AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Maintenance prévue vendredi 28 septembre. Nouveau design et chapitre 2 !


Partagez | 
  Il y avait de la lumière - Ft. LyubaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yulian Gyllenberg
vampire type 2
☾ âge : 1260 ans.
☾ métier : Marchand d'armes - forgeron - orfèvre
☾ arme fétiche : Toutes les armes... Mais il préfère sa claymore et sa miséricorde.
☾ origines : Scandinaves.
☾ statut : Marié plutôt deux fois qu'une

A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto
☾ avatar : Aleksander Skarsgard
☾ dispo rp : Prenez un ticket
☾ couleur : goldenrod
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 132
☾ doubleface : Aydan E. Lovelace & Adam Hamilton
☾ tickets : 526
☾ crédits : Babine

Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt ejus
☾ liens : - Lyuba, épouse
- Lucrezia, infante

☾ rp en cours : -Lyuba
-Victoria

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t477-yulian-gyllenberg#11830
MessageSujet: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   05.06.18 16:52

La pleine lune dardait ses rayons glacés sur les immenses portes qui restaient désespérément closes. Nous avions passé la bordure extérieure où les gardes avaient plus ou moins accepté de donner un quelconque crédit à mes propos concernant mon identité. Leurs camarades eux, n’avaient pas cette prétention ou n’étaient pas suffisamment suicidaires pour risquer quoique ce soit. En temps normal, peut-être aurais-je pu les comprendre et tâcher de faire mon plus beau sourire charmeur pour obtenir qu’ils ouvrent cette satanée porte. C’était dommage pour eux : les temps n’étaient plus normaux depuis des siècles désormais. Avec le vaccin, c’était ma patience qui s’était envolée. L’âge me rendait d’une patience aussi limitée que l’intelligence des humains qui nous regardaient comme si nous étions des bêtes de foire prête à leur sucer le sang jusqu’à la moelle et…

Bonne idée. Je pourrais au moins passer le temps, non ? Peut-être pourrais-je trouver une utilité à leurs os une fois polis… Voilà une perspective qui eut l’avantage de me distraire alors que pour la énième fois, l’un de ces imbéciles était allé chercher un plus haut responsable. Nuls doutes qu’à force de remonter la chaîne, j’allais avoir droit à un gros poisson. Probablement pas celui que je désirais, cependant. Les bras croisés sur ma chemise, je ne lâchais pas l’attroupement des yeux. L’envie de les égorger pour m’amuser frôla mon esprit, perspective ô combien amusante pour moi mais qui ne les inviterait pas à nous laisser enfin entrer.

L’une des portes s’ouvrit pour ne laisser passer encore qu’un mortel. Il fut salué et on lui raconta encore l’aventure. Son haussement de sourcil m’informa que nous n’en avions pas encore terminé. Je regrettais l’ère du téléphone portable… Il m’aurait fallu d’un simple coup de fil… Avant. Maintenant, mon regard assombri accrochait la silhouette qui s’approchait d’un pas vif se voulant assuré. Se voulant. Seulement. Ils ne devaient pas avoir souvent à faire avec des vampires exigeant d’entrer malgré les ordres. Oui, exiger. J’avais passé l’âge de demander quoique ce soit. Encore plus quand la dirigeante des lieux n’était nulle autre que l’une de mes infantes.

Il s’inclina devant nous mais ne patienta pas qu’on le laisse parler. « Je vous présente toutes mes excuses mais les consignes de Sa Majesté sont claires : personne n’est autorisé à rentrer ou à sortir. » Il déglutit devant mon expression qui s’était d’autant plus fermée. L’odeur piquante de sa peur chatouilla mes narines. L’envie de les terroriser me fit un peu plus de l’œil. Mon regard le quitta pour se poser sur mon épouse. Bon sang, elle était si belle… Je m’en voulais de la faire patienter à cette porte. Raison de plus pour que je finisse par franchir la distance qui me séparait de l’humain qui sursauta.

« Ecoutez-moi bien : il est hors de question que nous patientions encore. Vous allez prendre vos jambes à votre cou et courir à toute vitesse jusqu’à la Tour. Là, vous demanderez à Lucrezia de venir après lui avoir dit que Lyuba et Yulian l’attendent. Suis-je suffisamment clair ? » Le regard perplexe et apeuré de l’homme fut le premier signal de son incompréhension. Avant qu’il ait terminé de prendre l’inspiration nécessaire pour me faire entendre ses protestations, je levais l’index pour le couper. « Maintenant. » Claquais-je d’un ton à l’autorité manifeste, allié à tout ce que mon être pouvait lui transmettre comme peur et comme injonction à se soumettre. A ma satisfaction, il couina et disparu rapidement.

Je me tournais vers Lyuba, venant prendre sa main pour y déposer un baiser. « Je crois que j’aurais dû envoyer un message… »


Père, pardonnez-leur...
... car ils ne savent pas ce qu'ils font.
Revenir en haut Aller en bas
Lyuba Sakharov
vampire type 2
☾ âge : 628
☾ métier : Stratège et tacticienne
☾ origines : Russe
☾ statut : Mariée


☾ avatar : Jaimie Alexander
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 792
☾ tickets : 1063
☾ crédits : Amber - Bazzart


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t479-lyuba-sakharovhttp://lrth.forumactif.com/t498-lyuba-sakharov-trompeuses-apparences
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   08.06.18 20:16

Jadis Yulian était un homme d'une très grande patience, capable de supporter de longues heures d'ennui forcé tout en trouvant à s'occuper en se plongeant dans ses pensées, mais cette époque était révolue depuis que le monde avait du faire face à l'Apocalypse et que la folie des Hommes ait emporté ce qui restait de sa tolérance à leur égard. Désormais il n'était qu'autorité et exigence, deux qualités qui prisent séparément étaient essentielles à sa condition, mais qui dans le cas présent faisaient de lui une véritable bombe à retardement dont l'aiguille de la soupape de sécurité commençait à basculer progressivement dans la zone de danger, laissant présager un futur carnage s'il n'obtenait pas ce qu'il désirait, à savoir entrer dans la Cité.

- Je crois que tu aurais du lui donner une missive avant de le chasser, Lucrezia aurait reconnu ton écriture et ton sceau.

Malgré le léger sourire et le ton amusé, Lyuba était en vérité toute aussi excédée que son cher époux, à ceci près qu'elle avait quelques siècles de moins en ce qui concernait l'érosion de son capital patience, aussi jouait-elle volontiers la carte de l'apaisement afin d'éviter qu'un massacre n'ai lieu. Cela ne ferait pas bonne impression pour leur première visite à New Abbotsford, et pourtant elle avait très nettement à l'esprit les expressions dangereuses de Yulian lorsque ce dernier se laissait aller à verser le sang d'autrui. Il avait beau avoir dépassé le millénaire, c'était encore un vampire dans la force de l'âge, son ancienneté lui conférant cette lueur sauvage et dangereuse au fond de ses prunelles claires, de cet éclat qu'on ne retrouve que chez les plus dangereux des prédateurs, couplé à une intelligence qu'il ne faudrait pas sous-estimer si l'on tenait à la vie. Lyuba plaignait presque les pauvres gardes en vérité, car pour faire leur devoir malgré la peur qu'ils éprouvaient face à la colère et à l'impatience grandissantes du Scandinave, ils ne manquaient pas de volonté et c'était sans doute cette dévotion et ce professionnalisme qui retenaient encore la main de son époux, sans quoi il y a belle lurette qu'il aurait fait un tapis rouge de leurs cadavres et ce jusqu'à la Tour s'il l'avait fallu. Une chance que ce ne soit pas le cas et, profitant qu'il se détourne d'eux pour lui faire un baise-main des plus appréciables, la Russe lui offrit un sourire aussi tendre que sincèrement amusé.

- Nous sommes déjà dans la première enceinte de cette Cité, laissons le temps à cet humain de réussir à trouver la Reine et tu verras que les dernières portes s'ouvriront rapidement. Je l'imagine assez en train de courir à perdre haleine, crois-tu que son cœur va exploser une fois qu'il sera arrivé en haut des marches ?

Elle rit avec légèreté, se rappelant fort bien de la fois où une telle chose était arrivée, le pauvre hère avait été si loyal et dévoué qu'il avait couru apporter une nouvelle essentielle à un roi d'une cité lointaine et, épuisé par la route et par la course, il avait succombé au beau milieu de la salle du trône, non sans avoir rampé en tendant une missive capitale à son suzerain. Les funérailles avaient été des plus honorables pour ce soldat, mais Lyuba ne pouvait s'empêcher de trouver stupide de se sacrifier de la sorte quand mourir au combat avait bien plus de valeur à son sens. Au moins Yulian et elle pouvaient-ils patienter tranquillement, leurs bagages se trouvant sur deux chevaux qu'ils avaient emmenés avec eux et qui semblaient capables de bien plus de patience que leur maître malgré le poids qu'ils avaient sur le dos.


The only thing you need
is a big great laugh
Revenir en haut Aller en bas
Yulian Gyllenberg
vampire type 2
☾ âge : 1260 ans.
☾ métier : Marchand d'armes - forgeron - orfèvre
☾ arme fétiche : Toutes les armes... Mais il préfère sa claymore et sa miséricorde.
☾ origines : Scandinaves.
☾ statut : Marié plutôt deux fois qu'une

A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto
☾ avatar : Aleksander Skarsgard
☾ dispo rp : Prenez un ticket
☾ couleur : goldenrod
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 132
☾ doubleface : Aydan E. Lovelace & Adam Hamilton
☾ tickets : 526
☾ crédits : Babine

Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt ejus
☾ liens : - Lyuba, épouse
- Lucrezia, infante

☾ rp en cours : -Lyuba
-Victoria

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t477-yulian-gyllenberg#11830
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   08.06.18 21:07

Je savais que Lyuba me comprenait bien plus qu’elle ne le montrait. L’avantage indéniable d’un mariage pluri centenaire. De mon côté, je voyais la tension de ses épaules et de son cou, à peine perceptible. Elle témoignait qu’elle aussi atteignait la limite de sa patience… déjà bien plus grande que celle qui me restait depuis l’Apocalypse. J’avais conscience qu’elle avait noté le changement chez moi. Qui ne l’avait pas fait ? Je ne m’en cachais pas : ma tolérance frôlait le zéro absolu, accompagnée de ma patience. L’on en était venu à me considérer comme une bombe à retardement qui avait l’avantage indéniable d’être capable d’exploser à la moindre occasion. Un peu comme de la nitroglycérine frelatée : on ne savait jamais quand la réaction chimique s’activait. Il y avait une unique goupille : celle qui me contemplait. Ses mots firent naître une moue mi contrite mi agacée.

« Un mail aurait été bien plus pratique. » Râlais-je pour le principe. Elle n’avait pas tort. J’aurai du laisser ma marque à quelque part. Peut-être sur son front, entre les deux yeux. Bon sang, une idée tardive mais délicieuse. « Sinon, j’en prends un et je lui imprime mon sceau sur le front… Avant de l’envoyer derrière l’autre… Qu’en dis-tu ? » Proposais-je, tentateur jusqu’au bout de mes ongles polis. Elle allait refuser, je le savais. Elle ne chercherait qu’à m’apaiser suffisamment pour que j’aie la patience de subir cette attente intolérable. Je me tournais rapidement vers les gardes. La loyauté à l’état pur s’il en était. Ils tremblaient de peur. Leur odeur titillait mes envies de meurtre. J’avais envie de leur faire face pour les effrayer un peu plus.

Mais pour l’instant, j’étais bien plus obnubilé par ma chère épouse dont le sourire à la fois tendre et amusé fut une récompense en soi. « J’espère lui avoir fait assez peur pour qu’il se dépêche. » Dis-je en jetant un autre regard aux congénères humains. Avant d’être attiré par le rire clair qui résonna dans la nuit. Je serrais sa main, charmé par ce son délicat. Sa question me fit esquisser une moue songeuse. « J’espère que oui… Lucrezia devrait apprécier le présent, non ? » Ma réponse était clairement amusée et intéressée. J’imaginais l’humain monter les marches en courant, chercher mon infante avant de s’effondrer et mourir. J’espérais pour ses congénères qu’il allait avoir le temps de passer le message. Sinon, ils n’allaient pas aimer la seconde solution qui s’offrait à moi.

Et là, je me demandais quelle était la solution que je préférais. L’envie de sang me donnait envie de jouer un peu et d’assouvir mes penchants. Bien que cela ne soit pas vraiment diplomatique comme projet. Je devais en convenir.


Père, pardonnez-leur...
... car ils ne savent pas ce qu'ils font.
Revenir en haut Aller en bas
Lyuba Sakharov
vampire type 2
☾ âge : 628
☾ métier : Stratège et tacticienne
☾ origines : Russe
☾ statut : Mariée


☾ avatar : Jaimie Alexander
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 792
☾ tickets : 1063
☾ crédits : Amber - Bazzart


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t479-lyuba-sakharovhttp://lrth.forumactif.com/t498-lyuba-sakharov-trompeuses-apparences
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   09.06.18 7:32

Ah, un mail. Yulian aimait à rappeler régulièrement ce que Lyuba essayait de ne pas se remémorer, à savoir ce que l'Humanité avait pu accomplir comme exploits avant de tout perdre par accès de vanité. Ils étaient allés sur la Lune, ils avaient envoyés des sondes à l'autre bout de la galaxie, ils avaient inventé d'ingénieux systèmes de communication capables de transmettre une information d'un bout à l'autre du monde en à peine une seconde... et ils avaient tout perdu, tout ça parce qu'ils avaient cru pouvoir toucher au divin, pouvoir transcender leur nature sans respecter l'évolution, sans se laisser le temps de le faire. Nombreux étaient ceux, mortels comme immortels, qui avaient trouvé cela d'une stupidité sans nom et si aujourd'hui il restait surtout des vampires pour s'en rappeler avec précision, l'erreur n'en demeurait pas moins lourde de conséquences. C'est ainsi qu'au lieu de passer un simple coup de téléphone ou d'envoyer un mail, l'on communiquait comme à l'époque où était née Lyuba, par missives et oiseaux messagers, à ceci près que désormais l'ennemi était partout, tapi dans chaque recoin d'ombre, guettant sa proie et prêt à fondre sur elle, se moquant bien du message qui n'arriverait jamais. En un sens, Yulian avait parfaitement le droit de désapprouver sans cesse ce retour en arrière, mais cela ne faisait qu'attiser son envie d'atteindre son objectif au détriment d'autrui, comme c'était le cas présentement.

- J'en dis, mon cher époux, que si tu maltraites ses gens, Lucrezia n'appréciera pas et qu'elle risque de refuser d'ouvrir la porte, et tu sais tout comme moi qu'elle aura bien raison.

Le Scandinave avait beau être son créateur, conserver son autorité et sa légitimité nécessitait parfois de tenir tête à ceux que l'on pouvait percevoir comme supérieurs à soi, par principe et parce qu'une femme au pouvoir se devait de ne jamais dévier de sa ligne de conduite, pas si elle tenait à ce qu'on la respecte et qu'on la considère comme fiable. De ce côté-là, le monde n'avait jamais tout à fait changé, il n'en avait pas eu le temps hélas, chose que regrettait beaucoup la Russe qui ne pouvait pourtant pas s'empêcher de sourire en imaginant un garde avec le sceau de cire sur le front en train de se précipiter chez la Reine, encore un autre spectacle auquel il conviendrait d'assister.

- Je suis sûre que le premier a eu bien assez peur comme cela et que la Reine appréciera. Et si jamais ce n'était pas le cas et que c'est encore un troufion qui nous revient, je m'occuperais du prochain messager. Cela te convient-il ?

Une lueur dangereuse brilla dans les yeux clairs de Lyuba, laquelle adressa un sourire complice à son époux qui, s'il était excédé, pouvait à présent constater qu'elle aussi avait décidé d'entrer dans la danse si jamais il devait y en avoir une de plus. De leur côté les gardes les observaient avec prudence et questionnement silencieux, nul doute qu'ils ne manqueraient pas d'aller jaser sitôt que toute cette histoire serait terminée, ce qui ne serait pas un mal pour la stratège : plus on parlerait de leur arrivée, plus il y aurait de chances pour que les ennemis de Lucrezia soient avertis et, par extension, entameraient alors un nouveau jeu qui serait davantage au goût de la brune.

- A défaut de cire qui risquerait de brûler la peau du messager, j'utiliserais une missive comme il est de rigueur, mais j'aurais un mot à l'oreille du porteur afin qu'il comprenne qu'il est dans son intérêt de mener à bien sa mission.

Yulian savait que lorsque le vocabulaire militaire commençait doucement à s'infiltrer dans les propos de son épouse que celle-ci basculait vers un mode de pensée bien plus efficace et dangereux que lorsqu'elle tentait seulement de l'apaiser. Son sourire se faisait d'ailleurs moins tendre et bien plus inquiétant, son regard se chargeant d'une promesse de violence si d'aventure le futur potentiel messager ne remplissait par son rôle. Oh bien sûr elle ne lui ferait rien subir directement, ce serait enfreindre les lois établies par Lucrezia et Lyuba ne ferait jamais cela à son amie, mais elle demanderait certainement réparation pour le préjudice subi, avec l'autorisation d'appliquer elle-même la sentence. En cela, elle était bien plus sournoise que Yulian qui lui était davantage sauvage et bestial, formant à eux deux un couple à ne pas prendre à la légère, quand bien même ils se pliaient aux convenances lorsqu'ils se trouvaient dans l'enceinte d'une cité.


The only thing you need
is a big great laugh


Dernière édition par Lyuba Sakharov le 11.06.18 6:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yulian Gyllenberg
vampire type 2
☾ âge : 1260 ans.
☾ métier : Marchand d'armes - forgeron - orfèvre
☾ arme fétiche : Toutes les armes... Mais il préfère sa claymore et sa miséricorde.
☾ origines : Scandinaves.
☾ statut : Marié plutôt deux fois qu'une

A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto
☾ avatar : Aleksander Skarsgard
☾ dispo rp : Prenez un ticket
☾ couleur : goldenrod
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 132
☾ doubleface : Aydan E. Lovelace & Adam Hamilton
☾ tickets : 526
☾ crédits : Babine

Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt ejus
☾ liens : - Lyuba, épouse
- Lucrezia, infante

☾ rp en cours : -Lyuba
-Victoria

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t477-yulian-gyllenberg#11830
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   09.06.18 14:54

J’aimais me rappeler l’époque amusante et distrayante que les humains avaient fait imploser par leurs propres défaillances. J’avais du mal à accepter que l’on soit revenu en arrière. Je ne supportais plus de devoir attendre des jours pour une réponse. Je prenais mon mal en patience mais chaque attente ne faisait qu’ajouter un grain de sable à mon compteur. Il était fort probable que je m’approchais, certes lentement, de la folie dont je ne reviendrais jamais. Les propos de mon épouse m’arrachèrent un feulement. Elle avait raison, je le savais. Mais je détestais cela. Ce n’était pas pour rien que j’avais refusé de fonder ma propre cité ou de céder aux appels de conspirateurs. Plus que jamais, je refusais d’agir contraint et forcé. Gouverner était une contrainte. J’avais perdu un nombre certain de mes infants, désormais je n’aspirais plus à régenter autre chose que mes affaires et mon éternité. Cependant, je n’avais rien perdu de mes réflexes de régent. Voilà pourquoi les quelques mots de Lyuba me réduirent au silence même s’ils m’irritaient d’avantage. Par leur réalité, justement.

« S’il couine de peur, ça devrait me convenir. » maugréais-je comme si je boudais. A vrai dire, je n’en étais probablement pas si loin. A la différence que bouder, chez moi, se terminait dans un bain de sang pour les pauvres hères qui se trouvaient sur mon chemin. On pouvait dire que le sang me détendait. J’étais né à une époque où tout se réglait dans la violence. Les autres périodes n’avaient que peu changé, en un certain sens. Les jours étaient devenus sombres quand tuer un mortel pouvait risquer de mettre tout en péril. On devrait les forcer à enfanter en chaîne. C’était sexiste parce que les femmes allaient devoir en payer le plus lourd tribut. Nous devions nous occuper de faire croître ces mortels puisqu’apparemment, ils n’étaient pas capables de le faire eux-mêmes.

D’ailleurs, qu’est ce qu’ils faisaient dans cette bordure ? Je savais qu’ils avaient choisi de ne pas entrer au service des vampires mais pourquoi ne pas aller ailleurs, en ce cas ? Il y avait des terres fertiles encore. Ils étaient capables de trouver des moyens de se défendre, non ? Définitivement non… J’étais en train de me demander si j’allais croiser un ou une pleurnichard.e qui m’expliquerait combien les vampires avaient tout volé à leurs ancêtres… bla… bla…bla… Combien de fois avais-je écouté ces discours ? Bien trop pour encore y croire. Leur hypocrisie était agaçante à souhait : ils voulaient être califes à la place du calife, tout simplement.

La douce voix de mon aimée rappela mon attention à elle. Hm… Du vocabulaire militaire ? Elle devait être bien plus agacée que je ne l’avais pensé. Lentement, je franchis la distance qui me séparait d’elle pour pouvoir enrouler un bras possessif autour de sa taille. J’étais littéralement incapable de lui résister lorsqu’elle parlait ainsi. Encore moins à cette lueur dans ses yeux clairs… Ceci dit, je ne lui résistais carrément pas en permanence. Elle faisait de moi ce qu’elle désirait et le savait pertinemment. Mes doigts trouvèrent sa joue si délicate. Sa peau était d’une douceur qui m’enchantait toujours. Je l’attirais contre moi lui volant ses lèvres pour un baiser éphémère et pudique. Elle n’aimait pas les manifestations publiques bien que parfois, je parvenais à la convaincre de céder quelque peu à mon charme.


Père, pardonnez-leur...
... car ils ne savent pas ce qu'ils font.
Revenir en haut Aller en bas
Lyuba Sakharov
vampire type 2
☾ âge : 628
☾ métier : Stratège et tacticienne
☾ origines : Russe
☾ statut : Mariée


☾ avatar : Jaimie Alexander
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 792
☾ tickets : 1063
☾ crédits : Amber - Bazzart


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t479-lyuba-sakharovhttp://lrth.forumactif.com/t498-lyuba-sakharov-trompeuses-apparences
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   11.06.18 7:01

L'expression légèrement boudeuse de Yulian en disait long sur cette attente qui devait lui sembler aussi longue qu'indigne de son statut, mais on ne pouvait décemment pas en vouloir aux soldats qui ne se tenaient pas informés sur l'identité des vampires les plus anciens qui allaient et venaient entre les Cités, surtout lorsque les vampires en question avaient une préférence pou la "solitude", comme on qualifiait désormais ceux qui n'étaient attachés à aucune Cité en particulier, quand bien même la plupart ne se déplaçaient jamais réellement seuls. Lyuba et son époux se suffisaient à eux-mêmes depuis longtemps déjà, non pas qu'ils n'apprécient pas la compagnie d'autrui, bien au contraire, mais le monde avait beau avoir changé, ils ne désiraient toujours pas se rallier sous une bannière plutôt qu'une autre, quand bien même il s'agissait présentement de celle de Lucrezia. Leur indépendance faisait leur force, le Scandinave n'avait pas vécu aussi longtemps en faisant des courbettes et son épouse avait été façonnée d'une manière similaire, bien qu'elle présentait déjà à l'origine des prédispositions à sa future condition. Trop indépendante, trop curieuse et trop éveillée pour son époque, sa rencontre avec l'homme qui ferait d'elle une immortelle fut à la fois une chance et un signe que sa destinée commençait alors. Depuis cette lointaine époque, ils ne se quittaient plus et si par malheur on les séparaient contre leur volonté, leurs fureurs respectives avaient été source de nombreux carnages dont certains se rappelaient encore. Quoi qu'il en soit, face aux portes closes, ils ne pouvaient rien faire d'autre qu'attendre et imaginer ce qu'ils feront subir aux prochains messagers qui auraient le malheur de ne pas aller prévenir la Reine en personne. Le bras que Yulian passa autour de la taille de Lyuba tira celle-ci de ses sombres pensées, un sourire en coin apparaissant sur ses lèvres juste avant que le baiser ne l'occulte, tendre et pudique comme elle les aimaient lorsqu'ils étaient en public. Elle n'avait jamais apprécié les démonstrations voyantes qu'elle trouvait bien trop vulgaires et indignes d'eux.

- Aurais-tu besoin de réconfort mon aimé ?

Susurra-t-elle avec un léger amusement, glissant une main sur sa nuque pour venir jouer avec les mèches blondes qui s'y trouvaient, son visage à quelques centimètres de celui de son mari, leurs regards perdus dans celui de l'autre.

- J'ai hâte de revoir Lucrezia, il y a une éternité que nous ne nous sommes vues... et j'ai bien envie d'un bain pour ôter la poussière du voyage.

Un sourire plus charmeur, une légère inclination de la tête, la Russe formulait en sous-entendu une invitation à celui qui partageait son éternité, son esprit cherchant à trouver des pensées plus attrayantes qu'une série de châtiments à infliger à des mortels qui, au final, faisaient comme ils pouvaient, un point c'est tout. Elle lui souriait avec une lueur au fond des yeux, quand soudain quelque chose attira leur attention presque au même moment, à ceci près que Yulian l'avait sans doute perçu une fraction de seconde avant elle, les deux tournant la tête dans un bel ensemble en direction des hautes portes gardées.

- Ah tout de même !

S'exclama Lyuba qui, embrassant cavalièrement les lèvres de son époux, s'écarta de ce dernier pour faire face à l'entrée, commençant à vérifier sa coiffure et son visage à l'aide d'un petit miroir de poche qui tenait dans la paume de la main, rajustant une boucle brune avant de sembler satisfaite, s'attaquant ensuite à sa tenue tandis que de l'autre côté du mur, une présence hautement familière s'approchait, son odeur délicate et reconnaissable entre mille portée par le vent. La Reine venait de quitter sa Tour, probablement à une vitesse indigne d'une Majesté, mais qu'importait lorsque l'on était immortel, l'on avait droit à tous les écarts.

- Tu crois qu'elle aimera mes cheveux courts ?

La stratège affichait un air à la fois impatient et légèrement appréhensif, sa main venant brièvement saisir celle de Yulian avec une fébrilité discrète qui trahissait le panel d'émotions qui était en train de se jouer en elle. Les retrouvailles de longue date n'étaient pas rien, qu'il s'agisse de deux amies ou de deux membres d'une même famille, or dans le cas présent c'était bien les deux à la fois qui se jouait ici sous le clair de lune et toute l'envie de violence venait de s'évanouir chez la Russe qui n'attendait qu'une chose : revoir le visage de Lucrezia.


The only thing you need
is a big great laugh
Revenir en haut Aller en bas
Yulian Gyllenberg
vampire type 2
☾ âge : 1260 ans.
☾ métier : Marchand d'armes - forgeron - orfèvre
☾ arme fétiche : Toutes les armes... Mais il préfère sa claymore et sa miséricorde.
☾ origines : Scandinaves.
☾ statut : Marié plutôt deux fois qu'une

A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto
☾ avatar : Aleksander Skarsgard
☾ dispo rp : Prenez un ticket
☾ couleur : goldenrod
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 132
☾ doubleface : Aydan E. Lovelace & Adam Hamilton
☾ tickets : 526
☾ crédits : Babine

Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt ejus
☾ liens : - Lyuba, épouse
- Lucrezia, infante

☾ rp en cours : -Lyuba
-Victoria

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t477-yulian-gyllenberg#11830
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   11.06.18 9:02

Je n’avais jamais aimé attendre. Encore moins depuis quelques siècles. J’étais déchiré entre ce que je savais être les réalités d’un pouvoir que j’avais refusé maintes et maintes fois et entre mon être qui réclamait pouvoir être au calme, non exposé aux regards. Je n’étais plus suffisamment patient. Ma solitude – toute relative grâce à Lyuba – s’expliquait par une tendance de fond qui frôlait une misanthropie de plus en plus exacerbée. Je ne voulais plus qu’être en contact avec des vampires. Et encore à condition que ces derniers soient soigneusement choisis. Un bras autour de la taille de mon épouse, je me répétais une énième fois que j’avais eu une chance immense qu’elle croise ma vie. L’attente, la repousser avaient été une torture. Il ne m’avait pas fallu longtemps pour l’aimer éperdument. J’avais tenu à ce qu’elle ait les chances d’avoir une autre vie, qu’elle prenne de l’âge et se gave de souvenirs de sa mortalité. Pas un seul instant je n’ai regretté de l’avoir demandé en mariage un soir d’été.

« J’ai toujours besoin de ton réconfort… » soufflais-je plus dans un élan de sincérité que dans un désir de la flatter. Elle savait l’étendue de mes sentiments pour elle. Il ne se passait pas une nuit sans que je prenne le temps de le lui rappeler d’une manière ou d’une autre. Ses doigts sur ma nuque me firent frémir, me détendant sensiblement. Je reserrais un peu plus ma prise sur sa taille. Je voulais aussi de la solitude pour pouvoir me perdre contre elle. Mais visiblement, j’allais devoir remettre à plus tard mes élans sentimentaux : ma tendre épouse n’avait que Lucrezia à l’esprit. Quoique… L’invitation ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd. Un lent sourire s’épanouit sur mes lèvres, sensuel et emplit de promesses que j’entendais bien tenir. J’allais ajouter quelque chose mais mon attention fut attirée par une agitation qui s’était précisée après l’avoir perçue s’approcher.

Je grondais quand Lyuba m’échappa. Bon sang, pourquoi fallait-il qu’elle s’écarte de moi ainsi ? Nous disposions d’au moins encore quelques secondes avant que la porte s’ouvre. Je me redressais, retrouvant une rigidité séculaire et une posture gravée dans mon être depuis que j’étais gamin. Je m’amusais de voir Lyuba se faire belle. Devais-je lui dire qu’elle l’était en toutes circonstances ? Même lorsqu’elle venait de faire un massacre et qu’elle était couverte de sang.

« Je crois qu’elle va être surprise mais qu’elle va adorer. » répondis-je à son inquiétude frivole. Ces retrouvailles, bien que motivées par une inquiétude profonde, étaient plus que bienvenues. Je souris à ma femme. « Tu es radieuse » Lui soufflais-je tendrement. Je serrais délicatement ses doigts pour la rassurer quant à ma présence. Il ne lui arriverait, jamais.


Père, pardonnez-leur...
... car ils ne savent pas ce qu'ils font.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Darras
reine de newabbotsford
« the world changes, we do not, therein lies the irony that kills us. »


☾ âge : 17 ans - 684 ans
☾ créateur : Yulian
☾ infants : .
• Magdalena
• toi ?
☾ esclaves : .
• Brona : femme de chambre
• Matthew : secrétaire
• Philip : coursier
• Telma : responsable des toilettes
• toi ?
☾ arme fétiche : une dague dotée d'un saphir incrusté dans le manche que son défunt mari avait fait faire spécialement pour elle.
☾ origines : elle se sait italienne, mais a vécu tellement de vies qu'elle ne sait plus si ce pays la caractérise vraiment.
☾ statut : veuve


☾ avatar : emilia clarke
☾ dispo rp : non
☾ couleur : darkcyan
☾ arrivée en enfer : 08/12/2017
☾ missives : 2140
☾ doubleface : blake le p'ti sauvage
☾ tickets : 1493
☾ crédits : lux aeterna


☾ liens : .
☾ VAMPIRES ☾
• Adam
• Ambroise
• Apolline
• Dimitri
• Erik
• Kali
• Kaspian
• Magdalena
• Megara
• Lyuba
• Rose
• Travis
• Victoria
• Yulian

☼ HUMAINS ☼
• Matthew
• Telma


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t30-lucrezia-darras-en-courshttp://lrth.forumactif.com/t54-lucrezia-darras-the-killing-of-pain
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   09.07.18 21:22


Il y avait de la lumière
feat. Lyuba & Yulian
Les portes de l'établissement de Travis s'étaient ouvertes laissant apparaitre une rue pleine de badauds. A peine franchies, je remis la capuche en place, cachant mon identité, bien que les deux gardes qui me suivaient ne trompaient personne. Je n'avais pas envie de perdre du temps pour les formules de politesses et les courbettes. Les effluves sensuelles de l'Oasis Pleasure et Adam derrière moi, je me concentrai désormais plus que sur ces deux étrangers qui insistaient pour entrer. « Ont-ils décliné leur identité ? » N’obtenant aucune réponse, je m'arrêtais net au milieu du pont menant vers la Grande Porte Intérieure. Les hommes de mains du chef des armées se lançaient des regards paniqués. « Ont-ils, oui ou non, décliné leur identité ?! » Le ton de ma voix laissait clairement entendre que j'étais en train de perdre patience, mais toujours aucune réponse. Je devinai alors qu'ils avaient oublié... Crétins ! « Vous rendez vous compte qu'à cause de votre incapacité à retenir deux mots, je suis dans l’obligation d'interrompre un rendez-vous d'affaire pour m'exposer peut-être à des individus dangereux ? » Les gardes s'excusèrent en cœur, patauds comme de jeunes chiots pas encore dressés. Dans un grognement de frustration, je me retournai aussi vivement que je m'étais arrêtée et continuai à me diriger vers l'entrée de ma Cité, fulminant contre ces incapables !

Arrivée devant la fameuse porte, je m'approchai de la lucarne permettant de voir qui se trouvait de l'autre côté. Une demi-seconde suffit pour que je comprenne qui m'y attendait. « Yulian ?! » Je fermai aussitôt avant de me tourner vers les deux gardes en uniforme qui se tenaient sagement derrière moi. « Ouvrez bande d'abrutis ! » Dans un grincement sonore les chaines se mirent en marche et la lourde porte de bois laissa apparaitre mon cher créateur et sa sublime femme. Je restai un instant le sourire aux lèvres à les observer. Yulian avait l'air tout aussi crispé que moi quelques instants auparavant, prêt à tuer quelqu'un, je reconnaissais bien là son impatience légendaire face aux humains, d'autant plus quand ceux-ci étaient incompétents. Quant à Lyuba, elle était toujours aussi radieuse, ses cheveux plus courts que la dernière fois que nous nous étions vus, faisaient ressortir les traits fins de son joli minois. Sans vraiment réfléchir, je m'approchai de celui à qui je devais tout et me blottis dans ses bras, respirant un instant son odeur rassurante, telle une petite fille retrouvant son papa. Après un instant nécessaire, je me détachai sans pour autant perdre le contact. « Quelle surprise ! » Maintenant qu'ils étaient là, je me sentais beaucoup plus légère et plus forte à la fois. Je me tournai enfin vers Lyuba afin de la saluer et la pris à son tour dans mes bras dans une accolade amicale. « Je suis tellement heureuse de vous voir ici ! Pourquoi ne pas m'avoir prévenue ? » dis-je en m'éloignant de quelques pas afin de les observer.
Du bout des doigts je désignai les affaires aux gardes afin qu'ils les fassent parvenir dans l'appartement qui leur était réservé, se situant dans la Tour. contrairement aux autres invités, Yulian et Lyuba avaient leur pied à terre ici, un appartement décoré avec gout, qui ne leur servait qu'à eux. « D'où me venez-vous comme ça ? J'espère que vous avez fait bon voyage ? » Enlaçant le bras de Lyuba au mien, je pris la direction de la Tour. Espérant obtenir un maximum de réponse durant cette courte marche, je continuai mon interrogatoire. « Aux dernières nouvelles vous étiez en Caroline du Nord, à NewCharlotte afin d'y passer le printemps. Si j'avais su .. » Heureusement leur appartement était régulièrement entretenu. « Je suis navrée que vous ayez dû patienter à la porte. Vous arrivez dans un contexte assez compliqué. J'ai dû prendre la décision de mettre la Cité en quarantaine. » Lasse de toutes ces histoires, je m’apprêtai cependant à leur raconter pour l'enragé, les morts et les blessés qui m'avaient contraint à prendre cette décision radicale.


©lastroadtohell



   
WITH THE MOON I RUN
far from the carnage of the fiery sun

© FRIMELDA


Dernière édition par Lucrezia Darras le 23.07.18 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yulian Gyllenberg
vampire type 2
☾ âge : 1260 ans.
☾ métier : Marchand d'armes - forgeron - orfèvre
☾ arme fétiche : Toutes les armes... Mais il préfère sa claymore et sa miséricorde.
☾ origines : Scandinaves.
☾ statut : Marié plutôt deux fois qu'une

A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto
☾ avatar : Aleksander Skarsgard
☾ dispo rp : Prenez un ticket
☾ couleur : goldenrod
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 132
☾ doubleface : Aydan E. Lovelace & Adam Hamilton
☾ tickets : 526
☾ crédits : Babine

Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt ejus
☾ liens : - Lyuba, épouse
- Lucrezia, infante

☾ rp en cours : -Lyuba
-Victoria

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t477-yulian-gyllenberg#11830
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   11.07.18 9:27

J’entendis l’ordre de Lucrezia et le bien dit « abrutis » fut savoureux. Insuffisant mais savoureux. Visiblement, mon messager avait oublié nos identités. Il y avait de quoi avoir un peu plus envie de lui faire retrouver la mémoire. Pour l’instant, j’étais bien plus accaparé par la silhouette gracile qui se dessinait au fur et à mesure que les portes s’ouvraient. Un sourire naquit lentement sur mes lèvres et j’ouvris les bras pour qu’elle y trouve un refuge, comme cela n’avait jamais cessé de l’être. Je la serrais avec douceur et une affection visibles. Je la relâchais dès qu’elle en manifesta l’envie. Je souris un peu plus en voyant les deux amies se retrouver. Au demi-reproche de Lucrezia, je penchais la tête « J’ai envoyé un mail mais il n’y avait plus de réseau. » Ouille une tentative d’humour. Preuve que j’étais un peu plus détendu. Je passais une main sur ma nuque et ajoutais. « Nous nous sommes précipités ici. » dis-je pour compléter ce que je venais de dire. Je franchis la distance vers mon infante et déposais un baiser sur son front. Un peu plus long que de coutume. C’était dire combien j’étais ému de la voir.

Je reculais aussitôt et avertis, d’un regard noir, les gardes de prendre soin de nos affaires. Je souris en voyant mon épouse et Lucrezia retrouver leurs anciennes habitudes… comme si nous ne nous étions jamais quittés. « Ne t’inquiète pas… Tu sais combien nous aimons aller par monts et par vaux… Nous sommes venus sur un coup de tête… » Pieu mensonge pour éviter de clamer haut et fort que nous étions arrivés à toute vitesse à peine avions-nous appris pour l’Enragé. Le temps d’effectuer le trajet rendait presque caduque l’intention. Je vins près d’elles, restant un pas derrière pour ne pas être dans leur espace. « Je sais, Lucrezia… Je sais. » Finalement, si elle-même l’évoquait, je n’avais plus à tourner autour du pot. « Nous sommes partis dès que la nouvelle nous est parvenue. »

Je souris mais fronçais les sourcils lorsque nous traversions une place. Je m’immobilisais le temps de contempler le jeune vampire qui venait d’ignorer le passage de sa reine. Je penchais la tête et ne le lâchais pas des yeux avant qu’il ne s’incline. Passant près de lui, je feulais en avertissement. Je n’étais pas pointilleux pour le protocole. En revanche, je l’étais quand il s’agissait pour les vampires les plus jeunes. Ils devaient le respect aux plus anciens.


Père, pardonnez-leur...
... car ils ne savent pas ce qu'ils font.
Revenir en haut Aller en bas
Lyuba Sakharov
vampire type 2
☾ âge : 628
☾ métier : Stratège et tacticienne
☾ origines : Russe
☾ statut : Mariée


☾ avatar : Jaimie Alexander
☾ arrivée en enfer : 01/06/2018
☾ missives : 792
☾ tickets : 1063
☾ crédits : Amber - Bazzart


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t479-lyuba-sakharovhttp://lrth.forumactif.com/t498-lyuba-sakharov-trompeuses-apparences
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   14.07.18 11:05

Yulian n'était pas avare en compliments, mais il n'était pas non plus un flatteur invétéré, de sorte que chaque compliment était toujours sincère, chaque mot ou geste tendre était désiré, sans aucune mauvaise arrière pensée. Ils formaient un couple depuis plus de six siècles et si nombreux avant eux étaient ceux qui avaient finit par s'entredéchirer, eux au contraire n'en était chaque nuit que plus proche encore, si cela était possible. L'attente se supportait toujours mieux à deux, mais celle-ci toucha à sa fin lorsque la présence de Lucrezia se fit sentir, agitant Lyuba qui acheva de vérifier que sa coiffure était convenable malgré le voyage à cheval, que sa tenue était à peu près propre malgré la terre et la poussière récoltées sur la route et dans la Bordure. La brune eut un sourire chargé d'amour et de tendre reconnaissance à l'égard de son époux, puis soudain la voix de Lucrezia lui parvint depuis la haute muraille et, entendant l'insulte qui fusa dans la foulée, la Russe eut un rire amusé en portant sur le Scandinave un regard complice, reconnaissant bien là son amie dont la présence se déplaça très nettement jusque de l'autre côté de la porte qui s'ouvrit pour laisser apparaitre sa silhouette. Un large sourire fleurit immédiatement sur les lèvres de Lyuba qui laissa les retrouvailles du père et de la fille se faire, non sans porter sur eux un regard attendri par cette scène. Elle avait la chance de demeurer auprès de son époux en permanence, mais celui-ci manquait toujours atrocement à ses infants, sans doute parce qu'il avait toujours été bienveillant et affectueux à leur égard, digne du meilleur des pères qui puisse être.

« Je suis tellement heureuse de vous voir ici ! Pourquoi ne pas m'avoir prévenue ? »

La serrant à son tour dans ses bras, la brune soupira d'aise en fermant brièvement les yeux, savourant le contact de son amie et sœur d'éternité, passant une main sur la chevelure blonde dont l'éclat n'avait heureusement pas changé. Le bonheur qu'elle éprouvait à la retrouver était au-delà des mots, aussi préféra-t-elle laisser le soin à Yulian de répondre, hochant la tête tout en relâchant Lucrezia qu'elle laissa lui saisir le bras avec un sourire, lui emboitant le pas avec une bonne humeur retrouvée. Lyuba aurait pu dire bien des choses en vérité, elle aurait pu appuyé son époux dans ses dires et en rajouter une couche, au lieu de quoi elle préféra ne pas alourdir ce poids qui devait déjà peser suffisamment sur les épaules de la Reine, serrant un peu plus son bras contre le sien tout en lui adressant un regard complice comme au temps jadis.

- Nous étions inquiets pour toi et ta sécurité. C'est dans ce genre de moment que la famille doit le plus s'entraider.

Elle passait sous silence, eut égard aux oreilles indiscrètes qui pourraient les entendre, la réaction qu'avait eu le Scandinave en apprenant qu'un Enragé avait pénétré la cité de sa fille et que, potentiellement, celle-ci était en danger de mort avec sans doute des espions et des traîtres dans ses rangs. La Russe elle-même avait été atrocement inquiète et il ne leur avait pas fallu plus de quelques minutes pour se décider à prendre la direction de New Abbotsford.

- Mais oublions cela pour le moment veux-tu ? Je veux que tu me parles de toi avant toute chose, de ta vie de Reine et de ceux qui t'accompagnent au quotidien. Et puis il faut que je te raconte tout ce que nous avons fait ces derniers temps, j'ai quelques anecdotes qui te plairont j'en suis sûre.

Un peu de légèreté dans ces retrouvailles ne pouvait pas faire de mal, pas après tout ce que Lucrezia venait sans doute de traverser et traverserait encore. Lyuba savait qu'un immense travail les attendaient, non seulement d'enquête, mais également d'aide auprès de son amie qui, si elle était entourée d'un Conseil relativement efficace, n'en demeurait pas moins seule sur son trône et exposée à de nombreuses rancœurs, ne serait-ce que de la part des sauvages de la Bordure ou même de celui qui avait introduit le monstre dans l'enceinte de sa cité. Quelque chose se tramait à New Abbotsford et Lyuba était prête à parier qu'il s'agissait de politique plus que d'une simple révolte.


The only thing you need
is a big great laugh
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il y avait de la lumière - Ft. Lyuba
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: new abbotsford : la cité intérieure :: Mur Intérieur :: Porte Principale-
Sauter vers: