AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Maintenance prévue vendredi 28 septembre. Nouveau design et chapitre 2 !


Partagez | 
  New Riverlake - Palais d'hiver ☾ Soutien à la ReineVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dimitri Voltchenkov
vampire type 2
☾ âge : 662 ans - à peu de choses près.
☾ métier : Maître de New Riverlake
☾ infants : James W. Marshall
Ismaël Hopkins
Tommen Hodgkin (Scénario disponible)
Alexandra Voltchenkov (Scénario disponible)
Khaterina Voltchenkov (Scénario disponible)
☾ origines : Matouchka Rossia
☾ statut : Veuf


☾ avatar : Tom Hiddleston
☾ couleur : #1D5E0D
☾ arrivée en enfer : 29/05/2018
☾ missives : 241
☾ doubleface : Derek Wilson - Suzana Wood
☾ tickets : 416
☾ crédits : Cobalt


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t527-dimitri-voltchenkovhttp://lrth.forumactif.com/t559-dimitri-voltchenkov-maitre-de-new-riverlake#14156
MessageSujet: New Riverlake - Palais d'hiver ☾ Soutien à la Reine   Jeu 12 Juil - 21:59

    Le sang ruisselait sur son menton en une cascade écarlate, parfumée d’arômes subtils, avec une enivrante note de fleurs. Dimitri laissa retomber le cadavre sur la literie tâchée, le visage levé vers le ciel de la chambre, de la bouche ouverte provenant des craquements de mâchoire qu’il faisait lentement bruire. Encore tout à son plaisir, il parcourait d’un regard absent les peintures type renaissance qui habillaient la voûte de la chambre en de charmantes scènes innocentes. Il lui faudrait faire repeindre ces mièvreries, songeait-il alors. Mais la chambre rouge, sa préférée d’ordinaire, était exceptionnellement occupée par Rose et celle-ci n’était guère conviée à ses petites incartades sanguinaires. Les abysses de sa violence enfin apaisées, l’homme se redressa, attrapant un peignoir de soie qui attendait près du lit, l’enfilant sur son derme maculé. Les murs bleu nuit, constellés d’éclaboussures sombres, contrastaient avec le rouge éclatant des draps accablés de carmin et du rose des tripes fumantes, laissant entrevoir l’atrocité de la scène déroulée. Il n’était pas dans la nature du Maître de faire preuve de retenue.

    L’homme ouvrit à deux mains les doubles portes de la chambre, le peignoir ouvert sur son torse. Il avait besoin d’un bain. Ses pieds laissèrent derrière lui des traces de pas ensanglantés tandis que son pantalon de toile habillé d’amarante gouttait sur les boiseries somptueuses du sol. Il lissa ses cheveux vers l’arrière d’une main maculée, ajoutant un peu plus à l’atrocité de sa silhouette ruisselante. Son visage n’avait pas encore repris les traits tempérés et calmes de ses temps maîtrisés. Luisait encore dans son regard une bestialité repue, presqu’hagarde, et il posa sur James qui l’attendait patiemment un œil malveillant, dont l’autre ne se formalisa pas. Le vieil homme ne commettait jamais l’affront d’endiguer les primaires pulsions de son Roi sans raison valable, et Dimitri, bien que n’ayant pu savourer ses proies autant qu’il l’eut souhaité, ne lui en garderait nulle rancune. James se tenait droit, immobile, contemplant son créateur avec son merveilleux flegme anglais, lui tendant légèrement un plateau qu’il avait en main droite, et sur lequel se trouvait disposé un courrier. Le souverain y posa un regard irrité, puis s’en saisit d’un geste, marquant sur le papier filigrané les empreintes de sa barbarie. Sans même un signe, le dirigeant de la Cité intima ensuite à son infant de faire nettoyer la chambre, abandonnant derrière lui les morceaux épars des jeunes créatures qui auraient poussé ici leurs derniers cris d’horreur.

    Son exclamation retentit dans la grande salle destinée aux délices des eaux. Plongé dans un bain teinté par le sang de ses victimes, l’homme lisait d’une main le courrier expédié par Lucrezia, l’une de ses plus douces amies. La situation périlleuse dans laquelle se trouvait la Cité de New Abbotsford lui fit plisser les yeux, et prenant le temps de se rincer encore, il ordonna à l’une de ses servantes de faire mander Erik.

    Ce fut dans un état plus protocolaire qu’il attendait l’homme. Installé dans un fauteuil du petit salon royal, il étudiait la carte la plus récente du monde tel qu’il était aujourd’hui tracé. Vingt jours les séparaient de N.A. On lui annonça Erik, et il l’entrevit derrière la porte, lui faisant signe d’entrer ; le regard pâle de l’immortel Maître de la ville suivirent l’arrivée de son Grand Veneur, lui intimant d’un geste bienvenu de prendre le siège qui lui faisait face. Les deux hommes se connaissaient depuis plusieurs siècles et une confiance sincère les unissait dans leurs rapports. Au-delà de l’obédience qui liait Erik à lui, il avait trouvé en l’immortel une figure amicale dont il aimait la franche rudesse, et l’intelligence tactique. La fondation de l’Ordre, fruits de méthodiques expérimentations et recherches, les avaient mené à redéfinir leurs rapports, et il était désormais courant que le Grand Veneur fréquente les réunions les plus confidentielles du royaume.

    Les traits de Dimitri se trouvaient manifestement adoucis, pleins et frais, laissant sous-entendre qu’une nouvelle jeunesse s’était récemment emparée de lui ; il suivit des yeux la servante qui servit un verre de sang parfumé à Erik, avant de sortir. Une fois seuls, Dimitri accusa un air quelque peu plus préoccupé, et il prit la parole.

    - J’ai reçu de la Reine de New Abbotsford d’inquiétantes nouvelles. Un Enragé a pénétré l’enceinte de sa Cité, sans qu’ils ne puissent connaître l’origine de sa venue. Il me semble qu’il y a là une opportunité à saisir.



Claim loyalty to me
And I will give you what you need
Revenir en haut Aller en bas
Erik Landseer
vampire type 2
☾ âge : 38 ans - 684
☾ surnom : Rik ou Grand Veneur
☾ métier : Grand Veneur du Roi de New Riverlake, accessoirement de la Reine, autrement dit chasseur d'Enragé
☾ créateur : Yulian Gyllenberg
☾ esclaves : Noah Green
☾ compétences : la chasse, la traque, le combat, la guerre
☾ arme fétiche : Une épée à double tranchant
☾ origines : Saxonnes
☾ statut : célibataire


☾ avatar : Charlie Hunnam
☾ couleur : #006666
☾ arrivée en enfer : 11/06/2018
☾ missives : 76
☾ doubleface : Ramona Zeman
☾ tickets : 188
☾ crédits : avengedinchains


☾ liens : ☾ Dimitri Voltchenkov
☾ Lucrezia Darra
☾ Yulian Gyllenberg
☾ Lyuba Sakharov
☾ Et encore toi !

☾ rp en cours : ☾ c'est en cours ☾
Noah
Dimitri
Lyuba
Victoria


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t518-erik-landseer-warriors-don-t-show-their-heart-until-the-axe-reveals-ithttp://lrth.forumactif.com/t564-erik-landseer-warriors-don-t-show-their-heart-until-the-axe-reveals-it#13584
MessageSujet: Re: New Riverlake - Palais d'hiver ☾ Soutien à la Reine   Dim 2 Sep - 19:11

Le regard affuté, le corps tendu mais sans rigidité, Erik surveillait chacun des hommes postés autour de lui. Il étaient au nombre de quinze. Certains confiants, d’autres un peu plus sur la réserve. D’autres encore attendaient patiemment leur tour. Les yeux d’azur de l’Anglais ne cessaient de sauter rapidement de l’un à l’autre tandis qu’il pivotait doucement sur ses pieds afin d’embrasser l’assemblée. Il notait ici et là les signes tant de nervosité tant d’excès de confiance. Les atouts et les faiblesses aussi, l'âge, les armes en main ou l’absence de celles-ci. La tension était palpable dans la pièce, aucun battement de cœur, le temps était suspendu, et seul le son de pieds glissant subrepticement sur le sol tenait tout le monde en haleine. Et dans un coin reculé de la salle, le sourire en coin de Malcolm qui discrètement se marrait des prochaines blessures. Un sourire, puis un mouvement de lèvres à l’adresse du vampire à ses cotés, Fergus. C’est apparemment le signal que tous attendaient. La déconcentration, même minime, l'espace d'une micro-seconde du Grand Veneur. Alors qu’Erik se demandait ce qui pouvait bien faire rire Malcolm et Fergus, l’enfer se déchaina.

Les quinze vampire convergèrent d’un bloc sur le Saxon. Armé seulement de ses poings, Erik esquiva les premières attaques. Formé depuis l’âge de six ans au combat puis par la suite à l’épée, six siècles de combats et d’entrainement avait forgé le vampire en maitre d’armes et combattant aguerri. Toutefois, soucieux de ses capacités et surtout de la santé de son Ordre, l’Anglais ne prenait pas pour acquis ses talents et ne cessait jamais de s’entrainer et se perfectionner. Cette assiduité qu’il exigeait de lui-même, il la demandait aussi à chacun des vampires composant l’Ordre. Et aucune nouvelle recrue ne recevait son pourpoint sans un passage entre les mains du Chasseur. Un combat qui n’exigeait qu’une finalité : se faire botter les fesser par leur chef. Les quinze nouvelles recrues avaient été bien formées. Malcolm avait dirigé les entrainements d’une main de fer, et délégué à de plus grands tyrans que lui-même. Le résultat était parlant. Assaillit, Erik n’avait pas une seconde à lui pour réfléchir. Seule son expérience lui permettait encore de refouler la vague d’ennemis qui aussitôt balayée revenait rageusement à la charge. Au bout de quelques secondes, le vampire finit par percée leur tactique. Par groupe de trois ou quatre, répartit tout autour les recrues se jetaient sur lui. A chaque groupe écarté, un nouveau surgissait. Leur but était de l’acculer, le fatiguer et ne lui laisser aucune seconde de répit. Ingénieux. Mais prévisible.

Le Saxon décida de leur enseigner une petite leçon d’humilité. Les sentant fiers de leur manœuvre étudiée, il recula volontairement, comme ressentant inconsciemment de la fatigue. Coups après coups il esquiva tout en reculant vers le mur et marquant des respirations difficiles. Du coin de l’œil il aperçu le regard soucieux de Malcolm, qui sourcils froncés s’avançait.
Sourire en coin.
Du Grand Veneur cette fois.
D’un geste aussi rapide que soudain, il se saisit du premier vampire à sa portée. « Dommage. » Murmure suivit d’un sourire mesquin, il fit basculer le vampire d’un coup de coude, para un autre, puis sans lâcher sa recrue, se servit d’elle comme projectile pour en mettre trois autres à terre. Il se dégagea ainsi une ouverture qui lui permit de rapidement gagner l’étal d’armes où il se saisit d’une épée. A la guerre, il n’y avait aucun fairplay. Leur ennemi, n’avait aucun fairplay. Rapidement, le combat prit une toute autre tournure. Erik se déchaina sur les futurs chasseurs comme un ouragan sur une barque. Certains encaissaient mieux que d’autres, mais chacun, revenait avec obstination parfaire son éducation. Peu à peu, le rythme devint plus régulier et Erik en arriva même à donner des conseils à ses adversaires. Baisser l’épaule, changer de pieds d’appui, arme trop longue, rapide, bien mais trop d’enthousiasme…

Un à un, les vampires tombèrent, et s’écartèrent, et le nombre d’assaillants se réduisit. Lorsqu’il en resta moins que cinq, Erik baissa son épée. Fier. Oui il était fier de ces hommes et femmes qui décidaient de dédier leur vie à l’Ordre. Fier, de ces vampires, qui malgré le poids des ans, avaient choisi de mettre leur ancienne vie et leur ego de coté afin de s’engager dans une cause qui les dépassait tous. Fier de Malcolm et de ses hommes qui avaient trié, et façonné chacun de ces nouveaux veneurs. Bientôt, ils seraient prêt. Bientôt, ils partiraient tous en chasse et participeraient au rééquilibre vrai du monde.
C’est alors qu’il la perçut. D’abord à l’odeur, puis au son, les battements de son cœur raisonnant comme une cloche dans une cathédrale en ces lieux où seuls les morts se mouvaient. Finalement c’est le regard que tous lui jetèrent qui indiqua au Veneur qu’une servante était entrée. Sur elle flottait l’odeur des appartements royaux. Avant même qu’elle n’ouvre la bouche, il comprit. D’un mouvement de tête il lui indiqua qu’il la suivait, puis récupéra sa chemise qu’il enfila rapidement. Peu importait son allure ou la transpiration, on ne faisait pas patienter le Roi. Le vampire se saisit aussi du fourreau en cuir renfermant son épée. Précieux objet dont il ne se séparait jamais, même en zone sécurisée. Enfin, son arme en main, il suivit la jeune femme tout en remettant sa chemise en place et se passant une main dans les cheveux.

Lorsque la porte du salon royal s’ouvrit, l’Anglais gratifia la servante d’un sourire amical puis pénétra dans les lieux. Le Roi l’attendait, patiemment installé dans un fauteuil.

« Mon Roi. » Salua Erik, accompagnant ses paroles respectueuses d’un signe de tête. Il s’avança ensuite et prit place dans le fauteuil indiqué par Dimitri, après avoir soigneusement posé son arme sur une table proche. La fidélité qu’Erik portait à son arme était aussi puissante que celle qui le liait à son Roi. Il accueillit avec plaisir le verre de sang que lui tendit la jeune femme, mais toutefois n’y toucha pas. Le vampire était bien conscient, à la mine de son roi, que quelque chose se tramait. Nul conseiller, nul témoin, seulement un Roi et son Veneur. Seulement un homme face à un ami. La coupe alla rejoindre posément le fourreau en cuir en attendant les raisons de sa convocation. Une fois la servante sortit, la mine du roi se raidit, et les nouvelles ne tardèrent pas à tomber. Sans ambages, sans cérémonie. Lucrezia avait été attaquée. Un Enragé était entré. Ne cédant toutefois pas à l’émotion malgré la montée de celle-ci, Erik serra machinalement la mâchoire. Colère. Comment était-ce possible ?!

« Comment va ma sœur ? » Le ton était froid, préoccupé. Par cette question Erik rappela un instant à son ami, et certes Roi, que la Reine de New Abbostford, au dela d’une souveraine était aussi la sœur du Grand Veneur. Sourcils froncés, son esprit était déjà à l’œuvre pour tenter de déterminer comment un enragé avait pénétré les lieux. Lucrezia était une femme prudente, cela ne pouvait pas être dû au hasard ou à une erreur. Si la sécurité avait été compromise c’est que c’était l’œuvre d’un tiers. De quelqu’un… Aussitôt les conclusions ne lui parurent pas de bon augure. Relevant la tête, il contempla son ami, y plongeant son regard acier dans celui de son roi.

« Opportunité. Tu parles de se rendre sur place, et inviter Lucrezia à accepter l’implantation de l’Ordre dans sa cité ? »

Ce qui permettrait, par la même occasion de resserrer les liens amicaux et les alliances politiques. Cela montrerait que New Riverlake se souciait de ses voisins, que le Roi apportait aide et soutien à New Abbostford, et permettrait aussi à Erik de mener son enquête tout en aidant sa sœur, et en supervisant l'implantation de l’Ordre dans une autre cité. Les années de succès de l’Ordre à New Riverlake avaient décidé, il y a longtemps d’étendre le programme à d’autres cités. Il était peut-être temps. Non. Il était temps. Et un enragé dans New Abbostford représentait une occasion parfaite.
Erik se saisit finalement du verre de sang, et en bu une petite gorgée.

« Quand souhaites-tu partir ? »


If it's a Death
from a Saxon hand that frightens you, stay home.
Revenir en haut Aller en bas
 
New Riverlake - Palais d'hiver ☾ Soutien à la Reine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: autour de new abbotsford :: Flashback-
Sauter vers: