AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  [PORTLAND] - Who are you ? - AlyaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Freya Black
la meute
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Frey
☾ métier : Ancienne Cheffe de clan du Désert
☾ compétences : Guerrière, pisteuse
☾ arme fétiche : Deux épées rituelles de son ancien clan
☾ origines : Née dans le désert du Nevada de parents qu'elle n'a pas connu
☾ statut : Aucune attache si ce n'est cette jolie blonde qui lui trotte dans la tête


☾ avatar : Alycia Debnam-Carey
☾ arrivée en enfer : 22/06/2018
☾ missives : 21
☾ tickets : 113
☾ crédits : Alma Adams


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   08.07.18 12:28


Who are you?



Freya naviguait depuis plusieurs jours entre conscience et inconscience, le corps et l’esprit meurtris par tout ce qui lui était arrivé depuis son exil forcé. Elle se revoyait marcher dans le désert, sous un soleil de plomb qui risquait à tout moment de la faire sombrer, puis dans les décombres de villes de l’ancien monde, seule et perdue dans un environnement qu’elle ne connaissait pas. Peut-être aurait elle dû mourir les armes à la main en protégeant son clan des barbares qui l’assaillaient plutôt que de se retrouver ici, sans but ni cause à défendre. Son esprit était plongé dans le noir, incapable de trouver la lumière qui lui permettrait de se tirer de ces visions… Jusqu’à maintenant.

La fille du désert reprit peu à peu conscience. L’odorat, l’ouïe… Ses sens s’éveillaient enfin de l’abyme dans lequel ils étaient plongés depuis sa rencontre avec l’enragé. Ses yeux étaient encore fermés, mais son esprit tournait à plein régime. Des flashs lui revenaient peu à peu : la flèche mettant un terme à la vie de son agresseur. Une ombre l’approchant alors qu’elle s’évanouissait. Combien de temps avait-il pu se passer depuis cet épisode ? Tout était confus. L’image d’un visage s’imposa à elle : une fille à la chevelure dorée. Etait-ce elle sa sauveuse ? Freya ne connaissait pas beaucoup de femmes disposant d’un tel éclat. A moins que ça ne soit son cerveau malade qui lui jouait des tours. Finalement la guerrière releva ses paupières en grimaçant. Elle tourna la tête au prix d’une grimace, analysant son environnement. Tout d’abord il devait faire nuit au vu du manque de luminosité qu’elle distinguait au travers des fenêtres cassées. Dans un bâtiment. Elle se trouvait dans un bâtiment désaffecté. En même temps il ne devait rester que ça sur des kilomètres à la ronde. Bien. Portland. Oui ça lui revenait. Proche des quais. Au moins n’avait-elle pas perdu totalement sa raison. Et… Elle était nue. Tout du moins presque nue, une partie de son corps encerclé de bandages qui recouvraient les blessures qu’elle s’était faite au cours de son exil. Et… Cette mixture qui la recouvrait… Elle plissa le nez de dégoût. « Par la Déesse… » jura-t-elle en s’aidant de ses mains pour se redresser un peu. Freya porta sa main à son nez. L’odeur était étrange et elle ignorait ce que c’était. Un accompagnement pour cannibale ? Une sorte de sauce qui rendait la chair humaine plus tendre ? Non, c’était stupide. Quel cannibale se serait donné la peine de la soigner si c’était pour la manger ensuite ?  Il devait y avoir une autre explication. Elle jeta un œil aux alentours et aperçut un reflet non loin de là. Ses épées. Elle voulu aller les récupérer mais son état de faiblesse étant encore trop grand. Autant économiser ses forces. Un bruit la fit sursauter. Quelqu’un approchait. Elle ramassa une pierre dans sa main qu’elle dissimula. Un geste plutôt idiot au final. La silhouette se dessina dans son champ de vision. Voulant paraître forte et sûre d’elle, elle dit : « qui es-tu ?! ». Son visage se révélait petit à petit et très vite elle le reconnut. La fille aux cheveux dorés. Celle qui avait en toute logique tué la créature qui allait l’étriper. Une seule question lui vint alors : « Pourquoi ?! ».


©️️lastroadtohell


Revenir en haut Aller en bas
Alma Adams
sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.


☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 423
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 386
☾ crédits : dreazy (Avatar)


☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   09.07.18 6:21



"Who are you ?"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



    Je m'étais rendue toujours plus loin de la cité qui m'avait vu grandir en quête d'une liberté dans un monde qui s'évertue à la proclamer interdite aux hommes. Combien de temps ai-je parcouru les contrées lointaines sans que derrière il y ait de réelles ambitions passionnantes ? Ah... En fait, si, il y en a bien une : trouver les ingrédients qui me permettront d'inventer une arme qui sera le cauchemar de ses monstres livides. Peut-être est-ce là qu'une de mes excuses qui me permet à nouveau de mettre ma vie en péril sans que cela passe pour une suicidaire ? Suicidaire, hein ? Non, ce n'est peut-être pas non plus le mot qu'il faudrait employer pour moi. Je ne veux pas mourir, mais je ne veux pas non plus vivre dans une monotonie absurde aux pieds de ceux qui se rient de nos conditions. Je veux me sentir vivante et ce à travers la mort. Est-ce bizarre ? Probablement, on me dit folle... Peut-être le suis-je vraiment ? Cela dit, je vous le confesse, les opinions des autres me sont fugaces. Si c'est dans la mort que je me sens vivante, alors je ne cesserai guère de la côtoyer au quotidien comme une vieille amie que j'attends d'accueillir à bras ouverts.
    Comme un sombre pacte avec la mort, celle-ci semble décider à ne guère s'autoriser une quelconque folie avec ma vie... M'octroyant au contraire un mystérieux don pour la survie, engendrant une accumulation de mort autour de moi, des proches comme des ennemis. Peut-être est-ce une malédiction ou bien une bénédiction ? C'est pour qui veut y voir une réponse ou qui veut se complaire dans son paisible obscurantisme d'ignorance. Ma flèche tue la créature comme si elle est guidée par cette Mort qui me veut pour amie... Tandis que je me demande intérieurement pourquoi n'ai-je tout simplement pas passer mon chemin. Il pleut, la mixture s'efface, je dois penser à ma propre survie. Mais comment réagir face à une femme prête à faire face à un enragé dans ses dernières forces. Mon corps a bien évidemment réagi avant que je ne puisse penser raisonnablement. La femme que je viens de sauver est blessée, son sang va attirer toutes les créatures de Portland. Oui. Je devrais la laisser à son terrible destin, pourtant aussi insensible qu'on me décrit, je n'ai pas pu faire le choix de l'être à ce moment-là.

    Je l'ai emporté dans un abri le plus vite possible, un de ceux que j'avais utilisé plusieurs jours auparavant à mon arrive dans le secteur. J'avais espéré que la pluie dissimulerait le plus possible notre odeur, cela a peut-être été le cas, car j'ai effectivement pu atteindre l'abri sans rencontrer de problème. Essoufflée d'avoir du porter et cette femme, et ses épées, ainsi que mes propres affaires de survie. Malgré cela, je ne me permets aucun repos tant qu'elle saigne encore de la sorte. La première chose que je fis, fut de la dévêtir entièrement. Avec la tension qui régnait pendant que je nettoyais son corps et particulièrement ses plaies, comme un ultimatum où au-dessus de ma tête était suspendue une épée de Damoclès, je n'avais pas vraiment le temps, ni même l'envie de me soucier de sa nudité. Je vérifiais à la suite qu'elle n'avait reçu aucune morsure avant d'appliquer les premiers soin et bander ses plaies. Je la recouvrai à la suite d'un drap que je sortis de mon sac, emportant ses vêtements pour les nettoyer à leur tour. Ils étaient imbibés du sang de l'étrangère, je ne pouvais donc me permettre de laisser les créatures nous repérer à cause de quelques bouts de tissus.      
    Je reviens m'asseoir à côté d'elle à la suite, près du feu que j'avais allumée bien avant de la soigner. Et je reste là, l'observant... D'où pouvait-elle venir ? Et puis ces étranges accoutrement, ainsi que ses épées, j'en n'avais jamais vu de ce style auparavant. Je mentirais si je disais qu'elle ne m'intrigue guère. Les secondes passent puis les minutes et je me rends compte avec surprise que je l'observe toujours. Détournant à la suite mon regard comme si je venais de réaliser soudainement que quelque chose n'allait pas. Combien de temps n'ai-je pas été aussi près d'un autre être humain, toujours à l'extérieur des murs à marcher à travers de la merde de bête. La merde de bête, putain... Comment ai-je pu oublier ça ? Je sors de mon sac ma mixture à base d'herbe et d'excréments animal. Elle va transpirer et son odeur va attirer les engeances... Retirant le drap, j'ai un moment d'hésitation bien réel à présent pour la première fois depuis que je l'ai sauvé. Je prends une inspiration avant d'étaler cette couverture odorante qui va lui donner une meilleure chance de passer inaperçue.

    Je commence par le ventre où je suis d'ailleurs surprise par la musculature de l'abdomen. Qu'a-t-elle vécu pour que malgré sa condition de femme, elle s'est façonnée un corps pareil ? Je peux clairement imaginer sans mal, qu'elle serait capable de me neutraliser sans grand mal au corps à corps. Je remonte jusqu'à sa poitrine où j'y étale la crème artisanale, n'osant pas regarder ce qui est bien plus idiot, prêtant alors plus d'attention à la sensation de ses seins sur ma main. Je me sens idiote et bien trop gênée. Une fois ce moment passé, c'est comme si je peux enfin reprendre ma respiration, n'ayant même pas remarqué qu'elle avait cessé. Puis ensuite le visage où j'en profite pour l'observe de nouveau comme pour y chercher des réponses à des questions qui m'accommodaient l'esprit. Les bras, les jambes, même les aisselles et le dos y passent. Sa propres odeur ne doit plus transparaître... J'en fais de même avec moi dès que j'ai terminé avec elle.
    Une soirée entière s'écroule sans qu'elle ne se réveille, c'est en journée que la pluie cesse et que je décide de sortir chasser de quoi manger. Toutefois, il est bien plus difficile de trouver de quoi manger dans une ville en ruine comme Portland. A mon retour, j'apportais de l'eau avec moi seulement, bien plus facile à trouver. Une fois installée dans un coin de l'abri, je finis pas dormir pendant quelques heures, bien trop peu à mon avis, mais c'était mieux que rien au vu de la situation. Quand je sors du monde onirique et que je décide de vérifier l'état de l'inconnue, elle se tient assise, méfiante quand elle remarque ma présence, ou peut-être l'était-elle bien avant ? Je m'avance levant mes bras en l'air pour la rassurer. Deux questions et deux qui me semblent très censées, ce qui me lasse penser qu'elle n'est pas de ceux qui pensent et réfléchissent trop lentement. « Je ne sais pas... » Répondis-je simplement à sa deuxième question pour commencer.

    Je ne savais vraiment pas pourquoi j'avais agi de la sorte, elle était un danger pour ma survie et pourtant, je l'ai sauvé et même soigné. Je m'avance vers un mur pour me laisser glisser vers celui-ci, le regard détourner devant sa nudité malgré le drap. Maintenant que j'ai vu à quoi elle ressemble, j'ai l'impression de la voir encore, mes pensées redessinant ses formes à travers le drap. Je frotte les yeux à ces pensées presque outrageantes qui doit être l'effet de l'émergence de ma sieste bien trop vite écourtée. « Alma... C'est ainsi qu'on m'a nommé. » Je me prends à nouveau à l'observe, je ne peux m'empêcher d'émettre cette fascination. Je vis dans un monde où être en groupe c'est bien plus efficace pour survivre... où une femme seule peut-être victime de bien des choses dont celle d'une pulsion obscène d'un homme capable du pire pour un peu de plaisir et de chaleur féminine. Pourtant, je n'ai pas hésité à cracher sur le destin et devenir indépendante. Rencontrer, cette femme qui était prête à faire face à ce monstre, je crois quelque part je me suis vue en elle.
    Cette idée de cracher sur le destin et de faire face à une situation mortelle, je suis forcée de constater que ce genre de choses ne me laisse pas indifférente. « Et toi, t'as un nom ? Comment tu te sens ? »



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Freya Black
la meute
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Frey
☾ métier : Ancienne Cheffe de clan du Désert
☾ compétences : Guerrière, pisteuse
☾ arme fétiche : Deux épées rituelles de son ancien clan
☾ origines : Née dans le désert du Nevada de parents qu'elle n'a pas connu
☾ statut : Aucune attache si ce n'est cette jolie blonde qui lui trotte dans la tête


☾ avatar : Alycia Debnam-Carey
☾ arrivée en enfer : 22/06/2018
☾ missives : 21
☾ tickets : 113
☾ crédits : Alma Adams


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   09.07.18 10:54


Who are you?




Freya était sur le qui-vive. Le fait que sa mystérieuse sauveuse ne lui semblait pas hostile au premier abord ne voulait rien dire et dans son état de faiblesse elle se savait vulnérable. Il était fort à parier qu’il existait dans ces contrées des chasseurs de têtes ou même des esclavagistes prêts à vendre leurs proies, de quelques natures qu’elles soient. La fille du désert ne se fiait que très rarement à l’apparence de ses interlocuteurs, encore moins par les temps qui couraient. Le physique ne voulait rien dire et sous les charmes de son interlocutrice, elle devinait aisément une personne décidée qui n’avait pas froid aux yeux lorsqu’il s’agissait de sa survie. Vivait-elle seule ? Des compagnons allaient-ils la rejoindre ? Seraient-ils aussi enclin à la clémence que sa sauveuse ? Une foule de questions se bousculaient de sa tête auxquelles il faudrait avoir des réponses. Sa réplique, aussi évasive qu’une poignée de sable dans la main, la laissa perplexe. « Je ne sais pas... » Freya fronça les sourcils. Lorsque l’on sauvait une personne inconnue il y avait toujours une contrepartie… Tout du moins dans le désert, mais il était évident que partager ses ressources avait un prix ici aussi. Freya se contenta de garder le silence, observant cette fille qui l’intriguait un peu plus chaque instant. Elle se laissa glisser contre le mur, évitant son regard. Cachait-elle quelque chose ? Un soupçon de culpabilité peut-être ? « Alma... C'est ainsi qu'on m'a nommé. » Freya acquiesça lentement tandis que ses yeux rencontraient de nouveau les siens. Elles se dévisageaient toutes les deux sans dire un mot un moment avant qu’Alma ne lui demande « Et toi, t'as un nom ? Comment tu te sens ? ». La fille du désert garda le silence encore une ou deux minutes, étudiant sans gêne un peu plus la blonde en face d’elle avant de répondre simplement. « Je suis Freya ». Cette information allait-elle tout changer ? Etait-elle une sorte de chasseuse de prime ? Elle doutait qu’elle soit connue aussi loin du désert. A sa seconde question, elle arbora un demi-sourire tout en désignant son corps. « Poisseuse, mais en vie. Je suppose qu’il y a une raison à tout ceci ? » La fille du désert était perplexe. Cette mixture allait-elle la guérir et aider à la cicatrisation ? Elle se releva un peu plus sur ses coudes. « A moins que tu aimes dévêtir les inconnues tout en les enduisant de cette chose ? Tu es étrange Alma » Son regard dévia sur son arme. « Mais très habile de tes mains… Et courageuse d’oser affronter cette chose… Tu es une guerrière ? Que faisais-tu ici ? » Freya lâcha ensuite du bout des lèvres : « dois-je m’inquiéter sur tes intentions ? » Bien qu’elle était prête à mourir face à l’enragé, il en était tout autre désormais. L’instant de désespoir qu’elle ne pensait jamais ressentir s’était envolé face à cette curieuse fille aux cheveux dorés.




©️️lastroadtohell
Revenir en haut Aller en bas
Alma Adams
sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.


☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 423
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 386
☾ crédits : dreazy (Avatar)


☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   09.07.18 15:33



"Who are you ?"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



    La méfiance qu'elle ressent à mon égard, crée une réaction de satisfaction qui me rassure quant à l'esprit de la femme devant moi. Surtout parce que cela me permet encore un peu plus de me projeter à travers elle et de me placer facilement à sa place, si je peux la comprendre elle peut aussi me comprendre... Bien que dans mon cas, je suis paradoxalement incapable de me comprendre moi-même tant ce que j'ai fait pour elle ne me semble pas logique quand la survie passe avant tout le reste. Je n'ai jamais caché détester la présence humaine et voilà que maintenant, je fais tout ce qu'il y a en mon pouvoir pour en préserver une. Bon dieu, qu'est-ce qui m'arrive ces derniers temps ? Est-ce le massacre qui a eu lieu dans la Bordure qui m'a influencé à ce point, ou bien est-ce cette femme à la peau sombre qui, par un moyen où un autre, a éveillé en moi un intérêt particulier. Allant jusqu'à partager avec elle ma mixture, alors pour moi l'une des ressources la plus importante quand on sait qu'elle me rend invisible face aux créatures même à quelques centimètres d'eux.
    Finalement, elle se présente comme étant Freya, je retiens un sourire quand je réalise qu'il était sur le point d'illuminer mon visage. Me demandant alors si la solitude me peine tant que cela pour que j'en vienne à sourire de manière hébétée à une simple présentation. Je fixe comme une oeuvre les traits de son visage, cherchant à y déceler chacun de ses détails. Dans son regard crachant la méfiance, je prends alors véritablement conscience d'une chose, ce pourquoi je n'ai pas cessé de la dévisager depuis le début : je la trouve tristement belle. Elle répond à ma seconde question et cette fois, je laisse mon sourire s'afficher mais simplement l'espace de quelques secondes, tournant à nouveau la tête comme gênée qu'elle le voit ou qu'on me voit dans cet état. Je n'ai pas souris depuis si longtemps, mon visage ayant depuis la mort de mon père cette expression fermée qui est devenue naturellement le mien.

     Je me sens honteuse que mon visage s'embellisse de la sorte à nouveau, quand je sais que tout ce qui m'est arrivée et tout ce qui pourrait m'arriver... Oui, aussi horrible que cela soit, je maudis le bonheur et particulièrement le mien. Quand elle est là, elle s'évertue à s'en aller sans même prévenir, créant un trou béant dans ce pauvre coeur molle dans ma poitrine où la douleur est juste insupportable. Le bonheur, l'amitié... l'amour : je les rejette, je blâme leur existence qui n'apporte que souffrance. Oui. Je suis devenue une solitaire parce que je crache sur toutes ces choses, notamment les humains. Mais regardez-moi face à cette femme, tout ne se passe pas comme ça devrait se passer. En effet, c'est comme si je ne suis plus maître de mon corps et de mon esprit, réagissant avant même que je puisse penser l'action : cette flèche, elle et maintenant ce sourire. Je me sens fragilisée à ma manière, je me vois même un peu plus pathétique que ceux qui habituellement le sont à mes yeux.
    Et pendant que je reprends mon expression habituelle, elle rajoute autre chose... Lorsque je constante j'ai envie de nous envie de sourire, là je me maudis intérieurement me pinçant discrètement ma cuisse pour forcer mon corps à se concentrer sur la douleur. Merde quoi... Elle me prend pour une guerrière : Bon, j'ai beau prétendre ne pas l'être, on s'efforce malgré tout de le penser à cause de la façon dont marche mon cerveau. Je suis capable de calculer et visualiser plusieurs situations logiques l'espace d'une fraction de seconde dans un contexte donné. Quand je me bats, je visualise chacun des mouvements de l'adversaire, ainsi que les miens étant même capable de voir celle qui aurait le plus de succès sur ce dernier... Ce avant de reproduire cette enregistrement mental avec une bien plus grande vitesse dans la réalité, mais à l'identique. On m'a souvent traité de sorcière, parce que j'étais capable d'esquiver des coups qui semblaient de surcroît imprévisible... Seulement, l'imprévisible est bien vite ébranlé par mes analyses comme un jeu d'échec où les poings et les pieds, sont des pions dont je perçois tous les mouvements logiques qui mèneraient à la victoire. Peut-être suis-je une sorcière et cela est mon don, celui que m'a offert la Mort mon amie.    
 
    Dante a dit un jour à mon père, qu'il avait lu des choses sur des gens comme moi dans les livres : le monde d'avant la guerre nous nommes les « génies » ou bien les « sur-doués ». Tout est apparemment une question de Q.I, je n'ai jamais compris ce mot. Q.I, ça ne veut en plus rien dire. Cela dit, je ne suis pas une guerrière, disant seulement que je pense très vite et que je sais utiliser comme elle le dit, habilement mes mains pour tirer des flèches. Quand elle me demande si elle doit s'inquiéter de mes intentions et sans rien dire je me lève et me dirige vers ses épées, j'en attrape une avant de m'approcher dangereusement d'elle. Aurait-elle un réflexe de survie, va-t-elle vouloir se défendre malgré qu'elle ne soit pas pleinement rétablie ? Mais ce n'est qu'une fois à quelques centimètres d'elle que je lui tends manche de son arme, posant la lame de ce dernier sur mon cou tandis que je m'assois juste à côté d'elle. Affaibli ou non, physiquement parlant elle est de loin plus forte que moi, je le sais maintenant que j'ai touché son corps. Avec cette proximité, elle a pleinement le contrôle sur ma propre vie.
     « Je ne sais pas pourquoi je t'ai sauvé... » Répétais-je, mes yeux turquoise la fixant... « Mon corps a tout simplement agi en te voyant. » Je lâche l'épée quand je le sens de sa main. « Là où tu me penses courageuse, d'autre y voit juste de la folie... Et je ne suis qu'ici qu'en quête d'éléments pour une autre de mes inventions. » Je n'en dis pas plus, je ne veux pas qu'elle sache pour l'instant que ce que j'invente est une arme mortelle qui pourrait détruire la vie massivement comme les champignons d'autrefois qu'on raconte dans les histoires, mais à plus petite échelle. Le feu grégeois ne doit pas encore être révélé tant que je n'ai pas encore trouvé le moyen de le créer. « Ce que je t'ai étalé sur le corps, te rend complètement invisible devant les enragés qui sont aveugles et ne se repèrent qu'au son et à l'odeur. Pour eux, tu deviens un élément environnemental et le son de ton coeur un simple écho de ce milieu naturel. » Je baisse mon regard vers sa poitrine cachée par le drap l'espace de quelque seconde seulement et je rajoute. « Pardonne-moi de t'avoir touché sans ta permission. »



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Freya Black
la meute
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Frey
☾ métier : Ancienne Cheffe de clan du Désert
☾ compétences : Guerrière, pisteuse
☾ arme fétiche : Deux épées rituelles de son ancien clan
☾ origines : Née dans le désert du Nevada de parents qu'elle n'a pas connu
☾ statut : Aucune attache si ce n'est cette jolie blonde qui lui trotte dans la tête


☾ avatar : Alycia Debnam-Carey
☾ arrivée en enfer : 22/06/2018
☾ missives : 21
☾ tickets : 113
☾ crédits : Alma Adams


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   09.07.18 18:32


Who are you?




Juger les gens de nos jours était chose compliquée. Bien qu’en apparence votre interlocuteur puisse paraître plein de bonnes intentions ce dernier, par souci de survie, pouvait très bien vous enfoncer une lame dans le dos si le besoin s’en faisait sentir. L’honneur et la parole d’un homme ne comptaient plus dans ce monde déchiré. Seul les naïfs ou les imbéciles prenaient pour argent comptant les paroles de son interlocuteur. Et Freya n’était ni l’une ni l’autre. Ainsi, restait-elle alerte, observant la jeune femme à la recherche d’un indice sur ses intentions. Ce qui était sûr c’est que cette Alma ne devait pas être prise à la légère. Cependant et ce sans qu’elle puisse le savoir pourquoi, elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver un sentiment de confiance à son égard, comme si elle la connaissait. Hors c’était impossible. De ce qu’elle distinguait, sa peau n’était en rien marqué par le soleil et une telle blondeur de cheveux n’existait tout simplement pas d’où la fille du désert venait. Lorsqu’elle lui posa la question sur ses intentions, elle se tendit immédiatement lorsqu’elle vit Alma se lever et attraper une de ses épées. Son instant lui aurait-il fait défaut ? Alors que cette dernière s’avançait, Freya resserra sa main sur la pierre. Elle doutait de pouvoir s’en sortir si le combat s’engageait mais au moins aurait-elle essayé de résister. Freya ne dit mot, se contentant de fixer des yeux son probable adversaire. Elle ne baisserait pas le regard ni n’implorerait. Jamais. Contre toute attente, alors que la blonde ne se trouvait plus qu’à un pas d’elle, celle-ci lui tendit la poignée de son arme, lame posée sur sa gorge. Comme un automate, la guerrière agrippa le manche pour la maintenir en respect. La peur ne semblait pas saisir celle qui mettait désormais sa vie entre ses mains. Elle s’abaissa à son niveau pour finir par s’assoir à côté de la fille du désert qui gardait son épée bien en main, le visage fermé. « Je ne sais pas pourquoi je t'ai sauvé... » Le vert émeraude de Freya plongea dans le turquoise de la blonde, chacune sans aucun doute curieuse. « Mon corps a tout simplement agi en te voyant. » Freya pencha la tête de côté, troublée par ce regard et ces paroles. Ils faisaient naître en elle une quiétude qu’elle n’avait pas l’habitude de ressentir et c’était… Déroutant. Inattendu. « Là où tu me penses courageuse, d'autre y voit juste de la folie... Et je ne suis qu'ici qu'en quête d'éléments pour une autre de mes inventions. ». La fille du désert fronça les sourcils. « Sauver les inconnus est dangereux, Alma de Portland… » glissa-t-elle avait de se détendre et ajouter : « C’est autant une forme de courage… Que de folie » dit-elle en souriant légèrement tout en abaissant son arme pour la poser à ses côtés. Freya grimaça en bougeant avant de poursuivre : « tu inventes des choses ? Si c’est une huile pour la peau laisse moi te dire que tu devrais revoir sa composition… ça empeste ». Il était rare qu’elle se laisse à un peu d’humeur, mais ça, son interlocutrice ne le savait pas. « C’est très… ingénieux. » fit-elle en étalant un jouant avec la mixture sur sa peau. « Tu as inventé beaucoup de choses ? » Elle plongea de nouveau son regard dans le turquoise de la jeune femme, déviant légèrement sur ses lèvres. « Peut-être est-ce le destin que nos chemins se soient croisés ainsi… J’étais prête à rejoindre la Vallée de la Déesse… Tu m’as sauvé. Merci. J’ai une dette envers toi ». Freya observa le feu de camps en demandant : « vis-tu seule ? Tu appartiens à un clan ? »





©️️lastroadtohell
Revenir en haut Aller en bas
Alma Adams
sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.


☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 423
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 386
☾ crédits : dreazy (Avatar)


☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   10.07.18 5:46



"Who are you ?"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



   Il y avait bien d'autres moyens de montrer ma bonne fois et le fait que je n'étais pas une menace pour l'étrangère. Mais j'ai choisi la moins rassurante pour la femme à la peau bronzer, justement parce que je voulais réveiller en elle ce sentiment commun à toute créature vivante : la peur. La peur qui révèle généralement la véritable nature des gens, faisant tomber leur masque social qu'ils façonnent pour mieux manipuler l'entourage. Je l'ai vu la nature véritable de Freya, femme qui est prête à mourir sans pour autant renoncer à vivre. J'ai vu de la détermination malgré qu'au vu de son état, elle n'aurait eu aucune chance si je ne lui avais pas remis ma vie entre ses mains. J'y ai vu le coeur de la combattante qu'elle est, son regard fut sincère... Une violente sincérité dans la rage de vivre qu'elle dégageait dans les simples iris vert qui ornent son visage. Elle n'avait guère le regard corrompu d'un vil manipulateur, ou bien celui pourrit par la perversion d'un être dénué de moralité. Oh et je l'ai vu sa bravoure, la vraie courageuse ici n'est autre que cette femme. Moi, je ne crois pas mériter ce compliment.
    Lorsqu'elle dépose son épée, je ne bouge pas pour autant du lit de fortune que j'avais fait installer pour elle. Probablement peut confortablement, mais au moins elle était sur quelque chose. Mieux valait éviter qu'avec ses blessures, elle entre en contact avec la saleté du sol. Parce que généralement, ça ne finit jamais très bien pour la personne dont la blessure s'est infectée. Je suis restée accrochée à son visage particulièrement à son sourire aussi léger fut-il et le mien ne tarda pas à illuminer mon visage sous sa réplique concernant l'odeur sans aucun doute de ma mixture. Je ne cherche même plus à empêcher la manifestation de ces muscles audacieux, lasse d'essayer de garder mon air habituel. Si je dois me pincer le genou à chacune de ses répliques, ça ne va pas le faire. Lorsqu'elle me demande si j'ai inventé beaucoup de choses, j'acquiesce simplement de la tête avant de rajouter. « Pour la chasse. » Et pas seulement en fait, j'ai aussi inventé un système sonore pour prévenir qu'un intrus approche de ma demeure.

    Mais dernièrement, je planche sur la création de quelque chose qui n'a plus rien à voir avec mes précédentes inventions. Lorsqu'elle m'annonce qu'elle a une dette envers moi, j'ai un moment de malaise qui me traverse, bien que je tente de rien laisser transparaître. Je ne veux pas qu'elle se sente obliger de me devoir quelque chose. « Je n'ai plus de clan, j'y ai renoncé il y a longtemps. Je vis donc seul, mais pas ici... Je viens de New Abbotsford, plus loin vers le Nord à cinq jours de marche. » Je baisse un moment le regard avant de rajouter, bizarrement sans oser la regarder cette fois. « Tu pourrais payer ta dette à mes yeux en m'y accompagnant ? » Et juste après, ces mots je sens un creux dans mon ventre grandir. C'est là une sensation désagréable et ce n'est pas dû à la faim, non c'est autre chose... Je me sentais soudainement très mal à l'aise quand je repense à ma dernière phrase comme honteuse. « Pardon, c'est... c'est idiot. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. » Tout d'un coup, ma proximité avec cette femme me semblait bien trop oppressante, encore plus quand je pose mes yeux sur elle.
    Je décide de me relever comme si c'était un besoin vital à ce moment-là. Debout, mes bras longeant mon corps, je fixe un autre point pour tenter de reprendre une certaine contenance. « Et toi, Freya... D'où viens-tu ? Avais-tu un clan ? »



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Freya Black
la meute
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Frey
☾ métier : Ancienne Cheffe de clan du Désert
☾ compétences : Guerrière, pisteuse
☾ arme fétiche : Deux épées rituelles de son ancien clan
☾ origines : Née dans le désert du Nevada de parents qu'elle n'a pas connu
☾ statut : Aucune attache si ce n'est cette jolie blonde qui lui trotte dans la tête


☾ avatar : Alycia Debnam-Carey
☾ arrivée en enfer : 22/06/2018
☾ missives : 21
☾ tickets : 113
☾ crédits : Alma Adams


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   11.07.18 15:46


Who are you?




L’épisode de l’épée était pour le moins déroutant. Qui serait assez fou pour confier sa vie à une inconnue ? Certes elle l’avait sauvé, mais de nos jours ce n’était pas gage de confiance ou d’une quelconque assurance que la personne n’essaierait pas de vous planter un couteau dans le dos en retour. En ça Freya avait du mal à décider s’il s’agissait d’une preuve de courage de la part de son interlocutrice ou de folie... Sans doute un peu des deux… Ce qu’elle lui fit remarquer avec un trait d’humour. Dans tout les cas elle avait gagné son respect et ça, peu de monde pouvait s’en vanter. Lorsque la fille du désert la questionna sur la raison de sa présence à Portland, la blonde lui révéla qu’elle était en quête d’invention pour la chasse. Freya avait des difficultés avec ce concept. « Pour la chasse ? Et que chasses-tu à part les enragés ? » C’était intéressant car pour sa part la brune s’était toujours contentée des armes connues et des méthodes enseignées par ses ainés. « Généralement les gens sont plus intéressés par survivre que pour faire progresser les choses… » souffla-t-elle. Elle plongea de nouveau son regard dans le sien, s’y perdant un moment avant de lui dire avec un sourire en coin « tu es une originale. J’aime beaucoup ». C’était un simple constat qu’elle ne pu s’empêcher de lui dévoiler. Alma apportait une nouveauté et une autre vision de la vie qu’à son habitude. Cependant il était difficile à croire qu’elle ait survécu seule tout ce temps. « Vraiment ? » s’étonna Freya en haussant un sourcil. « Tu m’impressionnes. Il est rare de survivre seul. Surtout pour une… Femme du Nord. Et pourquoi y as-tu… Renoncé ? Tu dois être un atout dans un groupe si tu sais faire toutes ces choses ». Non pas que Freya ne la croyait pas, au contraire, mais quelle pouvait être la raison de vouloir être seule ? Un groupe immoral ? Un chagrin d’amour peut-être ? « Tu pourrais payer ta dette à mes yeux en m'y accompagnant ?» Au regard de ce qu’elle comprenait de son interlocutrice, cette demande étonna la jeune Freya. Le regard d’Alma se faisait fuyant, comme si elle craignait sa réponse ou était gênée d’une telle demande. La brune réfléchit un instant. « Je croyais que tu aimais la solitude ? Si tu étais faible je pourrais penser que tu souhaites une protection mais tu semble très bien te débrouiller seule » Encore une fois c’était un constat de la situation et non un refus. Cette Alma était vraiment une énigme. . « Pardon, c'est... c'est idiot. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. » Finalement elle n’aurait pas toutes les réponses aujourd’hui. Brusquement la blonde se relevait, visiblement très mal à l’aise. « Et toi, Freya... D'où viens-tu ? Avais-tu un clan ? » Freya dévisageait la jeune femme, en pleine réflexion. L’accompagner ? Pour aller où ? Etait-elle le signe que la fille du désert attendait afin de donner un nouveau sens à sa vie ? Elle finit par attraper avec sa main celle de son interlocutrice. Pour la forcer à la regarder. « Si c’est que tu souhaites… Je t’accompagnerai… Enfin tout dépend… » La brune jeta un œil à l’animal qu’elle avait ramené de la chasse. « … De comment tu vas accommoder ça » termina-t-elle en souriant. Freya se détendit un peu pour répondre à la dernière question. « Je viens du Sud. J’ai vécu dans un désert… Je dirigeai un clan il y a encore quelques jours… Mais nous avons été attaqués… J’ai du fuir pour les sauver… » Elle ne souhaitait pas entrer dans les détails. Pas encore. « Où veux-tu aller après ? » La question était légitime.



©️️lastroadtohell


Crimson
Revenir en haut Aller en bas
Alma Adams
sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.


☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 423
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 386
☾ crédits : dreazy (Avatar)


☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   12.07.18 4:03



"Who are you ?"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



   Quand elle me demande ce que je chasse à part les enragés, je lève un léger sourcil quand à l'idée de chasser un enragé. Il est vrai qu'on peut dire que je suis capable de chasser un enragé maintenant, entre celui que j'ai tué pour venger la mort de mon père et celui que j'ai dû abattre pour sauver cette femme. Mais, je n'avais pas vraiment réalisé que j'étais capable d'en chasser jusqu'à cette question. Je veux dire, risquer ma vie à marcher parmi eux grâces la mixture me semblait déjà quelque chose de grand et de fou. Mais je comprends aussi que c'est peut-être de sa part plus qu'une simple question, il y a un compliment derrière. Je crois, je n'en sais rien en fait, ça fait longtemps que j'ai cessé de comprendre les humains. Mais, ça me rend un peu fière. « Ce que tu auras dans ton bol ce soir. » C'était ce que j'avais ajouté d'une voix qui pourrait presque sembler complice, si je savais ce que s'était de l'être avec quelqu'un. Malheureusement, je n'ai pas eu l'occasion de l'être avec qui ce soit d'autre que mon père. Mais la complicité qui existe entre un parent et son enfant, est-ce la même chose que deux individus qui ne partagent aucun lien du sang ?
    Quand elle me dit que j'étais originale et qu'elle aimait beaucoup, l'espace d'un moment j'ai été frappée par la confusion. Est-ce seulement les borduriens qui s'obstinent à se méfier de moi ? Ou bien, c'est cette fille qui a des goûts particuliers pour les gens aussi bizarres que moi. Voilà qu'elle me force de nouveau à détourner le regard... Et pourquoi ça d'ailleurs ? Pourquoi je me sens comme étouffer quand elle me prend ainsi au dépourvu avec de telles paroles, sans avoir la moindre gêne dans son regard ? Pourtant, je respire sans aucun souci, sans aucune difficulté. Pourquoi, je me sens rougir alors que je ne suis pas fiévreuse ? La conversation bifurqua rapidement sur le fait que je n'avais plus de clan, que j'étais une solitaire. « Je ne veux plus compter sur les autres... » Avais-je alors répondu, mon regard s'étant baissé vers le sol... le ton de ma voix était redescendue, plus neutre sans être froide pour autant. Je déteste les humains pour leur lâcheté quand elle, elle me fascine pour le courage si particulier qu'elle a eu dans ce qu'elle croyait son dernier moment.

    Puis, vient ma proposition qui sort de je ne sais quelle pérégrination mentale farfelue. Et, c'est pour moi bien trop honteux que je sois celle qui l'ait proposé, moi. Freya a raison en plus, c'est tellement bizarre qu'une solitaire ait à faire ce genre de deal. J'ai après tout survécu seul jusqu'à maintenant et effectivement, je n'ai pas besoin de protection. Alors, ça sortait d'où cette connerie ? Évidemment, je lui réponds finalement que c'était idiot de ma part. Je ressens alors ce besoin de me lever, de m'échapper de ce qui semble se resserrer autour de ma poitrine au fur à mesure que cette proximité me semble bien trop... étrange à mes yeux. Et voilà que sa main attrape la mienne alors que j'étais sur le point d'aller retourner m'asseoir près de ce mur, bien en sécurité à l'abri de ce phénomène qui semble m'atteindre aujourd'hui. Elle me tire légèrement, assez pour que je me retourne de nouveau vers elle moi qui n'osais plus affronter son regard. Eh bien me revoilà plonger dedans et maintenant, je m'y laisse sombrer sans aucun désir de remonter à la surface.
    Elle m'explique qu'elle m'accompagnerait seulement si c'est moi qui le veux... Et voilà qu'elle me met face à une situation des plus compliquées pour moi : assumée le fait que ce soit moi qui veuille profiter encore un peu de sa présence. C'est si injuste, j'ai l'impression que ça l'est en tout cas. Puis, elle fait encore preuve d'humour à laquelle je réponds d'un sourire qui s'évertue à contrôler les muscles de mes joues. Ce lapin, je l'avais chassé bien avant que je la sauve de l'enragé. Il va falloir que je fasse quelque chose pour qu'on puisse le manger ça deux. Juste le lapin ne va rassasier aucune de nous deux. Elle profite de ce petit moment d'absence chez moi pour se présenter comme étant une ancienne cheffe de clan, fuyant pour sauver les siens. A ses mots je prends de nouveau la décision de m'asseoir près d'elle. « J'espère alors de tout coeur que ton sacrifice aura permis aux tiens de s'en sortir. » Je ressers ma main sur la sienne que je n'avais pas lâchée finalement. Malgré que j'ai quitté mon clan pour diverses raisons personnelles, je peux quand même comprendre à ma manière ce qu'elle doit traverser. A sa dernière question, je lui réponds en posant mon regard sur son corps. « Je rentrerai à New Abbotsford, quand tu seras guéri. »

    Un moment de silence s'installe, je ferme les yeux quelque seconde. Puis... « Je le veux... » Commençais-je simplement avant de rajouter. « Je veux que tu viennes avec moi. » Mon regard est de nouveau fuyant, semblant porter un plus grand intérêt au sol. « Me demande pas pourquoi... Mais je ressens le besoin de connaître la femme que tu es. Alors, pour te répondre... Je souhaite que tu m'accompagnes. » Ces derniers mots sont suivis d'un acquiescement de la tête de ma part. Voilà, ça c'est dit et je me sens mieux, libérée. « Donc tu as faim, si je comprends bien... Je vais aller préparer quelque chose, vaut mieux le faire avant la tombée de la nuit. » L'odeur pourrait attirer les engeances, enragés comme animaux infectés presque aussi horrible que les enragés. « Repose-toi un peu en attendant. » Elle a besoin de continuer à dormir, ne serait-ce pour que son corps se rétablisse plus vite.



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Freya Black
la meute
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Frey
☾ métier : Ancienne Cheffe de clan du Désert
☾ compétences : Guerrière, pisteuse
☾ arme fétiche : Deux épées rituelles de son ancien clan
☾ origines : Née dans le désert du Nevada de parents qu'elle n'a pas connu
☾ statut : Aucune attache si ce n'est cette jolie blonde qui lui trotte dans la tête


☾ avatar : Alycia Debnam-Carey
☾ arrivée en enfer : 22/06/2018
☾ missives : 21
☾ tickets : 113
☾ crédits : Alma Adams


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   12.07.18 11:04


Who are you?




« Ce que tu auras dans ton bol ce soir. » Encore une fois la réplique de la blonde allégea son cœur tourmenté. C’était si… Facile de lui parler que s’en était déconcertant. Après tout elle ne la connaissait que depuis quelques minutes, si on omettait tout le temps que Freya avait passé dans les vapes. Au fur et à mesure qu’elle en apprenait plus sur cette Alma, la fille du désert ne pouvait s’empêcher de vouloir en savoir plus. Pourquoi se retrouvait-elle seule sur ces terres ? Comment une fille aussi ingénieuse ne se trouvait-elle pas dans un groupe qui l’apprécierait autant pour sa personne que ses capacités ? « Je ne veux plus compter sur les autres... » Freya dodelina de la tête, sentant que tout comme elle, Alma avait son petit jardin secret qu’elle n’était pas prête de partager avec une inconnue. Plus tard peut-être. Ou pas. Seul l’avenir le dira. Un avenir incertain en ces temps troublés. Lorsqu’elle se releva sans aucune raison, Freya comprit qu’elle l’avait poussé dans ses retranchements. Regard fuyant, besoin de s’éloigner : il était évident qu’Alma était mal à l’aise lorsqu’elle s’ouvrait aux autres. Depuis combien de temps n’avait-elle pas fait confiance à quelqu’un ? Depuis combien de temps était-elle seule ? Freya n’était pas une sentimentale, tout du moins le pensait-elle… Alors pourquoi ressentait-elle le besoin viscéral d’apaiser les tourments sa sauveuse ? Ainsi la fille du désert la retint dans sa fuite en lui prenant la main. Son contact était agréable, ressentant une chaleur humaine qui lui avait manqué depuis son exil forcé. Elle qui s’imaginait pouvoir survivre seule, il n’en était rien. « J'espère alors de tout coeur que ton sacrifice aura permis aux tiens de s'en sortir. » La pression de sa main s’accentua légèrement, prouvant la sincérité de ses paroles. La brune acquiesça, le visage fermé, tentant de refouler une larme qui était prête à tomber. « Ils me manquent » avoua-t-elle la gorge serrée. « Mais je sais qu’ils ont survécu. Il ne peut en être autrement… De toute évidence mon destin n’était pas de continuer à les diriger…» Et contrairement à beaucoup elle y croyait dur comme fer. « Mais de te rencontrer… Crois-tu au destin Alma ? » Puis, comme pour se justifier, cette dernière répondit :« Me demande pas pourquoi... Mais je ressens le besoin de connaître la femme que tu es. Alors, pour te répondre... Je souhaite que tu m'accompagnes.» Freya n’avait pas détourné les yeux des siens, comme si ce fait était au-dessus de ses forces. La fatigue et les derniers événements devaient l’avoir atteint plus qu’elle ne le pensait. « Dans ce cas je le ferais » fit-elle en souriant. « Tes ennemis seront mes ennemis… Tes besoins les miens… Jusqu’à ce que le destin en décide autrement », fit-elle solennellement avant que les deux filles ne discutent cuisine sous l’impulsion de Freya. « Donc tu as faim, si je comprends bien... Je vais aller préparer quelque chose, vaut mieux le faire avant la tombée de la nuit. » La brune hocha la tête. « Cependant je pourrais revenir sur ma décision si tu venait à mettre de ta fameuse mixture dedans… Je préfère encore affronter une horde d’enragés que d’en manger… » Plaisanta-t-elle. « Repose-toi un peu en attendant.» Effectivement la guerrière sentait ses maigres forces décliner. Cette discussion, avec tout le maelstrom d’émotions étranges qu’elle avait apporté, l’avait épuisé. « Ne t’éloigne pas trop Alma de Portland… », dit-elle en fermant les yeux pour finir par relâcher la main de la blonde.


©️️lastroadtohell
Revenir en haut Aller en bas
Alma Adams
sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.


☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 423
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 386
☾ crédits : dreazy (Avatar)


☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   12.07.18 14:03



"Who are you ?"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



   J'hausse simplement des épaules quand il est question du destin, mon père croyait en un dieu, où plutôt... Une déesse qui dit-on, réside au sein de New Abbotsford. Si c'est vrai, je trouve ça dégueulasse que cette connasse de reine se garde une divinité seulement pour elle et ses citadins. Enfin, bref je ne sais pas vraiment ce que ça implique de croire au destin, j'ai toujours fait les choses sans vraiment me soucier de quel chemin j'arpenterai dans l'avenir, fixée à l'instant présent. Donc oui, je n'avais qu'haussé les épaules. Puis, encore une fois la proximité avec cette femme venait à nouveau de se resserrer autour de moi, presque en moi, me donnant l'impression que les serres d'un aigle géant se refermaient sur mon pauvre petit corps. Les mots qu'elle avait soigneusement choisis : mes ennemis seront les siens, ainsi que mes besoins les siens. Même si elle avait à nouveau rajouté de l'humour derrière cette phrase, encore une fois je ressentais sérieusement le besoin de m'éloigner d'elle. Alors, je me lève à nouveau sans répondre à sa dernière question pour récupérer le lapin et m'en aller dans l'autre pièce. Ce n'est qu'une fois sûre qu'elle ne me voit plus que je pose une main au-dessus de ma poitrine sous les battements de mon coeur bien trop affolé...
     Ma respiration s'était mise à accélérer, si j'étais restée auprès d'elle cette femme l'aurait remarqué. Je ne comprends pas du tout ce qui m'arrive ? Est-ce que cette femme me fait peur à ce point ? Un coeur qui bat de la sorte, c'est forcément de la peur n'est-ce pas ? Pourtant, pourquoi ai-je ce désir presque dévorant en cet instant d'être et de rester auprès d'elle alors que je ressens cette peur, si bien sûr c'est bel et bien de la peur ? Quel autre sentiment pourrait créer une telle autre tension en moi ? Je ne crois pas en connaître d'autre, hormis peut-être la colère. Oui. Mais voilà, je ne suis pas en colère et je connais assez ma rage, ma fureur et ma haine pour savoir que ce n'est pas ça. Oui. Elles ne provoquent pas un tel élan d'audace à mon coeur. Là c'est forcément de la peur, mais une peur que je désire ? Ca n'a aucun sens, c'est même complètement stupide. La peur est ce qui est lié à notre un instinct de survie, elle intervient pour nous prévenir d'un danger. Pourtant, il y avait nul danger ici, pas même une menace. Ce qui est ironique, c'est que mon coeur était complètement calme quand elle me tenait en respect, sans once d'une frayeur.

   Bordel, je marche à travers les enragés sans que mon coeur s'affole... Alors, pourquoi maintenant ? Pourquoi avec elle ? Je suis obligée d'attendre que ce dernier ralentit pour ne serait-ce que reprendre le contrôle d'une main moite et tremblante, ainsi qu'une respiration bien trop saccadée. Après une dernière inspiration et expiration, plusieurs longues minutes plus tard, je semble enfin revenir à mon calme. « Bordel ! » Ai-je craché envers moi-même, avant de m'en aller chercher le matos... Je sors de cette carcasse qui me sert de sac de voyage un récipient dont l'utilité est semblable à celui d'une casserole. Je place ce dernier sur un autre feu préparé pour l'occasion. Je commence d'abord par verser de l'eau dedans, puis j'y ajoute différentes herbes que je sortis aussi de mon sac, certains sont des épices que j'ai dues acquérir au marché noir. Puis, ensuite je place dans l'eau mes champignons découpés en tranche, champignon que j'ai moi-même récolté et lavé. Et je m'écarte laissant le feu faire son travail, ceci pendant que je vais m'occuper du lapin.
    Je commence avant tout, par lui retirer la peau, que je mets de côté, la peau de bête pouvant toujours servir. Je m'attache à ses boyaux après lui avoir ouvert le ventre. En effet, je retire tout ce qui susceptible d'être un déchet, sans pour autant les jeter. Je retire des boyaux, tout ce qui s'apparente à l'excrément de l'animal, excrément que je garde aussi... Ce dernier pouvant devenir un ingrédient pour ma mixture et vu qu'on est maintenant deux, il va falloir en composer une autre si on veut traverser la région avec un minimum de sécurité. Je nettoie à la suite les boyaux avant de le découper et le jeter dans l'eau qui avait commencé à bouillir et changer de couleur. Je coupe la tête et les pattes du lapin que je mets de côté le temps d'envoyer à l'eau, les cuisses et bras de la créature, ainsi que le reste de sa viande que je dépèce à l'aide d'une fine lame. Finalement, la tête et les pattes, c'est la seule chose que je ne garde pas.

    Quelques heures plus tard, l'odeur s'empare de toute la pièce. La dernière fois que j'ai cuisiné pour une personne, c'était pour mon père. Il était vraiment nul pour préparer à manger, se contentant de faire ce que tout bon chasseur faisait, foutre la bête sous le feu et attendre qu'ils prennent de la couleur. Je savais m'en contenter, mais c'était comme pour Freya et moi en cet instant. Cette méthode n'était pas nourrissante quand il fallait faire qu'avec un simple lapin, ou bien un rat. J'ai dû donc vite apprendre à cuisiner pour savoir préparer quelque chose de délicieux et nourrissant au cas où papa ou bien moi-même rentrions bredouille d'une chasse. Je sors deux autres récipients de mon sac et remplit les deux bols garnis en champignons et en viandes. J'avais avant ça goutté le bouillon qu'était devenue l'eau, un sourire naquit sur mes lèvres... dès que Je l'ai réalisé et il disparut aussitôt. Je me lève après avoir éteint le feu et je me dirige vers la pièce où devrait normalement se reposer Freya. Je m'arrête au niveau de la porte pour voir si elle est éveillée et quand je constate que ce n'est pas le cas, je m'approche et dépose les bols non-loin à côté de son épée, près de son lit.
    Je m'approche dans l'intention de l'agiter en douceur pour la réveiller. Mais je ne fis rien, si ce n'est que de la regarder pendant quelques secondes. Je ne suis plus gênée de le faire quand ses yeux sont fermées, quand ils ne me fixent plus et je peux voir à quel point... Elle est attirante. Avant même que je prenne conscience du geste, une main parcoure avec douceur sa joue. Quand je la retire, je la pose délicatement sur son épaule et l'agite avec cette même douceur. « Freya, il faut que tu manges maintenant, tant que c'est encore chaud. » Je l'agite jusqu'à ce que ces paupières s'ouvrent à nouveau. C'est vrai, elle a besoin de repos, mais aussi de reprendre des forces. Autant qu'elle mange, c'est bien plus essentiel à l'heure actuelle. Je récupère son bol et le lui tends. « Fais attention, le bol est chaud. » Je la regarde récupérer la cuillère de bois et mettre en bouche les aliments. Je reste silencieuse la fixant, je me surprends à m'inquiéter du fait qu'elle aime ou déteste ce plat, ne touchant guère mon bol sans avoir été rassurée, bien que je sache mon plat délicieux. Mais... Est-ce que ce que j'aime, c'est ce qu'elle aime ? On a tous des goûts différents. Donc, oui, j'ai peur qu'elle n'aime pas. Et évidemment, ce comportement ne me ressemble pas encore une fois.

    « C'est dur de lire en toi... Tout semble dure chez toi. » Dis-je un fixant ses muscles. Et qu'on je comprends que je raconte encore quelque chose de pas logique et de bien trop étrange pour que ça vienne de moi, j'essaye de trouver une solution pour rétablir un semblant de cohérence dans mes propos. « Je... je suis pas impressionnée, hein, je suis dure aussi ! Une noisette, j'la casse entre mes fesses tu vois... » Mais sans grand succès... Mais putain, pourquoi je dis de la merde quand elle me regarde ! « Okey, j'arrête de parler. » Dis-je en récupérant mon bol près de l'épée, le visage certainement rouge.



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Freya Black
la meute
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Frey
☾ métier : Ancienne Cheffe de clan du Désert
☾ compétences : Guerrière, pisteuse
☾ arme fétiche : Deux épées rituelles de son ancien clan
☾ origines : Née dans le désert du Nevada de parents qu'elle n'a pas connu
☾ statut : Aucune attache si ce n'est cette jolie blonde qui lui trotte dans la tête


☾ avatar : Alycia Debnam-Carey
☾ arrivée en enfer : 22/06/2018
☾ missives : 21
☾ tickets : 113
☾ crédits : Alma Adams


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   12.07.18 16:53


Who are you?




Son haussement d’épaule à l’évocation du rôle du destin lui démontrait que cette conception de la vie ne la touchait pas. Freya en était un peu déçu elle qui croyait que rien n’arrivait par hasard. Sa fuite, sa rencontre avec l’enragé, son sauvetage… Cette Alma qui désirait qu’elle l’accompagne dans son périple…  C’était le destin, elle n’avait pas d’autre explication. Nous avions tous un rôle à jouer et le sien semblait désormais tourné vers la fille en face d’elle. Sans qu’elle ne comprenne pourquoi Alma s’était une nouvelle fois levée, presque pour la fuir. Peut-être était-elle comme ça après tout. Freya ne voyait pas d’autres raisons ; Tout du moins de plausible ou de vérifiable à l’heure actuelle. Trop de questions se bousculaient dans sa tête pour le moment. Alma ayant disparu, la brune se permit de fermer les yeux pour très vite sombrer dans un sommeil réparateur.

Freya devait avoir plus besoin de repos qu’elle ne le pensait car c’est seulement après une sensation de toucher sur sa joue qu’elle s’extirpait de ses songes. D’habitude plus vigilante elle était normalement assez alerte pour détecter un individu approcher d’elle avant qu’il ne soit trop près. Cette sensation était-elle un mirage, une chose imaginée par son cerveau ? A moins que ça ne soit le vent… Elle ne savait pas jusqu’à ce qu’une voix ne la fasse battre des paupières. « Freya, il faut que tu manges maintenant, tant que c'est encore chaud. » Elle posa son regard couleur émeraude sur Alma qui lui tendait un bol fumant. « Fais attention, le bol est chaud. » l’avertit-elle. Freya acquiesça doucement tout en prenant en main la cuillère en bois qui flottait dans le potage. L’odeur était appétissante. Avec précaution elle portait une première bouchée à ses lèvres, soufflant dessus avant de goûter le plat. Elle ferma les yeux, tentant d’appréhender ces nouvelles saveurs. « C'est dur de lire en toi... Tout semble dure chez toi. » La fille du désert fût prise au dépourvu à cette remarque. Son incompréhension dû se voir car la blonde s’empressa d’ajouter : « Je... je suis pas impressionnée, hein, je suis dure aussi ! » Freya ne pût s’empêcher de laisser échapper un petit rire devant l’air gêné de son interlocutrice. « Okey, j'arrête de parler. » La brune continuait de la regarder, cette fois avec plus d’attention tandis qu’elle récupérait son propre bol. L’attitude d’Alma était de plus en plus étrange. Toutes ces remarques sur elle… Sa volonté qu’elle l’accompagne… Sa gêne évidente… Se pourrait-il qu’elle voit en elle autre chose qu’une compagne de voyage ? A moins qu’elle soit continuellement mal à l’aise en communauté… Mais alors pourquoi lui parler plus que nécessaire. Freya devinait quelque chose de plus profond mais il n’était pas temps de la confronter à ce qu’elle pouvait hypothétiquement ressentir. Cependant ça ne l’empêchait pas de la titiller un peu. « Tu as la main douce… », susurra-t-elle en souriant. Elle n’était pas totalement sûre que ça soit bien ce qui s’était passé, mais dans tout les cas elle espérait détendre un peu plus l’atmosphère, tout du moins confirmer ses soupçons. « Si ça peut te rassurer tu es une vraie énigme aussi… Courageuse... Dure... Fragile par moment. J’espère bien en apprendre plus sur toi dans le futur… » ajouta Freya en prenant une nouvelle bouchée. « En tout cas c’est délicieux. Dans le désert on ne prend pas le temps de faire toute ces choses à la nourriture. On se contente de le faire cuire… Et le manger. Ce sont des champignons ces choses ? ». Vraiment elle avait hâte d’en découvrir plus. « Quand je te disais que les gens se contentaient de survivre… Ils ne vivent pas vraiment. Ce plat… Ce plat me fait ressentir… La vie. Merci Alma. Où as-tu appris à faire toute ces choses ? Je veux dire… Cuisine. Chasser. Inventer ? ».



©️️lastroadtohell
Revenir en haut Aller en bas
Alma Adams
sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.


☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 423
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 386
☾ crédits : dreazy (Avatar)


☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   13.07.18 1:24



"Who are you ?"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



   Le bol en main, j'attrape ma cuillère et commence à manger de mon côté. Il faut vraiment que j'arrête de parler, plus ça va, mieux ça empire. Je suis tellement fermée avec les gens que j'ai dû certainement perdre l'habitude de parler de manière amicale sans que cela paraisse étrange. Finalement, peut-être que je suis faite pour être froide et distante avec les autres. Mais le problème, c'est que je n'ai pas envie d'être comme je suis d'habitude avec elle. Paraître dure et forte devant les hommes, devant des groupes, si déjà si difficile. Là avec elle, je ne ressens nullement le besoin de paraître autre chose. Oui. Pour les gens je suis bien des choses, mais aucune d'elles ne me définissent vraiment. Personne ne me connaît vraiment. Alors que je prends une bouchée de mon bouillon, j'entends alors Freya annoncer que ma main est douce. Sur le coup de la surprise, j'avale de travers et manque de m'étouffer, déposant mon bol sur le côté pour ne pas le renverser. Après plusieurs toux douloureux, dû aussi aux épices, j'inspire un bon coup.
    C'est tellement dur de se faire prendre la main dans le sac, mais ça me rappelle mon père quand il me surprenait dans l'une de mes bêtises à l'époque où j'étais haut comme trois pommes. J'ai observé Freya pendant de longues heures après l'avoir soigné, ceci en me questionnant sur le fait que je l'avais sauvé... Sur le fait que j'avais risqué ma vie parce que voir une autre femme solitaire, condamnée à une mort horrible, m'avait poussé à faire l'impensable. Mais est-ce seulement ça ? Je suis fascinée par cette étrange attraction qui me rend bizarre auprès d'elle. Mais suis-je vraiment bizarre ? Peut-être suis-je simplement moi-même ? Peut-être qu'à force de jouer le rôle de la survivante, j'ai fini par oublier qu'au fond de moi sommeille toujours Alma, celle avant tous les drames qui se sont abattus sur moi. Peut-être que par un moyen ou un autre, Freya révèle ma véritable personnalité ?

    Mes yeux se posent sur elle, alors que je l'écoute silencieusement. Je n'avais rien osé dire au sujet du fait que j'avais touché sa joue alors que je la croyais dormir. Ce geste de tendresse, je les fais en même temps que la pensée de vouloir la protéger me traversait l'esprit. Je ne sais pas du tout si c'est la pensée qui a poussé le geste, ou le geste qui a fait émerger cette pensée, mais les deux étaient sincères. Il y a aussi le fait que je n'ai pas eu de contact humain depuis très longtemps et je voulais peut-être ressentir sa peau sur la paume de ma main. Oui, c'est vrai je l'ai touché alors qu'elle était nue, mais c'était différent à ce moment-là. J'étais dans l'urgence. Lorsqu'elle me dit à la suite toutes ces choses à mon égard, avant de rajouter qu'elle voudrait en apprendre plus sur moi. J'acquiesce de la tête avec une nouvelle tension dans ma poitrine, je lui offre un sourire bien que mes pensées sont portées sur ce qu'elle a compris de moi et... Je me demande alors si c'est la vraie moi qu'elle décrit ?
    Quand elle me demande si ce sont des champignons, j'acquiesce de la tête tout en reprenant mon bol. Mon visage avait de nouveau viré au rouge, mais cette fois sans que j'en ai conscience. Heureuse de savoir que mon plat lui plaît, j'ai voulu bien faire les choses pour qu'elle se rétablisse bien. Je n'ai pas l'habitude de manger en compagnie des autres, alors autant bien faire les choses quand ça arrive. Sa dernière phrase me fait chaud au coeur, le fait que mon plat lui fait se sentir vivante. Mon regard se pose sur le sien, cette fois la gêne avait disparu pour laisser place à une forme de profonde gratitude. « Merci Freya, vraiment. » Commençais-je avant de rajouter. « Je n'avais pas partagé ce genre de moment depuis la mort de mon père et ce que tu me dis me touche vraiment. » Je reporte à la suite mon attention sur mon plat et c'est après une bouché que je lève mon regard vers une direction, un point qui mène vers nulle part dans la pièce. « Concernant ta dernière question... »

    Je prends un temps de pause avant de lui dire... « J'ai juste observé une fois ce qui m'était donné d'observer... J'ignore pourquoi, mais tout ce que je vois, même juste une seconde est gravé dans ma tête... Je me rappelle de tout et en détail, même le nombre de grain de beauté que tu possèdes. Je n'arrive pas à oublier, je peux me rappeler d'une conversation sans omettre un mot. Une conversation qui pourrait dater de dix ans. » Je pose mon regard sur Freya à la suite... « Ca, plus le fait que j'ai beaucoup d'imagination... Voilà, c'est le genre de monstre que tu as devant toi. » Je me concentre de nouveau sur mon plat. « Tu devrais manger tant que c'est encore chaud. »



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [PORTLAND] - Who are you ? - Alya   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PORTLAND] - Who are you ? - Alya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Road to Hell :: autour de new abbotsford :: Flashback-
Sauter vers: