AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

maintenance du forum prévue le 1er juillet au soir :


nouveau design & codage,


recensement des membres


et pleins d'autres nouveautés !


Partagez | 
  [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPEVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

administrateur
☾ arrivée en enfer : 28/11/2017
☾ missives : 155
☾ tickets : 760

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   19.04.18 10:12


Bordure passée à la loupe



Les immenses portes du cœur de la cité s’ouvrent dans un grand fracas puis laissent passer un flot continu de gardes marchant au pas comme de bons petits soldats disciplinés. Le jour va bientôt se lever, on devine le soleil derrière l’horizon grâce aux couleurs orangées qui débordent de la ligne, contrastant avec le bleu de cette nuit froide à New Abbotsford. Les sauvages les plus tranquilles dorment mais deux petits essaims s’agitent encore au cœur des Colibris et des Lynx, suite au discours de la reine et aux mesures de confinement prises pour la vie dans la cité. L’affilié colibri Matthew Jolly, secrétaire au conseil de la reine, a prévenu la Bordure de l’arrivée des gardes qui se déploient à ce moment-même dans ses rues. Il a tout juste eu le temps de rentrer à la Tour avant d'être renvoyé à la Bordure pour noter les dépositions de chaque habitant de celle-ci. Il est entouré de plusieurs gardes qui ont pour mission de le protéger mais aussi de procéder à toutes les fouilles, et, il l'ignore encore, de le surveiller, considéré comme suspect aux yeux de la Reine.

Les rues sont désertes, seuls les gardes et le secrétaire les arpentent. Le voile obscur qui les recouvre se lève enfin, lorsque les premiers rayons du soleil percent le ciel sans nuage de cette journée d'hiver. C'est le moment que les gardes attendaient, cette lumière saura sûrement dévoiler les petits secrets des habitants de la Bordure, sous les yeux inquisiteurs des soldats de la Reine.

Le fracas des portes et des pas des gardes sur le bitume, ou ce qu'il en reste, ont réveillé quelques habitants. Des regards curieux se dissimulent en vain derrière les fenêtres de ces grands immeubles délabrés. Les gardes sont aux aguets, aucun d’eux n’en perd une seule miette. Il a été décidé plus tôt de procéder aux fouilles et au recensement en silence, sans en avertir les Borduriens, afin de ne pas leur laisser la chance d’aller cacher leurs objets interdits, comme leurs armes, leurs radios, etc. La Reine n’est pas dupe, elle se doute qu’ils sont bien équipés, mais elle ne le tolère plus désormais. Le secrétaire frappe à la première porte de la rue, qui se trouve être celle d’une grande bâtisse. Il sait qui vit à l’intérieur, et il tremble à l’idée de trouver quoi que ce soit de suspect. Car il sait où cela mènera : à l’exécution du ou des habitants, sur le champ, sur la voie publique. Leurs têtes seront tranchées et leurs dépouilles seront laissées là, sur le pavé, en signe d’avertissement. Jolly ne veut pas ça et, secrètement, il espère que chacun a eu le temps de faire le nécessaire pour éviter ce genre de drame.

La cartographie du recensement se remplit peu à peu alors que les gardes avancent le long de la Bordure. Les habitants confinés chez eux ont eu le bon esprit de suivre plus tôt les conseils de Samuel, le chef des Colibris : donner de fausses identités, cacher immédiatement les armes et quand le moment sera venu, répondre sans rébellion aux questions posées. Malheureusement, certains en ont décidé autrement et l’horreur s’est produite plusieurs fois en cette journée glaciale. Sous les yeux et les cris horrifiés des témoins, sous les supplications des coupables, les têtes ont roulé, souillant la rue du liquide carmin pourtant si précieux.
Ce n’est que lorsque le soleil commence à se coucher que la Bordure reprend réellement vie. Le recensement est terminé, ces dernières heures ont été éprouvantes pour tous : les habitants ont subi des pertes et se sentent privés de leur liberté, seul luxe dont ils pouvaient se targuer ici, et le secrétaire et les gardes peuvent enfin rentrer se reposer un peu, après ces vingt-quatre heures de travail acharné. Ces gardes, justement, ces humains enregistrés, ont pour certains de la famille dans la Bordure. Nombreux sont ceux qui ont des racines ici. La peur les a également assaillis lorsqu’il a été temps d’interroger, d’inspecter, de mettre les habitations sens dessus dessous et pire, d’exécuter, et c’est le cœur lourd que certaines de ces âmes rentrent à la Tour.

Le secrétaire, lui, s’attarde un peu. Il se sait à présent surveillé, mais il succombe à l’envie de rester un moment près de ceux qu’il appelle « les siens », auprès desquels il a en partie grandi. Seuls quelques gardes restent encore pour le surveiller, de près ou de loin, mais aussi pour reprendre leurs postes aux portes intérieures de la cité. Cependant, les rues de la Bordure appartiennent à nouveau à ses habitants. Le spectacle n’est pas joli, les corps sans vie ont été abandonnés ici et les proches en deuil pleurent leurs morts. Peut-être que cela peut donner naissance à une trêve entre les deux clans ? Les Colibris et les Lynx peuvent-ils lutter ensemble pour regagner un semblant de liberté ? Les circonstances sinistres de cette macabre journée hivernale pourraient temporairement avoir raison de leur discorde.



Ce sujet commun est dédié à tous les Humains Sauvages de la cité. Il est interdit aux vampires et aux humains enregistrés, hormis Matthew Jolly qui prend note du recensement. Les Humains enregistrés ainsi que les vampires possèdent leur propre sujet commun au cœur de la cité ICI ainsi que dans la Tour ICI.

La participation à ce RP commun est libre et sans ordre établi.

Pensez à taguer les personnes citées dans votre rp afin qu'elles puissent y répondre plus facilement, grâce à la balise @"prénom nom du perso"

Nous abaissons le nombre de mots demandé à 150 minimum dans les sujets communs, afin que le rp soit plus dans l'échange et donc plus fluide.


©️️lastroadtohell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.



☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 355
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 265
☾ crédits : T.L (Avatar)



☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   19.04.18 13:35



"BORDURE PASSEE A LA LOUPE"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



    J'ai été surprise, il faut l'avouer... Qui ne l'a pas été en cette journée où nous pensions être à l'abri d'une telle descente. Elle fut imprévisible, inquisitrice... Les intentions de la reine n'ont fait que s'éclaircir quant à son projet de restraindre notre liberté et renforcer le contrôle qu'elle tente d'installer sur les borduriens. Elle a au moins l'intelligence d'exécuter seulement ceux qui ont enfreint sa loi, bien qu'au fond elle voudrait certainement tous nous savoir la tête coupée. J'aurais certainement fini exécutée si je n'avais pas eu un peu de jugeote. Je garde rarement mes confections avec moi, préférant les enterrer dans un lieu isolé et banal, dont la terre subitement retournée n'attirerait même pas l'attention. Et bien sûr, un lieu qui se trouve bien loin de l'endroit que je considère comme mon chez moi. Donc aucun risque que je me fasse prendre avec mes objets, n'est-ce pas ? Bah voyez-vous, j'ai eu l'idée de travailler sur un nouveau prototype de bombe à clous plus performant que le précédent et bien plus destructeur en cette fabuleuse journée... Ironique, n'est-il pas ?
    Parce que, oui messieurs, lorsque je suis inspirée, je bosse... J'y peux rien, les idées ont toujours fusée, je n'ai pas la chance de savoir écrire et lire comme certain, alors c'est plus compliqué pour moi de sauvegarder quelques part les nombreuses idées qui traversent ma pensée. Je peux dessiner des croquis avec ce que je trouve, mais ça m'agace plus qu'autre chose. Dès que j'ai le déclic je veux m'y mettre sans tarder. C'est donc ce que j'ai fait alors que la garde de la cité retournait la bordure au millimètre près. Mais la question que vous vous posez, je suppose, est la suivante : pourquoi ai-je encore ma tête sur mes épaules ? Parce que je suis diablement intelligente, oui monsieur, je ne me prends pas pour de la merde malgré l'endroit où je vis. Plus sérieusement, je suis une femme qui vit seule dans l'insécurité. Qui sait quel mâle en rut en manque de chaleur et d'humidité, chercherait à s'octroyer de force ma virginité.

    J'ai donc fait installer des pièges sonores sur des centaines de mètres autour de mon domicile et je peux vous garantir que le son parvient sans aucun soucis jusqu'à moi grâce à la résonance amplifiée par les ruines de la bordure. Lorsqu'ils sont arrivés jusqu'à mon domicile, il n'y avait déjà plus rien de compromettant me concernant. Pas de preuve, pas d'exécution. Et peut-être me serais-je narguée d'eux, si la situation ne fut pas d'une telle gravité. Si moi-même j'ai été surprise par leur inquisition, qu'en est-il de ceux qui n'ont rien préparé pour prévenir leur arrivée. La reine a encore franchi une seconde limite dans son règne de terreur. Mais n'est-ce pas là ce qui risque de provoquer la fureur des borduriens ? Ou est-ce peut-être ce qu'elle cherche ? Qu'on se révolte pour avoir mieux l'occasion de nous écraser. Qui sait, c'est peut-être même la reine qui a orchestré la venue de l'enragé afin de se donner les moyens de mieux nous bousiller la vie sans qu'elle passe pour une S-A-L-O-P-E auprès de son peuple.
    Le soir venu, le calme était de retour, mais sans quelques drames. Je m'étais rendue au lieu qui semblait avoir le plus morflé afin d'y constater les dégâts. Triste paysage ensanglanté de corps abandonnés, voilà donc ce qu'est cette sublime cité désormais. Gloire aux tyrans quand leurs têtes tomberons à leur tour...



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
avatar

les lynx
☾ âge : 27
☾ surnom : L'acrobate
☾ métier : Guetteur/acrobate/chasseur
☾ compétences : Combat, chasse, course, escalade
☾ arme fétiche : Couteau
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Célibataire



☾ avatar : Sergei Polunin
☾ arrivée en enfer : 01/04/2018
☾ missives : 448
☾ doubleface : Travis Grant - Lyn Hawkins
☾ tickets : 245
☾ crédits : /




Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t225-ruslan-hill-plutot-mourir-que-servirhttp://lrth.forumactif.com/t228-ruslan-hill-celui-qui-criait-liberte
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   19.04.18 21:03

Ils avaient frappés comme seuls les lâches peuvent le faire, au moment où ils avaient baissé leur garde alors que le soleil dardait enfin ses rayons sur la Bordure, leur assurant en théorie le calme et la quiétude d'une protection lumineuse qui était censée tenir à l'écart les nombreux dangers qui menaçaient durant la nuit. La Reine avait été ingénieuse, elle devait se douter -à moins qu'elle n'en ait été informée- que les Sauvages avaient des guetteurs un peu partout le long de la frontière invisible séparant les deux mondes cohabitant dans l'enceinte des hauts murs protecteurs. Ruslan lui-même attendait toujours que le jour soit levé pour aller se coucher, voyant dans l'astre solaire l'incarnation d'une sécurité qui lui chuchotait à l'oreille que son devoir était accomplit et qu'il pouvait aller dormir sereinement, en paix avec sa conscience pour avoir veillé sur ses semblables... si seulement il avait su. A peine avait-il plongé dans les limbes d'un sommeil bienvenu, à peine Morphée venait-il de l'accueillir entre ses bras pour l'emmener loin de ce monde misérable que des cris l'avaient réveillé en sursaut et que des bruits de lutte se faisaient entendre en bas de l'immeuble où vivaient les Lynx. Ça se battaient, ça se hurlait dessus et ça cavalait à travers les couloirs, les bruits sourds qui s'y mêlaient ne laissaient aucun doute sur ce qui se passait, tout du moins en apparence : une rafle. Sautant hors de la couche qui lui servait de lit, l'Acrobate s'empara de l'arme qu'il gardait toujours avec lui et, après une brève hésitation, entreprit de la dissimuler sous la latte pourrie dissimulée par un vieux meuble bringuebalant qui se laissa pousser sans opposer de résistance, permettant de soulever le morceau de bois pour y dissimuler le seul bien utile en ce monde avant que tout ne soit remit en place.

- RUSLAN DÉGAGE DE LA !

Le cri provenait du bout du couloir, lancé par un Lynx qui gueula une flopée d'insultes à ceux qui montaient les escaliers au pas de course tandis que lui-même s'enfuyait du côté opposé, passant devant le guetteur qui ne sortit de sa chambre que juste à temps pour voir son camarade se faire intercepter par d'autres hommes en armes qui arrivaient en sens inverse, tandis que ceux qui venaient de monter l'escalier se jetaient sur celui qu'on venait à peine de réveiller, le plaquant brutalement au sol et lui donnant quelques coups bien placés pour qu'il se tienne tranquille, juste avant qu'on ne les traine dehors sans ménagement. Rassemblés en bas du bâtiment des Lynx, on fouilla chaque chambre et, pour ceux qui n'avaient pas réussi à s'enfuir malgré les nombreuses issues de secours de leur quartier général et chez qui on avait découvert des objets interdits ou des armes, voir les deux, on les exécuta sous les yeux des autres sans ménagement. La première tête qui roula dans la poussière en laissant une gerbe de sang dans son sillage était celle d'une recrue encore jeune, mais prometteuse, un adolescent qui ne manquait pas de courage ni de volonté, qui avait encore toute la vie devant lui et qui aurait même pu quitter la cité pour aller vers des cieux plus cléments. Mais voilà, il n'aurait jamais cette chance et si la plupart demeurèrent hébétés face à un tel acte, il y en eut plusieurs qui s'insurgèrent immédiatement.

- ...

Le regard de Ruslan ne se détacha du visage du mort que pour se lever vers les hommes armés, ces sales chiens de la Reine qui n'hésitaient pas à trahir leur propre race pour avoir le droit de lui lécher les bottes et de ramper devant elle. Ce n'était même pas des hommes, ils ne valaient pas plus que toutes ces sales sangsues qui vivaient dans la cité, bien à l'abri de tout ce que les gens de la Bordure subissaient au quotidien, ou même en ce jour maudit. Un frémissement lui parcouru l'échine alors que le Sauvage faisait un premier pas en avant, le regard noir braqué sur les gardes qui se retrouvaient aux prises avec la poignée de Lynx qui avaient décidés de se jeter sur eux. Et il aurait fait pareil si un bras ne s'était pas mis en travers de sa route, l'arrêtant dans son élan, l'empêchant d'aller plus loin qu'un simple pas tandis qu'une main ferme lui saisissait le bras, l'obligeant à tourner la tête vers son propriétaire. Dante. Jamais encore Ruslan n'avait vu une telle expression sur le visage de son ancien professeur, cette façon qu'il avait de le fixer avec gravité et résignation, l'amertume mêlée de rage contenue au fond de ses prunelles assombries par la même indignation que celle qu'il éprouvait lui-même à cet instant. Le jeune homme le vit secouer légèrement la tête à la négative et alors il comprit. Il comprit et reporta son attention sur les hommes de la Reine qui venaient aisément à bout des rebelles, les décapitant désormais les uns après les autres dans une boucherie innommable, menaçant ceux qui n'avaient rien tenté de leur faire subir le même sort si jamais ils tentaient de s'interposer. Et en retrait, scrutant la scène et notant tout sur un carnet, se trouvait un homme qui devint immédiatement un lâche aux yeux de Ruslan : Matthew. Pour autant il ne pouvait ni ne devait agir, c'est pourquoi le guetteur recula d'un pas pour se placer aux côtés de Dante, laissant les choses se faire tandis que le feu intérieur qui le brûlait chaque jour depuis l'enfance menaçait de le consumer tout entier et de ne laisser que des cendres au fond de son cœur.

-------------------------

Les morts ne se comptaient plus tant ils étaient nombreux et, après s'être occupés des leurs, Ruslan avait décidé de faire le tour de la Bordure pour constater les pertes qu'ils avaient subis... et quelles pertes. Jamais auparavant ses yeux bleus-verts n'avaient contemplés autant de cadavres, jamais auparavant il n'avait vu autant de têtes tranchées, de gens en larmes serrant celles-ci entre leurs bras en criant à la face du ciel qui ne pouvait leur répondre. Jamais encore il ne s'était senti à la fois aussi vide et aussi lourd, le poids des morts pesant sur ses épaules sans qu'il ne comprenne pourquoi, sans qu'il ne trouve de raison logique hormis une répression gratuite et sanglante, une volonté pour la Reine d'asseoir un peu plus son pouvoir sur les humains qui lui servaient d'esclaves. Il voyait certains corps de gens qu'il avait pu mettre à l'abri des rafles lorsqu'il allait les prévenir, courant alors à en perdre haleine pour s'assurer que personne ne subisse le joug des vampires... et tout ça pour quoi ? Pour voir qu'ils avaient été exécutés pour avoir possédé une simple radio, un petit canif, une babiole ? Le dégoût au bord des lèvres, il arpentait la Bordure tel un fantôme et, finalement, arriva face à un charnier tel qu'il sentit les forces lui manquer. Se laissant tomber à genoux sur le sol, il fixa d'un air hagard les cadavres qui jonchaient la zone où les vivants allaient et venaient en quête d'un visage connu, désireux de savoir combien ils avaient perdus de proches, de connaissances, d'amis ou pire, de parents.

- ...

Il ne se souvenait plus de la dernière fois que cela lui était arrivé, probablement lorsque son père et son frère étaient morts, pourtant il sentit très nettement cette fois la larme qui roulait sur sa joue droite tandis qu'il fixait les cadavres, sentant une seconde larme dévaler sa joue gauche alors même qu'il demeurait immobile et silencieux, les lèvres entrouvertes sur des questions muettes, son âme agonisant intérieurement face à une telle injustice, une telle cruauté. Et dire que jusqu'à présent il avait cru avoir tout vu de ce que la Reine pouvait leur faire subir, il réalisait qu'au contraire il était certainement encore loin du compte. Ses mains vinrent racler la terre poussiéreuse qui céda sous ses doigts, passant entre ceux-ci quand il referma les poings dessus sous l'effet d'une rage grandissante, ressuscitée. Ses yeux bleus-verts fixaient à présent les cadavres pour mieux les graver dans sa mémoire, enregistrant l'odeur de charnier qui se dégageait de la zone alors qu'il se relevait lentement, le souffle lourd dans sa poitrine et une colère au-delà de toute raison s'imposant dans son esprit en y susurrant une sombre vengeance qui ne connaitrait plus jamais de fin. Regardant finalement autour de lui, Ruslan remarqua une silhouette vaguement familière qui l'intrigua assez pour qu'il se dirige droit vers elle, accélérant le pas lorsqu'il la reconnue et, dans un élan qu'on aurait pu qualifier de suicidaire lorsqu'on connaissait celle vers qui il avançait, posant ses mains sur ses épaules avec un mélange de force et de maladresse, sans pour autant chercher à l'emprisonner ou la retenir, mais assez pour obliger à lui faire face.

- Tu es en vie.

Plus qu'une constatation, c'était un soulagement bienvenu pour le Lynx qui, même s'il avait toujours eu des difficultés à s'entendre avec Alma depuis leur escapade dans la cité lorsqu'ils étaient adolescents, n'avait jamais cessé de s'intéresser à ce qu'elle devenait et vice versa. La voir ici, saine et sauve, au milieu de ce charnier, était une bonne nouvelle que Ruslan ne pouvait que savourer à sa juste valeur, s'accrochant à ce petit bout de positif comme s'il en avait besoin pour ne pas succomber, là tout de suite, à la rage qui le dévorait violemment.


Au cri de Liberté
plutôt mourir qu'être enchainé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.



☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 355
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 265
☾ crédits : T.L (Avatar)



☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   20.04.18 16:34



"BORDURE PASSEE A LA LOUPE"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma



    Terre de désolation, devenue le terrain de jeu de fins manipulateurs, je marche à travers ses ruines maculées de rouge. L'odeur du sang a déjà attiré les chiens qui n'approchent pas encore au vu du nombre d'homme qui pleurent encore les âmes perdues de leur proche. Il faut enterrer les corps, ou les brûler aux mieux afin que la reine puisse voir depuis sa tour son oeuvre et qu'elle puisse sentir l'odeur de son carnage. Et je m'arrête finalement, justement épuisée par ce massacre. La contemplation de vies défaites et de proches désormais le coeur aux noires facettes, aspirent littéralement toutes mes forces. Ébranlé est mon coeur, choqué est mon esprit. Pourtant, aucune larme ne coule le long de mes joues, aucune. Je n'ai personne à pleurer, car ces personnes en question m'ont été arrachées il y a déjà bien des hivers pour l'une et à peine une saison pour l'autre. J'ai déjà assez pleurer les morts, j'ai fini par comprendre que peu importe l'intensité de votre peine ou votre souffrance, ça ne les ramènera pas.
    Cela dit, je serre les dents avec intensité, songeant qu'il n'était plus possible de laisser passer plus longtemps cette cruauté gratuite. Une idée folle émerge en moi et traverse mon esprit. Bien que je n'aime pas dessiner, je prends la décision de sortir de ma poche un petit papyrus que j'ai fabriquée à l'aide de tiges de feuilles et de plantes. Et à l'aide d'une craie de charbon, j'y dessine alors un récipient en verre qui a la forme d'une poire. À côté du premier croquis, j'y ajoute une flèche et un petit crane enflammé. Puis à côté de ce crane enflammé, je dessine cette fois deux longues canines. Ce projet va me prendre un temps fous, mais si je m'y mets tout de suite, je pourrais créer les armes qu'il faut pour qui voudra se battre contre l'oppresseur. Je lève mon regard vers le mur, puis soupire... « Qu'est-ce qui me prend, c'est complètement con... » Je referme mon rouleau de papyrus, songeant que je suis peut-être quelque peu stupide de croire que des gens auront le courage de se battre. Et puis, pourquoi ferais-je ce genre d'arme pour eux, je ne leur dois rien et ils ne me doivent rien.

    Mais si, et je dis bien si, il y a tout de même des fous qui veulent prendre les armes et se battre, peu importe qu'ils soient peu nombreux... Dois-je quand même continuer à rester à l'écart comme si leur monde n'était pas le mien ? La solitude me va, cependant l'assumerai-je en tant de guerre ? Je n'ai pas le coeur à vouloir participer à une révolte, je l'avoue et les malheureux qui veulent couper la tête de leur tyran peuvent bien mourir sans que je verse une seule larme pour eux. Mais... Autant leur fournir les chances de véritablement renverser leur tyran, plutôt que de les laisser y aller avec de simples fourches. Évidemment, qu'ils n'iront pas avec des fourches, je ne suis pas stupide, bien que l'exemple le soit... C'est un exemple. Je crois que je m'égare et que mes pensées m'échappent de toute façon. J'inspire un bon coup et ouvre à nouveau mon rouleau pour contempler mon croquis. L'ingrédient principal qu'il va me falloir, est tellement difficile à se procurer... Ce n'est autre que du sang de vampire ou d'enragés... l'un ou l'autre demande d'approcher la créature pour prélever son sang... Et c'est du suicide !
    Cependant, il paraît que certains enregistrés se drogue au sang de vampire, peut-être ont-ils un moyen facile d'obtenir une dose de sang vampirique, déjà beaucoup moins compliquer que la chasse d'un enragé. De plus, une dose me suffirait pour expérimenter un premier prototype, ce serait l'idéal pour moi. Soudainement, deux mains se posent sur chacune de mes épaules et me tirent avec force vers l'individu qui vient de se manifester. Lui faisant face, les sourcils au début froncés se détendent peu après la phrase de ce dernier que je reconnais aussitôt. Je le fixe un moment sans un mot, réalisant dans son regard que lui aussi vient de traverser l'enfer et le rouge de ses yeux peuvent en témoigner. Je baisse mon regard, avant de le relever vers lui sans trop m'attarder, observant peu après les autres corps. « Il faut croire... » Répondis-je simplement, refermant alors à nouveau mon papyrus étant encore un projet qui n'a pas besoin d'être dévoilé pour l'instant. Puisque ce n'est pas vraiment le moment, ni même le lieu.  

    « J'imagine que ça ne s'est pas bien passé de ton côté non plus... » Rajoutais-je, peu avant de ramener mes cheveux en arrière et les attacher.



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
avatar

les lynx
☾ âge : 39 ans.
☾ surnom : Hawk.
☾ métier : chasseur, voleur, en quête de sa place au sein des Lynx
☾ compétences : savoir et endurance.
☾ arme fétiche : pied de biche.
☾ origines : sauvages (britanniques, suédoises lointaines)
☾ statut : célibataire.



☾ avatar : James D'Arcy.
☾ dispo rp : non.
☾ couleur : #669999
☾ arrivée en enfer : 03/04/2018
☾ missives : 476
☾ tickets : 251
☾ crédits : sixsmithyouass



☾ liens : humans;
ALMA ♦️
BRONA ४
LIAM ×
MATTHEW Θ
MOIRA φ
RUSLAN ψ
SAMUEL Ξ
TATE ω


vampires;
AYDAN θ

☾ rp en cours : - Aydan

- {FB} Tate


Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t232-dante-bergfalk-can-you-even-see-what-you-re-fighting-forhttp://lrth.forumactif.com/t241-dante-bergfalk-you-ve-got-to-lose-it-all-if-you-wanna-take-control
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   22.04.18 0:55

L’angoisse et la peur, émotions perpétuellement palpables au sein de la Bordure, avaient laissé place à la panique et à la désolation. Il revenait tout juste d’une chasse peu fructueuse lorsqu’il fut accueilli par des hurlements auxquels répondaient des éclats de voix graves accompagnés de sons qu’il avait fort malheureusement entendus auparavant. Son maigre gibier s’écrasa au sol avec son arme de fortune tandis qu’il accourait auprès d’une silhouette allongée à quelques mètres de lui. « Petra... » Il effleura l’épaule de la trentenaire et sa cascade de cheveux blonds roula, avec le reste de sa tête, plus loin. Une nausée le prit et il lui fallut plusieurs secondes avant de ravaler sa bile ; ce n’était pas le moment d’être malade, même si la scène avait tout pour faire gerber. Il se remit debout, l’air hagard, à contempler les images qui défilaient au ralenti sans qu’il ne pût les arrêter totalement. Pourquoi ? La question tambourinait contre ses tempes. Pourquoi maintenant ? La lueur de la lune baignait encore les murs de la Bordure. Pourquoi leurs clans ? Les sauvages ne correspondaient pas au modèle du petit humain parfait qui se soumettait à la toute-puissance des vampires, mais il était de notoriété publique que leurs maigres moyens les empêchaient de se créer une force de frappe suffisante pour représenter une menace. Pénétrer la Cité était déjà très complexe, alors y amener un Enragé relevait du miracle absolu. La Reine les considérait comme de la vermine, pourtant, en envoyant ses miliciens au sein même de la Bordure, elle leur accordait un crédit immense qui, une fois le choc de cette traque passée, pourrait être source de rapprochement entre les différents clans – projet qui était déjà secrètement amorcé depuis quelques semaines. Un coup dans son épaule le ramena sur terre en un quart de seconde. Il secoua vigoureusement la tête afin de se remettre les idées en place et, dans un effort surhumain, il mit un pied devant l’autre. Il s’enfonça dans le carnage pour porter secours à ceux qui en avaient besoin ; il ignorait encore comment il allait pouvoir faire une telle chose, mais il serra les poings pour rassembler tout le courage qui existait dans son mètre quatre-vingt onze.

Sur sa route, il remit sur pieds quelques uns de ses semblables qui pleuraient un membre de leur famille, un ami ou un voisin. Il n’était pas encore temps de s’épancher sur leurs pertes, ils devaient se montrer forts et tenir bon face aux sbires de la Reine. Certains prenaient ce sentiment un peu trop littéralement. Ces fous se jetaient sur les gardes comme s’ils avaient eu la moindre chance d’avoir le dessus. Il eut envie de leur hurler d’arrêter, que leur guerre n’était pas encore arrivée, qu’ils devaient vivre jusqu’au lendemain pour organiser la résistance. Mais il était déjà trop tard, ils avaient signé leurs arrêts de mort dès l’instant où ils avaient brandi leurs armes de fortune dans la direction des gardes royaux. Pauvres idiots, songea-t-il, les mâchoires serrées. Son cœur bondit dans sa poitrine quand la première tête fut tranchée sous ses yeux, il manqua une autre pulsation lorsque son regard se posa sur un visage familier et apparemment déterminé à en découdre avec ces enfants de salauds qui collaboraient avec la Reine. Non. Pas lui. Il accéléra le pas pour pouvoir intercepter le bras de Ruslan et le détourner d’une mort beaucoup trop précoce. Même si, comme lui, il devait avoir l’impression de n’être qu’un lâche témoin, il était préférable de ne pas jouer la carte de l’inconscience aujourd’hui car personne ne leur ferait de cadeaux. Il était clair que les gardes avaient besoin de remplir leur quota pour satisfaire la soif de sang de la Reine, qui prenait le risque de gaspiller ce fluide pourtant vital, par orgueil. Son désespoir était aussi palpable que celui des sauvages qui se faisaient fouiller ; quel monarque en position de force se sentait obligé de punir sa population la plus faible ? Aucun.

*

Avec un peu de salive sur le bout de ses doigts, il essayait tant bien que mal d’effacer une trace de sang sur la manche de son pull, ignorant que d’autres marques écarlates tapissaient ses vêtements en plus grande quantité encore. Son visage était balafré d’écarlate, un témoin extérieur aurait imaginé qu’il s’était pris un violent coup, mais ce rouge n’était pas le sien. Il essayait au mieux de dégager les rues des innombrables cadavres qui en jonchaient le sol. Pourquoi ? La question se répétait encore et encore, plus seulement dans sa tête mais également dans les bouches des survivants. Pourquoi devait-il avoir physiquement sur ses mains le sang d’individus dont le seul crime avait été de vouloir survivre ? Il ne connaissait pas individuellement tous les membres de la communauté sauvage – ils étaient fort heureusement un peu trop nombreux pour cela – cependant il pouvait jurer sur la mémoire de ses parents qu’aucun d’entre eux n’avait commis l’acte pour lesquels ils payaient tous un prix trop cher. « Il faut les sortir de la rue... Il faut trouver de quoi les brûler. » L’adolescent à qui il avait murmuré ses mots leva un regard interrogateur sur lui. Il ne pouvait pas lui trouver ce dont il avait besoin, le feu était une denrée rare, encore plus maintenant que la majorité de leurs biens avait été confisquée. Il chercha aux alentours un visage familier qui allait pouvoir les aider. Il discerna Ruslan, qui était plein de ressources et qui serait peut-être en mesure de trouver de quoi assainir les rues avant qu’une infection ne se propage. Le jeune homme était en pleine conversation, cependant, Dante s’autorisa un peu d’impolitesse et les interrompit. « Il faut s’occuper des corps, nous ne pouvons pas les laisser... » Son visage, fermé jusqu’à présent, se décomposa avant de reprendre consistance dans un mélange de surprise et de soulagement. « A... Alma... ?! » Dans un réflexe dicté par la pléthore d’émotions négatives ressenties depuis le début de la journée, il se pencha vers la jeune femme et referma ses bras autour d’elle dans une étreinte maladroite, qui ne dura heureusement pas plus de deux secondes. Il se redressa, posa une main sur l’épaule de la blondinette et l’autre sur celle de Ruslan, des larmes de crocodile au coin de ses yeux. Il n’y avait pas de mots pour décrire l’hécatombe qui avait décimé leurs rangs, mais à cette minute précise, il était soulagé de les savoir vivants et près de lui. Il n’avait malheureusement plus assez de force morale à l’intérieur de lui pour extérioriser cette pensée par des mots.


lost in the fire
flames lick the walls
tenderly, they turn to dust all that I adore


Dernière édition par Dante Bergfalk le 04.05.18 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

les lynx
☾ âge : 27
☾ surnom : L'acrobate
☾ métier : Guetteur/acrobate/chasseur
☾ compétences : Combat, chasse, course, escalade
☾ arme fétiche : Couteau
☾ origines : New Abbotsford
☾ statut : Célibataire



☾ avatar : Sergei Polunin
☾ arrivée en enfer : 01/04/2018
☾ missives : 448
☾ doubleface : Travis Grant - Lyn Hawkins
☾ tickets : 245
☾ crédits : /




Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t225-ruslan-hill-plutot-mourir-que-servirhttp://lrth.forumactif.com/t228-ruslan-hill-celui-qui-criait-liberte
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   23.04.18 13:19

Alma avait l'air aussi déconnectée de la scène que lui-même l'avait été quelques instants plus tôt quand il errait au milieu de la Bordure après le passage des hommes de la Reine. Il vit son regard se porter sur les cadavres autour d'eux et il su qu'à sa façon, elle était bien plus affectée par tout ça qu'elle ne le montrait ou ne le dirait jamais. Quand bien même la jeune femme vivait à l'écart des communautés qui s'étaient formées au sein des Sauvages, personne ne pouvait demeurer insensible face à une telle cruauté. Lâchant les épaules de l'indépendante, Ruslan se contenta d'acquiescer lorsqu'elle supposa que ça s'était mal passé de son côté également. Il sentait encore la douleur des coups qu'on lui avait porté, mais lui était encore vivant, ce qui n'était pas le cas de nombre de ses camarades.

- Plusieurs Lynx sont morts, ils ont même tué un des plus plus jeunes parce qu'il avait une radio bricolée dans sa chambre... Ces ordures.

Il soupira fortement, avant de pivoter vivement sur ses pieds en percevant du mouvement sur le côté, voyant alors approcher Dante qu'il avait abandonné un peu plus tôt près du quartier général des Lynx. Le guetteur n'avait pas eu le cœur à lui demander de l'accompagner à travers la Bordure, conscient que chacun avait des vérifications à faire, des personnes à retrouver, mais qu'il soit de nouveau présent lui fit plus de bien que ce qu'il n'était prêt à le reconnaitre, là tout de suite.

« Il faut s’occuper des corps, nous ne pouvons pas les laisser... »

Ruslan ne pouvait qu'approuver, il avait déjà aidé à enterrer leurs morts dans un endroit plus ou moins approprié, mais vu le nombre de cadavres qui se trouvaient sur cette petite place, cela risquait d'être beaucoup plus difficile et ils allaient malheureusement manquer de place. Pour autant l'attention de Dante se porta sur Alma qu'il sembla reconnaitre et, à voir son soulagement, le Lynx su qu'à lui aussi cela faisait du bien dans un moment pareil. La main qui fut posée sur son épaule était un réconfort apprécié et Ruslan imita son ancien professeur, formant ainsi avec Alma un trio qui se tenait par les épaules comme pour mieux faire face à l'adversité. Il manquait encore beaucoup de visages familiers dans ce petit cercle, mais l'impression de ne pas être seul suffisait à détourner l'esprit de l'abattement qui menaçait.

- Ils le paieront cher j'vous l'garantie, mais en attendant... comme tu as dit, on doit s'occuper de nos morts. Je ne pense pas qu'on puisse tous les enterrer, va falloir les brûler, avec l'accord de leurs proches s'ils en avaient.

Et ça allait laisser échapper une fumée âcre et brûlante dont l'odeur allait leur coller à la peau, aux cheveux et aux vêtements durant plusieurs jours, mais ils n'avaient guère le choix, c'était ça ou risquer une épidémie.

- Toi qui t'y connait Alma, tu n'aurais pas quelque chose pour faire un feu suffisamment fort ? On enterrera ce qui restera des os.

Chacun des mots qu'il prononçait était comme un coup de couteau qu'il s'infligeait, mais Ruslan ne pouvait pas se laisser aller au chagrin et encore moins au désespoir. Tant de gens pleuraient déjà leurs morts, tant de gens allaient se retrouvés totalement démunis et tant d'autres encore risquaient de vouloir se tourner vers la Cité et les vampires pour espérer survivre encore quelques années... La situation n'avait jamais été aussi critique, les évènements aussi dramatiques, mais s'ils s'effondraient tous, qui les relèveraient ? Ils étaient là, tous les trois, à se maintenir à flots mutuellement, tout comme d'autres le faisaient certainement à plusieurs endroits dans la Bordure, échafaudant eux aussi différentes stratégies tout en priorisant les actions à mener dans l'urgence : d'abord les corps, ensuite le deuil, puis tôt ou tard viendrait la vengeance. D'ici là, ils devaient demeurés unis s'ils voulaient espérer survivre à ce que la Reine risquait fort de leur préparer prochainement.


Au cri de Liberté
plutôt mourir qu'être enchainé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

sauvage solitaire
☾ âge : 27 ans
☾ surnom : Collins
☾ métier : Chasseuse et inventrice
☾ compétences : Chasse, fabrication d'objets artisanaux (armes, pièges, etc...), connaissance minime des premiers soins, mémoire eidétique et grande capacité à calculer les probabilités d'une situation.
☾ arme fétiche : Arc et flèches...
☾ origines : Italienne/Américaine...
☾ statut : Célibataire endurcie... Le simple fait d'entendre toutes ces histoires à l'eau de rose dans le monde dans lequel on vit, suffit à me donner la gerbe, en plus de m'énerver. Pourtant, voilà que ma solitude me semble bien plus pesante depuis que j'ai rencontré cette fille du désert.



☾ avatar : Hayden Panettiere
☾ couleur : Crimson
☾ arrivée en enfer : 16/04/2018
☾ missives : 355
☾ doubleface : Magdalena Squibb, Ankh Se Namon
☾ tickets : 265
☾ crédits : T.L (Avatar)



☾ liens : .
Dark family :

Lucrezia Darras : Ancêtre vampirique
Athenodora Zuliani : Mère biologique et vampire
Telma Adams : Petit soeur et traître

This is my Clan :

Freya Black : Forte attirance
Senja Mäkinen : Apprentie
Dante Bergfalk : L'ami de mon père
Ruslan Hill : Compliqué

Les sangs-froids :

Victoria Lupini : Chaîne qui me lie les mains...

☾ rp en cours : .
- RP surprise
- Intrigue 2
- Feu Grégeois
- Derek


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   23.04.18 15:13



"BORDURE PASSEE A LA LOUPE"

Je suis bien des choses, mais aucunes d'elles ne me représentent vraiment... - Alma





    Il acquiesce de la tête et confirme cette réalité crue qu'il a bel et bien traversé. Peut-être a-t-il failli mourir comme les autres lui aussi ? Peut-être a-t-il voulu prendre les armes et se défendre, mais forcer de se résigner de raison ? J'aurais encore eu mes proches, peut-être aurais-je sauté sur les miliciens avec toute la volonté et toutes les forces dont je peux faire preuve. Parce que finalement, si on vous arrache ce qu'il y a de plus important au monde et ce devant vos yeux, en quoi la vie vaut-elle d'être vécu après ça. Oui. Si j'avais encore des proches parmi ses corps, peut-être aurai-je été une fille stupide et serais morte avec eux... Je crois même que j'aurais voulu mourir avec les proches en question et ce, en emportant le plus de miliciens avec moi, humain ou non. Dès lors où ils ont commencé à servir les vampires, ces esclaves n'ont plus rien eu d'humain à mes yeux... Donc s'ils peuvent mourir avec les maître ça m'arrange fortement.
    Il m'explique que beaucoup des siens sont morts, même le plus jeune d'entre eux pour une raison bien futile. Ils ne veulent pas qu'on ait d'arme, alors qu'on a au moins besoin du minimum afin de se nourrir. Comment chasser à main nue ? Rien que nous voir avec un livre peut nous emmener à la potence, c'est complètement absurde. Je ne rajoute rien, il n'y avait pas grand-chose à dire ou faire si ce n'est que laisser place au silence qui semble le bienvenue en ce moment. Mon regard se perd de nouveau vers le paysage le temps d'un instant avant qu'une voix s'élève vers Ruslan. Peu avant que mon prénom se fasse entendre, ce qui fit vibrer en moi un léger frisson... Je n'avais pas entendu mon prénom depuis la mort de mon père, me présentant le plus souvent par mon surnom, Collins qui vient de mon père : Joël Collins Adams. Et au moment où je réalise qui est cet homme, je suis déjà dans ses bras. Si en temps normal, j'aurais eu un très mauvais réflexe dû à ce genre de contact qui ne me plaît guère, je prends en compte qui il est et ce qu'il a traversé lui aussi... Se faisant, je ne réagis pas.

    Seul papa pouvait me prendre dans ses bras, seul lui avait le droit de me réconforter et essuyer mes larmes. Parce que j'étais à ses yeux sa petite fille chérie. Je ne veux pas qu'un autre le remplace, même si c'est toi Dante... Toi qui fus le meilleur ami que mon père n'est jamais eu de son vivant. Peut-être est-ce aussi pour cela que je ne te repousse pas, parce que papa n'aurait pas voulu que je sois trop dure avec son ami. Quitte à souffrir de ton geste... Parce que oui, ta tendresse me rappelle forcément celui de mon père et que me rappeler de lui, c'est me souvenir qu'il n'est plus. Sa main se pose sur mon épaule avant que celle de Ruslan l'imite, répondant à un semblant d'unité. On a besoin de ça, maintenant... C'est le message qu'on essaye probablement de me faire passer. Seulement, je me contente de laisser mes bras tomber vers le sol. Le regard lointain, mes pensées me troublant de plus belle. L'entente de mon prénom une nouvelle fois m'interpelle et me ramène à la réalité.
    J'observe Ruslan, puis Dante à la suite avant de réellement réfléchir à sa question. « Il doit me rester de l'essence artisanal à base d'huile végétal, mais pas beaucoup... Il faudra donc entasser les corps malheureusement, si on veut tous les brûler. » Je me surprends à leur proposer ma ressource la plus inestimable à mes yeux tant elle est rare et difficile à fabriquer. Pourtant, je ne regrette pas, je suis même indifférente à l'idée de puiser dans cette énergie pour autre chose que ma pomme. Je porte ma main à ma poitrine pour y toucher mon médaillon dissimulé sous mon haut. Sentir sa présence me réconforte un peu plus et me permet d'éclaircir mes idées. « Je l'ai enterré pas loin d'ici, j'irai la récupérer une fois certaine qu'il n'y a plus un seul milicien dans le coin. » Peu après ces mots, mon regard se pose vers une silhouette (@Matthew Jolly) accompagnée de quelques gardes qui se dirigenr vers nous. « Cet enregistré, je l'ai vu aux côtés de la Reine lorsqu'elle a fait son discours le soir où l'enragé à attaquer la bordure. »



Code by Sleepy


Il était mon monde
avant que ce dernier me l'arrache...


Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
avatar

les colibris
☾ âge : 23 ans
☾ surnom : Miracle
☾ compétences : médecine, vols
☾ arme fétiche : un stylet (poignard)
☾ origines : New Bellingham
☾ statut : Célibataire



☾ avatar : Selena Gomez
☾ dispo rp : oui
☾ arrivée en enfer : 08/04/2018
☾ missives : 97
☾ tickets : 287
☾ crédits : /




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   27.04.18 19:27

Bordure passée à la loupe

Heureusement que Matthew avait fait passer le mot aux Colibris. Pour le coup Senja bénissait l'implication de l'enregistré au sein du groupe. Cela permit à elle en premier de pouvoir cacher tout objet illicite lui appartenant. Et même si ses possessions étaient maigres, elle en possédait quelques-uns, à commencer par le stylet dérobé à son ancien Maître. Cela n'empêcha pas la brune de sursauter lorsqu'on défonça les portes de son domaine. N'avaient-ils donc aucun respect ? Elle ne dormait plus depuis un moment, cela ne les autorisait pas pour autant à débarquer ainsi chez elle. Ou peut-être que si ? Après tout ils n'étaient qu'une bande de sauvage, ils n'étaient pas fidèles à la reine alors c'était forcément eux les méchants de l'histoire.

Senja n'appréciait pas les mesures prises par les buveurs de sang et autre affiliés, toutous bien dressés. La reine savait ce qu'il se passait ici, pour les objets illicites, les allers et venus illégaux des borduriens dans sa cité. Elle fermait juste les yeux mais aujourd'hui forcément les responsables étaient les borduriens n'est-ce pas ? Que cherchait-elle ? Une rébellion ? Si elle n'y prenait pas garde elle l'aurait. Mais peut-être étais ce là son but, afin d'avoir une raison pour les exterminer. Cette fouille était d'ailleurs une bonne occasion d'éliminer une première vague de ses rebelles, ses hors-la-loi qu'ils représentaient.

Malgré son sentiment de rancoeur la jeune femme ne s'opposa pas à l'intrusion des gardes. Elle s'écarta même volontiers de leur chemin. Elle ne causerait pas sa perte aussi bêtement. Elle n'avait de toute façon aucune chance face au nombre. De plus elle avait soigneusement dissimulé ce qu'elle n'aurait jamais dû détenir. Son regard s'attarda quelques secondes sur Matthew mais se détourna bien vite. Une des choses apprises à la dure était de ne jamais laisser d'indice, surtout lorsqu'il s'agissait d'un quelconque lien avec une personne. Et puis elle ne voulait pas causer de tort à son ami. Qui sait ce qu'il aurait pu lui arriver ? Non elle avait bien assez par le passé causer de tort à ceux à qui elle tenait.

Lorsqu'ils se retirèrent plusieurs longues et interminables minutes plus tard elle attendit quelque instant avant de sortir elle-même de son antre. Se figeant quelques secondes avant de se reprendre. Ce n'était pas la joie tous les jours par ici loin de là, mais il régnait d'ordinaire un certain calme apaisant. L'ancienne école avait quelque chose de chaleureux où chacun essayait de contribuer à ce foyer qu'était le leur. Rien d'extraordinaire pour les sauvages qu'ils étaient mais c'était suffisant pour Senja.

Or à cet instant elle ne reconnaissait pas les lieux. Partout des hommes de la reine entraient et sortaient comme s'ils en étaient les Maître terrorisant les enfants et maltraitant les parents. Des cris, des pleurs et des supplications résonnaient de toute part. C'était déchirant.

La jeune femme fit de son mieux pour apaiser les gens sans attirer les foudres des disciples la maitresse de la cité. Mais bientôt elle-même ne supporta plus le spectacle au fur et à mesure qu'elle remontait les rues de la bordure. Effroyable tout simplement. Des corps jonchaient le sol maculant la terre d'un liquide carmin. Elle en avait vu des choses horribles mais ce n'était pas pour autant que la vision était facile à encaisser. Comment pouvait-on faire cela pour de vagues soupçons ? Pourquoi les innocents devaient-ils payer les fautes commises par un seul traitre ? rien ne disait qu'il s'agissait des borduriens. D'ailleurs quel homme assez fou aurait osé faire entrer ou aider un enragé à pénétrer dans la cité ? Il fallait être suicidaire.

Le cauchemar s'intensifia à mesure que la journée décroissait. Une fois arrivée sur la place principale son ventre protestait contre le funeste décors sous ses yeux sombres. C'était inhumain. Elle ferma ses yeux espérant échapper à la scène mais en vain. Même la lumière déclinant n'effaçait pas les images.

Senja était hébétée, ce n'était pas son genre elle qui restait de marbre en toute circonstance quand elle n'affichait pas son sourire apaisant. Elle ne montrait pas facilement ses états d'âme mais là... le tourment devait sans doute se lire sur son visage.

Derrière ses paupières fermées d'autres images se superposèrent lui rappelant un passé tragique qui la hantait depuis des années maintenant. Cette fameuse nuit où son Maître avait massacré sans cérémonie tous ses innocents qu'elle avait eus le malheur d'aider. Et pourquoi ? Parce qu'elle avait franchi les murs en douce la journée à de nombreuses reprise pour procurer un peu de nourriture, de médecine et de réconfort à de pauvres gens dans la misère. Et le pire c'était qu'il ne s'était pas contenté de juste mettre fin à leur jour, non. Il avait pris son temps pour les torturer et la faire souffrir. Impuissante elle n'avait pu que regarder le triste sort qui leur avait été réservé. Aujourd'hui encore elle avait l'impression qu'elle n'avait pas levé le petit doigt pour ces gens morts. Mais qu'aurait-elle pu faire, mise à part se condamner elle-même pour toute tentative d'opposition ? Si Thelyos était là il l'aurait sermonné pour ses pensées, la traitant d'idiote suicidaire. Et il aurait eu raison d'un certain point. Comme elle aurait voulu être près de lui en cet instant, les bras de son ami avaient toujours été le meilleur réconfort dont elle pouvait bénéficier.

Quand elle rouvrit les yeux essayant tant bien que mal d'éloigner son passé qu'elle ne pourrait de toute façon pas modifier, elle aperçut plusieurs visages familiers. Alma, Ruslan et Dante étaient regroupés un peu plus loin. Eux aussi contemplait les corps éparpillés et sanglant. Quelque part elle se réjouit qu'eux au moins aient survécut mais pour combien de morts ?
Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar

les colibris
☾ âge : 30.
☾ surnom : Hood.
☾ métier : bras droit du chef des colibris - voleuse - chasseuse.
☾ compétences : vole plus vite que son ombre.
☾ arme fétiche : poignard.
☾ origines : new bellingham. installée dans la bordure de new abbotsford depuis 22 ans.
☾ statut : célibataire mais le cœur pris



☾ avatar : ana de armas
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #ff99ff
☾ arrivée en enfer : 21/01/2018
☾ missives : 213
☾ doubleface : thebes ouaset - ephraim lawrence
☾ tickets : 569
☾ crédits : pivette



☾ liens :
samuel hensley; père
matthew jolly; ex
ruslan hill; meilleur ami
senja mäkinen; amie


alma adams; agacement
dante bergfalk; agacement


camilla devlin; rivale
tous les vampires, sans exception


☾ rp en cours : RP COMMUN
SAUVAGES TRIBE


Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t130-moira-hensley-once-upon-another-timehttp://lrth.forumactif.com/t141-moira-hensley-called-to-help-our-friends-in-need
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   28.04.18 18:38

Cela n’en finira donc jamais. Moira ferma douloureusement les yeux alors qu’elle sentait la main de son père glisser et remonter le long de son dos, la calmant comme il le pouvait mais surtout l’empêchant de s’interposer comme elle avait voulu le faire quelques instants plus tôt. Une fois de plus, tout avait été brutal. La différence était qu’ils y étaient préparés cette fois-ci, grâce aux indications de Matt, et avaient pu anticiper tout dégât. Du moins, c’était ce qu’elle croyait : soit on ne les avait pas cru, soit les caches n’étaient pas suffisantes ou les gardes trop aguerris. Témoins malheureux, ils n’avaient rien pu faire pour ceux qui s’étaient fait prendre la main dans le sac. Elle s’était néanmoins redressée lorsqu’ils s’en étaient pris à ce proche des Colibris devant sa famille. Heureusement qu’elle était entourée de son père et d’Aston et que ces derniers ne la connaissaient que trop bien. Ils avaient pu l’intercepter lorsqu’elle avait hurlé à la décapitation de ce dernier et qu’elle avait voulu se projeter sur ces monstres, il n’y avait pas d’autre mot pour les définir. Sans détacher son regard du corps sans vie désormais, elle avait lutté pendant quelques secondes mais son père demeurait plus puissant qu’elle, avant de glisser son visage dans le creux du cou de ce dernier pour ne plus voir cette scène épouvantable.

Au bout de quelques instants, elle tenta de se détacher de lui mais il craignait toujours qu’elle n’agisse sur un coup de tête suicidaire. Elle le repoussa et rejeta de la même manière la main qu’Aston posait sur son poignet pour l’empêcher de s’éloigner d’eux. « C’est bon. » indiqua-t-elle d’une voix morne. « Je vais voir sa femme. » Les deux hommes s’échangèrent un regard avant de concéder à ce qu’elle s’éloigne. Elle se redonna une contenance en faisant les quelques mètres qui la séparait de cette famille désormais détruite. Elle entendit son père et Aston se charger du cadavre de leur ami alors qu’elle s’agenouillait face aux cadets de celui-ci. Elle adressa un sourire triste à leur mère avant de prendre dans ses bras la plus petite et de tendre la puînée et de faire un signe de tête à l’aîné afin qu’il se charge du reste de sa famille vivante. C’était l’homme de la maison maintenant et il allait devoir assumer un rôle qu’il n’aurait pas dû avoir avant de nombreuses années. Telle était la Bordure malheureusement et la flamme qui s’était allumée dans son regard, semblable à celle de Moira, allait brûler jusqu’à emporter tout et tout le monde dans la tombe avec elle à n’en pas douter. Elle ignore combien de temps elle resta avec eux, à ranger ce qui était leur foyer qui était désormais glacial et brisé. A faire en sorte que la peine s’éloigne, même un peu, même très peu. Il fallait aussi les occuper pour éviter qu’ils ne voient le spectacle de désolation et de mort qui s’infiltrait dans chaque recoin de la Bordure, plus que d’habitude du moins.

Elle se passa la main dans les cheveux et soupira au moment où elle sortait et que la bise glaciale vint lui réveiller douloureusement ses joues et ses souvenirs. L’odeur était insupportable. La douleur bien plus qu’elle ne l’aurait cru. Combien d’amis avait-elle perdu ? Combien de proches allait-elle perdre encore ? Un de plus serait celui de trop. Elle ne pouvait plus rester les bras croisés sans rien faire. N’en déplaise à son père et à Aston, il fallait faire quelque chose. Son cœur se serra en se souvenant de la propre intrusion dans le logement de son père et elle au sein du quartier général des Colibris. Elle n’avait pas pipé mot alors qu’elle les avait observés nonchalamment tandis qu’ils mettaient sans dessus-dessous ce cocon de fragile sécurité dans lequel ils n’allaient rien trouvé. Elle avait à peine jeté un coup d’œil à Matthew qui supervisait les opérations. Cela ne l’avait pas empêché de remarquer sa présence et de voir son cœur être envahi de sentiments complexes et multiples. Comment pouvait-elle concilier le Matt qu’elle connaissait et sans doute aimait encore et le Matthew de la Reine qui ne laissait rien passer et se contentait d’obéir aux ordres malgré la mort et la destruction qu’ils laissaient dans leur sillage ? Bon sang, elle ne devait pas être la seule à se révolter.

La jeune femme frissonna et referma ses bras autour d’elle en posant son regard sur le paysage lunaire qui se présentait à elle. Celui s’attarda sur une silhouette un peu en dehors des autres et qu’elle ne connaissait que trop bien. Lentement mais sûrement, une vague de rage déferla sur son cœur et sur tout son être. Comment osait-il ? Pourquoi n’était-il pas déjà reparti ? Avait-il besoin de prendre son fixe de Bordure et faire un compte rendu avec des détails bien sanglants pour sa très chère Reine ? Sa mâchoire se contracta alors qu’elle serrait les poings. Cette fois-ci, il n’y avait nulle trace de son père ou d’Aston pour l’empêcher d’agir. Tant pis si c’était la dernière chose qu’elle ferait sur cette Terre mais au moins, elle serait jouissive. Elle traversa les mètres la séparant de Matt et une fois face à lui, sans lui laisser le temps d’ouvrir la bouche ou de faire le moindre geste, elle leva la main et elle partit sur la joue de ce dernier, résonnant dans le silence et les chuchotements lugubres.

@Matthew Jolly


Once upon another time before I left the child behind me, I saw myself in summer nights and stars lit up like candle light I make my wish and where I stood was where I was supposed to be. Once upon another time, decided nothing good in dying because I was free

Revenir en haut Aller en bas
avatar

les lynx
☾ âge : 39 ans.
☾ surnom : Hawk.
☾ métier : chasseur, voleur, en quête de sa place au sein des Lynx
☾ compétences : savoir et endurance.
☾ arme fétiche : pied de biche.
☾ origines : sauvages (britanniques, suédoises lointaines)
☾ statut : célibataire.



☾ avatar : James D'Arcy.
☾ dispo rp : non.
☾ couleur : #669999
☾ arrivée en enfer : 03/04/2018
☾ missives : 476
☾ tickets : 251
☾ crédits : sixsmithyouass



☾ liens : humans;
ALMA ♦️
BRONA ४
LIAM ×
MATTHEW Θ
MOIRA φ
RUSLAN ψ
SAMUEL Ξ
TATE ω


vampires;
AYDAN θ

☾ rp en cours : - Aydan

- {FB} Tate


Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t232-dante-bergfalk-can-you-even-see-what-you-re-fighting-forhttp://lrth.forumactif.com/t241-dante-bergfalk-you-ve-got-to-lose-it-all-if-you-wanna-take-control
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   04.05.18 17:05

« Avec l’accord de leurs proches. » Cette remarque de Ruslan le fit froncer les sourcils et il serra les poings tellement fort que ses ongles , pourtant courts, s’enfoncèrent dans la chair de ses paumes. Il se détendit lorsque la jeune Adams leur assura qu’elle avait de quoi faire dans sa boîte à malice. « Nous ne pouvons pas nous permettre de demander l’avis de qui que ce soit. Si nous ne les brûlons pas, nous risquons une épidémie et bien plus de morts que ce que nous dénombrons aujourd’hui. » Même les os devraient être disséminés le plus loin possible des lieux d’habitation pour éviter tout risque d’infection. Il se passa une main tremblante sur le visage, ce qui contribua à étaler les gouttes de sang qui maculaient sa joue ; il leva les yeux vers la frêle silhouette de Senja, qui semblait au moins aussi perdue qu’eux. Il lui adressa un signe de la main, l’invitant à se joindre à leur petit groupe pour ne pas rester seule. « Nous ne devons pas oublier les blessés. Il faut les protéger également pour ne pas risquer des complications. » Les gardes avaient attaqué pour tuer, mais dans la panique, de nombreuses personnes devaient avoir fait de mauvaises chutes ou s’être coupés sur des objets contondants.

Son regard suivit celui d’Alma quand elle décrivit la présence d’un individu qui n’avait rien à faire ici. Avant même de le voir de ses propres yeux, il savait de qui il était question. Il n’avait pas eu l’occasion de le croiser depuis qu’il avait rejoint les Lynx, mais il l’avait bien connu quelques années plus tôt. Les deux hommes partageaient de nombreux points communs, pourtant à cette seconde précise, Dante ne pouvait se sentir plus distant du mode de pensée de l’Enregistré ; un sentiment de dégoût et de mépris envahit sa poitrine mais il était conscient qu’il ne pouvait agir sur cette émotion. Matthew était le protégé de la Reine. Quiconque touchait à un de ses cheveux risquait de passer sous les doigts de Megara Lancaster sans l’ombre d’un procès. Tous ceux qui connaissaient le jeune homme était au courant. Tout le monde, sauf Moira Hensley, apparemment. Sentant le malheur arrivé aussi rapidement que la démarche de la fille du chef des Colibris, il posa sa main sur le bras de Ruslan pour attirer son attention tout en se mettant à courir en direction de la scène qu’il aurait voulu mettre sur pause mais qui se déroula plutôt en accéléré.

« Moira, non ! »

Trop tard. Les cris de rage des gardes se mêlaient aux hurlements de détresse des sauvages, toutefois Dante n’entendit résonner que le bruit de la gifle puissante que la brunette venait d’asséner à son ancien béguin. Dans un réflexe dicté par la bienveillance qui habitait chaque parcelle de son mètre quatre-vingt-onze, l’ancien professeur s’interposa entre les deux et repoussa la demoiselle derrière lui. Il ne pouvait rien faire. Il avait moins de crédits aux yeux de Matthew que Moira, sa parole n’avait aucune valeur et il risquait sa peau inutilement car même elle trouverait le moyen de lui en vouloir de s’être mêlé de la sorte de ce qui ne le regardait pas, cependant il ne pouvait pas risquer de voir la fille de Samuel mise aux arrêts et jugée. Il serra les dents pour ne pas la traiter d’idiote et préféra garder son attention focalisée sur les gardes autour qui, dans un coup de chance, se tenaient à distance et ne semblaient pas avoir remarqué la scène. Ou du moins, c’était ce qu’il espérait au plus profond de son âme. « Elle n’a rien fait. C’est la rage et le deuil qui ont levé la main sur toi. Ce n’est pas Moira. » Il pataugeait pour essayer de le persuader de passer son chemin. « Je ne prétends pas avoir le moindre pouvoir, ici ou ailleurs, mais, je t’en supplie, reprends tes hommes et laisse-nous pleurer nos morts. »

Spoiler:
 


lost in the fire
flames lick the walls
tenderly, they turn to dust all that I adore
Revenir en haut Aller en bas
avatar

les colibris
☾ âge : 23 ans
☾ surnom : Miracle
☾ compétences : médecine, vols
☾ arme fétiche : un stylet (poignard)
☾ origines : New Bellingham
☾ statut : Célibataire



☾ avatar : Selena Gomez
☾ dispo rp : oui
☾ arrivée en enfer : 08/04/2018
☾ missives : 97
☾ tickets : 287
☾ crédits : /




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   01.06.18 20:15

Bordure passée à la loupe

Senja n’arrivait plus à raisonner. Le regard hagard et les yeux cherchant quelque chose à quoi se raccrocher elle était perdue devant un tel spectacle. Et elle se sentait si seule… elle finit par apercevoir le signe de Dante. Quelque part elle hésita avant de les rejoindre. Bien qu’elle en ignorait la raison. De la fierté ? Non pas vraiment. Même si elle essayait de cacher ses sentiments, elle se doutait qu’ils étaient tous dans la même situation. De l’indifférence ? Aucune chance. Elle ne s’attachait pas facilement mais entre borduriens ils se seraient les coudes et en cet instant… à ce moment l’entraide était plus que jamais de mise. De la peur ? Oui sans doute plus plausible. Pas de la peur de faire face à ses camarades. Plutôt une peur irrationnelle d’un « et après ? ». larguée elle l’était pour sûre. Mais se confronter aux autres… c’était se réveiller, admettre la réalité du carnage et sans doute trouver une solution. Et pour le moment Senja était encore en état de choc.

Cependant l’ancienne enregistrée était tout sauf une lâche. Elle avait face à pire. Aussi prit-elle sur elle-même. Elle prit une grande inspiration, compta jusqu’à cinq et rouvrit ses yeux foncés qu’elle avait inconsciemment fermés. Retrouvant la maitrise d’elle-même et de ses émotions elle avança au milieu des cadavres et des familles déchirées et en pleurs pour rejoindre ses amis. Il était temps de refermer cette porte de son passé même si la blessure demeurait. Les sentiments et les cauchemars seraient pour plus tard. Tout de suite ils avaient une crise à gérer, une solution à trouver. Plus tard elle aurait le temps de craquer.

La jeune femme s'arrêta en cours de route alors qu'elle perçut un autre mouvement, une autre action qui se déroula sous ses yeux mais pour laquelle elle était trop éloignée pour réagir. Ce fut presque au ralenti qu'elle vit la main de Moira frapper la joue de Matthew. Visiblement Senja n'était pas la seule en état de choc. Mais contrairement à elle, l'autre femme extériorisait ses états d'âmes. Impulsive sur ce coup, ce n'était peut-être pas une bonne idée compte tenu des gardes. Car plus que la réaction de Matt c'était celle des gardes qui l'inquiétaient.

La situation n'était facile pour personne. Et quelque part Senja plaignait son ami qui se retrouvait entre deux feux. Elle comprenait un peu l'homme, pas toujours et pas complètement mais il avait toujours eu le cœur entre leur deux mondes et ce qui était en train de se passer devait sans doute l'atteindre d'une façon ou d'une autre. Senja n'était pas rancunière, du moins pas avec les humains même si l'humain en question ne pensait pas la même chose qu'elle des vampires avec une tendance pour les apprécier. Mais visiblement Moira n'avait pas la même visions que Senja. Mais comment lui en vouloir ? Tous étaient à cran. Pour être honnête la brune s’étonnait que cela n’ai pas été pire encore. Pas que la scène n’était pas macabre ni assez sanglante, pas qu’il n’y avait pas assez eu de mort à son goût mais en y réfléchissant cela aurait pu être pire… ça pouvait toujours être pire. Elle aurait quand même préférer que tout cela ne se passe pas ainsi…

La médecin repris sa marche plus vite cette fois pour rejoindre les protagonistes. Peut-être que se retrouver au milieu du conflit n'était pas la meilleure idée mais elle se devait d'être là pour ses amis. Elle était prête à intervenir et à agir si la situation s'envenimait.
Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar

propriété de NewAbbotsford
☾ âge : 29
☾ surnom : Matt
☾ métier : Secrétaire du Conseil de la Reine
☾ maître : Sa Majesté
☾ arme fétiche : Poignard et arbalète
☾ origines : New Abbotsford, la Bordure
☾ statut : En couple mais joujou préféré de la Reine et toujours amoureux de Moira Hensley

☾ avatar : Liam Hemsworth
☾ dispo rp : 1/3
☾ arrivée en enfer : 09/12/2017
☾ missives : 489
☾ tickets : 676
☾ crédits : Pivette

☾ liens :
† Vampires :
Lucrezia - sa Reine
Travis - curiosité
Victoria - relation secrète

☼ Humains :
Moira - amie et amour de sa vie
Dante - ancien collègue
Senja - amie colibri
Ruslan - un brin de jalousie

☾ rp en cours :
- Victoria Lupini
- RP commun Chap. 2 - Bordure passée à la loupe


Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t32-matthew-jolly-esclave-de-corps-desprit-librehttp://lrth.forumactif.com/t48-matthew-jolly-entre-deux-mondes
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   08.06.18 22:13

Paysage de désolation. Marres de sang dans les rues de la Bordure et cris mélangés aux pleurs de ses habitants. J’ai le cœur serré et c’est péniblement que je retiens mes larmes, maintenant que les gardes sont partis et que je me trouve être le seul – ou presque – représentant de l’autorité souveraine parmi eux. Mais ici, c’est aussi chez moi. Et je me sens responsable de ce carnage. N’ayant pas peur des mots. Je n’ai pas pris la décision de venir massacrer les Sauvages, mais j’ai pris le risque de les prévenir. Néanmoins, j’ai été, contre mon gré, celui qui menait les assauts. Et ça, je ne me le pardonnerai jamais. Comment serait-ce possible ? J’ai vu ce pauvre Michael se faire exécuter devant les yeux de toute sa famille. « Cela servira d’exemple », « et d’avertissement ! » voilà ce qui a été prononcé lors du dernier conseil d’urgence. Des mots à vous glacer le sang. Et pourtant, l’application de ces mots est mille fois pire. J’ai le cœur lourd et je redoute les remarques que je mériterais pourtant. Elles ont déjà fusé lorsque je suis passé dans chaque habitation tout à l’heure. J’ai entendu des supplications auxquelles je ne pouvais même pas répondre. « Je suis désolé », c’est tout ce que j’avais pu sortir alors, avec un regard honteux. Oui, j’ai honte d’avoir faire subir ça à ceux que je considère comme ma famille, ceux qui m’ont élevé tout autant que mes propres parents. Mais avais-je le choix ? On dit qu’on a toujours le choix, et pourtant, je me sens coincé entre deux mondes. J’en veux terriblement à Lucrezia de m’avoir mis dans cette position. Mais ça me pendait au nez, de toute évidence. Elle a jusqu’alors fermé les yeux sur mes connivences avec les Sauvages, mais cette ère est maintenant terminée, et la présence de ces quelques gardes qui m’espionnent le prouvent. Je n’ai que faire d’eux, à vrai dire. Je ne me vois pas rentrer à la tour après ça, en partant comme si je n’en avais rien à faire de ce qu’il vient de se passer ici. Cela m’est impossible. J’avance un peu au hasard, cherchant à tout prix un visage plus familier que les autres. C’est Moira qui me trouve en premier et j’entends une voix que je reconnais immédiatement hurler son nom. Dante. Je me tourne alors vers lui alors que j’entrevois Moira venir à ma rencontre. Mais il est trop tard lorsque je repose les yeux sur mon premier amour. Alors que je m’apprête à déverser mon regret et ma culpabilité, sa main atterrit violemment sur ma joue, me faisant légèrement tourner la tête. La douleur se répand vite à travers mon visage et je grimace. Le visage crispé, mes yeux trouvent ceux de Moira que je n’ai jamais vue dans une colère aussi intense. Mon menton commence à trembler aux douloureux souvenirs des exécutions et je fonds littéralement en larmes devant elle. Dante intervient pour nous séparer immédiatement, en bon médiateur et observateur qu’il est. « Elle n’a rien fait. C’est la rage et le deuil qui ont levé la main sur toi. Ce n’est pas Moira. » Je détourne le regard d’eux lorsque la honte me submerge et à cet instant, je me sens si seul, si terriblement seul ici. « Je suis désolé » j’arrive à prononcer, la voix cassée par les larmes qui ne cessent de couler. « Je suis désolé », je répète encore, reprenant péniblement mon souffle. Et je comprends que je suis de trop ici, le lieu que je considérais jusqu’alors comme ma deuxième maison, et ce depuis plus de dix ans maintenant. « Je ne prétends pas avoir le moindre pouvoir, ici ou ailleurs, mais, je t’en supplie, reprends tes hommes et laisse-nous pleurer nos morts. » Je daigne relever les yeux sur Dante qui est mon égal en taille, et l’échange se fait en silence. Est-ce que l’un d’entre eux comprend au moins ma situation ? Ne comprennent-ils pas que je suis aussi ébranlé qu’eux de voir tous ces morts ? Et pire, d’en être en quelque sorte l’instigateur contre ma volonté ? Pensent-ils vraiment que c’était une partie de plaisir pour moi ? Mes sanglots s’arrêtent alors que je fais un pas en arrière, exécutant la requête de Dante, révélatrice de la pensée commune de la Bordure. Je ne suis plus le bienvenu ici, et les regards autour de moi tous pointés dans ma direction me font me sentir comme un paria. « Si j’avais refusé, je… » je commence à leur expliquer pour me dédouaner. Mais à quoi bon ? Ils me jetteraient la pierre pour autant. J’aurais été emprisonné, ou pire, exécuté. Je ne sais plus ce que la reine serait capable de faire après ce soir. Et quelqu’un aurait pris ma place de toute manière. Qu’est-ce que ça aurait changé ? Ils auraient compté un mort de plus, mais peut-être ne l’auraient-ils jamais su et peut-être même s’en ficheraient-ils… Ce sentiment d’abandon me fait terriblement mal et de nouvelles larmes remplissent mes yeux. Je recule encore de quelques pas et je finis par me retourner pour reprendre le chemin de la tour, les muscles tendus et un sacré fardeau sur les épaules. Je vois Senja non loin de moi et je n’ai pas le courage d’affronter un nouveau regard que je pensais ami mais rempli à présent de haine. Je prends la fuite, c’est tout ce qu’il me reste à faire. Un peu plus loin, je rencontre Samuel, qui a été attiré par l’intervention de Dante. Il n’a pas vu Moira me gifler mais j’en porte peut-être encore la trace. « Matt, je peux te parler ? » me demande-t-il d’une voix toujours calme. Que compte-t-il faire ? Me sermonner ? Me communiquer sa déception, voire sa haine envers moi, comme les autres ? J’ose à peine le regarder et j’attends la sentence de celui que je considère comme mon père, mon seul père survivant à l’heure actuelle. « Je vais partir, ne t’inquiète pas, je ne veux pas vous embêter plus longtemps, pas après ce que j’ai fait. Je suis désolé. Je sais que ces mots n’ont que peu de valeur face à mes actions, mais c’est sincère. J’ai compris, ne t’en fais pas, je ne reviendrai plus ici… » Et en pensant à ça, mon cœur se serre davantage et une nouvelle vague de larmes viennent déborder de mes yeux. « Ca y est, t’as fini ? » me répond Samuel avec un ton presque amusé, malgré la situation. Cela me surprend et je relève les yeux dans les siens qui sont bienveillants. Tristes, mais pas haineux comme ceux des autres. « Ecoute, mon garçon. Je suis celui qui peut comprendre ta situation. Lorsque j’étais garde, autrefois, j’ai dû… j’ai dû faire des choses que j’ai regrettées et que je regrette toujours. Mais tu n’avais pas le choix. Je le comprends, les autres n’ont pas connu cette situation, ils ne peuvent même pas imaginer à quel point c’est difficile, ils ne voient que le résultat. Mais Matt, ne t’enferme pas dans la culpabilité. Tu n’avais pas le choix, et un autre aurait pris ta place si tu avais refusé, entraînant un avenir incertain pour toi, et pas forcément joli… Et ça, je ne le souhaite pas, Matt. » Il pose ses deux mains sur mes épaules, me rapprochant de lui. « Sois fort, c’est douloureux, mais le temps pansera ces plaies. Tu n’as fait qu’exécuter un ordre qui t’a été donné, c’est ton travail. Et je sais que tu ne voulais pas être ici ce soir, et que tu as risqué gros en venant nous prévenir. Tu as fait ce que tu as pu, Matthew… Pense à ça, d’accord ? » Je mets quelques secondes, perplexe, avant d’hocher la tête en signe d’accord. Samuel me tire vers lui pour m’envelopper de ses bras et je referme l’étreinte qui m’est réellement salutaire à cet instant. Mais je pleure toujours et au creux des bras de Sam, je termine de sortir tout le chagrin qu’il me reste. « Elle t’a pas loupé, hein ? » me dit-il pour tenter de m’arracher un sourire ou je ne sais quoi. Je m’écarte de lui alors qu’il me prend le menton pour soulever mon visage et mieux contempler le résultat de la gifle. « C’est elle qui t’a fait ça, n’est-ce pas ? » Il connait bien sa fille, c’est certain. J’acquiesce en silence, affichant ma tristesse. « Laisse-lui du temps, tu la connais, c’est une sanguine. Elle réfléchira à ses actions plus tard… Et je lui parlerai. Rejoins la tour, ils doivent t’attendre là-bas. Fais attention à toi Matthew, je pense que c’est un moment très délicat à passer pour tout le monde, toi compris. Ne te sens pas protégé car tu ne l’es plus » m’avertit-il en regardant au loin les gardes qui nous observent peu discrètement. « Je le sais, j’ai remarqué aussi », je lui réponds un peu inquiet. « Prends soin de toi, Sam. Et de Moira aussi, dis-lui que… » je m’arrête, ne voulant plus dévoiler quoi que ce soit. Et Sam me sourit, un sourire empreint de tristesse. « Je lui dirai » me répond-il alors que je n’ai même pas terminé ma phrase.

Spoiler:
 


Fade into you
In your heart, in your head
In your arms, in your bed under your skin
Til there's no way to know where
You end and where I begin
Revenir en haut Aller en bas
avatar

les colibris
☾ âge : 30.
☾ surnom : Hood.
☾ métier : bras droit du chef des colibris - voleuse - chasseuse.
☾ compétences : vole plus vite que son ombre.
☾ arme fétiche : poignard.
☾ origines : new bellingham. installée dans la bordure de new abbotsford depuis 22 ans.
☾ statut : célibataire mais le cœur pris



☾ avatar : ana de armas
☾ dispo rp : 0/2
☾ couleur : #ff99ff
☾ arrivée en enfer : 21/01/2018
☾ missives : 213
☾ doubleface : thebes ouaset - ephraim lawrence
☾ tickets : 569
☾ crédits : pivette



☾ liens :
samuel hensley; père
matthew jolly; ex
ruslan hill; meilleur ami
senja mäkinen; amie


alma adams; agacement
dante bergfalk; agacement


camilla devlin; rivale
tous les vampires, sans exception


☾ rp en cours : RP COMMUN
SAUVAGES TRIBE


Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t130-moira-hensley-once-upon-another-timehttp://lrth.forumactif.com/t141-moira-hensley-called-to-help-our-friends-in-need
MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   17.06.18 14:59

Au fond d’elle, elle avait conscience de son geste et des conséquences terribles que ce dernier avait. On ne s’attaquait pas impunément au jouet préféré de la Reine, même sans témoin intra-Cité. Elle savait qu’elle subirait les affres de ce geste sanguin et non maîtrisé. Les conséquences impacteraient également leurs relations, tout comme le choix de Matthew de céder aux caprices et moindre ordres de la Reine. Il ne pouvait se réfugier derrière le fait qu’il n’avait pas le choix. Tout était toujours une question de choix et il avait choisi son camps il y a bien longtemps le sien. Moira également. C’était bien dommage qu’il ne s’agisse pas des mêmes. Ils s’étaient dit adieu il y a des années de cela. Mais en cet instant précis, il devenait irrémédiablement définitif. Si elle avait conscience des conséquences de son acte, notamment à son encontre, il demeurait qu’elle ne le regrettait nullement. Il fallait trouver un bouc émissaire et la douleur et la haine ne trouvaient son plus haut sommet que dans les yeux de la personne qui avait le plus compter, en qui vous aviez placé toute votre confiance. On ne pouvait haïr son ennemi lorsque ce dernier vous plantez un couteau dans le dos. C’était après tout le jeu malsain qui s’était installé entre vous. Cela était tout à fait différence concernant votre ami. S’il n’était plus le sien depuis bien longtemps, les liens d’amitié avec les Colibris étaient bien présents jusqu’alors. Elle les considérait désormais comme rompus.

La jeune femme se détourna et recula de quelques pas à l’intervention de Dante, fronçant légèrement les sourcils face aux propos tenus de ce dernier. Essayait-il vraiment de lui venir en aide alors qu’elle ne lui avait jamais faciliter la vie ? Elle secoua ses longues boucles brunes. « Cela ne sert à rien, Dante. » L’espoir venait de mourir aujourd’hui lorsque cette Reine avait révélé son véritable visage. Elle voulait les protéger, leur venir en aide. Mais voilà qu’alors que la Bordure avait le genou à terre, alors que des familles avaient été déchirées par l’introduction de cette bête immonde, alors qu’ils peinaient chaque jour à mettre un pas l’un devant l’autre, voilà qu’on venait de leur porter le coup fatal. Voilà qu’on tentait de s’emparer un peu plus de leur liberté. Elle se sentait acculée, comme entre deux murs pourvus de piques qui se rapprochaient lentement de l’un l’autre et qui s’emboiteraient à la perfection sans possibilité de s’échapper. « C’est trop tard. » lança-t-elle d’un ton acerbe en projetant toute la haine et la rage qu’elle ressentait en ce moment précis dans le regard qu’elle plongeait dans celui de Matthew. Elle détourna finalement ses yeux pour adresser un faible sourire à Dante. Merci quand même d’essayer. Elle prit une profonde inspiration avant de tourner le dos et d’aider ceux qui comptaient pour elle, les membres de sa famille choisie, à s’accommoder d’une vie bien trop douloureuse.


Once upon another time before I left the child behind me, I saw myself in summer nights and stars lit up like candle light I make my wish and where I stood was where I was supposed to be. Once upon another time, decided nothing good in dying because I was free

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP COMMUN] CHAPITRE 2 - BORDURE PASSEE A LA LOUPE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Road to Hell :: la cité de new abbotsford :: La Bordure-
Sauter vers: