AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Maintenance prévue vendredi 28 septembre. Nouveau design et chapitre 2 !


Partagez | 
  Life goes easy on me, most of the time (lyn)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ephraim Lawrence
propriété de newabbotsford
☾ âge : 19 ans.
☾ surnom : petit con. la star de la famille.
☾ métier : prostitué.
☾ maître : travis grant.
☾ matricule : NA6738201
☾ compétences : le sexe. la manipulation.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : timothée chamalet.
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #009999
☾ arrivée en enfer : 13/04/2018
☾ missives : 153
☾ doubleface : moira hensley - thebes ouaset.
☾ tickets : 476
☾ crédits : badlands


☾ liens :
⊰ lyn hawkins, cousine
⊰ philip carter, ami
⊰ suzana wood, chef (maman)
⊰ travis grant, maître


⊰ ankh se namon, voisine


⊰ aydan lovelace, concurrente

☾ rp en cours : ⊰ lyn hawkins
⊰ heathcliff godfrey
⊰ aydan e. lovelace

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t250-ephraim-lawrence-my-eyes-were-closed-but-my-mind-was-awakehttp://lrth.forumactif.com/t256-ephraim-lawrence-put-on-the-red-light
MessageSujet: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Sam 5 Mai - 18:31


And so it is
lyn & ephraim


Le jeune homme grimaça alors que les lueurs du soleil venaient se poser sur ses joues, le tirant d’un sommeil pourtant salutaire. Doucement, il ouvrit les yeux, papillonnant ces derniers jusqu’à ce qu’ils s’habituent à la lumière environnante et ne se posent sur un visage proche, trop proche de lui. Un visage qui l’observait en cet instant précis. « Bordel, t’es flippant. » grommela le jeune homme en se passant la main sur le visage. Il était peut être une œuvre d’art mais il n’était pas sûr qu’il était au maximum de son attirance au réveil. Heureusement que son interlocuteur d’ailleurs n’était pas un vampire de son côté au regard des rayons du soleil qui venaient caresser son épaisse tignasse rousse, ses traits durs et ses yeux d’un vert limpide et auxquels Ephraim ne savait rien refuser. Il avait plutôt bien gagné sa nuit malgré l’atmosphère lourde et envahissante qui prédominait ces derniers temps. C’était la raison pour laquelle il avait laissé le milicien passer le reste de cette dernière à ses côtés et n’avait pas cherché de nouveaux clients une fois leur petite affaire rondement menée. Il se tourna sur le dos, sentant toujours le regard de l’humain fermement accroché à son profil. « Ca valait le coup d’attendre. » Il ne put s’empêcher de sourire légèrement devant le compliment formulé par son client avant de pousser un petit cri de surprise en étant projeté contre la musculature de ce dernier. Celui-ci s’empara alors de ses lèvres, baiser auquel Ephraim répondit par réflexe avant de glisser sa main entre leurs torses pour repousser doucement mais fermement le milicien. « Du calme, Casanova. » Il se redressa, mettant davantage de distance. « Si tu veux un deuxième round, il faut allonger les billets. » Son interlocuteur se laissa retomber, la tête dans l’oreille, sa voix étouffée par ce dernier. « Bon sang, Ephraim, t’as vu l’effet que tu me fais. » Ledit Ephraim rit doucement en lui adressant un clin d’œil. « Je fais le même effet à tout le monde, Monsieur. » « S’il te plaît, me laisse pas comme ça… » « Tu es déjà resté toute la nuit, c’est un cadeau. » « Allez, tu me dois bien ça. » Les flashes de la nuit lui revinrent en mémoire et il se rappela qu’il avait été un des meilleurs moments de cette dernière. Bon, d’accord. « Bon, d’accord. Mais un petit coup rapide alors. Et après on fait table rase. » concéda-t-il avant de se laisser entraîner à nouveau sous les draps par son partenaire temporaire.

Quelques instants plus tard, fraîchement douché, il marchait d’un pas décidé à travers les rues de la Cité, sachant parfaitement où les pas le mèneraient. La vérité néanmoins est qu’il avait un peu mal à son divin postérieur et que l’air extérieur non saturé d’opium et d’alcool le rendait quelque peu fiévreux et nerveux. La dernière fois qu’il était sorti du cocon qu’était l’Oasis Pleasure pour lui, cela ne s’était pas très bien passé pour lui et quelques autres. A dire la vérité, cela se terminait toujours mal lorsqu’il mettait le pied dehors, ne serait-ce même que quelques minutes. Mais aujourd’hui, il avait envie de sortir et surtout de rendre visite à sa cousine. Ils ne s’étaient pas beaucoup vu depuis l’attaque de l’Enragé et surtout la mise à mort des parents de cette dernière. Certes, il n’appréciait pas ces derniers et ils le lui rendaient bien, tentant de l’ostraciser dans sa propre famille. Mais il demeurait qu’il appréciait sa cousine. Il aimait encore plus la rendre rouge cramoisi en étant ouvert à toutes les discussions même les plus gênantes. Il se souvenait de certains repas de famille où il n’avait eu de cesse de provoquer les membres de cette dernière jusqu’à finir par se faire expulser. Il avait pas la suite appris que Lyn avait pris sa défense une fois qu’il était parti. De telle sorte, qu’il s’agissait donc d’un devoir pour le jeune homme que de la soutenir du mieux qu’il pouvait, sans que désormais sa tante ne jette un regard noir ou qui sait un mauvais sort sur l’homme de petite vertu qu’il était.

Arrivé devant la bâtisse du Maître de la jeune femme, il poussa un sifflement admiratif. Elle s’en était pas si mal sorti en fait. Bon après, il ne le connaissait pas vraiment, si ce n’est ce que lui avait dit sa cousine à l’occasion et il n’était pas sûr de réellement l’apprécier. Il lui semblait avoir entendu dire qu’il avait des comportements bizarres lorsqu’il venait à l’Oasis Pleasure mais il n’avait jamais eu le plaisir, ou le déplaisir, de le rencontrer. L’essentiel était qu’il devait bien traiter sa cousine. Ephraim n’était pas quelqu’un qui pensait aux autres, certes, mais cela ne l’empêchait pas, par fierté sanguine, de protéger les membres de sa famille. Surtout ceux qu’il appréciait. Il sonna sagement à la porte, attendant qu’on lui ouvre. Il adressa un sourire à la silhouette fermée et âgée qui tira le lourd battant, tout en gardant sagement les mains dans le dos. « Bonjour, est-ce que Lyn est disponible ? Il y a une épidémie de chlamydia et j’ai été envoyé par l’équipe médicale pour lui fournir un traitement et faire en sorte qu’elle ne contamine pas trop de monde. » Devant l’air interloqué de l’esclave qui lui faisait face et ne savait manifestement pas s’il devait le laisser rentrer ou non, il poursuivit en grimaçant : « Vous savez comment ça se passe avec ces jeunes femmes à la cuisse légère. Une fois qu’elles sont lancées, on ne peut plus les arrêter et on n’a pas davantage envie de s’arrêter, nous les hommes. » Il partit d’un rire gras et donna un coup de coude à son interlocuteur, souhaitant manifestement le mettre plus encore dans l’embarras qu’il ne l’était déjà. « Bref, je peux ? » Finalement, on le fit entrer dans le vestibule mais on lui demanda d’attendre sagement qu’on vienne à lui. Evidemment, il était déjà en train de fureter et de toucher au mobilier précieux qui semblait avoir reçu de sérieux coups récents. Quel dommage !


tingle running through my bones, fingers to my toes. the boys and the girls are here. i mess around with them and i'm okay with it. i'm coming down, i figured out i kinda like it and when i sleep i'm gonna dream of how you ...
Revenir en haut Aller en bas
Lyn Hawkins
propriété de newabbotsford
☾ âge : 24 ans
☾ surnom : Trixy
☾ métier : Maintenance électrique
☾ maître : Thebes Ouaset
☾ matricule : NA6237701
☾ compétences : Réparer tout ce qui est électrique, c'est son truc, sa passion, son gagne-pain et son plaisir du quotidien
☾ arme fétiche : Un tournevis plat
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Coeur à prendre


☾ avatar : Jenna Coleman
☾ dispo rp : 3/3
☾ arrivée en enfer : 04/02/2018
☾ missives : 459
☾ doubleface : Travis Grant - Ruslan Hill - Lyuba Sakharov
☾ tickets : 818
☾ crédits : /


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t168-lyn-hakwins-une-electricienne-lachee-dans-la-citehttp://lrth.forumactif.com/t169-lyn-hawkins-light-in-the-night
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Sam 5 Mai - 19:25

Les rues de la cité arboraient encore leur manteau de neige que l'on avait tenté d'ôter ou, à tout le moins, de dégager du passage pour permettre à tout un chacun de se déplacer sans risquer une chute ou quoique ce soit du genre. Les pas de Ephraim le menèrent jusqu'à la demeure du Maître de sa cousine où on l'accueillit avec un air circonspect. Ici on ne le connaissait pas -pas encore en tout cas- et sa façon cavalière de s'adresser à la personne qui lui ouvrit la porte fut pourtant suffisamment intrigante pour qu'on le fasse entrer et patienter dans le hall tandis que l'homme montait rapidement les escaliers de la demeure, s'en allant chercher la jeune femme qu'il trouva dans sa chambre en train de rédiger un document.

- Hum Lyn ? Il y a un drôle de type en bas qui dit qu'on l'a envoyé pour te donner un traitement.

La concernée pivota sur sa chambre, fronçant légèrement les sourcils sans comprendre.

- Un traitement ?

- Oui, mais je crois qu'il raconte des conneries parce qu'il a parlé de toi comme d'une... enfin d'une...

Lyn se leva, intriguée, délaissant son travail tout en invitant d'un regard son collègue à continuer.

- ... d'une fille facile.

Il toussota, gêné, tandis que l'électricienne fronçait pour de bon les sourcils avant de demander ce qui avait été dit exactement et à quoi ressemblait l'homme en question, levant finalement les yeux au plafond à la mention de "belle gueule mais avec un air de petit con", feignant l'exaspération pour mieux dissimuler une pointe d'amusement.

- Ephraim ! Je suis sûre que c'est lui, mon cousin adore embêter son monde et me mettre dans l'embarras.

- Ton cousin ? Et tu veux qu'on le mette dehors ou... ?

- Non, non, c'est bon, je vais aller le voir, c'est si rare qu'il fasse le déplacement, je ne vais pas le chasser pour si peu. On va s'installer dans le petit salon, le Maître est absent et on attend pas de visiteurs, ça ne devrait pas poser de problème.

Sans être l'intendante de la maisonnée, elle était l'esclave la plus proche de Thebes et elle avait ici des habitudes qu'on aurait pu lui refuser dans une autre maison, avec un autre vampire moins conciliant. Le collègue et bon camarade acquiesça et l'accompagna lorsqu'elle descendit, lançant un regard méfiant à l'intention de Ephraim, presque comme un avertissement silencieux avant de s'éclipser, retournant vaquer à ses occupations tandis que Lyn s'avançait vers son cousin avec un sourire chaleureux et sincère.

- Ephraim ! Sale petite diva, qu'est-ce que tu racontes encore sur moi ?

Nulle colère pourtant dans sa voix alors qu'elle semblait réellement heureuse de le voir, s'approchant pour lui faire la bise et le serrer brièvement dans ses bras, éprouvant l'espace de cette petite seconde un sentiment de réconfort plus que bienvenue. S'écartant pour lui jeter un regard faussement sévère et plutôt amusé, elle le guida en direction du petit salon en question.

- Que me vaut le plaisir ? Tu essayes encore d'échapper à un client qui te harcèle ou bien tu avais besoin de prendre un peu l'air ?

La fausse légèreté était une manie de famille et tous les sourires et l'air espiègle de l'électricienne ne pouvaient faire disparaitre les cernes sous ses yeux, le chagrin tapis au fond de ses prunelles noisettes, et ce malgré le fait qu'elle ait l'air en bonne santé, aussi bien nourrie que bien traitée.


vivre et sourire
Il n'y a rien de plus difficile
ni de plus important
Revenir en haut Aller en bas
Ephraim Lawrence
propriété de newabbotsford
☾ âge : 19 ans.
☾ surnom : petit con. la star de la famille.
☾ métier : prostitué.
☾ maître : travis grant.
☾ matricule : NA6738201
☾ compétences : le sexe. la manipulation.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : timothée chamalet.
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #009999
☾ arrivée en enfer : 13/04/2018
☾ missives : 153
☾ doubleface : moira hensley - thebes ouaset.
☾ tickets : 476
☾ crédits : badlands


☾ liens :
⊰ lyn hawkins, cousine
⊰ philip carter, ami
⊰ suzana wood, chef (maman)
⊰ travis grant, maître


⊰ ankh se namon, voisine


⊰ aydan lovelace, concurrente

☾ rp en cours : ⊰ lyn hawkins
⊰ heathcliff godfrey
⊰ aydan e. lovelace

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t250-ephraim-lawrence-my-eyes-were-closed-but-my-mind-was-awakehttp://lrth.forumactif.com/t256-ephraim-lawrence-put-on-the-red-light
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Sam 12 Mai - 12:59

Ce qui le marquait le plus était le calme et le silence qui régnait dans les lieux. Il avait l’impression d’être dans une tombe. Une jolie tombe, s’entend. Mais une tombe tout de même. Il n’avait pas l’habitude des lieux où le silence régnait. C’était toujours étrange pour le jeune homme de se retrouver dans un endroit où nul éclat de voix ne s’entrechoquait par-dessus une musique lancinante et hypnotisante, un endroit où les odeurs étaient maîtrisés et loin de celles mêlant opium, alcool, lourds parfums et fluides corporels, un endroit où sa présence dépareillait clairement. Il se sentait rarement mal à l’aise et il savait toujours parfaitement comment se tenir pour attirer l’attention sur soi où qu’il se trouve mais c’était compliqué lorsqu’il n’y avait personne pour être spectateur de votre petit jeu. Alors, il se contenta d’attendre, se retournant en entendant des bruits de pas se rapprocher. Un large sourire en coin illumina progressivement ses traits, s’étirant jusqu’à rempli d’étoiles de malice ses yeux verts quand Lyn l’invectiva comme il se devait. Il se redressa d’un air impérial et froid, croisant les mains derrière son dos avant de répondre d’un air suffisant : « Sachez Miss Hawkins, que je n’énonce toujours que la vérité. » Du moins, sa vérité. Il rajouta en adressant un clin d’œil au mâle esclave et collègue sans le moindre doute de sa cousine : « Et qu’en général, on préfère que les choses rentrent dans ma bouche plutôt qu’elles n’en sortent. » Son amusement s’intensifia en observant le fard que piquèrent les deux humains, plus encore sa cousine, et il s’humecta les lèvres joyeusement. S’il y avait bien une chose qu’il adorait faire, c’était provoquer les personnes qui l’entouraient, qu’elles fassent ou non parties de son monde de stupre. Et sa cousine était évidemment sa victime favorite.

Après que l’esclave mâle soit parti, sans jeter un dernier regard inquiet et juge à Ephraim, celui-ci accueillit Lyn dans ses bras, serrant légèrement cette dernière avec sincérité, déposant un baiser sur le sommet du crâne de cette dernière. Il oubliait à chaque fois combien elle était minuscule. Il lui murmura dans le creux de l’oreille sur un ton se voulant sérieux mais qui ne l’était pas : « Ca fera 50 pièces mademoiselle. » Avant de la suivre dans une petite pièce au charme suranné et décoré avec style. Il promena son regard sur les trésors antiques qui faisaient office de décoration. Les antiquités égyptiennes et grecques se mêlaient dans un balai curieux mais harmonieux. Il finit par se laisser tomber de tout son être sur l’un des canapés moelles, grimaçant légèrement lorsqu’une douleur aussi vive que fugace émana de son postérieur, lui rappelant qu’il avait bien travaillé la nuit dernière. Il glissa d’ailleurs un cousin de velours rouge sous ses petites fesses en or avant de reporter son attention sur la jeune femme. « J’ai autant de clients potentiels et rejetés à l’extérieur qu’à l’Oasis. D’ailleurs, j’ai eu droit à un traitement de faveur de la part d’un des miliciens frustrés la dernière fois. Franchement, certains hommes ne savent pas ce que non veut dire. » Il secoua négativement la tête. Fort heureusement, Travis était un Maître attentif qui évitait que ce genre d’incident, notamment vis-à-vis des collègues féminines du jeune homme, ne survienne. Il demeurait qu’il ne pouvait pas tout maîtriser, moins encore l’extérieur, et Ephraim avait dû réconforter trop souvent ses amies. C’était dans ces moments là qu’il réalisait qu’il avait de la chance d’être un garçon. Certes, il n’était pas traité d’égal à égal la plupart du temps et moins encore avec égards. Mais il subissait moins que les représentants du sexe faible.

Il poussa un nouveau soupir avant de poser son regard sur sa cousine. « Non, je venais voir comment allait ma cousine préférée. » Sa seule cousine aussi mais il n’y avait pas besoin de le préciser. Il l’observa attentivement, ayant l’habitude d’étudier et d’analyser toutes les personnes qu’il était amené à rencontrer depuis sa plus tendre enfance. Il fallait bien vérifier que lesdites personnes n’allaient pas le blesser et jusqu’où elles pouvaient le blesser, ce qui finissait toujours par arriver. « Comment tu t’en sors ? » lui demanda-t-il d’un air grave et sincère, s’inquiétant pour elle malgré son apparente indifférence à tout et tous. Histoire de détendre l’atmosphère et éviter qu’elle ne devienne trop lourde et pesante, les lieux l’étaient déjà pas besoin d’en rajouter, il poursuivit après quelques secondes de silence : « Et tu t’es toujours pas tapé ton Maître ? »


tingle running through my bones, fingers to my toes. the boys and the girls are here. i mess around with them and i'm okay with it. i'm coming down, i figured out i kinda like it and when i sleep i'm gonna dream of how you ...
Revenir en haut Aller en bas
Lyn Hawkins
propriété de newabbotsford
☾ âge : 24 ans
☾ surnom : Trixy
☾ métier : Maintenance électrique
☾ maître : Thebes Ouaset
☾ matricule : NA6237701
☾ compétences : Réparer tout ce qui est électrique, c'est son truc, sa passion, son gagne-pain et son plaisir du quotidien
☾ arme fétiche : Un tournevis plat
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Coeur à prendre


☾ avatar : Jenna Coleman
☾ dispo rp : 3/3
☾ arrivée en enfer : 04/02/2018
☾ missives : 459
☾ doubleface : Travis Grant - Ruslan Hill - Lyuba Sakharov
☾ tickets : 818
☾ crédits : /


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t168-lyn-hakwins-une-electricienne-lachee-dans-la-citehttp://lrth.forumactif.com/t169-lyn-hawkins-light-in-the-night
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Dim 13 Mai - 9:15

Ephraim n'avait de "petit con" que le "con" car en vérité il était loin d'être petit et entre lui et Lyn, c'était cette dernière qui l'était réellement, ne dépassant pas le mètre cinquante-sept, ce qui permettait à son cher cousin de l'embrasser sur le dessus de la tête avec affection, avant que la mention des cinquante pièces ne la fasse éclater de rire et qu'elle ne lui donne une tape sur l'épaule. Évidemment, il ne pouvait pas s'en empêcher, mais c'était rassurant de voir qu'il restait fidèle à lui-même malgré les récents évènements. Le guidant jusqu'au petit salon, elle l'observa s'installer en ajoutant un coussin et se contenta de hausser un sourcil avec un air compréhensif sur le visage : il devait sans doute avoir eu beaucoup à faire, même si elle préférait éviter d'aborder ce genre de sujet, sans quoi cela risquait fort de déraper.

- Beaucoup d'hommes sont ainsi, mais si tu as su t'en dépêtrer alors je suis rassurée.

Elle se souvenait l'avoir déjà vu avec des marques qu'il n'avait pas eu le temps de lui cacher, affirmant alors que c'était son choix et que le client avait du payer un supplément pour avoir le droit de le malmener un peu, mais il n'empêchait qu'elle désapprouvait que certains actes charnels aillent aussi loin... Pourtant au vu du monde dans lequel ils vivaient, elle se doutait bien que certains aspiraient à davantage de violence dans leur quotidien, comme si celle qui existait déjà n'était pas suffisante. Ce monde était vraiment tordu parfois et plus que jamais elle en avait désormais conscience. Que Ephraim vienne voir comment sa cousine "préférée" allait ne manqua pas de faire sourire cette dernière qui appréciait toujours son humour, peu importe la façon dont il le tournait certaines fois.

« Comment tu t’en sors ? »

La gravité soudaine du ton du jeune homme marqua un arrêt chez Lyn qui le fixa soudain avec le même sérieux, son regard se voilant de ce chagrin qui tentait de refaire surface chaque fois que le souvenir de ses parents s'imposait à son esprit. Elle le chassa pourtant, forçant un sourire qui, s'il ne monta pas jusqu'à ses yeux noisettes, avait le mérite de se vouloir rassurant.

- Je m'en sors bien, ne t'en fait pas. Je ne manque de rien.

Elle avait prit place dans un fauteuil en face du sien, séparé par une petite table basse qui permettait d'accueillir un plateau en cas de besoin. Le silence s'installa durant quelques secondes tandis que l'électricienne cherchait ce qu'elle pourrait bien lui raconter pour changer de sujet, lorsque son cousin décida de s'en occuper à sa façon.

« Et tu t’es toujours pas tapé ton Maître ? »

Lyn écarquilla les yeux et rougit violemment, relevant la tête vers le jeune homme avec un air à la fois gêné, outré et troublé.

- Ephraim !

Elle voulu l'engueuler, de toute évidence, mais tout ce qu'elle parvint à prononcer fut un ensemble de bégaiement avant de secouer la tête et de se passer une main sur le visage, se raclant la gorge avant de reprendre assez contenance pour finalement lancer un regard vindicatif à son cher cousin.

- Je t'ai déjà dit qu'il n'était pas question de ça ! Il est gentil avec moi c'est tout ! Et moi je m'occupe de lui comme n'importe quelle autre enregistrée se doit de le faire. Je ne comprends pas ce que vous avez tous avec ça...

Acheva-t-elle en soupirant fortement, avant de porter sa main gauche à son poignet droit, venant serrer machinalement quelque chose de rigide sous sa manche dont le tissu, bougeant légèrement, laissa entrapercevoir un éclat doré. A ce seul geste, la jeune femme sembla se calmer et, prenant une nouvelle inspiration, sourit à son cousin avec une douceur retrouvée.

- Est-ce que tu veux boire quelque chose ? Est-ce que tu as mangé au moins ?

C'est que l'heure était davantage proche de celle où l'on sortait de table que celle où on attendait de manger, mais même si Ephraim avait le don pour surprendre son monde, il n'en demeurait pas moins qu'il était en quelque sorte, désormais, sa seule famille. Et pour Lyn, la famille avait toujours été importante.


vivre et sourire
Il n'y a rien de plus difficile
ni de plus important
Revenir en haut Aller en bas
Ephraim Lawrence
propriété de newabbotsford
☾ âge : 19 ans.
☾ surnom : petit con. la star de la famille.
☾ métier : prostitué.
☾ maître : travis grant.
☾ matricule : NA6738201
☾ compétences : le sexe. la manipulation.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : timothée chamalet.
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #009999
☾ arrivée en enfer : 13/04/2018
☾ missives : 153
☾ doubleface : moira hensley - thebes ouaset.
☾ tickets : 476
☾ crédits : badlands


☾ liens :
⊰ lyn hawkins, cousine
⊰ philip carter, ami
⊰ suzana wood, chef (maman)
⊰ travis grant, maître


⊰ ankh se namon, voisine


⊰ aydan lovelace, concurrente

☾ rp en cours : ⊰ lyn hawkins
⊰ heathcliff godfrey
⊰ aydan e. lovelace

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t250-ephraim-lawrence-my-eyes-were-closed-but-my-mind-was-awakehttp://lrth.forumactif.com/t256-ephraim-lawrence-put-on-the-red-light
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Dim 13 Mai - 15:10

Il hocha positivement la tête lorsqu’elle lui assurer aller bien, même s’il avait quelques doutes à ce sujet. La lueur de tristesse dans ses jolis yeux couleur chocolat était sans la moindre ambiguïté. Elle n’était pas comme lui : Lyn avait eu la chance de grandir avec les siens avant d’entrer au service de son Maître et avait pu donc créer des liens forts avec ces derniers. Ses parents étaient son monde et voilà qu’on les lui avait retirés sans avertissement, sans coup de semonce préalable pour la prévenir auparavant. Si la même chose arrivait à Ephraim, il ne savait pas comment il prendrait la chose. Il serait triste bien sûr au début : il aimait ses parents après tout mais le pendant d’entrer au service d’un vampire trop jeune faisait que les liens familiaux étaient plus ténus. Surtout lorsque votre famille a du mal à vous regarder dans les yeux. La honte parvenait à couper tous les points de manière bien plus forte et significative que la haine. Honte de ce qu’il était devenu. Honte de ne pas avoir pu le protéger alors que cela aurait dû être leur devoir. Mais si Lyn lui indiquait de ne pas s’inquiéter, Ephraim allait s’y fier. Il avait déjà pris beaucoup sur sa personne pour ne pas uniquement penser justement à sa petite personne et s’intéresser un peu aux autres, du moins à une autre que lui et c’était déjà un exploit en soi. Il hocha positivement la tête. « En tout cas si tu as besoin de réconfort, tu sais où me trouver. » Il lui adressa un sourire bienveillant avant de rajouter accompagné d’un clin d’œil bien senti : « Je connais quelques uns de mes camarades qui seraient ravis de te faire une ristourne. »

Il éclata de rire lorsque sa cousine piqua un fard. Il avait bien senti qu’il s’agissait d’un point sensible. Elle avait beau lui répéter un millier de fois que la relation existant entre elle et son Maître n’était pas ce qu’il imaginait du tout, il n’en demeurait pas moins que sa réaction démontrait l’exacte inverse. « J’espère que tu es gentille aussi avec lui alors. » Il haussa les sourcils de manière suggestive. Elle ne faisait que s’enfoncer au fur et à mesure des paroles qu’elle prononçait ce qui lançait le jeune homme dans une spirale de moqueries et de larges sourires. « Oh, et dis moi comment une autre enregistrée se doit de s’occuper de son Maître. » Il haussa les épaules d’un air innocent. « Non mais parce que tu vois, je crois que nous n’avons pas la même façon de s’occuper des Maîtres. » Il lui tira joyeusement la langue. « Tu comprendrais ce qu’on avait tous avec ça si tu y avais goûté au moins une fois. » Lorsqu’elle bougea légèrement, à’ limage d’une pie attirée par les éclats, Ephraim se redressa percevant une lueur dorée à son poignet, lueur qu’il ne connaissait que trop bien. En un seul et unique mouvement, il se retrouva à ses côtés, saisissant son poignet et relevant la manche de cette dernière pour admirer le magnifique bijou y trônant. Il l’observa avec envie et déférence : c’était ancien, c’était précieux et surtout, cela valait atrocement cher. « He bien, ma cochonne, on ne se refuse rien… » Il lui adressa une petite moue impressionnée.

Il s’y connaissait en bijoux et pour dire tout à fait vrai, il les adorait. Son Maître n’autorisait évidemment pas le port de ces derniers mais il avait le droit de les conserver et il avait un bon petit stock, offert par quelques clients fidèles. Notamment Harleem qui n’avait pas son pareil pour le couvrir de pierres précieuses et d’or. Mais cela était plus ou moins normal dans sa profession. Cela l’était moins pour une électricienne. Il plongea son regard suspicieux dans celui foncé de la jeune femme. « Ne me dis pas qu’il n’y a rien de plus entre vous. » Il lui souleva le poignet, histoire d’accentuer la conversation. « Parce que ça, ce n’est pas rien. Dis-moi. » Il agita la main comme s’il se débarrassait d’un insecte gênant. « Et ne tente pas de changer de sujet. Ou alors apporte un verre pour qu’on trinque et que je t’offre mes félicitations. » Il avait entendu parlé de Maître épousant leur esclave. Il en avait rencontré un peu mais pas tellement. C’était un peu comme des légendes urbaines. D’un certain côté, il enviait sa cousine. Il aurait voulu qu’on l’aime suffisamment pour ça. Son cœur se serra en repensant à son ancien Maître. A la place, on l’avait abandonné sans regret.


tingle running through my bones, fingers to my toes. the boys and the girls are here. i mess around with them and i'm okay with it. i'm coming down, i figured out i kinda like it and when i sleep i'm gonna dream of how you ...
Revenir en haut Aller en bas
Lyn Hawkins
propriété de newabbotsford
☾ âge : 24 ans
☾ surnom : Trixy
☾ métier : Maintenance électrique
☾ maître : Thebes Ouaset
☾ matricule : NA6237701
☾ compétences : Réparer tout ce qui est électrique, c'est son truc, sa passion, son gagne-pain et son plaisir du quotidien
☾ arme fétiche : Un tournevis plat
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Coeur à prendre


☾ avatar : Jenna Coleman
☾ dispo rp : 3/3
☾ arrivée en enfer : 04/02/2018
☾ missives : 459
☾ doubleface : Travis Grant - Ruslan Hill - Lyuba Sakharov
☾ tickets : 818
☾ crédits : /


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t168-lyn-hakwins-une-electricienne-lachee-dans-la-citehttp://lrth.forumactif.com/t169-lyn-hawkins-light-in-the-night
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Dim 13 Mai - 16:37

La mention des camarades de son cousin ne manqua pas de faire lever les yeux en l'air à la jeune femme qui secoua vivement la tête d'un air faussement excédé, habituée qu'elle était en vérité à cette façon qu'il avait de dédramatiser les choses et de les rendre plus naturelles qu'elles ne l'étaient en réalité. Le fait qu'elle soit gentille avec son Maître était un euphémisme, en vérité elle prenait soin de lui d'une façon qu'elle-même avait conscience être "trop attentionnée", mais elle tenait beaucoup trop à lui pour le laisser se débattre seul dans ce monde qu'il foulait pourtant depuis bien plus longtemps qu'elle. Lorsqu'il explosait de rage et brisait tout sur son passage, elle ne voyait qu'un homme blessé et brisé qui ne parvenait plus à garder ses émotions à l'intérieur de lui. Et lorsqu'il réalisait ce qu'il pouvait avoir fait de mal durant ces moments de folie passagère, il se renfermait sur lui-même en proie à une culpabilité que personne ne devrait s'infliger, refusant de se nourrir et même de bouger, devenant comme une statue ou bien un être qu'il faut rassurer, consoler... Lorsque Thebes était ainsi, plus que jamais Lyn le couvrait d'attention et refusait de le quitter, passant un linge humide et frais sur son front, lui parlant d'une voix douce pour tenter de le garder dans ce monde, comme si elle craignait de le voir disparaitre, s'évaporer en un nuage de cendres et de fumée par la seule force de son désespoir. Et si tandis que Ephraim la taquinait sans détour sur la façon dont on devait se comporter avec les Maîtres et comment lui voyait les choses, elle ne réagissait pas plus que cela en-dehors d'une certaine gêne, elle sursauta lorsqu'il se leva pour foncer sur elle, saisissant son poignet pour mettre au jour le bracelet en or qu'elle gardait à l'abri sous sa manche.

« He bien, ma cochonne, on ne se refuse rien… »

L'électricienne ouvrit la bouche pour protester, mais son cousin la coupa dans son élan, lui clouant le bec dans la foulée.

« Ne me dis pas qu’il n’y a rien de plus entre vous. Parce que ça, ce n’est pas rien. Dis-moi. »

Elle tira sur son poignet qu'elle récupéra en lui lançant un regard mécontent, sa main venant serrer le bracelet avec un air de défi, comme si le simple fait d'y avoir toucher constituait un délit à ses yeux, puis après quelques courtes secondes à le regarder ainsi -chose qu'elle n'avait jamais faite auparavant sauf lorsqu'il avait fait une vraie grosse bêtise- elle finit par soupirer fortement, jetant un regard au bijou ancien.

- Ce n'est pas ce que tu crois.

Elle sourit doucement en se rappelant la nuit où il le lui avait glissé au poignet, serrant le bracelet contre elle comme pour se donner du courage, inspirant profondément avant de relever ses yeux noisettes sur son cousin à qui elle sourit gentiment, une tendresse nouvelle dans son expression.

- Il me l'a confié pour me protéger et qu'on ne me fasse plus de mal. C'est une sorte de promesse.

Et en disant cela, elle sembla émue et se leva pour dissimuler un peu de ce qu'elle ressentait, allant tirer sur un cordon pendant le long d'un des meubles, ce qui appela un des employés à qui elle sourit gentiment.

- Est-ce qu'on pourrait avoir un jus de fruit ? Je prendrais sur ma part si besoin.

C'était l'homme qui avait accueilli Ephraim à son arrivée. Il jeta un regard à Lyn et secoua la tête, lui souriant légèrement.

- Non pas besoin, deux verres ce n'est pas trop. Je t'apporte ça.

La jeune femme le remercia et attendit qu'il soit reparti pour revenir vers son cousin, l'observant avec attention.

- Tu m'as dit que ton Maître veillait sur toi et te protégeait, maintenant tu sais que le mien aussi, à sa façon.

Elle vint embrasser le front du jeune homme avant d'aller se rasseoir, elle éprouvait parfois ce besoin d'être tendre avec son cousin qui n'avait pas eu autant de chance qu'elle et, à sa façon, elle était tantôt la sœur qu'il n'avait jamais eu, tantôt un substitut de mère dans quelques rares cas, tout du moins était-ce ainsi qu'elle percevait les choses, surtout au vu de la façon dont son oncle et sa tante étaient devenus distants avec leur propre fils, alors même qu'ils auraient du l'entourer d'affection après ce qu'il avait vécu. Au moins les deux jeunes gens étaient-ils proches et se soutenaient-ils chacun à leur façon.


vivre et sourire
Il n'y a rien de plus difficile
ni de plus important
Revenir en haut Aller en bas
Ephraim Lawrence
propriété de newabbotsford
☾ âge : 19 ans.
☾ surnom : petit con. la star de la famille.
☾ métier : prostitué.
☾ maître : travis grant.
☾ matricule : NA6738201
☾ compétences : le sexe. la manipulation.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : timothée chamalet.
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #009999
☾ arrivée en enfer : 13/04/2018
☾ missives : 153
☾ doubleface : moira hensley - thebes ouaset.
☾ tickets : 476
☾ crédits : badlands


☾ liens :
⊰ lyn hawkins, cousine
⊰ philip carter, ami
⊰ suzana wood, chef (maman)
⊰ travis grant, maître


⊰ ankh se namon, voisine


⊰ aydan lovelace, concurrente

☾ rp en cours : ⊰ lyn hawkins
⊰ heathcliff godfrey
⊰ aydan e. lovelace

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t250-ephraim-lawrence-my-eyes-were-closed-but-my-mind-was-awakehttp://lrth.forumactif.com/t256-ephraim-lawrence-put-on-the-red-light
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Sam 19 Mai - 17:40

Le jeune homme adressa une moue impressionnée lorsque cette dernière fit preuve d’un peu de volonté et lui arracha le poignet qu’il tenait toujours dans sa main, regardant avec avidité l’or qui le recouvrait. Il fallait bien dire la vérité : il n’aurait jamais imaginé ça de la part de sa cousine. Non, cette dernière était bien trop pure et innocente, à un point que cela en devenait même inquiétant. Il la voyait comme une sortie de Sainte Marie, intouchable et immatérielle. Mais la présence de ce bijou à son poignet démontrait manifestement l’inverse. Un large sourire en coin s’étira sur ses lèvres alors qu’elle le fusillait du regard. Si elle pensait qu’elle pouvait le décontenancer et lui faire lâcher prise, il devait sans doute lui rappeler qu’il travailler sous la houlette et avec Suzanna Wood. Il lui en faudrait beaucoup plus. S’installant plus confortablement, il lui adressa toute son attention, s’amusant véritablement de la situation et du fait que, sans s’en rendre compte avec son innocence habituelle, Lyn s’enfonçait inéxorablement. - Il me l'a confié pour me protéger et qu'on ne me fasse plus de mal. C'est une sorte de promesse. Il fronça les sourcils, secouant légèrement ses boucles brunes : « Tu veux dire qu’il t’a demandé en mariage ? » Il ne put s’empêcher de grimacer pour plusieurs raisons. La première évidente était qu’il craignait une quelconque manipulation de la part du vampire pour parvenir à ses fins avec la délicate jeune humaine avant de se souvenir qu’il n’avait pas besoin d’une telle promesse pour y arriver. Il était bien placé pour savoir qu’un Maître pouvait disposer de son esclave comme il l’entendait et ce même jusqu’au plus profond de son intimité. Ce qui le conduisait à la deuxième qui pourrait manquer de lui faire rendre son déjeuner sur l’instant : l’amour. Se pourrait-il qu’un sentiment puisse éclore entre un vampire et son esclave ? Ephraim en doutait fortement. Il en doutait d’autant plus qu’il ne croyait pas une seule seconde en ce sentiment. Il croyait au désir, à l’attirance, au stupre et pourquoi pas à la passion. Mais l’amour, c’était quelque chose d’inventé pour faire rêver dans les contes de fée. Cela n’avait aucune prise avec la réalité. Et venait la troisième raison qui lui faisait tout autant rouler les yeux. Le mariage ne parviendrait jamais à rien de bon. Surtout entre un immortel et une humaine. Ce serait passager, comme toute chose.

Il reporta son attention sur une autre partie de son affirmation, ayant mis quelques temps à l’analyser et à passer au-delà de l’évidence. « Attends… » Il suspendit sa main en l’air, sondant le regard chocolat de son interlocutrice. « Pour qu’on ne te fasse plus de mal ? » Ses sourcils s’enfoncèrent plus encore. « Tu veux dire quoi ? Qui t’as fait du mal ? Te protéger de quoi ? » Si quiconque avait osé lever la main sur sa cousine ou même n’avoir qu’une parole malheureuse à son égard, il allait entendre parler du pays. Quelle que soit cette personne. Une colère sourde envahit ses veines. « Si tu veux je connais quelques vampires qui seraient prêts à infliger une correction aux bonnes personnes. » Sauf si les bonnes personnes étaient justement et précisément ces mêmes vampires. Ephraim avait de l’expérience en la matière et il scanna rapidement sa cousine, ne voyant aucune trace apparente, même effacée. Peut être était-ce en dessous de ses vêtements. Il pouvait lui-même y faire face mais c’était normal pour lui : cela faisait partie du métier. Tel n’était pas le cas pour la jeune électricienne. Il soupira alors qu’elle commandait à boire auprès d’un de ses collègues de travail auquel il adressa un clin d’œil séducteur.

Il rit doucement lorsqu’elle déposa un baiser tendre sur son front, n’étant pas habitué à ce genre de geste mais qu’il appréciait tout autant. « Je ne crois pas qu’on a le même type de protection. » Son regard se perdit en pensant à Travis qui faisait toujours preuve à son encontre d’une retenue qui le rendait fou mais qu’il appréciait secrètement. Il était tellement différent de son ancien et premier maître, celui auquel il continuait d’être sauvagement attaché malgré tout. Il avait conscience qu’il avait de la chance d’avoir été pris sous la houlette de Travis, que les vampires traitant bien leurs esclaves étaient rares et que le sien était sans doute le plus rare d’entre eux. Il demeurait  qu’existait toujours en lui cette brisure, comme un animal abandonné qui ne peut retrouver totalement confiance dans sa nouvelle famille. Demeurait toujours dans un coin de son esprit la possibilité qu’on puisse l’abandonner à nouveau à son propre sort. Parce qu’il ne méritait pas qu’on s’intéresse à lui. Il hocha lentement la tête, sérieux. « Fais attention Lyn. Ne te brûle pas les ailes. » Il tendit la main pour lui caresser légèrement et tendrement la joue. « Tu ne t’en relèverai pas. » Elle était forte, certes. Elle l’avait démontré à la mort de ses parents. Mais elle était bien trop fragile pour supporter la triste réalité qu’Ephraim se gardait bien soigneusement de lui révéler. « S’il y a une chose que j’ai appris, c’est que tout ne dure qu’un temps pour eux. Ne t’attache pas. Ca n’en vaut pas la peine. »


tingle running through my bones, fingers to my toes. the boys and the girls are here. i mess around with them and i'm okay with it. i'm coming down, i figured out i kinda like it and when i sleep i'm gonna dream of how you ...
Revenir en haut Aller en bas
Lyn Hawkins
propriété de newabbotsford
☾ âge : 24 ans
☾ surnom : Trixy
☾ métier : Maintenance électrique
☾ maître : Thebes Ouaset
☾ matricule : NA6237701
☾ compétences : Réparer tout ce qui est électrique, c'est son truc, sa passion, son gagne-pain et son plaisir du quotidien
☾ arme fétiche : Un tournevis plat
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Coeur à prendre


☾ avatar : Jenna Coleman
☾ dispo rp : 3/3
☾ arrivée en enfer : 04/02/2018
☾ missives : 459
☾ doubleface : Travis Grant - Ruslan Hill - Lyuba Sakharov
☾ tickets : 818
☾ crédits : /


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t168-lyn-hakwins-une-electricienne-lachee-dans-la-citehttp://lrth.forumactif.com/t169-lyn-hawkins-light-in-the-night
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Dim 20 Mai - 8:18

Lyn leva les yeux en l'air lorsque Ephraim parla de mariage, excédée sans vraiment l'être tout à fait, sachant pertinemment qu'il faisait exprès d'employer de tels mots pour l'irriter et la faire réagir. Tout de même, un vampire et une humaine, elle avait beau avoir des rêves et des espoirs pleins la tête, elle avait davantage les pieds sur terre que ce que son cousin semblait croire, elle savait parfaitement qu'une telle union serait impossible et ce pour de nombreuses raisons : d'abord parce que la Reine n'approuverait pas et l'interdirait forcément, ensuite parce qu'une vie humaine ne valait pas grand-chose en comparaison de la longue existence d'un vampire immortel... et enfin parce qu'il n'y avait aucune raison pour que son Maître la perçoive autrement que comme sa servante préférée, parce que c'est ce qu'elle était et rien d'autre, que cela soit plaisant ou non. Inspirant profondément pour chasser toute tension et s'éviter tout énervement inutile, elle secoua la tête et entreprit de répondre au jeune homme qui avait décidément le don de tout prendre par-dessus la jambe, sans mauvais jeu de mots.

- Toi alors, pourquoi est-ce qu'il faut toujours que tu imagines des choses comme ça ? Le mariage n'est pas...

« Attends… »

Ce fut à cet instant que Ephraim l'interrompit, semblant soudain réaliser quelque chose qu'elle-même avait dite sans y prendre garde, dans la façon dont elle avait énoncé sa phrase précédente.

« Pour qu’on ne te fasse plus de mal ? »

Et merde, songea-t-elle brièvement en se fustigeant mentalement d'avoir été maladroite dans ses propos.

« Tu veux dire quoi ? Qui t’as fait du mal ? Te protéger de quoi ? »

Elle aurait voulu prendre un air excédé, au lieu de quoi le vif souvenir de son échange avec Magdalena refit surface et, d'une expression qui commençait à se durcir, ce fut un bref chagrin qui voila son regard qu'elle détourna du visage de son cousin, le portant sur le côté avec un air embêté : elle avait tout fait pour qu'il ne s'inquiète pas et voilà qu'elle venait de réduire ses efforts à néant. Sa main serra plus fort encore le bracelet autour de son poignet, son visage affichant un air contrit tandis qu'elle gardait le silence.

« Si tu veux je connais quelques vampires qui seraient prêts à infliger une correction aux bonnes personnes. »

Cette remarque fit naitre un pauvre sourire chez l'électricienne qui trouva touchant son désir de la protéger, puis elle se rappela les larmes de Magdalena et elle reporta finalement ses yeux noisettes sur Ephraim, secouant doucement la tête, un air compatissant prenant le pas sur toute forme de chagrin.

- Ne t'inquiète pas, ce n'est pas aussi grave que ce que tu as l'air de croire. Cette personne a seulement été un peu dure en paroles et je venais juste de perdre papa et maman, alors... Il n'y a pas de quoi lancer à ses trousses tous les chasseurs de prime de la cité.

Une piètre tentative d'humour alors que le sourire de Lyn revenait progressivement sur ses lèvres tandis que l'expression de son cousin s'était visiblement assombrie, ce que le baiser sur son front vint heureusement chasser suffisamment pour la rassurer. Elle ne voulait pas que l'on s'inquiète outre mesure pour elle, elle savait se défendre et elle n'était pas du genre que l'on victimise aisément malgré son apparente douceur.

« Je ne crois pas qu’on a le même type de protection. »

Elle cligna des paupières, surprise, puis sourit gentiment en songeant à ce fameux propriétaire de club dont Ephraim lui avait déjà parlé et sur lequel elle s'était discrètement renseignée, inquiète qu'elle avait été pour le jeune homme lorsqu'il avait été récupéré en urgence par ce vampire. Un homme bienveillant, qui protège les siens et qui ne lève jamais la main sur eux. Mieux encore, il châtiait quiconque osait faire du mal à ses employés et si elle avait déjà vu son cousin avec des marques, ça n'avait jamais été le fait que de clients qui avaient payés pour obtenir ce droit. La différence cependant était des plus évidentes entre leurs deux maîtres.

- Tu as raison. Je crois que Thebes ne supporterait sans doute pas qu'on me touche comme le font tes clients, mais ça c'est parce que ton patron te surveille quand même de près j'imagine.

Mais le faisait-il d'assez près ? Pouvait-il jurer que si Ephraim était en danger sous son toit il débarquerait dans l'instant pour massacrer le responsable ? Parfois les réactions de Thebes pouvaient être effrayantes, impressionnantes tant il semblait retenir sa rage de faire payer les autres, quand ce n'était pas contre lui-même que cette colère était tournée. Il suffisait de voir comment il avait réagit quand il avait appris qu'on l'avait faite pleurer, elle, et comment il semblait avoir eu envie de verser le sang de la responsable pour ces larmes. Comment réagirait-il si on devait jamais la malmener physiquement, la frapper ? Est-ce qu'il entrerait en crise ? Est-ce qu'il tuerait cette personne ? L'idée aurait pu être touchante, si elle n'impliquait pas la violence et la mort d'autrui et c'était ça, plus que toute autre chose, que Lyn espérait pouvoir apaiser chez son Maître.

« Fais attention Lyn. Ne te brûle pas les ailes. »

La main sur sa joue la tira davantage de ses pensées que ces mots, lui faisant porter sur Ephraim un regard noisette légèrement surpris. Cet air grave, cette attention nouvelle... il semblait s'inquiéter bien plus qu'elle ne l'aurait cru.

« Tu ne t’en relèverai pas. S’il y a une chose que j’ai appris, c’est que tout ne dure qu’un temps pour eux. Ne t’attache pas. Ca n’en vaut pas la peine. »

Elle eut un sourire qui ne monta pas jusqu'à ses yeux, ses yeux qui trahissaient la vérité qu'elle connaissait, bien qu'elle n'imaginait pas à quel point certains maîtres pouvaient être particulièrement horribles puisqu'elle ne l'avait pas vécu directement, qu'elle en avait seulement entendu parler, mais ses yeux ne pouvaient dissimuler cette peine qu'elle éprouvait malgré elle dans l'acceptation de sa condition de simple mortelle. Et pourtant...

- Sauver un homme des Ténèbres n'en vaut-il pas la peine ?

Dit-elle avec une grande douceur, souriant avec cette gentillesse qui la caractérisait, le regard brillant.

- Il est un peu trop tard pour ne pas s'attacher, Ephraim. Je le connais depuis trop longtemps pour cela, mais ne t'en fait pas, je sais que nous ne sommes que de passage dans leur existence, des visages qu'ils oublieront un jour lorsque nous serons redevenus poussière alors qu'ils fouleront encore cette terre.

Sa main vint caresser celle de son cousin pour la prendre finalement entre les siennes, la fixant brièvement avant de relever les yeux sur le jeune homme, une expression à la fois tendre et déterminée sur ses traits, le regard confiant et sûr, sans plus aucune trace de peine.

- Thebes n'est pas mauvais, mais il souffre beaucoup et je sais qu'il se sent terriblement seul malgré tout ce monde autour de lui. Je veux le voir sourire et être heureux, je veux qu'il sache que c'est possible et qu'il a le droit de vivre malgré ce qu'il a pu faire.

Elle inspira profondément, émue malgré elle en songeant à la façon qu'avait son Maître de se punir parfois, de culpabiliser au point de se faire du mal.

- Il a toujours pris soin de moi Ephraim, le moins que je puisse faire c'est de prendre soin de lui. Je crois en lui et même s'il ne me verra jamais autrement que comme une enregistrée à son service, je ferais tout pour qu'il trouve le bonheur. Traite-moi d'idiote si tu veux, mais c'est ce que j'ai choisi et ce depuis longtemps déjà.

Lyn souriait, douce et confiante, avant de venir tapoter le bout du nez de son cousin avec son index, plissant ses yeux noisettes avec une lueur amusée.

- Et toi tu ferais bien de faire une pause de temps en temps dans ton travail, sinon je vais t'appeler Monsieur Coussin lorsque je viendrais te voir au club et je raconterais à tout le monde combien tu es attaché au petit confort de ton popotin.

Elle rit un peu, désignant le coussin que le jeune homme avait du rajouter sous son postérieur lorsqu'il s'était assis, bien décidée qu'elle était à alléger un peu cette ambiance grave et pesante qui s'était installée dans la pièce. Derrière la porte, la silhouette du collègue de Lyn apparue dans un raclement de gorge qui se voulait annonciateur de sa venue. Dans ses mains, deux verres de jus de fruit fraichement pressé tandis qu'il dardait un regard sur les deux jeunes, l'air songeur et attendant qu'on lui fasse signe pour pouvoir s'approcher, apparemment peu désireux d'interrompre quelque chose.


vivre et sourire
Il n'y a rien de plus difficile
ni de plus important
Revenir en haut Aller en bas
Ephraim Lawrence
propriété de newabbotsford
☾ âge : 19 ans.
☾ surnom : petit con. la star de la famille.
☾ métier : prostitué.
☾ maître : travis grant.
☾ matricule : NA6738201
☾ compétences : le sexe. la manipulation.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : timothée chamalet.
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #009999
☾ arrivée en enfer : 13/04/2018
☾ missives : 153
☾ doubleface : moira hensley - thebes ouaset.
☾ tickets : 476
☾ crédits : badlands


☾ liens :
⊰ lyn hawkins, cousine
⊰ philip carter, ami
⊰ suzana wood, chef (maman)
⊰ travis grant, maître


⊰ ankh se namon, voisine


⊰ aydan lovelace, concurrente

☾ rp en cours : ⊰ lyn hawkins
⊰ heathcliff godfrey
⊰ aydan e. lovelace

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t250-ephraim-lawrence-my-eyes-were-closed-but-my-mind-was-awakehttp://lrth.forumactif.com/t256-ephraim-lawrence-put-on-the-red-light
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Dim 27 Mai - 16:52

Ephraim fronça les sourcils malgré les explications de sa cousine qui, peut être, empiraient plutôt la situation. Soigner les blessures physiques, il savait faire, ayant appris à gérer ce genre de situation depuis qu’il était tout jeune, bien trop jeune d’ailleurs pour avoir à gérer ce genre de difficulté. Mais les meurtrissures de l’âme, c’était une toute autre difficulté. Il ne savait toujours pas comment faire pour apaiser les douleurs et il doutait de jamais pouvoir savoir comment le faire. Il n’en concevait dès lors que davantage de haine et de colère à l’égard du sombre individu qui avait piétiné le cœur déjà endolori de Lyn. Comment pouvait-on être aussi cruel ? N’avait-elle déjà pas suffisamment souffert avec la mort de ses parents dans des circonstances effroyables ? Pourquoi le sort s’acharnait-il sur elle alors qu’elle était globalement et sans la moindre hésitation possible le cœur le plus doré et l’âme la plus pure qu’il lui ait jamais été donné de rencontrer. Si une telle chose devait arriver à quelqu’un de leur entourage, il apparaissait bien plus logique que cela arrive à lui. Après tout, il cumulait déjà toutes les blessures, physiques et mentales, qu’on puisse infliger à quelqu’un. Une de plus ou une de moins, il ne verrait aucune différence. Son attitude même poussait à le blesser et il se faisait volontiers faire. Il avait le dos solide et appelait même parfois la cruauté des mots en étant lui-même le plus cruel des individus. Mais pas Lyn. Jamais Lyn. Il secoua lentement la tête, ses courtes boucles brunes lui obscurcissant la vision : « Il n’empêche que je les lancerai à ses trousses. » Il lui adressa un clin d’œil rassurant. « Il n’y a que moi qui ait le droit de te mettre mal à l’aise avec mes paroles. Personne d’autre. » Et encore, lui n’était jamais cruel dans ses propos lorsqu’il s’adressait à sa cousine. Tout au plus entendait-il la sortir de sa zone de confort. Elle menait une vie un peu trop tranquille et il avait bien l’intention de finir par la déniaiser un moment donné.

Il réprima un frisson lorsque sa cousine évoqua Travis avant de soupirer lourdement, ne plaisantant qu’à moitié. « Si seulement lui pouvait me toucher comme les clients le font. » Il n’avait pas l’habitude d’appartenir à quelqu’un sans que cette personne ne profite égoïstement de ses atouts. Ce qui était plutôt curieux puisqu’il avait passé autant, voir plus de temps, sous la protection de Travis plutôt que de celle de son ancien Maître. On pourrait croire qu’avec le temps, il avait pu prendre une autre attitude, une autre position quant aux rapports entre maître et esclave. Mais c’était oublier qu’il avait été sous la coupe de Varro durant la période charnière de tout être humain, celle où il acquiert ses réflexes et les lignes de conduite qui allaient le guider pour le restant de ses courts jours. « Sauver un homme des Ténèbres n'en vaut-il pas la peine ? » Il secoua négativement la tête, une fois de plus elle parvenait à le surprendre de sa naïveté. Elle pouvait être aussi lumineuse possible et Ephraim pouvait admirer autant les vampires qu’il ne les admirait, il demeurait les pieds sur Terre. « Il est impossible de les sauver des Ténèbres auxquels ils appartiennent, Lyn. Si ce sont des créatures de la nuit, c’est qu’il y a une raison. La noirceur est bien trop profondément ancrée entre eux pour qu’un éclat, aussi infime soie-t-il, puisse y survivre. » Ce n’était pas du désespoir, uniquement une constatation qu’il avait pu découvrir lui-même au fur et à mesure de ses expériences. Travis était un de ces vampires bons comme il en existait si peu. Il demeurait cependant que les Ténèbres demeuraient son antre, là d’où on ne pourrait l’en déloger. Même avec la meilleure volonté du monde. Même si Travis l’avait lui-même voulu. Et il y avait fort à parier que le maître de Lyn était bien moins bon que celui du jeune homme. « Parfois, il faut reconnaître qu’il n’y a rien à sauver. Ou qu’ils ne veulent pas être sauvés. » Il rit doucement. « Je ne pense pas qu’ils aient d’ailleurs besoin de nous pour ça. »

Il écouta avec appréhension le discours de sa cousine et il ne put s’empêcher de s’inquiéter davantage pour elle. Il avait cependant bien compris que quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, il ne pourrait rien faire. C’était effectivement trop tard pour elle et il reconnaissait clairement l’éclat dans son regard, un regard qu’il avait vu dans beaucoup de ses collègues et dans certains des clients. Un regard qu’il aurait aimé avoir. Un regard qu’il aurait aimé qu’on porte sur lui. Il n’y avait plus qu’à espérer que ce vampire mérite un tel regard. Il en doutait néanmoins. Nulle personne ne serait assez digne pour sa cousine adorée. « Oh, Lyn… » murmura-t-il avec une douceur infinie. Le silence s’étira de manière confortable entre eux. Il l’enviait d’une certaine manière de ressentir ce qu’elle ressentait. Il ne croyait absolument pas à l’amour et pourtant sa cousine en était la personnification. « Hé ! C’est mon outil de travail : il faut toujours prendre soin de son outil de travail. Imagine, si tu perdais l’usage de tes mains, tu serais bien embêtée. Bah moi, c’est pareil. » Le jeune homme fronça les sourcils face à cette pensée et se retourna subitement vers sa cousine. « D’ailleurs, il n’y a pas un esclave qui a perdu l’usage de ses jambes ici ? » Les rumeurs allaient vite, plus encore lorsqu’on travaillait au cœur névralgique de ces dernières. « Comment il va ? » Tu parles d’un maître qu’il fallait protéger. C’était plutôt l’inverse…


tingle running through my bones, fingers to my toes. the boys and the girls are here. i mess around with them and i'm okay with it. i'm coming down, i figured out i kinda like it and when i sleep i'm gonna dream of how you ...
Revenir en haut Aller en bas
Lyn Hawkins
propriété de newabbotsford
☾ âge : 24 ans
☾ surnom : Trixy
☾ métier : Maintenance électrique
☾ maître : Thebes Ouaset
☾ matricule : NA6237701
☾ compétences : Réparer tout ce qui est électrique, c'est son truc, sa passion, son gagne-pain et son plaisir du quotidien
☾ arme fétiche : Un tournevis plat
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Coeur à prendre


☾ avatar : Jenna Coleman
☾ dispo rp : 3/3
☾ arrivée en enfer : 04/02/2018
☾ missives : 459
☾ doubleface : Travis Grant - Ruslan Hill - Lyuba Sakharov
☾ tickets : 818
☾ crédits : /


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t168-lyn-hakwins-une-electricienne-lachee-dans-la-citehttp://lrth.forumactif.com/t169-lyn-hawkins-light-in-the-night
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Dim 3 Juin - 9:09

Lyn n'était pas du genre rancunière et elle n'aimait pas la violence, peu importait la forme qu'elle prenait. L'idée que l'on soit prêt à faire du mal à autrui pour elle était une chose qu'elle ne comprenait que partiellement, car en vérité ce monde était déjà bien assez sombre sans que l'on y ajoute une violence qui pouvait être évitée. Si l'on voulait lui faire honneur, si l'on voulait la rassurer, la réconforter, le mieux était encore de refuser de tuer en son nom, d'être violent en son nom, sans quoi elle s'en voudrait forcément d'avoir été celle par qui le malheur arrivait, quand bien même elle n'avait rien demandé à personne. Ephraim était un peu plus jeune qu'elle, oh pas de beaucoup non, mais assez pour qu'elle voit les choses de manière différente, en plus de leur vécu presque opposé pourrait-on dire. Le simple fait qu'il aimerait que son patron le touche intimement était une pensée que sa cousine ne partageait pas, loin s'en fallait, elle était soulagée au contraire que le propriétaire de l'Oasis Pleasure ne soit pas du genre à coucher avec ses Enregistrés, cela dénotait d'une certaine noblesse et d'un respect qu'il avait pour les humains, ce qui était tout à son  honneur. Mais bon, Ephraim était encore jeune de ce côté-là -et sans doute un peu cassé aussi-, il ne comprenait pas que cela ne se faisait normalement pas, mais sans doute finirait-il par l'apprendre avec le temps, à force de côtoyer des gens plus "normaux", encore que rien ne soit moins sûr tant il pouvait être têtu. Pourtant quand il s'agissait de son Maître, des deux c'était certainement la jeune femme qui était la plus têtue des deux comme elle le prouva dans un long échange avec le bouclé, lui exposant sa vision des choses, cette vision qui s'était forgée depuis qu'elle avait quinze ans, qui avait prit forme au fur et à mesure qu'elle côtoyait Thebes et qu'elle apprenait à le connaitre. Pourquoi n'aurait-elle pas pu le sauver des Ténèbres ? Elle ne prétendait pas pouvoir le changer du tout au tout, mais elle n'était pas la même vision que le jeune homme à ce sujet et ce serait sans doute toujours un point de désaccord entre eux.

« Parfois, il faut reconnaître qu’il n’y a rien à sauver. Ou qu’ils ne veulent pas être sauvés. Je ne pense pas qu’ils aient d’ailleurs besoin de nous pour ça. »

- On ne peut défaire ce qui a été fait Ephraim, tout comme on ne peut pas faire revenir les morts à la vie, mais on peut au moins accepter que le passé est le passé, qu'il ne faut pas le laisser nous emprisonner et que c'est l'instant présent qui compte, ce que l'on fait là maintenant, là tout de suite, qui importe. Pas l'homme que l'on a été, mais celui que l'on s'efforce de devenir. Et c'est ça que je veux qu'il accepte, car c'est ça qui le sauvera je le sais.

« Oh, Lyn… »

Un doux sourire teinté d'une paisible conviction étira les lèvres de la jeune femme alors que le silence s'installait entre eux. D'un certain côté Lyn enviait Ephraim pour sa spontanéité, elle qui était parfois un peu trop posée et tranquille, surtout quand il s'agissait de son Maître, mais elle se savait aussi tout à fait capable de réagir au quart de tour lorsque la situation l'exigeait, bien que là encore elle ne soit pas de ceux que l'on redoute pour leur dangerosité. Bah, qu'importait, mieux valait songer à des choses positives et, notamment, en profiter pour taquiner son cousin sur son fessier visiblement douloureux. Qu'avait-il donc encore faire avec son corps pour justifier la nécessité d'un coussin moelleux ? Quoiqu'elle ne soit pas certaine de vouloir connaitre les détails.

« Hé ! C’est mon outil de travail : il faut toujours prendre soin de son outil de travail. Imagine, si tu perdais l’usage de tes mains, tu serais bien embêtée. Bah moi, c’est pareil. »

Elle rit un peu, amusée et gênée à la fois à l'idée qu'il ait pu faire... la chose... avec un peu trop de passion et trop longuement, mais bon elle ne pouvait nier que son corps de jeune homme était son outil de travail, même si parfois elle se demandait pourquoi il continuait ainsi.

- Ça ne t'a jamais intéressé d'essayer autre chose ? Après tout tu avais le choix, il n'y a pas que des prostitués dans ce club, il y a aussi des serveurs je crois et même des vigiles. Tu penses changer de métier un jour ou pas du tout ?

La question était posée sans aucune méchanceté, mais avec curiosité teinté d'un petit fond de cette inquiétude qu'elle éprouvait toujours à son égard à l'idée qu'un jour il tombe sur une mauvaise personne. Et si on le violentait contre sa volonté ? Et si on le blessait gravement ?

« D’ailleurs, il n’y a pas un esclave qui a perdu l’usage de ses jambes ici ? Comment il va ? »

La jeune femme cligna des paupières, prise au dépourvu alors qu'elle se remémorait la scène en question, ce moment où le pauvre Abel avait voulu ramasser les débris d'un objet tombé au sol qui avait été cassé durant l'une des crises de leur Maître. Elle se souvenait ne pas avoir eu le temps de le prévenir, de sa main tendue dans sa direction pour chercher à le retenir, de son prénom qu'elle avait appelé... trop tard. Telle une ombre furieuse, Thebes s'était précipité vers lui et l'avait envoyé valdinguer contre le mur, le corps du serviteur avait émit un craquement sinistre qui s'était répercuté en un cri déchirant dont la jeune femme ne se rappelait que trop bien la sonorité et l'intonation, tout comme elle se rappelait ne pas avoir réfléchit quand elle s'était précipitée pour s'interposer. Oh son Maître devait sans doute croire qu'il s'agissait d'un ennemi du passé, un souvenir dont il ne parvenait pas à se débarrasser, mais lorsqu'elle s'était placée devant lui, bras écartés, le regard rivé sur l'ombre furieuse du vampire, elle n'avait pas eu peur, pas une seule seconde. Elle l'avait fixé avec un air de défi dans ses yeux noisettes, avec cette expression qui signifiait à elle seule toute l'interdiction qu'elle avait opposée face à sa rage. Dans son esprit, un "NON !" avait résonné très fort sans qu'elle ne prononce un seul mot. Elle avait croisé son regard, elle avait vu sa folie, sa violence aveugle, tout comme il avait du percevoir sa détermination puisqu'il avait suspendu son geste alors qu'il s'apprêtait à frapper. Et tandis que les gémissements de son collègue résonnait derrière elle, Lyn avait vu le regard de Thebes passer de l'aveuglement à la compréhension, revenant à l'instant présent, portant son attention sur elle, puis sur le blessé qu'elle protégeait en faisant rempart de son corps, pour finalement se teinter d'un désespoir aussi grand que le vide qui l'avait aspiré ensuite dans les ténèbres de sa culpabilité. Oui, elle se rappelait tout ceci, comme si cet instant s'était étiré dans le temps, ne durant pas quelques secondes, mais une éternité. C'est fou tout ce que l'on pouvait percevoir en si peu de temps.

- Abel.

Précisa Lyn en chassant ce souvenir qui avait le don de la laisser bien trop longtemps songeuse et silencieuse, offrant un léger sourire à Ephraim qu'il ne fallait pas inquiéter outre mesure.

- Il va aussi bien que possible après ce qui est arrivé. Il ne peut pas encore remarcher, mais les médecins disent que ce n'est pas impossible, il faut seulement attendre que son corps guérisse ses blessures et ensuite ils aviseront. Thebes s'occupe de tout payer et il a insisté auprès des médecins pour qu'ils fassent le maximum, je pense que Abel pourra bientôt revenir à la maison.

Elle ne voulait pas encore trop présumer, car après tout le jeune homme l'avait envoyé promener lorsqu'il avait reprit connaissance et avait eu assez de forces pour échanger avec elle. Baissant la tête, elle soupira légèrement.

- Il ne comprend pas que je ne déteste pas notre Maître après ce qu'il lui a fait, il ne veut plus que je vienne prendre de ses nouvelles, mais s'il croit que je vais le laisser tomber, il se fourre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude.

La jeune femme sourit en coin, avec ce petit air de défi qu'elle partageait avec Ephraim et qu'ils devaient tenir d'un parent commun. Elle n'était pas du genre à lâcher l'affaire lorsque les choses ne se passaient pas comme elle le désirait, car du moment qu'elle se savait dans son bon droit, on ne pouvait la détourner de son objectif et c'était sans doute pour cela qu'elle et son cousin se comprenaient parfois si bien. Ils n'étaient pas de la même famille pour rien.


vivre et sourire
Il n'y a rien de plus difficile
ni de plus important
Revenir en haut Aller en bas
Ephraim Lawrence
propriété de newabbotsford
☾ âge : 19 ans.
☾ surnom : petit con. la star de la famille.
☾ métier : prostitué.
☾ maître : travis grant.
☾ matricule : NA6738201
☾ compétences : le sexe. la manipulation.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : timothée chamalet.
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #009999
☾ arrivée en enfer : 13/04/2018
☾ missives : 153
☾ doubleface : moira hensley - thebes ouaset.
☾ tickets : 476
☾ crédits : badlands


☾ liens :
⊰ lyn hawkins, cousine
⊰ philip carter, ami
⊰ suzana wood, chef (maman)
⊰ travis grant, maître


⊰ ankh se namon, voisine


⊰ aydan lovelace, concurrente

☾ rp en cours : ⊰ lyn hawkins
⊰ heathcliff godfrey
⊰ aydan e. lovelace

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t250-ephraim-lawrence-my-eyes-were-closed-but-my-mind-was-awakehttp://lrth.forumactif.com/t256-ephraim-lawrence-put-on-the-red-light
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Dim 10 Juin - 12:11

Ephraim posa un regard intrigué que sa jeune cousine, fronçant légèrement les sourcils à l’idée de faire autre chose de son corps et de sa vie. Il n’avait jamais réellement pensé à la question, sans doute parce qu’il n’imaginait pas une autre vie que la sienne. Quand on a commencé très tôt à n’être vu que comme un objet de plaisir, c’était difficile de faire machine arrière et de se voir en menuisier ou professeur. Le jeune homme savait de toute manière qu’il n’en avait pas les capacités, physiques ou intellectuelles. Il était peut être doué de ses mains mais dans un sens particulier. Et s’il possédait une intelligence rare, elle n’était pas le moins du monde porter sur l’enseignement. Non, c’était comme si toute sa vie s’était tendue dans une seule et même direction sans qu’il existe pour lui la moindre possibilité d’en changer. Ce qu’il faisait était devenu ce qu’il était. Ou peut être était-ce même l’inverse. Sûrement d’ailleurs. Il se souvenait encore de sa première fois, de la terreur qu’il avait ressenti en voyant la silhouette sombre de son maître au bout du lit, du froid glacial de sa main lorsqu’il avait saisi sa cheville, des mots qu’il avait susurré pour calmer l’enfant qu’il était alors, des baisers qu’il avait déposé sur ses lèvres pour sécher ses larmes et… Un frisson parcourut son échine dorsale. La première fois avait été effrayante et douloureuse. Il n’avait jamais autant souffert, l’impression de voir son corps se déchirer en deux morceaux, comme si on lui saisissait les organes et qu’on les lui arracher violemment de l’extérieur. Avec le temps néanmoins, il s’était habitué et avait même fini par aimer, voire même plus qu’aimer. Il attendait chaque nuit avec impatience, passant ses journées à panser ses plaies pour pouvoir supporter la passion de la nuit.

Il hocha négativement de la tête. « Et toi, Lyn, tu as pensé à faire autre chose ? » répondit-il en levant un sourcil interrogateur. « C’est comme si tu me demandais si j’avais pensé un jour à arrêter de respirer ou de cesser de boire. Ca fait partie de moi. C’est ce en quoi je suis doué. » Bien sûr, il avait d’autres talents que ceux qu’il déployait entre les draps mais il n’en demeurait pas moins que c’était le domaine dans lequel il excellait, dans lequel il se complaisait sans la moindre honte. Quant bien même, on ait tenté à de multiples reprises de l’humilier sur ce point. Il ne comptait plus le nombre de fois qu’il s’était fait insulté ou qu’on l’avait touché sans son autorisation, partant du principe qu’il aimait ça et qu’il ne pouvait pas dire non. Ni le nombre de fois où les gens s’étaient tus à son arrivée, lui jetant un regard noir et méfiant. Il avait appris à vivre avec et même appréciait avoir cette influence sur son entourage. Il aimait provoquer des réactions et rien ne l’anéantissait plus que l’indifférence. En bien ou en mal, l’essentiel est qu’on parle de lui. « Et crois moi, une fois que tu y auras enfin goûter, tu ne te poseras plus la question pourquoi j’aime autant ça. » plaisanta-t-il dans le but affiché de la mettre mal à l’aise. Sans doute n’avait-il pas non plus la même vision des choses. Le sexe était une chose sacrée pour Lyn, comme pour beaucoup. Le sexe pour Ephraim n’était qu’un moyen d’atteindre le plaisir et de jouir de sa vie. Il n’y avait pas besoin qu’un lien n’existe entre les deux partenaires. De toute manière, il ne croyait pas en l’amour et ses balivernes. Alors à quoi bon s’encombrer d’un seul partenaire et ne pas rechercher là où le plaisir se trouvait, où et quelque la manière qu’il soit.

« Abel. » répéta-t-il. Il espérait pour Lyn que son maître la traiterait mieux que le pauvre garçon. Dans le cas contraire, il n’aurait d’autre choix que de s’en référer à Travis pour qu’une solution soit trouvée. S’ils étaient des esclaves, ce dont il avait sans doute conscience plus que tout autre au regard de son passé douloureux, il n’en demeurait pas moins que certaines règles existaient et blesser l’un d’entre eux violait très certainement au moins l’une d’entre elle. L’espérait-il, du moins. C’était ce qu’il avait appris aux côtés de son second maître. Un large sourire se fendit sur le visage du jeune prostitué. « Je n’en attendais pas moins de toi, Cousine. » Le caractère têtu devait être un trait de famille et même s’il avait tenté de lui faire prendre conscience du danger que représentait Thebes, il réalisait qu’elle ne changerait pas d’avis. Pas aussi facilement. Peut être même jamais. « Tu crois que tout est bloqué en bas aussi ? Ou c’est juste les jambes ? J’ai entendu dire qu’il était mignon. » Il adressa un sourire coquin à la jeune femme.


tingle running through my bones, fingers to my toes. the boys and the girls are here. i mess around with them and i'm okay with it. i'm coming down, i figured out i kinda like it and when i sleep i'm gonna dream of how you ...
Revenir en haut Aller en bas
Lyn Hawkins
propriété de newabbotsford
☾ âge : 24 ans
☾ surnom : Trixy
☾ métier : Maintenance électrique
☾ maître : Thebes Ouaset
☾ matricule : NA6237701
☾ compétences : Réparer tout ce qui est électrique, c'est son truc, sa passion, son gagne-pain et son plaisir du quotidien
☾ arme fétiche : Un tournevis plat
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Coeur à prendre


☾ avatar : Jenna Coleman
☾ dispo rp : 3/3
☾ arrivée en enfer : 04/02/2018
☾ missives : 459
☾ doubleface : Travis Grant - Ruslan Hill - Lyuba Sakharov
☾ tickets : 818
☾ crédits : /


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t168-lyn-hakwins-une-electricienne-lachee-dans-la-citehttp://lrth.forumactif.com/t169-lyn-hawkins-light-in-the-night
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   Sam 16 Juin - 18:56

Ephraim avait le don de retourner les questions des autres contre eux-mêmes et, en l'occurrence, Lyn ne pouvait que reconnaître que même si elle avait parfois du mal à comprendre cette soif de plaisir charnel, son cousin savait ce qu'il voulait et n'avait plus besoin qu'on lui tienne la main depuis bien longtemps maintenant. Il n'était plus cet enfant en état de choc qui avait été recueilli par ce patron de club, il n'était plus ce petit garçon au regard tourné vers l'horizon guettant la silhouette d'un monstre qui ne reviendrait pas, quand bien même il semblait avoir regretté cet abandon. Parfois la jeune femme oubliait qu'il était désormais devenu adulte et, bien que son comportement soit en apparence celui d'un sale petit garnement, il savait parfaitement ce qu'il faisait et n'avait pas besoin qu'une grande sœur de substitution vienne lui faire la morale, d'autant plus qu'il s'amusait de la mettre mal à l'aise en lui affirmant qu'elle aussi apprécierait la chose une fois qu'elle y aurait goûté. Se raclant la gorge tout en se retenant de rire un peu, elle porta le jus de fruit à ses lèvres pour se rafraichir, levant les yeux au plafond en une mimique théâtrale qu'elle partageait avec le jeune homme, avant de poursuivre sur un sujet bien plus délicat, celui d'Abel. Encore un qui ne voulait pas qu'on l'aide, même si dans ce cas précis il s'agissait d'un tort et que l'électricienne ne lâcherait pas l'affaire de sitôt, bien au contraire.

« Je n’en attendais pas moins de toi, Cousine. »

Ils partagèrent un sourire amusé et entendu, ce trait de caractère qu'ils avaient en commun était en quelque sorte leur petite fierté et ils ne s'en cachaient pas, surtout lorsqu'ils avaient l'occasion d'en discuter un peu. Que ce soit chez les Hawkins ou les Lawrence, les forts tempéraments n'avaient jamais manqués.

« Tu crois que tout est bloqué en bas aussi ? Ou c’est juste les jambes ? J’ai entendu dire qu’il était mignon. »

Lyn manqua recracher la gorgée qu'elle venait de prendre, portant la main à sa bouche pour tousser avant de lancer un regard chargé de faux reproches à son cousin décidément incorrigible. Il ne pouvait pas s'empêcher de lui jouer ce genre de tour, sachant pertinemment attendre le bon moment pour lui décocher une de ces répliques dont il avait le secret, avec la petite moue et le petit air crapuleux qui allaient bien. Incorrigible il est, incorrigible il resterait probablement. Reprenant une gorgée, elle reposa son verre et plissa les yeux à son intention, le fixant d'un regard faussement pincé.

- Ne compte pas sur moi pour lui demander pour toi, tu n'as qu'à aller lui rendre visite de ma part et vérifier ça par tes propres moyens, je suis sûr que tu sauras utiliser tes atouts pour y parvenir.

Elle lui tira la langue comme le ferait une gamine capricieuse avant d'éclater de rire, appréciant de pouvoir parler d'un sujet aussi grave avec davantage de légèreté. Ephraim avait toujours un don pour dédramatiser les situations les plus sombres, quand bien même certains n'appréciaient pas qu'on fasse preuve d'humour lorsque le moment ne s'y prêtait pas, mais c'était là l'une des plus grandes forces du jeune homme. Son vécu l'avait forgé dans des flammes douloureusement cuisantes qui l'avaient marqué à vie, mais il en était ressorti plus fort que la plupart des gens et de cela sa cousine était extrêmement fière, autant que le serait une sœur ou une mère.

- Je pense qu'il te plaira, il est plutôt mignon en effet, mais je ne suis pas sûre qu'il soit attiré par les hommes.

Oh elle avait bien remarqué les regards qu'il avait posé sur elle, les petites attentions, mais le pauvre n'était pas resté suffisamment longtemps pour qu'elle sache s'il n'avait été ainsi qu'avec elle ou bien également avec les autres femmes en général. Toujours est-il qu'un peu de visite ne lui ferait pas de mal et quoi de mieux qu'un surexcité excentrique pour vous redonner le sourire ? Et quand bien même la présence du jeune homme lui taperait sur les nerfs, au moins aurait-il une réaction autre que l'apathie et la mélancolie.

- Dis-moi Ephraim, est-ce que tu penses que tu te poseras un jour avec quelqu'un ou bien est-ce que tu préfèreras rester célibataire toute ta vie ? Je veux dire, même en gardant ton travail, trouver quelqu'un qui accepterait que tu continue et qui t'aimerais tel que tu es.

Les humains peinaient parfois à trouver le bonheur, c'était ce qui se racontait parfois et surtout lorsqu'il était question de la vie hors des cités ou même de celle dans la Bordure, mais Lyn se demandait parfois si son cousin espérait un jour pouvoir trouver quelqu'un avec qui partager son existence ou bien s'il était un de ces célibataires endurcis qui préfèrent se consacrer entièrement à leur travail -fut-ce celui de prostitué- plutôt que de s'encombrer d'une relation durable quelle qu'elle soit. Elle-même songeait qu'elle ne trouverait probablement personne qui puisse prendre la place de Thebes dans son cœur, quand bien même à ses yeux il s'agissait d'un attachement profond différent de l'amour, elle ne s'imaginait pas pouvoir éprouver une telle affection pour un autre homme qui serait tout ce qu'il y a de plus ordinaire, dans une petite vie monotone et rangée. Bien sûr ses parents avaient eu une vie calme et paisible, au moins jusqu'à leur fin prématurée, mais ils avaient toujours trouvé chez l'autre quelque chose d'unique et la jeune femme songeait qu'une telle chose ne lui arriverait probablement jamais et que sa vie était ici, au service de son Maître qu'elle chérissait secrètement, presque inconsciemment.


vivre et sourire
Il n'y a rien de plus difficile
ni de plus important
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Life goes easy on me, most of the time (lyn)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Life goes easy on me, most of the time (lyn)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: new abbotsford : la cité intérieure :: East Wall :: Habitations-
Sauter vers: