- Freya
- Aloysius


☾ rp en cours : - daria
- Feu Grégeois
- cérémonie funèbre
- aloysius
- derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Maybe your warmth can save us from this cold   09.09.18 17:03



Elle se rinçait les doigts dans une bassine d’eau, encore concentrée, malgré les pensées au sujet de la visite de Darius qui s'évertuaient à envahir son esprit. Aloysius lui avait appris à préparer plusieurs onguents, et l’avait laissée faire ensuite, surveillant simplement les doses, puis la faisant noter sur son carnet la liste des ingrédients et le mode de préparation. La voilà donc sur la fin de sa journée d’apprentissage, satisfaite d’avoir appris et fait davantage ; elle prenait plaisir à s’instruire auprès du solitaire, qui lui donnait des explications riches et intéressantes sur les plantes les plus communes, comme les plus rares, qu’elle découvrait au fur et à mesure avec son professeur improvisé. Cela lui octroyait du temps pour elle, lui permettant de se changer les idées par la même occasion ; elle confiait la surveillance des petits à Elyna, qui guettait très bien les environs habituellement, alors avec des gosses… Il suffit de les suivre au bruit : les enfants ne sont pas réputés pour être discrets.
D’ailleurs, lorsqu’elle arriva tard dans la soirée, elle croisa Wendy, chargée de son arc et l’enserra un instant contre elle, appréciant la présence de la jeune fille, lui demandant ensuite comment s’était passée sa journée. Elle écoutait sa protégée, qui lui expliqua sa partie de chasse qui s’était conclue par un échec total à cause d’un jeune de la Bordure qui avait débarqué à l’instant où elle poursuivait un jeune chevreuil. « Tu ne lui as pas décoché une flèche au moins ? » demanda Emma, passant la porte de leur maison. Wendy la suivit, et dans un sourire lui répondit « J’ai hésité. » La blonde regarda avec une affection non dissimulée la jeune femme qu’était devenue Wendy, avec une pointe de fierté. Cette gamine était revenue de loin et elle avait vu son évolution au fil des mois, des années à leurs côtés, se mêlant ensuite aux enfants recueillis sur la route. Par chance, la brune n’avait jamais été raflée ou pire ; elle tenait si fort à elle que l’idée lui retournait les tripes.

Deux marmots arrivèrent en courant près d’elle, venant chercher leur dose d’affection avant le coucher. Elle déposa de gros baisers sur leurs joues rebondies, les serrant fort contre son cœur en leur disant qu’ils lui avaient manqué aussi. Leur cœur gorgé d’amour, elle les somma ensuite d’aller se coucher, puisqu’il était déjà tard. L’un des deux avaient croisé le chemin d’une immortelle quelques nuitsauparavant, dans le plus grand des secrets. Depuis le passage de Darius, Emma posait un regard différent sur Avery qui avait retrouvé toute sa vitalité. Se jurant de ne pas se torturer davantage l’esprit, elle se persuadait d’avoir fait le bon choix. Peu importe ce que lui réserverait la nuit prochaine durant laquelle la vampire viendrait chercher son dû. Elle devait les protéger, à n’importe quel prix.
Après avoir rempli une gamelle de soupe tiède, elle fit le tour de la pièce à côté, cherchant une silhouette en particulier, mais ses yeux ne croisèrent que ceux de Freya qui aiguisait ses lames. Elle la salua, tout en lui demandant si sa journée s’était bien passée et s’il y avait des choses en particulier à savoir. Rien de spécial et la jeune femme s’apprêtait à prendre son tour de garde ; elle lui passa à côté sans plus de cérémonie. La relation un peu houleuse se maintenait entre elles deux. Emma, un peu inquiète de la relation qui la liait à Alma, se demandait si leurs rapports s’adouciraient avec le temps. Elle ne ploierait pas ; sa place était acquise depuis des années, elle n’avait pas à la revoir. Rassasiée, elle emporta son carnet avec elle et monta à sa chambre déposée ses affaires, avant d’aller emprunter la salle d’eau où elle pouvait se nettoyer et se délasser de sa journée.

Allongée dans son lit, elle n’arrivait pas à fermer l’œil, malgré la fatigue ressentie. Emma n’avait fait que croiser Derek ces derniers jours, s’entrapercevant entre leurs occupations respectives. Elle aurait aimé le voir ce soir, savoir comment il allait, échanger quelques mots, le sentir près d’elle. Elle avait envie de trouver du réconfort, et la sécurité auprès de lui, celle qu’il distillait jour après jour, depuis qu’elle avait croisé sa route. La torture de devoir lui cacher sa rencontre interdite, de pouvoir lui poser des questions sur Darius. La façon dont il l’avait rencontrée. Jamais il ne l’avait évoquée. Il lui cachait des choses, lui aussi. Tout son corps s’étira puis se recroquevilla alors qu’elle soupirait, exaspérée, angoissée. Finalement, elle quitta sa chambre pour aller boire de l’eau, sans savoir l’heure qu’il était. Probablement aux alentours de minuit ; elle était rentrée à la tombée de la nuit. Pas un bruit dans la maison ce soir, elle entendait seulement deux personnes discuter non loin de la maison. Probablement ceux qui faisaient une pause dans leur garde, ou d’autres qui revenaient de la chasse. Elle grimpa les escaliers sans bruit et au moment de bifurquer vers sa chambre, elle jeta un coup d’œil vers la montée d’escalier qui l’emmènerait jusqu’à Derek et à la sérénité qu’il pourrait lui apporter cette nuit grâce à sa présence. Appuyée contre le mur, ses yeux fixaient les marches alors que son esprit pesait le pour et le contre.

Doucement, elle abaissa la poignée, cherchant à faire le moins de bruit possible. Elle referma de la même façon derrière elle, et entendit l’homme remuer dans son lit, devinant sa silhouette relevée dans les draps, alerté par son irruption pendant son sommeil. Hésitante l’espace d’une seconde, elle quitta ses vêtements la suivante, laissant le tissu au sol avant de s’approcher du lit. Elle sentit instantanément les mains de Derek se saisir de son corps, l’attirant tout à fait à lui, et une douce chaleur s’empara d’elle. Caressant les épaules masculines, elle remonta les mains à son visage, effleurant sa mâchoire avant qu’il ne vienne l’embrasser tendrement. Tous ses sens en éveil, elle fronça néanmoins les sourcils pour elle-même lorsqu’elle le sentit s’arrêter et s’éloigner légèrement. Ne souhaitait-il pas sa présence, finalement ? La réponse vint et fut tout autre, mais l’alarma grandement. La prise qu’il avait sur elle s’affirma alors que des questions affluaient à son esprit. « Comment peux-tu être sûr qu’il sera silencieux ? » murmura-t-elle, déglutissant difficilement. Elle avait de la peine à imaginer la réaction des autres, si le mot courait à leur sujet. L’envie d’être auprès de lui à cet instant était noircie par l’inquiétude qui la gagnait petit à petit. Le bout de ses doigts caressait son dos, retraçant la musculature. « Il te l’a dit ? » Amarok avait toujours été assez distant avec elle, bien que correct contrairement à son attitude envers d’autres. Son caractère solitaire l’emportait sur le reste pour se faire un avis précis, mais il avait toujours été proche de la Meute depuis sa rencontre avec Derek, en faisant partie sans s’attacher davantage aux membres qui étaient là. Lorsque Derek avait disparu, Amarok et Ethan appuyaient les décisions de la jeune femme sans vergogne. Elle en avait été agréablement surprise. « Je n’aurais pas dû venir… » déplora-t-elle, prenant pleinement conscience de la situation délicate dans laquelle elle les plongeait en revenant dans ce lit. Elle s’agitait un peu entre ses bras, résistant à l’envie d’y rester, de le sentir contre elle. « Et si quelqu’un d’autre l’apprend ? Et parle ? » questionna-t-elle, inquiète. Elle pouvait deviner son regard posé sur elle, la quiétude de ses iris, avec tout l’aplomb qui lui correspondait si bien. Elle le connaissait par cœur à présent. Ses expressions et ses mimiques lui étaient si familières ; elle les aimait tant. Alors elle ne résista pas à l’envie et goûta une nouvelle fois à ses lèvres dans un lent baiser, savourant la douceur du moment, se rassurant tout contre lui. Elle se recula à peine, embrassant sa joue : « Qu’est-ce qu’on doit faire ? » Elle craignait qu’il ne la renvoie dans sa chambre, qu’il réclame un retour à la normale pour la sûreté de la Meute. Son cœur serait meurtri, mais elle pouvait comprendre son choix, elle le respecterait.
Revenir en haut Aller en bas
Derek Wilson
la meute
☾ âge : 37 ans
☾ surnom : Nemrod
☾ métier : Dirigeant de la Meute
☾ arme fétiche : Deux grandes dagues de chasse
☾ statut : Veuf


☾ avatar : Luke Evans
☾ couleur : #9D2000
☾ arrivée en enfer : 16/05/2018
☾ missives : 229
☾ doubleface : Dimitri Voltchenkov
☾ tickets : 289
☾ crédits : Luke Evans


☾ liens : Alma
Aydan
Daria
Emma
Circé
Clancy

...

☾ rp en cours : Emma Davis
Sam
Rp commun
Daria Vasily
Event - Cérémonie funèbre
Alma Adams

Ulula mordeque acrius quam belua
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t386-derek-wilson#10097http://lrth.forumactif.com/t391-derek-wilson-ulula-mordeque-acrius-quam-belua
MessageSujet: Re: Maybe your warmth can save us from this cold   07.10.18 18:45

    Il était tard, déjà, et la nuit était avancée ; rien ne venait troubler le calme aux fenêtres. Tout au dehors devait ployer sous le poids de la noirceur qui noyait le monde dans les ténèbres, couchant collines et montagnes, les confondant avec le ciel nu d’étoiles. Comme une grande bête à l’affût, elle dévorait les reliefs, balayant les prestiges somptueux d’horizons qui se dérobaient devant elle, jusqu’à mourir enfin à l’esquisse du levant, chassée par la lumière. Mais maintenant, son heure croissait à peine et l’humanité se réfugiait dans le sommeil ou face aux flammes, tentant de se soustraire à son règne. Mais pas Derek. Le fauve indompté, devenu un allié pendant des semaines, des mois, puis des années, courrait sous l’ombre de ses paupières, son cœur en harmonie avec les pulsations sourdes d’une obscurité vivante et pleine de secrets. Il préférait à l’exaltation du jour la pâleur d’une lune confidentielle, repoussant l’intensité des couleurs pour de subtiles nuances d’ombres et d’argent. Mais le trouble causé par Emma l’arrachait doucement aux brumes ; comme son deuil, il abandonnait lentement les remords et les chagrins les plus opaques pour se laisser tirer vers la lumière d’un grand soleil. Soudain, il percevait comme au travers d’un voile la beauté d’un monde qu’il avait depuis longtemps condamné à l’oubli ; ses sens, autrefois réduits à la pure survivance se voyaient révélés à la douceur d’une aube charnelle, s’embrasant sous le feu d’orbes claires à la couleur de l’eau. Comment s’en détourner ? Il était bien tard ; Derek se laisserait brûler par cette lumière, il le savait. Jusqu’à ce qu’elle ne laisse de lui que des cendres.

    La chaleur de sa peau lui procurait mille désirs inavouables qu’il contrôlait à peine, bercé par le parfum des cheveux d’or qui lui chatouillaient le visage. Mais tempérer son humeur en la gardant éloignée de ses secrets ne faisait pas partie de leur relation, aussi lui dit-il ce qu’il avait appris au cours de la journée. Comme prévu, elle s’agita, et il ne put que la retenir, sans prendre peine de cacher comme il la voulait auprès de lui. Il était inutile de nier. L’homme ne répondit pas immédiatement à sa question, l’esprit songeur ; qu’Amarok sache pour leur relation devenait bien moins gênant soudain, alors qu’il la tenait contre sa chair. Le monde, hors de cette chambre lui importait à vrai dire bien peu, en l’instant, et il glissa ses mains sur les reins de la blonde avec une possessivité à peine mesurée.

    - Reste.

    Il ne pouvait lui mentir, lui promettre que personne ne saurait. Amarok demeurait un homme fiable, mais un détail surtout lui garantissait que pas un mot à leur sujet n’échapperait à ses lèvres ; il aimait Emma. Derek le savait depuis longtemps. Et malgré sa désapprobation, la jalousie et le chagrin qu’une telle découverte avait dû entrainer, Amarok ne semblait pas être homme à s’en venger. Une pointe de regret piqua le cœur du chef de Meute, un seul instant, avant que la chaleur du corps de son amante ne l’attire à nouveau dans d’autres abîmes bien plus doux. Détaillant dans l’obscurité les traits de son visage, les yeux accoutumés à la noirceur devinaient l’expression d’inquiétude sur le faciès pâle. Le baiser qu’elle lui offrit acheva d’anéantir toute détermination, et il y répondit en l’entourant de ses bras, comme pour l’y garder toute entière.

    - Je ne peux guère te chasser. Cela me tuerait.

    Il esquissa un sourire en parlant, qu’elle put entendre plus que voir alors qu’il plongeait une main dans son épaisse chevelure.

    - Amarok ne parlera pas. Il… Ne souhaiterait pas mettre à mal la Meute.

    Il se garda pourtant de lui dire ce que l’homme ressentait pour elle, et ferma un instant les yeux, sachant le coup bas. Que craignait-il ? Amarok était un homme droit, et fort, et Emma une femme libre. Ce qui les liait, elle et lui, au-delà de l’amitié semblait pour le moment limité aux corps, et bien qu’il ait été plus facile que les choses restent ainsi, il ne pouvait nier que son cœur s’était abandonné à la douceur d’Emma. Il chercha encore ses lèvres, affamé d’elle, pris dans l’étau d’un désir insurmontable ; et la retournant doucement sur le lit, l’homme prit place au-dessus d’elle pour joindre encore sa langue à la sienne, baiser son cou, sa gorge, le creux de ses seins. Langueur qui le prenait, mais il retenait l’allure de son effervescence, remontant sagement à sa bouche. L’aube demeurait encore éloignée, et il sentait son amante incertaine.

    - Mentir aux autres ne me plaît guère, mais notre rapprochement pourrait nuire au groupe. Certains penseraient que nous nous affaiblissons.

    Il marqua un instant de silence, l’esprit éparpillé peinant à se recentrer tandis qu’il goûtait encore à la tiédeur de la peau nue. Survivre dans un tel environnement nécessitait d’apparaître puissant. L’amour était une facilité, une erreur à laquelle ils n’avaient aucun droit. Emma demeurait un soutien fort pour son autorité, parce qu’elle était inaccessible, dénuée de ces romantismes dont les arriérés couvaient les femmes. Derek craignait de la faire apparaître soudain dans le rôle d’une amante. Le jeu était dangereux, d’autant plus qu’elle deviendrait soudain, aux yeux de tous, son point faible.

    Il s’était tendu, soupirant à peine, baisant doucement les lèvres charnues de la jeune femme. Sa voix se fit douce. Les regrets n’avaient pas de place dans son esprit, malgré les risques, et il fallait qu’elle le sache.

    - Il est trop tard pour revenir en arrière. Je ne peux pas te laisser partir, Emma. Plus maintenant.


Join the fight : Ethan & Amarok

   
Revenir en haut Aller en bas
Emma Davis
la meute
☾ âge : 31.
☾ compétences : Chasse, soins, patience à toute épreuve.
☾ arme fétiche : Couteaux en tout genre, pour le lancer.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : Katheryn Winnick
☾ dispo rp : 3/3
☾ couleur : #cc3300
☾ arrivée en enfer : 07/06/2018
☾ missives : 393
☾ doubleface : Ambroise.
☾ tickets : 711
☾ crédits : alaska


☾ liens : - Derek
- Erik
- Daria
- Elyna
- Freya
- Aloysius


☾ rp en cours : - daria
- Feu Grégeois
- cérémonie funèbre
- aloysius
- derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Maybe your warmth can save us from this cold   13.10.18 10:37



Devait-elle regretter de s’être laissée guider par ses envies, en grimpant les quelques marches et retrouvant Derek au milieu de la nuit ? C’est la réflexion qui traversa son esprit lorsqu’il lui avouait avoir appris qu’Amarok savait que quelque chose s’était passé entre eux. L’idée qu’il ait pu entendre quoique ce soit lors de la nuit qu’ils avaient passée ensemble la pétrifiait de honte. Elle n’avait pas imaginé cela possible, n’ayant gardé en tête que le moment qu’ils avaient vécu tous les deux, et les douces sensations que cela avait réveillé, tout comme le regard qu’elle posait sur lui qui avait changé. Emma s’était toujours rangée derrière le deuil de son ami, accueillant avec une neutralité remarquable les humeurs de ce dernier, qu’elles aient été bonnes ou mauvaises, selon les jours, selon les pensées qui le hantaient. Elle acceptait car elle savait qu’il s’était débattu de longues années avec de tristes souvenirs, et qu’elle pouvait certainement être la seule à comprendre, sans ressentir le besoin de poser des questions, de juger. Mais depuis plusieurs semaines, les rapports avaient changé. Le rapprochement s’était opéré, laissant les corps s’exprimer à leur place. Elle n’avait ressenti aucun regret, mais avait dû prendre sur elle pour retrouver la stabilité dans son attitude, en sa présence et à ses côtés. La jeune femme savait qu’elle ne pouvait pas se permettre de s’octroyer quelques rêveries. De plus, ils n’en avaient jamais reparlé, continuant à mener la Meute, lui en tant que leader, et elle, son appui.
Alors, si Amarok le savait…

Derek lui demanda de rester, et elle cessa de se débattre légèrement, se laissant attirer par le gouffre de ses bras. L’invitation était trop tentante, même pour son esprit inquiet. La tendresse, les gestes d’affection n’avaient pas leur place dans le quotidien. La moindre caresse devenait nectar à ses yeux, appréciant la chaleur d’un corps contre le sien. Elle retrouva ses lèvres et il sembla s’y perdre un instant, l’emmenant avec lui dans un espace hors du temps. Emma savourait son étreinte rassurante, au creux de laquelle elle se sentait entière, et trouvait sa place en tant que femme. Ses mots, teintés d’un ton qui était rare d’entendre, la firent sourire, presque rire, alors qu’elle contemplait les traits de son amant qui se découpaient dans la pénombre. « Je suis certaine qu’il en faudrait plus pour t’abattre. » Comme elle aurait aimé lui dire qu’il lui avait manqué. Qu’elle avait besoin de lui, ce soir, plus que jamais. La peur lui nouait le ventre, à l’idée de devoir lui révéler sa rencontre secrète, et encore plus en attendant la prochaine que lui avait promis l’immortelle. Mais elle se tut, fermant les yeux à sa caresse, l’écoutant la rassurer au sujet de celui qui avait découvert leur secret. « Je te crois. » lui glissa-t-elle simplement, ses paroles apaisant un instant son esprit torturé. Doucement plaquée au lit, elle se laissa faire, alors que Derek l’embrassait encore, affolant le palpitant de la jeune femme qui sentait grandir en elle un désir sans limite à son égard. Au contact de ses baisers qui glissaient sur sa peau nue, son cou, son buste, les paupières se fermaient, les lèvres tenues pincées pour étouffer une respiration devenue plus forte. Les mains parcouraient le dos, les épaules, les cheveux, sans pour autant l’attirer ou l’écarter, elle l’accompagnait simplement dans ses mouvements. Il remonta ensuite à son visage, alors qu’elle laissait échapper un léger soupir, retrouvant ce regard qui arrivait à briller dans la pénombre.

Les sourcils légèrement froncés, elle l’écoutait, caressant encore ses cheveux, ses doigts descendant sur sa joue. L’alpha de la Meute n’avait qu’à parler, et elle exécuterait. S’il fallait qu’elle se rhabille et quitte la chambre, Emma le ferait, à contrecœur certes, mais elle obéirait. Préférant garder le silence, car n’osant poser les questions qui donneraient des réponses douloureuses, elle s’enfonça davantage dans le lit, profitant de sa tiédeur. « Je comprends. J’appliquerai ce que tu décideras. » lui murmura-t-elle finalement, lui laissant savoir que sa fidélité au sein de la Meute était infinie, et que, comme il l’exigeait, la Meute primait sur le reste. Il l’embrassa encore, gonflant l’incompréhension chez la jeune femme, qui s’attendait à le voir s’éloigner.

L’émotion la gagna, son cœur se serrant sous les paroles de Derek. Elle avait du mal à saisir la teneur de son raisonnement, mais cela ne lui importait pas vraiment à cet instant. Un fin sourire étira ses lèvres, ce n’était pas de la satisfaction, mais un sentiment heureux qui naissait en elle, et la tendresse infinie qu’elle lui portait qui se dévoilait ainsi. « Alors je reste. Je ne vais nulle part. » D’un geste doux, elle l’attira à elle, rendant son baiser avec une envie mal dissimulée. Elle ne se l’avouait pas aisément, reléguant les espoirs et les aspirations sentimentales aux abysses, mais il avait toujours tenu cette place particulière à ses yeux, grappillant au fil du temps, de plus en plus de place dans son esprit, les sentiments évoluant lentement, sans qu’elle ne puisse rien y faire. C’est pourquoi il lui était si difficile de lui cacher quoi que ce soit. En réalité, elle n’y avait jamais songé. Mais elle avait l’esprit tourmenté : il n’était pas raisonnable de s’occuper seule de ce marché conclu deux nuits auparavant. Cependant, la réaction de son amant l’effrayait ; elle s’était montrée faible face aux risques qu’encouraient l’un des louveteaux et avait cédé, le pacte passé avec l’ennemie. Ennemie qui le cherchait lui.

Elle posa une main sur son torse, le repoussant légèrement. Elle avait besoin de lui dire. « Derek… Il faut que je te parle de quelque chose. » Les mots lui manquaient, et elle sentit à son contact qu’il se méfiait de la suite. Elle soupira, cherchant comment évoquer le sujet sans le faire paniquer, sans qu’il ne se fâche. Mais elle se rendit à l’évidence : la forme ne comptait pas, seul le fond allait lui importer, et celui-ci était immuable. « Tu as eu de la visite, il y a deux nuits. Ici. » Dans sa chambre. Il ne lui avait jamais parlé de cette immortelle, elle ignorait les conditions qui les avaient réunies. Mais elle le cherchait, lui, au lieu de quoi… « Elle te cherchait, et c’est moi qui l’ai trouvée. » A travers ses murmures, elle lui laissait deviner de qui il pouvait s’agir : elle ne doutait pas qu’il allait rapidement trouver, peut-être serait-il surpris. Darius avait dit qu’il n’était pas censé savoir qu’elle viendrait ici. Ses pensées s’emmêlèrent tout à coup, alors qu’une angoisse vint la saisir tout entière. Elle reviendrait, c’est ce qu’elle lui avait dit, négociant plus ou moins son dû, qu’elle n’avait pas totalement révélé. Elle se réfugia contre lui, l’enserrant fort, le réconfort se trouvant entre ses bras. Emma ressentait le besoin de se cacher, et de lui livrer ce secret qui la rongeait d’inquiétude, trop grand pour elle. « Elle va revenir. Je n’avais pas le choix. »


...
Revenir en haut Aller en bas
Derek Wilson
la meute
☾ âge : 37 ans
☾ surnom : Nemrod
☾ métier : Dirigeant de la Meute
☾ arme fétiche : Deux grandes dagues de chasse
☾ statut : Veuf


☾ avatar : Luke Evans
☾ couleur : #9D2000
☾ arrivée en enfer : 16/05/2018
☾ missives : 229
☾ doubleface : Dimitri Voltchenkov
☾ tickets : 289
☾ crédits : Luke Evans


☾ liens : Alma
Aydan
Daria
Emma
Circé
Clancy

...

☾ rp en cours : Emma Davis
Sam
Rp commun
Daria Vasily
Event - Cérémonie funèbre
Alma Adams

Ulula mordeque acrius quam belua
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t386-derek-wilson#10097http://lrth.forumactif.com/t391-derek-wilson-ulula-mordeque-acrius-quam-belua
MessageSujet: Re: Maybe your warmth can save us from this cold   13.10.18 11:45

    Sa propre incohérence le laissait amer. Que pouvait-il y faire ? La voix du cœur le détournait des chemins de la raison, pour lesquels il s’était ardemment battu, et ce durant des années. La mort de son épouse avait tant de fois manqué le mener aux plus grands excès, pourtant ! Mais l’amertume et la douleur n’avaient pas suffi pour le faire dévier de sa route, contrairement au bonheur… Comment qualifier autrement la chaleur sourde qui lui prenait le ventre, jusqu’à lui couper le souffle ? Il n’était plus un enfant depuis bien longtemps, peut-être même ne l’avait-il jamais été. Mais Emma le reléguait aux passions amoureuses d’un autre temps, d’un autre genre, défendues par les cruautés de ce monde acerbe qui n’avait de visage que la violence. Peut-être là se trouvait l’écho de sa foi profonde en l’humanité ; foi véhémente, autant que silencieuse, qui revêtait maintenant l’aspect de yeux clairs. Si même l’obscurité n’avait pu l’abattre, peut-être était-il temps pour lui de trouver auprès de ces orbes bleus les rives calmes auxquelles il avait toujours aspiré.

    Mais ce n’était que folie, se rappelait-il alors. Quand une vague d’espoir le submergeait, elle se retirait aussitôt pour laisser paraître les écueils d’un doute abyssal. Ils jouaient avec la vie de tous les membres de la Meute, en mettant à mal la hiérarchie du groupe fondée sur la confiance. Ils s’affaiblissaient, eux les piliers, eux qui devaient demeurer forts. Leur affection mutuelle était une nouvelle épine dans leur jardin d’enfer, sur laquelle tous risquaient de s’écorcher. Mais reculer était désormais impossible, car Derek avait été aveugle et la place d’Emma prenait plus que jamais son sens, tel un phare dans son obscurité. Il sourit à peine à ses propos et ne répondit pas, songeant qu’elle ne se doutait pas à quel point il lui en faudrait peu pour l’abattre.

    Il ne put que se délecter de sa peau de miel, si brûlante contre la sienne. Derek savait qu’elle lui aurait obéi, s’il avait demandé à ce qu’elle quitte la chambre. C’eut été bien au-dessus de ses forces, moins aisé encore pour lui que pour elle de partir. La voix de la blonde lui marqua le cœur au fer rouge, une fois de plus, l’inondant de cette douce tiédeur qui le prenait désormais, sitôt qu’il croisait son regard. Les sentiments s’étaient enflammés, comme des braises que l’on arrose d’alcool ; mais ils avaient toujours été là, bien qu’il l’ignore lui-même. L’évidence le frappait au visage, et condamnait doucement ses douleurs du passé aux ombres de l’oubli. La ferveur avec laquelle elle l’attira à elle exalta à nouveau les désirs enfouis, renaissant de leurs cendres pour mieux taire leurs peurs. Un bourdonnement léger lui occupait l’esprit, pourtant si clair à cette heure, mais ce n’était que l’écho des pensées agitées qui lui prenaient le crâne, ses sens trop pris à cœur par le parfum d’Emma, sa douceur, le goût de sa peau… Il ne désirait rien tant que d’entendre encore ses soupirs, pour effacer l’angoisse, repousser pour la nuit les inquiétudes barbares d’une éternelle survivance. Mais ce ne fut pas son cas. La repousse, bien que douce, le surprit et il se figea à peine, avant de se tendre à ses mots. Sa raison fut claire en un instant, et il fronça sourcils dans l’obscurité, évaluant tout ce qu’elle aurait pu vouloir porter à sa connaissance. Mais ces jours derniers avaient été calmes, renforçant son inquiétude soudaine. Elle tardait à parler, et lorsqu’elle le fit, il se redressa sur le lit, contemplant attentivement le détail de ses traits découpés dans le noir. Son cœur s’était brusquement fermé, et son visage crispé, alors qu’il écoutait ses murmures, n’ayant aucun mal à revoir le faciès de l’ombre concernée. Machinalement, il porta une main à son torse, où demeuraient les cicatrices des plaies qui lui avaient été causées.

    Ainsi donc, la canite s’était rendue ici. La voix d’Emma continua en échos, et il l’entendit sans l’écouter, s’asseyant sur le lit. La mémoire des jours, des semaines enfermés, condamné dans cette chambre où l’immortelle l’avait « soigné » lui revenaient par vagues et il se raidit, les muscles tendus, accueillant Emma dans ses bras bien qu’il ne lui fit pas de caresses. Le visage de la brune, si lointain dans le souvenir de ses fièvres le hantait au plus profonds des rêves, et il revoyait la lame avec laquelle elle le taillait parfois pour s’abreuver de son sang, serrant les poings d’une rage soudaine. Il attrapa Emma par les épaules, la faisant reculer d’entre ses bras, pour la faire s’asseoir face à lui. Son ton était froid.

    - Raconte-moi tout.



Join the fight : Ethan & Amarok

   
Revenir en haut Aller en bas
Emma Davis
la meute
☾ âge : 31.
☾ compétences : Chasse, soins, patience à toute épreuve.
☾ arme fétiche : Couteaux en tout genre, pour le lancer.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : Katheryn Winnick
☾ dispo rp : 3/3
☾ couleur : #cc3300
☾ arrivée en enfer : 07/06/2018
☾ missives : 393
☾ doubleface : Ambroise.
☾ tickets : 711
☾ crédits : alaska


☾ liens : - Derek
- Erik
- Daria
- Elyna
- Freya
- Aloysius


☾ rp en cours : - daria
- Feu Grégeois
- cérémonie funèbre
- aloysius
- derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Maybe your warmth can save us from this cold   13.10.18 17:22



Le secret, et l'angoisse liée à celui-ci, avaient rendu Emma trop inquiète pour qu’elle puisse continuer à garder cela pour elle. Elle avait eu le temps d’imaginer mille scénarios suite à la visite de l’immortelle, deux nuits auparavant. L’une de ses craintes fut que tout soit découvert par l’un de ceux qui composaient la Meute : que Darius se retrouve face à un enfant, pris de panique, ou face à un homme qui réagirait avec trop de haine, déclenchant un véritable carnage au sein de leur foyer : il n’était même pas certain que l’intruse puisse être blessée, celle-ci étant armée et supérieure naturellement. Le risque était grand. Sans compter que l’idée qu’elle fut venue spécifiquement une première fois pour Derek terrorisait la blonde. Elle ignorait la façon dont les chemins de l’homme et la vampire s’étaient croisés, bien qu’une vague idée avait germé à son esprit. Mais... ne lui aurait-il pas dit ? Elle lui réclamerait des explications, et peu importe si le ton devait monter ; à ce stade, elle les méritait. Si elle s’était retrouvée dans cette situation risquée, c’était parce que Lui avait croisé cette sangsue. La jeune femme voulait à tout prix éviter une nouvelle rencontre entre eux. Elle ne savait pas ce que lui voulait l’autre, mais elle l’empêcherait de l’atteindre. Le marché conclu avec la créature centenaire ne concernait qu’elle à présent, et si cela pouvait épargner le chef de la Meute, elle s’en voyait presque rassurée. La Meute comptait davantage sur Derek que sur elle, et son dévouement, son attachement à son égard, dépassaient la raison.

Elle avait longuement appréhendé sa réaction. Réfléchissant au meilleur moment pour lui en parler, au choix des mots. Rien ne lui était apparu comme préférable, il fallait seulement qu’ils ne soient pas entourés des autres pour qu’elle puisse évoquer librement sa rencontre. Qu’en penseraient Ethan, Elyna, Amarok, s’ils apprenaient qu’un vampire avait passé un long moment au dernier étage de la bâtisse, et qu’Emma a jugé bon de n’alerter aucun deux, préférant gérer cela au mieux, incitant l’autre à quitter les lieux sans heurts ? Ils auraient remis en cause sa décision, et peut-être, Derek lui-même aurait-il donné tort à la blonde. Si elle devait entendre les reproches de l’alpha, elle préférait que cela reste entre eux.
L’étreinte n’allait que dans un sens, elle le perçut aussitôt. Elle ferma les yeux à cette constatation, ignorant ce maudit cœur qui se serrait dans sa poitrine, trop facilement atteinte par les mots ou l’attitude de celui dont elle partageait la couche ce soir. Lorsqu’il l’écarta de lui, un froid la parcourut, et elle se recroquevilla presque sur elle-même, se reculant encore, échappant à ses mains, et ramenant à elle le drap pour s’en recouvrir. Elle put constater qu’il arrivait à leur redonner leur place initiale sans mal, et elle ravala la douleur naissante au creux de son ventre.

Elle soupira à sa requête, le visage baissé, les yeux rivés sur ses mains qui se découpaient légèrement dans la pénombre, ses doigts se tordant les uns entre les autres. Elle tendit le bras, cherchant de quoi allumer la bougie qui traînait sur la table de chevet. La lueur éclaira doucement la pièce, alors qu’elle redressait une nouvelle fois l tissu contre elle. « Elle était ici, j’ai entendu du bruit alors que je couchais Avery dans mon lit. J’ai voulu aller voir. » Les images repassaient parfaitement dans son esprit, le moment où elle poussa discrètement la porte, et la silhouette qui se montra, lui laissant comprendre qui se tenait en face d’elle. « Elle t’attendait. Elle m’a demandé où était Nemrod. » Emma marqua une pause, relevant son visage vers lui, le questionnant du regard, mais elle poursuivit le récit. « Je lui ai demandé de partir, mais… Je n’étais pas en position de décider de ce qu’elle allait faire. Elle était curieuse, étrange… » Ses questions revinrent à son esprit ; elles avaient été nombreuses à son sujet. Mais jamais la vampire n’avait semblé vouloir lui faire de mal ce soir-là. « Je n’ai jamais eu à me défendre, elle n’a pas essayé de m’attaquer. Je n’ai pas alerté qui que ce soit, ça aurait tourné au carnage. » La dernière partie de l’histoire était celle qu’elle redoutait le plus de dévoiler. Elle s’arrêta quelques instants, retournant à la contemplation des plis du drap, essayant de les lisser du plat de la main. « Avery est entré. » lâcha-t-elle d’une traite, sans reporter son regard sur Derek. Elle pouvait voir ses mains trembler légèrement, alors elle arrêta de lisser le tissu, les tenant l’une dans l’autre pour cesser ce tremblement. Elle avait eu si peur pour le louveteau. « Il me cherchait, et… Elle a senti qu’il était malade. Mourant. » Blessé au pied, l’infection avait grandi, lui donnant de la fièvre ; il avait été alité plusieurs jours, sans amélioration, au contraire. Emma le savait et s’évertuait à garder espoir sans savoir comment le soigner réellement. C’est là que Darius avait proposé un marché. Elle avait proposé de sauver Avery et Emma ne pouvait se résigner à dire non, alors qu’une solution lui était proposée. Elle lui était maintenant redevable. « Tu n’as pas remarqué qu’il va bien mieux ? » demanda-t-elle à demi-mots, sous-entendant la suite de ce qu’il s’était passé, et avant qu’il ne puisse laisser éclater sa colère contre elle, elle enchaîna, les yeux brillants : « Je ne pouvais pas le laisser mourir, Derek, c’était au-dessus de mes forces ! Je lui suis redevable à présent et j’assumerai toutes les conséquences qui découleront de ma décision. C’est ma décision. » Elle plongea ses iris céruléens dans les siens, déterminée à assurer sa part du marché, quoi qu’il en dise ou pense. Elle avait agi instinctivement, avec son instinct maternel qui avait été plus fort que tout.

Conservant la distance établie entre eux dans ce lit, elle ajouta simplement. « Tu ne m’as jamais parlé d’elle. »


...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Maybe your warmth can save us from this cold   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maybe your warmth can save us from this cold
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: new abbotsford : la bordure :: La Bordure :: Repaire de la Meute-
Sauter vers: