AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

maintenance du forum prévue le 1er juillet au soir :


nouveau design & codage,


recensement des membres


et pleins d'autres nouveautés !


Partagez | 
  La surprise est l'épreuve du vrai courageVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

les lynx
☾ âge : 34 ans.
☾ surnom : Sam. Juste Sam.
☾ métier : Il forme au combat et au maniement des armes - et il gère la radio-pirate.
☾ maître : Il est son propre maître - bien qu'il obéisse aux ordres de son chef, du clan des Lynx.
☾ compétences : Sa force n'est plus à prouver, son intelligence n'est pas ignorée, Sam est l'homme de la situation quand la situation l'exige.
☾ arme fétiche : Sa radio innofensive au quotidien, son savoir illimité sur tout ce qui se trame à New Abbotsford, et un marteau qui ne le quitte pratiquement jamais.
☾ origines : Inconnues.
☾ statut : Célibataire.



☾ avatar : Chris Hemsworth
☾ dispo rp : 1/4
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 394
☾ tickets : 723
☾ crédits : LUX AETERNA.



☾ liens : Alisea
Blake
Victoria
Derek
Emma
Senja

☾ rp en cours : ☾ Alisea ; ☾ Derek


Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t495-sam-live-on-radiohttp://lrth.forumactif.com/t508-sam-l-ennemi-de-mon-ennemi-est-mon-ami
MessageSujet: La surprise est l'épreuve du vrai courage   09.06.18 9:47

La surprise est l'épreuve du vrai courage


Se retrouver dans des situations dangereuses, précaires et effrayantes, il a connu cela quasiment toute sa vie. Peu le savent, mais Sam a grandi dans un désert aride. Peu le savent, mais Sam a grandi loin des vampires et des enragés, bercé uniquement par leurs histoires terrifiantes à vous glacer le sang. Peu le savent, mais Sam a grandi dans un univers tout aussi sanglant et chaotique. Quelle illusion que d’imaginer un monde meilleur dans un monde sans vampire. Quelle illusion que d’espérer une Terre promise, dans un monde sans enragé. La pire erreur de l’être humain, c’est bien d’imaginer que les vampires et les enragés sont les seuls être sadiques et pervers dans ce bas-monde. Lui, il sait. Il connait la perversité de l’homme. Il connait le vice de l’homme. Il connait sa violence. Il connait sa luxure. Il connait sa barbarie. Il connait sa folie. C’est sans doute la raison pour laquelle il parvient à faire preuve de respect et de tolérance envers l’espèce surnaturelle et dangereuse que sont les vampires.  Et c’est sans doute pour cela qu’il ne rechigne pas à collaborer avec ces êtres effrayants et pourtant fascinants. Que n’y a-t-il pas de fascinant ? Leur immortalité. Tout le monde la rêve, tout le monde la désire. Leur jeunesse éternelle. Tout le monde en rêve, tout le monde la désire. Leur force incroyable et démesurée. Tout le monde en rêve, tout le monde la désire. Leur capacité de guérison. Tout le monde en rêve, tout le monde le désir. Il en est persuadé, quiconque ose prétendre le contraire ment. Et quiconque n’ayant jamais désiré les avantages de ces êtres nocturnes devait être fou. Se retrouver dans des situations dangereuses, précaires et effrayantes, il connait donc.

Beaucoup trop même.

Les Ruines, l’endroit qu’il connait sans doute le plus au monde. Pas seulement parce qu’il a grandi près d’ici, mais aussi et surtout parce qu’il y a choisi d’établir sa cachette. Son antre. Son domaine. Son territoire. Son échappatoire. Un endroit secret. Un endroit isolé. Un endroit où il lui est possible d’utiliser la célèbre radio-pirate, pour informer le petit monde de ce qui les attend. Beaucoup de personnes au fil des années ont pu arpenter le terrain que représentent les Ruines – mais aucun n’a su trouver son QG. Deux fois par semaine, entre dix-huit heures et vingt heures, lorsque le monde est trop effrayé à l’idée de rester coincé à l’extérieur, exposés et vulnérables, il se sait seul et intouchable grâce à ce danger. Et s’il n’a jamais été blessé lors de ces sorties non autorisées et risquées, il n’en a pas moins croisé des enragés sur sa route. Le risque vaut-il le coup ? Il vous répondrait sans hésitation que tout vaut le coup, tant que c’est pour la bonne cause.

Ce soir-là, il n’avait pas prévu d’utiliser la radio’. Il avait entraîné Alisea tout l’après-midi – ou presque – et il était encore trop ébranlé par ce contact inhabituel et nouveau avec la jeune femme. Aussi avait-il choisi de s’isoler un peu. Et la journée avait été si intense et si bouleversante – autant que les récents évènements, poussant à plus de vigilance et de craintes, qu’il n’avait pas vu l’heure passer. Le soleil commençait tout juste à décliner quand il réalisa qu’il lui fallait partir au plus vite s’il ne souhaitait pas faire de mauvaises rencontres – de celles qui vous glaçaient le sang ou vous paralysaient entièrement. Marteau en mains, sac-à-dos enfilé, il commençait à courir dans les Ruines pour rejoindre les souterrains qui l’amèneraient – il l’espérait – jusqu’à destination, quand un tonnerre se fit entendre, annonçant une soirée bien plus mouvementée et plus compliquée que prévue. Il le savait, il le sentait, ils n’allaient pas tarder à sortir de leur cachette. Grognant. Sifflant. Rageant. Les griffes prêtes à éviscérer et tuer, les crocs prêts à attaquer.  Alors il court, il court, il court, il court. Jusqu’à devoir se faufiler dans un cabanon abandonné. Si les enragés pouvaient vous tomber dessus, vous pouviez tout de même avoir une chance de passer inaperçus si vous étiez les rois du silence. Aussi était-il préparé à se transformer en statue s’il le fallait. Il n’était pas prêt à mourir, et ne le serait sans doute jamais. Personne ne pouvait l’être. Mais il était prêt à affronter quelque danger que ce soit – il s’y préparait chaque jour depuis ses quatre ans. Dans ce cabonon abandonné, froid et humide, piégé sans doute pour la nuit alors qu’il se trouve à seulement quelques mètres d’un lieu plus sûr, il voit sa vie défilée devant lui. N’est-ce pas ce qui arrive quand vous êtes sur le point d’être confronté à votre propre mort ? Puis, un mouvement. Un bruit. Il cesse de respirer un instant, avant que son regard ne s’habitue à l’obscurité et perçoive une silhouette non loin de lui. S’il pense d’abord faire face à l’une de ces bêtes indescriptibles, marteau en mains, il reconnait rapidement l’homme qui lui fait face. « Je suis pas le seul à avoir oublier le couvre-feu apparemment, » qu’il lance finalement, d’une voix basse. Si l’on n’entendait aucun enragé pour l’instant, tout pouvait arriver à n’importe quel moment. Il le savait pour l’avoir déjà expérimenté. Et perdu des hommes. « Nemrod, c’est ça ? » qu’il demande à son acolyte pour la soirée. Dans ces moments-là, c’était soit chacun pour soi, soit l’union fait la force. Et en ce qui le concernait, il n’était pas du genre à abandonner qui que ce soit derrière lui – ennemi ou pas ennemi.




unbowed, unbent, unbroken
▬Même sans espoir, la lutte est encore un espoir▬ Romain Rolland / L’Ame enchantée  + bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

sauvage solitaire
☾ âge : 37 ans
☾ surnom : Nemrod
☾ métier : Dirigeant de la Meute
☾ arme fétiche : Deux grandes dagues de chasse
☾ statut : Veuf



☾ avatar : Luke Evans
☾ couleur : #521214
☾ arrivée en enfer : 16/05/2018
☾ missives : 112
☾ doubleface : Dimitri Voltchenkov
☾ tickets : 261
☾ crédits : Luke Evans



☾ liens : Alma
Aydan
Daria
Sam
Emma
Alisea
Circé
...

☾ rp en cours : Emma Davis
Sam
Rp commun
Daria Vasily
Aydan E. Lovelace
Alma Adams

: Ulula mordeque acrius quam belua

Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t386-derek-wilson#10097http://lrth.forumactif.com/t391-derek-wilson-ulula-mordeque-acrius-quam-belua
MessageSujet: Re: La surprise est l'épreuve du vrai courage   14.06.18 17:04

    Il y avait peu de chances que la journée se termine bien. Déjà, peu après l’aube, Derek avait été tiré du sommeil par un gamin hurlant – un cauchemar, qui se répétait furieusement depuis que l’enfant avait vu un de ses frères d’adoption happé par les vampires, à la dernière rafle. A cet instant, l’homme avait béni la sainte patience d’Emma, qui seule, avait été capable d’apaiser les pleurs et les cris à percer les tympans, quand pour sa part, il eut bien fait avaler un oreiller au môme. L’homme était d’un tempérament mesuré –sauf quand seule une heure et demi de sommeil lui avaient été octroyé. Pas facile alors, de faire preuve de complaisance envers les agitations nocturnes d’un enfant. Réveillé, par la suite, il avait préféré aux cogitations de la recherche du sommeil, forcer ses muscles endoloris et épuisés pour se lever. Tant pis, il ferait la sieste plus tard se disait-il sans conviction ; il n’avait jamais réussi à se reposer autant qu’il l’aurait dû. Qu’importe, ses yeux ne se fermeraient plus pour l’instant.

    Les conséquences du manque de sommeil l’avaient entraîné à se montrer d’une froideur à peine mesurée avec les siens. Sans doute savait-on déjà, puisque les murs avaient des oreilles, qu’il était rentré quelques heures auparavant à peine de sa rencontre avec une immortelle, qu’il connaissait visiblement. Il n’avait pas encore été amené à expliquer les raisons qui l’avaient conduit, la veille, à cesser l’attaque menée sur la dite créature, mais sentait avec pertinence que l’on guettait le moment où il rassemblerait les siens pour en parler. Pour l’heure, seule Emma savait que ce n’était pas la première fois qu’il rencontrait la vampire rousse, et qu’elle lui avait déjà sauvé la peau. Vaguement irrité par cette idée, il s’attarda sur les flèches qu’elle lui avait laissé – des pointes de bonne qualité, à la tête solide, un présent plutôt intéressant en vérité. Cela le fit se renfrogner encore, car sa dette courait encore comme un mauvais présage au-dessus de sa nuque, et il fut satisfait de pouvoir aboyer sur un gamin qui se montrait un peu trop prétentieux avec son couteau.

    Le jour couchant annonçait venue l’heure de la chasse pour l’homme. Bien que le temps ne soit pas de son côté, il avait à cœur ces heures de solitude, volées aux siens. Le sens du devoir était plus qu’une directive, pour Derek, mais ces instants-là lui permettaient un équilibre dans son dévouement le plus fervent à la Meute. D’autant que sa rencontre, la veille avec la vampire n’avait pas encore été totalement digérée. Se perdre dans les sous-bois, à l’heure où le soleil éclairait encore les frondaisons, demeurait le meilleur moyen pour lui de prendre du recul sur une situation. Et le daim qu’il avait traqué pendant près de deux heures l’avait assez distrait pour qu’il en oublie la rousse, autant que la course du soleil.

    Le ramener à l’abri nécessiterait une marche trop lente qu’il ne pouvait plus se permettre, aux abords de la fin du jour. Il hissa la bête morte dans un arbre, comme à son ordinaire, prenant garde d’éviter le sang qui jonchait le tronc. Les enragés avaient beau ne pas résister à l’appel du carmin, ils demeuraient encore incapables de grimper aux arbres ; en priant la chance, peut-être ne trouveraient-ils pas la bête. L’homme leva les yeux vers les nuages qui s’accumulaient, choisissant de demeurer pour la nuit à l’abri d’une cahute qu’il connaissait plutôt bien, ramassant donc du petit bois. Au diable les enragés, il avait besoin de repos. S’y engageant, il prit le temps de calfeutrer suffisamment la porte branlante et les murs alentours, pour pouvoir passer une nuit somme toute plutôt sûre. Néanmoins, aux heures du loup, il entendit les cris des créatures qui se rapprochaient. Impossible que sa prise les ait appâtés, elle se trouvait trop loin et aurait dû justement, les distraire. Il se redressa de la petite couche qu’il s’était aménagé, et attrapa en silence sa lame tandis que des pas approchaient. Un sauvage les conduisait droit sur lui ! Un instant de colère passa dans son regard, et il resta raidi, jusqu’à ce que l’autre entre.

    C’était un homme qu’il avait déjà vu. L’obscurité ne causait pas d’ennui à Derek pour détailler les traits, reconnaissant enfin un sauvage des Lynx, pas vraiment le groupe qu’il préférait, mais enfin. Celui-là semblait correct, en comparaison des autres. Il abaissa sa lame, le saluant de la tête et acquiesçant en silence, quand il lui adressa la parole. Au dehors, les enragés semblaient hésiter entre la cabane et l’arbre où se trouvait le cadavre. Derek prit un moment pour répondre, aux aguets, préférant la certitude qu’ils ne les entendraient pas. Au bout de plusieurs minutes, les sifflements s’estompèrent ; vinrent bientôt des grognements et des bruits de griffe, au loin, et l’homme plissa le nez en devinant que sa proie se faisait dévorer. Rangeant sa lame à son fourreau, il se rassit sur la paillasse au sol et entreprit d’allumer un feu, jetant à l’autre un regard neutre, mais pas inamical.

    - Tu es Sam, il me semble. Que fais-tu si loin de chez toi ? Je pensais que les Lynx vivaient près de la Bordure.


Join the fight : Ethan & Amarok

Revenir en haut Aller en bas
avatar

les lynx
☾ âge : 34 ans.
☾ surnom : Sam. Juste Sam.
☾ métier : Il forme au combat et au maniement des armes - et il gère la radio-pirate.
☾ maître : Il est son propre maître - bien qu'il obéisse aux ordres de son chef, du clan des Lynx.
☾ compétences : Sa force n'est plus à prouver, son intelligence n'est pas ignorée, Sam est l'homme de la situation quand la situation l'exige.
☾ arme fétiche : Sa radio innofensive au quotidien, son savoir illimité sur tout ce qui se trame à New Abbotsford, et un marteau qui ne le quitte pratiquement jamais.
☾ origines : Inconnues.
☾ statut : Célibataire.



☾ avatar : Chris Hemsworth
☾ dispo rp : 1/4
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 394
☾ tickets : 723
☾ crédits : LUX AETERNA.



☾ liens : Alisea
Blake
Victoria
Derek
Emma
Senja

☾ rp en cours : ☾ Alisea ; ☾ Derek


Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t495-sam-live-on-radiohttp://lrth.forumactif.com/t508-sam-l-ennemi-de-mon-ennemi-est-mon-ami
MessageSujet: Re: La surprise est l'épreuve du vrai courage   16.06.18 14:23

La surprise est l'épreuve du vrai courage


Le silence était la meilleure arme lorsque l’on se retrouvait confronté à des enragés. Ils ne voyaient rien – il leur fallait bien une faiblesse, sans quoi les hommes et les vampires de ce monde ne seraient plus. Ils ne percevaient que les sons, l’odeur du sang et de la chair fraîche. Ils n’avaient qu’à bouger le petit doigt, être trop essoufflés, et ce pouvait être une longue et dure soirée. Mais Sam comprit très rapidement que les monstres de la forêt avaient leur attention centrée sur une autre proie. Aussi étaient-ils pour l’instant hors de danger. Mais pouvaient-ils vraiment l’être totalement ? Lorsque l’on était cernés et perdus dans la forêt, loin de chez soi, il existait peu de chances d’être tranquilles – et encore moins de survivre. Pourtant, ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait dans cette situation. Et il avait survécu. Parfois difficilement, parfois avec de l’aide, parfois avec chance. Mais il avait surmonté bien des épreuves, avait affronté bien des dangers. Pourquoi Dieu le maintenait-il en vie ? Pourquoi Dieu le protégeait-il ? S’il se posait souvent la question, il n’en cherchait pas véritablement de réponse. Il se contentait des faits et de la réalité. Il était vivant, il était là. C’était tout ce qui importait. Plus d’une fois il aurait pu baisser les bras, plus d’une fois il aurait pu abandonner la partie, plus d’une fois il aurait pu se laisser gagner par la peur, le chagrin et la souffrance d’avoir tant perdu. Mais s’il avait perdu énormément d’êtres chers, c’était principalement pour eux qu’il combattait et qu’il se donnait les moyens de survivre. Que leur mot ne soit pas vain. Que leur disparition ne soit pas oubliée. Beaucoup avaient combattu pour lui. Beaucoup étaient morts en le protégeant. Beaucoup s’étaient assurés qu’il arrive sain et sauf sur une nouvelle Terre – une Terre qu’ils avaient espérée et crue meilleure. Il vivait avec ces morts chaque jour depuis. Ses propres parents avaient perdu la vie pour cette quête et cet espoir. Il voyait en sa survie un héritage qu’il se devait d’honorer. Ainsi, il prenait le risque de sortir dans les Ruines deux soirs par semaine pour faire ce qui lui semblait juste. Il encourait les risques qu’il estimait valables et nécessaires pour son peuple. Pour tout homme libre. Et si aucun d’entre eux ne savaient qui était l’Homme derrière la radio-pirate, beaucoup montraient du doigt le clan des Lynx. Est-ce lui ? Ou lui ? Et pourquoi pas elle ? Ou bien elle ? Tout le monde était soupçonné, sans certitude. Et inutile de préciser que cela l’arrangeait bien. Si l’on venait à découvrir qu’il était derrière toute cette organisation, sa survie serait incertaine. Il n’ignorait pas la mort qui lui pendait au nez, tout comme il n’ignorait pas le danger dans lequel il placerait quiconque sachant qui il était.

Aussi gardait-il le silence. Aussi se montrait-il discret. Vigilant. Méfiant. Attentif. Patient. « Tu es Sam, il me semble. Que fais-tu si loin de chez toi ? Je pensais que les Lynx vivaient près de la Bordure, » du moins pensait-il l’être. Il n’avait pas prévu ni imaginé rencontrer une âme vivante dans ces bois abandonnés depuis des années. A vrai dire, il n’avait pas prévu de s’oublier et de repartir si tard. Tout comme il n’avait pas anticipé le temps qui se jouerait d’eux. « En d’autres circonstances, je te répondrais sans doute que j’avais envie de faire une petite balade nocturne, histoire de prendre l’air, » qu’il répond, ironique. L’humour pouvait être un excellent poison dans ce genre de situations stressantes et angoissantes. Et il en usait au maximum quand il le pouvait. « Notre soigneuse avait besoin d’une plante spécifique qu’elle ne trouve que dans le coin – je me suis proposé pour venir la récupérer, » qu’il ment sans honte et sans gêne. Il ne ment pas pour mentir, il ne ment pas toujours parce qu’il n’a pas confiance d’ailleurs, il ment pour protéger, il ment par obligation. « Et toi ? Il ne me semblait pas que vous étiez installés de ce côté-là, » qu’il renvoie la question juste pour la forme. En vérité, peu importe les raisons qui le poussent à affronter les ténèbres. A l’heure actuelle, il y a quelque chose de réconfortant et d’encourageant à ne pas être seul face aux démons de la nuit. « Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée… » qu’il ajoute lorsque Nemrod en question s’engage à allumer un feu dans le cabanon. Certes, ils allaient crever de froid sinon, mais les démons pouvaient être occupés ailleurs pour l’instant, ils pourraient revenir bien plus rapidement qu’ils ne l’imaginaient.

Et pour confirmer ses soupçons, le cri rauque et glaçant si répandu des enragés percent la nuit tombée. Il y a quelque chose d’extrêmement terrifiant à se retrouver au milieu de nulle part en pleine nuit, quand on se savait entouré et encerclé par des êtres sanguinaires, sans conscience et sans âme. Avides de sang. Avides de chairs. « Tu as déjà échappé à un enragé ? » qu’il finit par demander, chuchotant et attentif au moindre bruit suspect. A tout moment, ils pouvaient ne pas avoir d’autres choix que de fuir, courir sans s’essouffler et sans s’arrêter. Ou se faire dévorer et sombrer dans l’oubli le plus total. Car personne, personne ne viendrait réclamer leurs corps déchiquetés.






unbowed, unbent, unbroken
▬Même sans espoir, la lutte est encore un espoir▬ Romain Rolland / L’Ame enchantée  + bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

sauvage solitaire
☾ âge : 37 ans
☾ surnom : Nemrod
☾ métier : Dirigeant de la Meute
☾ arme fétiche : Deux grandes dagues de chasse
☾ statut : Veuf



☾ avatar : Luke Evans
☾ couleur : #521214
☾ arrivée en enfer : 16/05/2018
☾ missives : 112
☾ doubleface : Dimitri Voltchenkov
☾ tickets : 261
☾ crédits : Luke Evans



☾ liens : Alma
Aydan
Daria
Sam
Emma
Alisea
Circé
...

☾ rp en cours : Emma Davis
Sam
Rp commun
Daria Vasily
Aydan E. Lovelace
Alma Adams

: Ulula mordeque acrius quam belua

Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t386-derek-wilson#10097http://lrth.forumactif.com/t391-derek-wilson-ulula-mordeque-acrius-quam-belua
MessageSujet: Re: La surprise est l'épreuve du vrai courage   21.06.18 0:54

    Les étincelles qui jaillirent de la pierre illuminèrent un instant le visage de l’homme, qui prit soin d’éventer suffisamment les braises pour que de petites flammes bientôt viennent lécher les branchettes. Derek mesura toutefois la vigueur du flamboiement pour obtenir tout juste de quoi réchauffer les mains ; mais son ambition n’était pas la suivante. Aux propos de l’étranger, il lui jeta un regard indéchiffrable, le fixant un instant ; puis, il consentit à un léger sourire à la mention de la soigneuse, une jeune femme dont il avait déjà croisé la route. L’homme soupçonna un mensonge mais ne s’y arrêta pas. Cela ne le regardait en rien ; mais Derek savait qu’il n’y avait pas grand-chose qui poussait ici, du moins, pas plus qu’ailleurs. Peu importait, ce n’était pas son genre de se mêler des affaires du membre d’un autre groupe. Sam le questionna sur sa propre venue, et il ne répondit pas immédiatement, préoccupé par les grondements et les bruits de bouche qui parvenaient d’au dehors. Les créatures semblaient se disputer les meilleurs morceaux d’une proie copieuse, ayant usé tout le jour sa patience, et l’homme se rembrunit, agacé. Il répondit néanmoins d’un ton calme :

    - Je suis assez loin des miens, j’ai préféré passer la nuit ici. Le daim qu’ils sont en train de baffrer dehors m’avait pris l’après-midi.

    Il était suffisamment complexe de trouver du gibier sain pour ne pas avoir en plus à se le faire voler par les Enragés ; tant pis, il lui faudrait recommencer. Au moins le cadavre leur assurait-il un peu de paix, tant qu’il en resterait. Mais le sang avait jailli tout autour de l’arbre lorsqu’il avait accroché la bestiole, aussi cela devait-il les occuper un bon moment, le temps qu’ils nettoient correctement chaque goutte. Lorsque Sam mentionna le feu, Derek se redressa un peu pour lui jeter un regard calme, qui sous-entendait cependant qu’il savait bien ce qu’il faisait. Le cri qui résonna tout d’un coup leur perça les tympans, mais les bêtes demeuraient préoccupées par la chair du daim. Derek déplaça doucement une petite bûche pour lui permettre de mieux brûler.

    - Ils craignent le feu. Crois-moi, ça nous sera utile.

    Il en avait assez vu en dehors de cette partie du pays pour connaître à présent les faiblesses de ces créatures ; et la seule en vérité qui demeurait exploitable à hauteur d’humain, était bien celle-ci. A dire vrai, il ne se méfiait pas des Enragés autant qu’il le faisait avec les vampires. Ces monstres dénués de réflexion, répétaient à l’instinct un schéma d’attaque d’une simplicité animale, fonçant dans le tas sans chercher à comprendre ; malgré leurs atouts, il était persuadé qu’il demeurait plus simple de vaincre un Enragé qu’un vampire. Aussi, à force de réflexion pour éliminer ceux-là, des idées venaient-elles naturellement pour se débarrasser également des premiers.

    Il lui jeta un coup d’œil, hochant la tête à la question ; les rencontres avec les créatures s’étaient déjà faites trop nombreuses, mais malgré cela, ce n’était pas eux qui l’avaient le plus de fois menacé. La dernière fois qu’il avait failli crever, c’était bel et bien des humains qui l’avaient manqué, de peu ; les stigmates sur sa peau attestaient encore de l’endroit où la lame s’était enfoncée dans sa chair, ajoutant à ses multiples cicatrices une nouvelle preuve de sa chance insolente. Satisfait des petites flammes qui prodiguaient avec parcimonie un peu de chaleur au taudis, il se releva pour attraper son carquois, en tirant une flèche qu’il tendit à l’homme. La pointe était secondée d’un petit baluchon de feuilles molles, imbibées d’une huile poisseuse. Au dehors, l’agitation continuait dans un vacarme assourdissant, qui leur permettait au moins de savoir que les créatures n’avaient pas bougé de l’arbre, à près de cent mètres.

    - Nous n’avons pas beaucoup de chances de nous échapper, aussi est-il plus prudent de ne pas faire de bruit. Mais s’ils nous attaquent, on pourra essayer de se démerder un peu grâce à ça.

    Sa voix s’était faite un murmure. De la main, il désigna le feu puis la tête de flèche, et désigna l’extérieur, faisant comprendre qu’il fallait allumer le ballotin avant de l’expédier sur les créatures. Il se rassit calmement, alimentant le petit feu en ne le laissant pas prendre trop d’ampleur, et fit signe à Sam de s’asseoir près de lui sans un mot. Le silence dura un moment, alors qu’ils écoutaient bruire les Enragés. Peu à peu, les bêtes ayant du broyer le moindre des os, le calme revint et au bout de près de deux heures, des grillons se remirent à crisser dans les environs. Derek prit la parole, le ton un peu plus audible.

    - Il en reste forcément quelques-uns, mais je pense que le pire est passé. Le mieux est quand même de passer la nuit là.

    Il lui jeta un nouveau regard, et fit naître une ébauche de sourire sur son visage.

    - Tu sembles avoir pris bien des risques pour une poignée de plantes. As-tu trouvé au moins ce que tu cherchais ?


Join the fight : Ethan & Amarok

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La surprise est l'épreuve du vrai courage   

Revenir en haut Aller en bas
 
La surprise est l'épreuve du vrai courage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Road to Hell :: autour de la cité :: Les Ruines-
Sauter vers: