AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  New Riverlake - Palais d'hiver ☾ Soutien à la ReineVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dimitri Voltchenkov
vampire type 2
☾ âge : 662 ans - à peu de choses près.
☾ métier : Maître de New Riverlake
☾ origines : Matouchka Rossia
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Tom Hiddleston
☾ couleur : #1D5E0D
☾ arrivée en enfer : 29/05/2018
☾ missives : 92
☾ doubleface : Derek Wilson
☾ tickets : 194
☾ crédits : Cobalt


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t527-dimitri-voltchenkovhttp://lrth.forumactif.com/t559-dimitri-voltchenkov-maitre-de-new-riverlake#14156
MessageSujet: New Riverlake - Palais d'hiver ☾ Soutien à la Reine   12.07.18 21:59

    Le sang ruisselait sur son menton en une cascade écarlate, parfumée d’arômes subtils, avec une enivrante note de fleurs. Dimitri laissa retomber le cadavre sur la literie tâchée, le visage levé vers le ciel de la chambre, de la bouche ouverte provenant des craquements de mâchoire qu’il faisait lentement bruire. Encore tout à son plaisir, il parcourait d’un regard absent les peintures type renaissance qui habillaient la voûte de la chambre en de charmantes scènes innocentes. Il lui faudrait faire repeindre ces mièvreries, songeait-il alors. Mais la chambre rouge, sa préférée d’ordinaire, était exceptionnellement occupée par Rose et celle-ci n’était guère conviée à ses petites incartades sanguinaires. Les abysses de sa violence enfin apaisées, l’homme se redressa, attrapant un peignoir de soie qui attendait près du lit, l’enfilant sur son derme maculé. Les murs bleu nuit, constellés d’éclaboussures sombres, contrastaient avec le rouge éclatant des draps accablés de carmin et du rose des tripes fumantes, laissant entrevoir l’atrocité de la scène déroulée. Il n’était pas dans la nature du Maître de faire preuve de retenue.

    L’homme ouvrit à deux mains les doubles portes de la chambre, le peignoir ouvert sur son torse. Il avait besoin d’un bain. Ses pieds laissèrent derrière lui des traces de pas ensanglantés tandis que son pantalon de toile habillé d’amarante gouttait sur les boiseries somptueuses du sol. Il lissa ses cheveux vers l’arrière d’une main maculée, ajoutant un peu plus à l’atrocité de sa silhouette ruisselante. Son visage n’avait pas encore repris les traits tempérés et calmes de ses temps maîtrisés. Luisait encore dans son regard une bestialité repue, presqu’hagarde, et il posa sur James qui l’attendait patiemment un œil malveillant, dont l’autre ne se formalisa pas. Le vieil homme ne commettait jamais l’affront d’endiguer les primaires pulsions de son Roi sans raison valable, et Dimitri, bien que n’ayant pu savourer ses proies autant qu’il l’eut souhaité, ne lui en garderait nulle rancune. James se tenait droit, immobile, contemplant son créateur avec son merveilleux flegme anglais, lui tendant légèrement un plateau qu’il avait en main droite, et sur lequel se trouvait disposé un courrier. Le souverain y posa un regard irrité, puis s’en saisit d’un geste, marquant sur le papier filigrané les empreintes de sa barbarie. Sans même un signe, le dirigeant de la Cité intima ensuite à son infant de faire nettoyer la chambre, abandonnant derrière lui les morceaux épars des jeunes créatures qui auraient poussé ici leurs derniers cris d’horreur.

    Son exclamation retentit dans la grande salle destinée aux délices des eaux. Plongé dans un bain teinté par le sang de ses victimes, l’homme lisait d’une main le courrier expédié par Lucrezia, l’une de ses plus douces amies. La situation périlleuse dans laquelle se trouvait la Cité de New Abbotsford lui fit plisser les yeux, et prenant le temps de se rincer encore, il ordonna à l’une de ses servantes de faire mander Erik.

    Ce fut dans un état plus protocolaire qu’il attendait l’homme. Installé dans un fauteuil du petit salon royal, il étudiait la carte la plus récente du monde tel qu’il était aujourd’hui tracé. Vingt jours les séparaient de N.A. On lui annonça Erik, et il l’entrevit derrière la porte, lui faisant signe d’entrer ; le regard pâle de l’immortel Maître de la ville suivirent l’arrivée de son Grand Veneur, lui intimant d’un geste bienvenu de prendre le siège qui lui faisait face. Les deux hommes se connaissaient depuis plusieurs siècles et une confiance sincère les unissait dans leurs rapports. Au-delà de l’obédience qui liait Erik à lui, il avait trouvé en l’immortel une figure amicale dont il aimait la franche rudesse, et l’intelligence tactique. La fondation de l’Ordre, fruits de méthodiques expérimentations et recherches, les avaient mené à redéfinir leurs rapports, et il était désormais courant que le Grand Veneur fréquente les réunions les plus confidentielles du royaume.

    Les traits de Dimitri se trouvaient manifestement adoucis, pleins et frais, laissant sous-entendre qu’une nouvelle jeunesse s’était récemment emparée de lui ; il suivit des yeux la servante qui servit un verre de sang parfumé à Erik, avant de sortir. Une fois seuls, Dimitri accusa un air quelque peu plus préoccupé, et il prit la parole.

    - J’ai reçu de la Reine de New Abbotsford d’inquiétantes nouvelles. Un Enragé a pénétré l’enceinte de sa Cité, sans qu’ils ne puissent connaître l’origine de sa venue. Il me semble qu’il y a là une opportunité à saisir.



Revenir en haut Aller en bas
 
New Riverlake - Palais d'hiver ☾ Soutien à la Reine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Road to Hell :: autour de new abbotsford :: Flashback-
Sauter vers: