AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Maintenance prévue vendredi 28 septembre. Nouveau design et chapitre 2 !


Partagez | 
  FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎ Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 201
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 321
☾ crédits : Tumblr


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours :
☾ Ambroise
☾ Célébration


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Mar 3 Avr - 13:36

Flashback ☾ Pick your choice
Ambrona  coeur1  


L’eau sur son corps la délassait chaudement. Mais ce n’était pas tant la chaleur du bain, mais plutôt le sentiment de propreté qui la laissait flotter dans un doux sentiment de bien être. Depuis combien de temps n’avait-elle pas prit de bain digne de ce nom ? Dans une eau chaude et parfumée ? Un long soupire, emplit de lassitude la balaya tandis qu’elle ôtait le médaillon de son fils afin de plonger la tête sous l’eau. Là elle ouvrit les yeux et contempla à travers l’onde, les premières lueurs du jour  en train de poindre. Elle ne tarderait pas à tirer les rideaux et à aller se coucher là où tant de monde s’éveillerait. Ressortant la tête de l’eau elle fut prise d’un violent sanglot qu’elle réprima aussitôt, se rappelant que ses larmes seraient de sang et par conséquent saliraient ce bain tant désiré. Nouveau soupire, empreint d’une grande tristesse. Elle songea à sa nouvelle condition. Aux événements qui l’avait conduite ici. A Ambroise et sa proposition à la fois étrange et incongrue...

En fermant les yeux elle pouvait se revoir quelques heures plus tôt, au début de la nuit, assise droite sur son cheval à l’entrée du village.

Utilises tes sens qu’il lui avait dit. Et dis moi ce que tu sens.
Trop de choses. Elle avait senti trop de choses. Tout d’abord la forte odeur de son cheval, puis sa propre odeur. Celle de quelqu’un qui a passé trop de temps à errer seule dans les forêts. Puis il y avait les odeurs des gens, des feux dans les chaumières. Tout simplement l’odeur de la vie par une nuit froide et humide. Concentre-toi qu’il avait ajouté. Alors elle avait, malgré tout, suivi son conseil. Résignée. Elle avait fermé les yeux et puis… comme d’elle-même l’odeur qu’ils cherchaient s’était isolée au dessus des autres.

« Je… Je crois que la blessure qu’il a à la jambe s’est infectée. Il y a une odeur de… nécrose, et… » Elle hésitait. Elle se sentait si nulle, si impuissante et si fragile. Elle n’aimait pas ça, elle ne comprenait pas. Elle ne comprenait pas pourquoi à partir d’une simple odeur un tableau se dressait devant ses yeux. Mais sous l’insistance de son compagnon elle avait continué.
« Il y a du bruit et une odeur de… d’alcool et de… pain chaud ? Il serait dans l’auberge ? »

Le sourire qu’il lui avait rendu indiquait clairement qu’elle était bonne élève, et dans un soupire, elle l’avait suivi à l’intérieur du village. Tout, absolument tout lui paraissait exacerbé. Ambroise l’avait prévenue. Il lui avait expliqué comment cela marchait et comment en faire usage. Et parfois même continuer à le développer pour un faire un talent et une source de revenu. Comme pour lui. Chasseur de prime. C'est ce qu'il était. Et sa proie se trouvait bien dans l’auberge de ce petit village. Sous ses ordres, elle était entrée la première, se faisant discrète, talent qu’elle maitrisait pour le coup depuis toujours. Une chope de bière à la main elle était allée se blottir dans un coin, et en silence avait attendu et observé. Quelques minutes plus tard elle avait vu Ambroise pénétrer dans le bâtiment et habilement isoler sa proie. Comme un jeune chiot en apprentissage elle avait observé les mouvements du vampire, les réactions de la proie. L’Humain comme il disait. Un homme qui lui semblait si semblable par ses motivations et ses regards effrayés, mais aussi si différent par sa mortalité. Parce que elle, était désormais condamnée. Condamnée à vivre éternellement. Si on pouvait appeler un corps mort et mouvant vivre, là où nul coeur ne bat… Toutefois, la voilà qui se trouvait littéralement hypnotisée par le vampire et sa traque. Du fond de son trou de souris, elle n’en loupait pas une miette.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 4/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 478
☾ tickets : 1109
☾ crédits : BABINE./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- aydan
- megara
- magdalena
- adam
- ankh
(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- apolline

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Jeu 19 Avr - 22:51

Debout derrière la fenêtre, il contemplait les reliefs que la lumière de l’astre nocturne permettait d’entrevoir. Il revenait tout juste de la grange, où il avait vérifié que les chevaux étaient en sécurité, et reposés. Le rythme de vie des vampires, inverse aux autres espèces dites normales, ou classiques, de l’ancien monde, était encore à adapter pour les animaux domestiqués. Dont les chevaux. Ambroise se plaisait à en prendre soin, bien qu’il pouvait toujours percevoir le frisson qui parcourait les bêtes à son approche. Elles voyaient en lui le prédateur, plutôt que l’homme qu’il avait jadis été. Pourtant, son appétit ne le conduisait que rarement à se nourrir sur son animal, préférant instaurer une confiance un peu surjouée entre lui et sa monture. Quoi qu’il en soit, le cheval de Ramona et le sien s’étaient reposés toute la nuit, tandis qu’il s’était occupé à tuer le temps dans cette auberge, laissant à son apprentie, du temps pour elle. Il l’avait sollicitée plus qu’à l’accoutumée et voulait la laisser s’imprégner de tout cela, sans la surcharger.

Depuis leur rencontre inattendue, il tentait de faire comprendre à la Tchèque que sa condition n’était pas qu’une malédiction. Il avait compris dès le départ que rien n’était normal, de par son comportement. Il s’était aventuré à poser quelques questions, toujours en évitant de rentrer dans le vif du sujet, mais suite aux réponses obtenues, il avait pu se dessiner un contexte dans son esprit, et comprendre ainsi d’où venait le comportement particulier de la jeune vampire. Alors, il posait les bases, sans trop se presser. A quoi bon se hâter quand les années ne se comptent plus ?
Il avait commencé par essayer de lui faire creuser ses capacités. Des capacités qu’elle ne maîtrisait pas, car elle avait à peine conscience de les avoir en sa possession. Elle semblait s’être contentée de survivre en se laissant guidée par son instinct, sans essayer d’en faire davantage pour prendre le dessus sur sa situation. Ambroise était encore étonné, en pensant à tout cela, de l’imaginer avoir pu survivre aux enragés présents dans la zone. Au fond, c’était bon signe : malgré les tourments, elle avait la rage de vivre, même dans un corps dont le cœur ne bat plus.
Le vampire la fit sentir, inspirer, alors qu’ils ne le font jamais : simplement pour laisser libre court à son odorat, puissant et précis. Et fort utile dans ce cas. Son nez était aguerri face aux nombreuses odeurs auxquelles il s’était fié durant toutes ses traques et il ne pouvait qu’être fier de voir Ramona se concentrer et se débrouiller de façon excellente. Il la voyait progresser de jour en jour et il était temps de mettre à profit ses efforts. Leur traque allait aboutir. « Tu entreras la première, commande ce qui te plaira et installe-toi. Aucun humain ne s’approchera, ils te reconnaîtront. » Les vampires étaient reconnaissables. Leur posture, leurs traits parfaits, leur froideur naturelle. Ramona avait gardé une innocence toute particulière, Ambroise l’avait remarquée à plusieurs reprises : ses manies, son comportement et certaines de ses réflexions le faisaient tiquer. Elle avait conservé une part d’humanité trop grande, qui lui desservait, à son sens. Pour l’instant, il se gardait de lui en parler mais la poussait à se comporter comme lui, comme un chasseur, un prédateur.

D’ailleurs, c’était à son tour d’entrée en scène. Chasseur de prime de renom, il savait qu’il y avait de fortes chances pour être reconnu par ceux qui hébergeaient le fuyard dans cette auberge. Des humains. Et les humains… Ils pouvaient bien tenter ce qu’ils voulaient, il aura toujours un coup d’avance. C’était ainsi que les choses étaient faites. L’odeur qu’avait repérée Ramona était devenue plus forte dès qu’il avait poussé la porte. En une petite seconde, son flair le conduisit auprès d’un homme encapuchonné, assis seul. Sans un bruit, et sans mouvement brusque, il s’assit en face de lui. Le regard que posa l’humain sur lui était explicite. « Pas la peine de bouger. La balade est terminée. » Un simple mouvement de la part de la tête qu’il chassait le fit poursuivre : « Je n’ai pas étanché ma soif depuis un long moment, ne me force pas à liquider toi et tes acolytes. » Il se fit servir une pinte, qui allait lui faire le même effet qu’un verre d’eau. Pour autant il ne quittait pas des yeux sa proie. « Quelle idée de vouloir incendier la cité d’un vampire ? » Il savait que Ramona pouvait entendre toute la conversation, juste en se focalisant sur eux pour arriver à ignorer les paroles des autres autour. « Viens t’installer, Ramona. Tu as bien reconnu notre vieil ami. » Il l’entendit s’approcher et vit le regard de l’humain se porter sur la vampire, juste avant de lui faire une place à côté de lui, se retrouvant coincé entre le mur et la table. « C’est elle qui t’a trouvé. Moi, tu me connais, mais elle… » Ambroise posa son regard sur la Slave, poussant l’humain à le faire également, mais ce dernier eut l’intelligence d’éviter cela. « Combien de tickets va-t-il nous rapporter ? » finit-il par demander à la vampire afin de la laisser faire monter la pression, gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 201
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 321
☾ crédits : Tumblr


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours :
☾ Ambroise
☾ Célébration


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Dim 6 Mai - 20:45

Les sensations qu’elle éprouvait la rendait interdite. Tous ces coeurs qui battaient, ces conversations assourdissantes, ces odeurs écoeurantes. Elle se sentait mal, à l’étroit, et en elle, silencieuse et sournoise une faim insatiable grondait. Comme elle haïssait ces sensations. Comme elle se sentait mal à l’aise, objet de coups d’oeil appuyés. Elle pouvait d’ici sentir la peur de certains, songeant certainement qu’elle était la pour choisir son repas. Dégoutant. Ecoeurant. Et pourtant…
Et pourtant, depuis qu’elle était devenue une créature de la nuit elle n’avait fait que peu de dégâts. Même Ambroise, vampire multiple fois centenaire, qu’elle avait rencontré après quelques mois d’errance le lui avait dit. Pour un nouveau né, elle possédait un grand contrôle d’elle-même. L’enseignement de ce dernier sur les nouvelles règles établies par sa nouvelle nature avait été d’une grande aide. Il lui avait appris le nouveau fonctionnement de son corps, les capacités dont elle était désormais pourvue, ce qu’il fallait éviter de faire, mais aussi les lois en cours, et aussi la langue commune. Et puis… et surtout… il l’avait prise sous son aile, lui offrant savoir et sécurité, compagnie et allié. Depuis tous ces mois où elle le suivait, sa vie ressemblait un peu moins à un champs de ruines chaotique. Elle avait plus ou moins quelqu’un à suivre, sans avoir à se demander à quoi ressemblerait le lendemain. Et jusque là ça lui avait convenu. Jusqu’à ce qu’un peu plus tôt dans la semaine, il aborde un semblant d’idée. Et de là, son cerveau à elle c’était mis en route. Voilà pourquoi, terrée au fond de cette auberge, une chope de bière à la main, elle observait autant par les yeux que par les oreilles, le vampire à son affaire. Il avait trouvé sa proie, et l’avait abordée. Elle fut d’ailleurs surprise qu’il se présente autant à découvert face à l’homme. Acolytes ? Quels acolytes ? Une ébauche de peur s’empara d’elle avant que son attention ne soit attirée par ce que venait de dire le Scandinave. Dans un murmure, il venait de lui demander de les rejoindre.

Être prise à partie de la sorte ne lui plaisait pas !! Pourquoi ? Pourquoi décidait-il de l’impliquer comme cela ? Pourquoi la mêler à cette traque dont lui seul était le maitre. Elle pensait que son rôle se résumait à celui d’observateur. Pas d’acteur. Il lui avait parlé de son métier, de ce qu’il faisait pour gagner sa vie. Et depuis toutes ces semaines à le suivre, elle avait pu le voir chasser. Autant pour se nourrir que pour gagner sa vie. Mais jusque là, jamais elle n’avait réellement participé. Depuis qu’il avait émit l’hypothèse qu’elle pouvait faire de même, elle s’était certes, mise à observer avec plus d’assiduité, cherchant plus qu’autre chose à voir si cette vie là la tentait ou pas. Mais jusque là, elle avait un mal fou à se projeter dans l’avenir. Un avenir auquel elle était  malgré elle condamnée alors que son fils…
Non, être prise à partie comme cela ne lui plaisait pas.

Si elle avait eu un coeur encore en vie, il se serait mis à courir le marathon alors que doucement, sa chope dans une main elle se glissait entre les occupants du bar pour rejoindre le vampire et sa proie. En silence, et comme une enfant qui n’a pas vraiment envie d’être là, elle se glissa à coté de l’humain. En s’asseyant, sa jambe toucha par inadvertance celle de l’homme, appuyant malencontreusement sur sa blessure. L’homme grimaça et la jeune Slave en fit de même tandis qu’un relent de chaire putréfiée heurtait ses narines. L’odeur du sang réveilla en elle quelque chose de brutalement puissant, mais la nécrose qui s’installait stoppa net cette sensation. La jeune femme ferma les yeux quelques secondes alors qu’Ambroise annonçait que c’était elle qui avait trouvé l’homme. La confession la mit mal à l’aise. Elle n’appréciait pas l’idée d’être l’investigatrice de ce qui allait arriver à l’homme. Elle n’en aimait pas la responsabilité. Elle comprenait la raison qui poussait Ambroise et les autres vampires à chasser cet homme. Mais elle ne voulait en rien être responsable de sa mort. Car soyons réalistes… les heures de cet homme étaient comptées. Comme pour noyer son malaise, elle porta la chope à ses lèvres, et but un peu de bière. Elle réprima la grimace qui tenta de s’inviter. Ce liquide était chaud, âpre et amer. Elle n’aimait pas. En même temps, Ramona n’avait jamais aimé l’alcool. Elle jugeait la chose obscène, et détestait les effets désastreux qu’il pouvait avoir sur l’esprit et le corps. Ambroise demanda alors combien de tickets, d’après elle, l’humain rapporterait ? « Je ne sais pas. » La réponse, forte imprégnée d’un accent qu’elle ne pouvait cacher, était venue automatiquement. Les yeux fixés sur la table, elle supportait bien mal l’attention dont elle était la cible. Elle se concentrait avec détermination sur les battements de son coeur. Réguliers et rapides qui… Non. Ce n’était pas possible. Sur les battements de son coeur à lui. Une profonde colère s’empara d’elle à nouveau. Cette colère teintée d’incompréhension qui ne la quittait pas depuis des mois, sauf à l’avantage du désespoir. Et elle continuait à sentir les yeux bleus du vampire posés sur elle. Un regard aussi piquant que la piqure d’une guêpe. Il était le prédateur face à deux proies. Il la testait ! Comprenant cela elle se mordit l’intérieur de la joue puis redressa la tête. « Tout dépend de son comportement je crois. » Elle jeta un oeil à l’homme avant de regarder Ambroise sur un air de défi. Une adolescente qui venait de comprendre les règles du jeu. « Lui être… » Elle s’arrêta, réfléchissant aux bons mots. Ambroise tenait à ce qu’elle fasse l’effort de formuler des phrases complètes et correctes. Son apprentissage de la langue commune commençait à porter ses fruits. « Il est… blessé. Et le roi le veut entier je crois ? Si il meurt… il vaut pas grand chose. Mais si il est armé et… récalcitrant ? » Elle n’était pas sure du vocabulaire. « Le roi sera pas fâché si il est abîmé… » Elle tourna la tête vers l’homme et haussa un sourcil interrogateur. Ce dernier lui retourna un regard apeuré qui lui aurait brisé le coeur si elle n’avait pas tant craint le jugement d’Ambroise. Puis dans une attitude qui se voulait confiante et désinvolte elle porta de nouveau sa chope aux lèvres au but une grande gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 4/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 478
☾ tickets : 1109
☾ crédits : BABINE./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- aydan
- megara
- magdalena
- adam
- ankh
(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- apolline

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Dim 13 Mai - 20:48


Il avait fait exprès, évidemment. Ils n’avaient pas de temps à perdre, à tourner autour du pot. C’est pourquoi il s’était présenté sans plus de cérémonie, espérant éviter un coup d’éclat de la part de cet humain, au sang infecté. Cela ne servait à rien de jouer la carte mystère. Au moins, le type pouvait se faire à l’idée : il était foutu, et il allait être ramené auprès du roi d’une Cité non loin de là, qui avait quelques comptes à régler avec lui. Ambroise se moquait éperdument de ce qu’il allait subir, tout son intérêt se portait sur ce que ça lui rapporterait. Il pourrait racheter des fourrures, faire entretenir ses armes qui en avaient bien besoin. Alors la vie d’un humain en partie suicidaire… C’était le dernier de ses problèmes.
Ramona était toujours dans son coin, et ne trouvant plus son utilité en tant qu’observatrice, il l’invita à se joindre à cette table et participer un peu plus à cette chasse. Il voulait la voir s’assumer davantage en tant que prédateur, la faire sortir de cette carcasse d’humaine qui l’encombrait à présent. Sa mine pleine de questions l’aurait presque fait sourire alors qu’elle s’installait en face de lui, mais pour l’heure, le sujet était sérieux et il souhaitait la provoquer et la tester. Il la vit plisser le nez et faillit la reprendre : cesser de trop sentir. Les vampires n’avaient plus le besoin de respirer, le cœur ne battant plus, l’inspiration était inutile. Pourtant il voyait trop souvent Ramona avoir ce réflexe et n’être pas parfaitement silencieuse, ou tout simplement abuser de ses sens encore plus aiguisés. Or, il fallait les utiliser à bon escient et au bon moment.
Lorsqu’il lui posa une question, il attendait une réponse claire, pour pouvoir ensuite rebondir tranquillement dessus, avant d’aller ligoter cet humain dehors, près des chevaux, sachant pertinemment que personne n’oserait aller le libérer. Eux allaient se reposer durant la journée à venir, puis ils reprendraient la route avec leur butin vivant. Mais la réponse que la Tchèque fournit ne le contenta pas. Elle ne savait pas. Comment ça ? Il lui en avait pourtant parlé. Il attendait impatiemment qu’elle comprenne son erreur et se corrige sur ses termes employés. Ne bougeant pas d’un iota, il l’écouta ajouter quelque chose, et s’acclimater à la situation. Ambroise sentit qu’elle commençait à comprendre qu’il la plaçait en tant qu’actrice, qu’il l’incitait à endosser un nouveau rôle. Après les premiers temps où il l’avait recueillie à ses côtés, lui était venue l’idée de la former. Il n’avait aucune autre raison de la garder auprès de lui. Pas dans le monde dans lequel il vivait, ni avec ses activités. Ce n’était pas le calme plat, et si elle n’était pas prête à suivre un entraînement, acquérir des connaissances, se comporter convenablement et faire taire sa bonne conscience, il ne pourrait pas la protéger indéfiniment.

Elle poursuivit et sa faute de langue le fit tiquer, changeant son positionnement au-dessus de la table. Il la corrigeait au fil de la journée, lui apprenant à maîtriser la langue. Son accent était une chose, et peu importait, au final ; mais la construction de ses phrases, là, il était aussi intransigeant. Surtout dans un cas pareil. Il se tut, la laissant poursuivre, une fois qu’elle s’était reprise. Le Norvégien était surpris des progrès qu’elle avait néanmoins faits. Il était dur avec elle, sans toutefois être injuste, mais cela payait. Il observa silencieusement la scène, alors qu’elle finit ses explications en s’adressant presque à l’humain qui se tenait à ses côtés. Le terrorisait-elle volontairement ? Car c’était ce qui était en train de se passer. L’ouïe du vampire capta le rythme accéléré du palpitant du malheureux, ses difficultés à trouver son souffle alors qu’il plongeait ses yeux dans ceux d’une prédatrice qui se découvrait à peine. Il la vit retourner à sa chope sans lui accorder un regard. Il fronça doucement les sourcils, avec cette pointe d’interrogation intérieure sur Ramona. Il se ressaisit, se redressant sur le banc, sans pour autant accorder une attention démesurée aux deux individus qui se trouvaient en face de lui. « Bien. Et est-ce que j’ai vraiment envie d’abîmer un peu plus un humain à moitié en vie ? Non. » Ramona se perdait dans une contemplation de sa bière, alors il laissa claquer sa main sur la table. L’humain ne parut pas plus calme, au contraire. « Je suis condamné quoi qu’il arrive. » - « Oui et ce n’est pas mon problème. Je te veux vivant jusqu’aux portes de la salle du Roi. Que tu meures cinq minutes ou cinq jours après la fin du contrat, je m’en moque. » gronda-t-il, ne supportant pas de l’entendre. « Ne fais rien de stupide, je connais bien des façons de te faire souffrir, sans te faire rendre ton dernier souffle. » Il vida un peu plus sa pinte. « Et ni toi ni moi n’avons envie de perdre notre temps, notre énergie, là-dedans. » L’humain n’ajouta rien de plus, et Ambroise ne sut dire s’il l’avait poussé à quelques imbéciles tentatives de suicide ou à lui faire suffisamment peur pour qu’il se tienne à carreaux. Quoi qu’il arrive, il prendrait ses dispositions pour le garder en vie. Ses yeux bleus se posèrent sur la silhouette de Ramona. « Ramona, lève-toi, laisse-le passer devant toi, nous allons à l’écurie. » Il se redressa à son tour, les laissant passer devant lui, puis tirant doucement sur la manche de Ramona, il la fit venir à sa hauteur. « Il passera la nuit à l’écurie, ligoté et attaché de sorte qu’il ne pourra rien tenter. » Il préférait la prévenir, afin qu’elle l’assiste dans sa tâche et non qu’elle assiste à la scène.

Arrivés à l’écurie, Ambroise le cloîtra dans un box vide, il envoya Ramona chercher des chaînes et un cadenas dans les sacoches que portaient son cheval. Lorsqu’elle revint, il l’employa, l’aidant à l’attacher correctement, l’empêchant d’effectuer un autre mouvement que simplement respirer, qui lui servait à survivre pour l’instant. L’immortel lui donna à boire, suffisamment pour qu’il tienne la journée, durant laquelle Ramona et lui seraient à l’abri du soleil, dans les chambres de l’auberge. Ambroise scella ensuite le box, laissant l’humain ici et invita Ramona à le suivre plus loin. « Ce n’est qu’un contrat, mets-toi ça dans le crâne, compris ? » Il la sonda un moment, voulant s’assurer que ses mots résonnaient correctement en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 201
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 321
☾ crédits : Tumblr


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours :
☾ Ambroise
☾ Célébration


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Jeu 17 Mai - 22:14

Face à ce duo des plus intimidant, la jeune femme se sentait plus que mal. Elle aurait souhaité être partout sauf ici. De plus, les odeurs, les sons, tout ce monde lui donnait la nausée et tendait à lui faire mal à la tête. Toutefois, Ambroise posait les règles, prenait ses marques. Lentement, en douceur, et la jaugeant, elle, de tout son être. Elle se sentait si petite, si démunie, si faible. Mais malgré tout, elle essaya de se raccrocher désespérément, du bout des ongles, à la falaise de laquelle elle avait l’impression de choir. Elle sursauta lorsque le vampire tapa du plat de la main sur la table. Elle n’osa toutefois pas lever les yeux vers lui, trop en proie à sa panique intérieure et aux sons obsédants d’un coeur battant à tout rompre à coté d’elle. Un coeur qu’elle n’avait plus… Les menaces, ou les explications, au choix, fusèrent et l’homme ne pipa mot. Puis fut donné l’ordre de conduire le captif aux écuries. Ramona se leva puis laissa passer l’humain devant elle. Sentant le poids du regard glacial sur elle, la jeune femme n’osa contredire Ambroise. De toute façon elle n’en aurait jamais le courage ou l’audace. Il avait plus de 400 ans. Il savait ce qu’il faisait. Pas elle.
Une fois aux écuries elle aida Ambroise à ligoter l’homme. Et lorsqu’il la prit à part, dehors, elle cru défaillir. Elle le suivait depuis maintenant quoi ? Plusieurs semaines ? Plusieurs mois ? Mais rarement il s’était montré aussi directif et paternaliste. Petit à petit elle se sentait glisser sous son emprise, mais bizarrement elle n’en éprouvait nul regret, seulement un peu de crainte. La crainte d’un futur possible. L’homme n’était qu’un contrat. Point. Elle acquiesça de la tête, osant tout juste croiser le regard du vampire. Si soumise… « Il est blessé. Il lui faut médecine ou nourriture si on veut espérer lui survivre jusqu’à la ville. » Elle grimaça. Phrase incorrecte, mais elle ne savait pas comment se corriger. De plus, là n’était pas la question. L’homme était gravement blessé. Il ne tiendrait jamais la durée du voyage s’il n’était pas ménagé. D’un commun accord il fut décidé qu’elle donnerait à manger à l’humain, avec les herbes qu’il faudrait contre l’infection qui le gagnait.

Et c’est là que les choses manquèrent de déraper. L’homme avait bien jugé Ramona. Obéissante, soumise, docile. Peureuse. A peine lui eut-elle donné un morceau de pain à mâchouiller malgré les chaines, il l’attaqua de la seule arme qu’il possédait… Sa langue.

« Tu fais tout ce qu’il te dit c’est ça. T’es quoi ? Son petit toutou personnel ?! Il te tripote aussi quand il a envie de s’amuser.. De prendre un peu de plaisir. Il doit bien s’amuser avec toi. Tu as l’air… docile… Et ça te plaît je parie. » Marquant des pauses ici, et là et observant sa réaction il poursuivit. « Bien sur que tu aimes ça. Tout comme lorsqu’il te demande d’égorger des bébés. D’éventrer des familles. »

« Toi avoir tuer des familles en mettant le feu à la cité. Des humains. Tes semblables. »

Il cracha par terre avec fureur. Une telle réaction surpris la jeune vampire.

« Pouah ! Ces salauds méritent leur sort. Ils fricotaient avec les vampires, acceptaient de se faire sucer le sang. Des collabo ! Je suis bien content de les avoir fait griller. Eux, et leurs enfants ! J’entends encore les cris et les pleurs. Avoue que je vous ai bien eu saloperie de cadavres ambulants ! »

Une colère foudroyante la submergea. Comment est-ce que cet homme pouvait parler ainsi de ses semblables ? Des hommes, des femmes, des enfants dont ils avaient arraché la vie ?! Haïssait-il les vampire autant au point d’oser détruire des vies mortelles ? Comment pouvait-on éprouver un tel dégout des autres et de soi-même ? Et il souriait avec ça ! Il marmonnait en la regardant avec une convoitise malsaine. « Te tripote tout en suçant le cou d’une petite fille… dégueulasse… » Sa colère redoubla, et elle n’eut qu’une envie : étriper ce monstre. Une colère aveugle. Envers la créature qui avait détruit sa vie mais aussi envers l’homme qui la mettait face au désastre de son existence. Dans un grognement de rage elle se jeta sur l’homme. Ce n’est peut que l’idée d’un Ambroise parfaitement en colère qui la stoppa net. Elle ne pouvait supporter l’idée de ce regard bleu et glacial sur elle.

Comme on apprivoise un animal sauvage elle passa doucement un lasso autour de cette créature sombre qui l’animait et la dominait. Puis doucement elle resserra sa prise jusqu’à obtenir le parfait contrôle sur cette rage sourde qui bouillait en elle. Réprimant une inspiration elle se permit un rictus moqueur, pour l’humain mais aussi pour elle-même. Un dégout du monde à son paroxysme. « Tu as raison, il me dit quoi faire et je fais. Mais... je suis nouveau née. Moi pas très bien savoir contrôler mes émotions ou ma faim. » Elle huma alors l’homme comme on hume un fumet délicieux. « Pas problème à manger viande avariée. » Se redressant alors elle plongea son regard dans ceux de l’homme. Il avait au moins la décence de lui renvoyer un regard soudainement terrifié. Etait-ce la mention d’un nouveau né hors de contrôle ? Ou peut être l’accent slave démesuré ? Même de son vivant elle avait entendu les histoires sur des nouveaux-nés complètement irrationnels et violents. De jeunes vampires qui massacraient pour le simple plaisir de massacrer et d’en être capable. D’être supérieurs. Quoi qu’il en soit elle se redressa alors, non sans appuyer volontairement et avec force sur la jambe blessée de l’homme.  « Tu devrais prier pour que je l’écoute avec plus d’attention. »

Enfin elle finit par s’éloigner, appréhendant la porte et prête à rejoindre l’extérieur. Toutefois elle marqua une pause pour observer l’homme qui grimaçait sous la douleur. L’odeur de putréfaction lui chatouillait bien trop les narines. Et elle commençait à avoir faim.

« Tu vas mourir. C’est certain. Mais mon maitre, il est sadique, comme il dit. Moi je suis… brouillon. » Elle grimaça, négligente. « Débutante… » Comme un tu sais, ce n’est pas vraiment ma faute. Puis elle reprit. « Le roi qui paie pour toi. Il est propre, rapide et efficace. » Nouvelle moue pleine de sous-entendu. C’était à lui de décider comment il souhaitait mourir. Maintenant qu’il savait que son destin était scellé, libre à lui de choisir la souffrance ou la rapidité. Après tout… en quoi cela la regardait-elle ? Elle haussa une épaule avant de refermer la porte. Une fois sortie de la grange elle eut envie de prendre une grande gorgée d’air. Ce qu’elle fit. Pensant que ça lui ferait du bien de se remplir les poumons. Mais nul bien être derrière ce geste. Un simple sentiment d’inutilité. Nul besoin de remplir les poumons d’un mort… Cette réalité et la pression ressentie tout au long de la nuit lui fit monter les larmes aux yeux. Elle les réprima tant bien que mal avant de se diriger d’un pas rageur vers l’auberge. Elle y entra, et sans jeter un regard à qui que ce soit. Pas même à Ambroise, elle gravit les escaliers qui la menait à leur chambre. Là, elle s’assit un instant sur le lit, séchant ses larmes écarlates. Puis pleine de lassitude, et de crainte que le Scandinave ne la surprenne là à pleurer comme une enfant, elle se rendit dans la salle d’eau et se fit couler un bain.

Et c’est là que nous la retrouvons, comme au début de ce récit. Empêtrée dans son désespoir et ses interrogations. Aux prises avec la peur et le dégout, la tristesse, et le deuil. L’incompréhension. Quel avenir avait-elle ?  Quel espoir ? Haïe des humains et haïssant les vampires. Quelle place dans ce monde ? Si ce n’est que celle d’un paria, et d’une solitaire. Une solitaire. Comme Ambroise. Lui, lui offrait une porte de sortie. Il lui offrait une option. Et inconsciemment elle l’avait appelé maitre. Pourrait-elle lui survivre ? Pourrait-elle survivre à son enseignement ? En serait-elle capable ? Elle, Ramona Zeman, fille de pêcheur et de fermier, épouse discrète, éteinte et docile, jeune mère en deuil. Elle que la vie avait toujours épargnée et laissé fleurir comme une timide pâquerette dans un champs de blé. Aurait-elle la force de se dresser face au vent et de lever la tête pour affronter le monde ?

« Je peux te parler ? » Demanda-t-elle, en se glissant sur la banquette en face de la sienne. Au sortir de son bain, elle s’était rhabillée, avec des vêtements propres et plus confortables. Beaucoup plus aisés pour les voyages. Elle avait voulu tresser ses cheveux en chignon avant de s’interroger. A quels critères souhaitait-elle répondre ? Devait-elle répondre ? Tous étaient morts… Elle les avait finalement laissé en queue de cheval avant de reposer autour de son cou pâle le médaillon de son fils. Puis, silencieuse comme la mort elle était redescendue dans la salle de l’auberge. Elle avait essuyé une insulte sur les vampires, ne répondant que par un regard méprisant. Puis elle avait rejoint Ambroise. A présent, hésitante, les mains se serrant presque sur la table, elle regardait le vampire. « Váš návrh. » Elle s’arrêta et se reprit. « Ta proposition. » Pause durant laquelle elle observa son interlocuteur.  « Elle tient toujours ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 4/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 478
☾ tickets : 1109
☾ crédits : BABINE./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- aydan
- megara
- magdalena
- adam
- ankh
(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- apolline

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Dim 27 Mai - 22:25

Il ne cacha pas son incompréhension et son agacement face à cette humanité dégoulinante chez la vampire. Ne comprenait-elle pas qu’ils étaient morts, tous deux ? Et que leur vie d’humain était loin derrière eux à présent ? Que jamais plus le sang ne fra battre un cœur, alimenter des organes vitaux… Non. Rien de tout cela n’arriverait et Ramona n’en avait pas conscience. Sinon, comment expliquer cet attachement pour cette carcasse humaine, et tous les souvenirs qui s’y rattachaient, qui ne l’auraient pas gardée éternellement en vie ? Ambroise avait fini par céder lorsqu’elle voulut nourrir leur prisonnier à moitié-mourant. Et acceptant difficilement que ses ordres, ses conditions soient discutées, il avait préféré rentrer à l’intérieur de l’auberge où tout était plus calme tout à coup. Le village était épargné par les enragés de toute évidence, mais pour combien de temps ? Combien de temps avant que les créatures ne se déplacent pour trouver de la nourriture, de la chair fraîche ? Quand leur zone deviendrait désertique, ils viendraient ici, Ambroise en était sûr. C’était ainsi que les villages disparaissaient les uns après les autres, même dans les zones reculées. Et celui-ci ne ferait pas exception.
Le vampire savait qu’ils n’étaient pas les bienvenus ici, par conséquence. Il se méfiait très fortement de ces humains, qui se pensaient encore au-dessus de tous les problèmes de ce monde. Les vampires leur étaient supérieurs mais peut-être ne s’étaient-ils pas encore faits à l’idée. Les malheureux. Un sourire carnassier fendit les lèvres d’Ambroise tandis que les paroles échangées à l’extérieur parvenaient à ses oreilles. Ramona s’exprimait dans une langue approximative, loin du contrôle et de la tenue qu’elle s’efforçait de garder en face de lui. Il attendait patiemment la suite de l’échange, et jurait qu’il l’abandonnerait ici si elle désobéissait à ses ordres et abîmait leur prise. Les tickets étaient importants et il souhaitait passer quelques jours dans cette cité vieille de quelques décennies pour se reposer, se laver et se nourrir avant de reprendre la route.

Lorsqu’il entendit l’adjectif « sadique » dans la bouche de la Tchèque pour le qualifier, il tiqua un peu. Toujours ce même problème d’humanité. Le problème, et peut-être était-elle encore trop en eaux troubles pour s’en rendre compte, était qu’à présent il s’agissait de survie. Les vampires survivaient grâce aux humains et vice versa alors que ces derniers les protégeaient à présent dans des cités. Quant aux solitaires comme Ambroise, la survie se jouait jour après jour, et il n’était pas question de faire dans la charité. Son statut, il l’avait accepté rapidement, il en avait compris les avantages et l’époque à laquelle il avait vécu son premier siècle dans sa condition de vampire l’avait aidé à appréhender tous les bénéfices qu’il pouvait en tirer. La guerre et la situation actuelle qui en découlait, avaient changé la donne. Mais il était toujours au sommet de la chaîne alimentaire, et pour ça, il n’avait pas meilleur exemple que les plus gros carnivores existants : a-t-on déjà vu un loup dévorer une biche avec douceur ? Un lion épargner la vie d’une gazelle ? C’était la même pour lui, pour eux vampires. Et Ramona allait devoir se faire à cette idée coûte que coûte. Sa vie en dépendait.
Il la vit entrer dans l’auberge et grimper les escaliers sans s’arrêter auprès de lui. Il retourna à sa contemplation du paysage nocturne. Et dans sa tête, les statistiques pour savoir s’ils allaient dormir en paix commencèrent à tournoyer. Il s’assit au bar, commanda un alcool fort qui ne le saoulerait jamais. Mais il devait se renseigner. Calmement il posa quelques questions à la serveuse, qui semblait nerveuse face à lui. En tout cas, les battements de son cœur n’étaient pas des plus sereins. Il prit des informations sur la fréquentation à cette période, le nombre de chambres. Laissant savoir que des vagabonds de son genre étaient dans le coin et pourraient être intéressés pour s’arrêter dans cet établissement. Bien sûr, c’était du baratin, il n’avait croisé aucun autre solitaire depuis des semaines. Le coin était désert. Mais il sut ce qu’il voulait savoir et resta assis ici en laissant ses sens aux aguets, écoutant les conversations autour de lui, bien que l’auberge se vidait petit à petit, les humains allant se coucher, la nuit étant tombée depuis plusieurs heures à présent.

Il avait l’habitude de se retrouver seul durant des journées, des semaines et parfois des mois entiers. L’éternité pour lui seul, parfois capable de s’arrêter un temps, retrouver des semblables, de vieilles connaissances.. Mais tout ceci restait éphémère, sa vie se trouvait sur les routes, où mille péripéties l’attendaient, donnant une vibration constante à une destinée platonique. Ainsi, il continua à passer la nuit à réfléchir, calculer, surveiller les sons provenant de la grange. Mais le prisonnier dormait, tout allait bien. Il attendait que l’aube se lève pour aller à son tour se coucher et récupérer du voyage durant quelques heures.
Des pas légers dans les escaliers. Une insulte dirigée à l’encontre de son espèce. Il pouvait deviner que Ramona était là. Il releva le visage lorsqu’elle s’installa en face de lui et fronça légèrement les sourcils en se demandant quelle était la raison de sa venue après l’avoir ignoré plus tôt. Elle commença dans sa langue, et il ne cilla pas, attendant qu’elle se reprenne, bien qu’il maîtrisait à présent le Tchèque dans sa globalité. Les nuances dans les termes n’étaient pas nécessaires dans sa profession, il n’en avait pas besoin. Il l’écouta, un brin surpris, presque interloqué. Il avait du mal à la suivre, son raisonnement encore plus. Mais toujours est-il qu’elle avait apparemment réfléchi à son offre. La garder avec lui pendant un temps, quelques années, voire décennies, le temps de la former au métier avant de la relâcher dans la nature pour qu’elle entame son propre voyage et ses propres activités. Ambroise s’attendait à un refus. Voyant cette vampire traumatisée, abandonnée à son sort des années auparavant, rattachée à son humanité… Il l’avait gardée auprès de lui pour lui inculquer des bases, en espérant qu’elle puisse survivre ensuite. « Voyez-vous ça… » commença-t-il, un sourire en coin en la regardant comme s’il voyait une nouvelle Ramona devant lui. Il la scruta silencieusement pendant quelques instants avant de reprendre la parole, plus sérieusement. « Oui, elle tient toujours. Si tu m’en parles, ça veut dire que tu es intéressée, hm ? » La question était rhétorique et il poursuivit sans attendre sa réponse. « Je ne vais pas être tendre, tu auras sans doute envie de te barrer un nombre incalculable de fois, me trancher la tête, m’envoyer en pâture aux créatures de la nuit… Mais je serai juste et je t’assure un avenir dans ce monde. Tu auras ta place, ton activité et une vie remplie d’aventures. » Son regard brillait à la lumière de la bougie posée entre eux deux, tandis que sa voix enveloppait leur duo dans des confessions qui ne regardaient qu’eux. « Mais pour ça, il va falloir comprendre que tu es supérieure à tout ce qui existe. Qu’on ne remet pas ça en question. Et ça commence par le respect que les humains te doivent : il en va de leur survie après tout. » Doucement, il tourna son visage dans la direction d’où était venue l’insulte à l’arrivée de celle qui se trouvait en face de lui. « Et si toi tu ne le comprends pas encore, eux doivent le comprendre. La prochaine fois qu’un de ceux-là te manque de respect, tu le préviens une fois que tu lui arracheras le cœur s’il ne se tait pas. S’il ne t’obéit pas, tu l’exécutes. » Il pointa du doigt la table concernée tout en parlant, et son regard se posa à nouveau sur les humains qui suivaient attentivement les gestes des immortels, à présent silencieux, comme il était conseillé de l’être en compagnie de vampires. « Je ne t’emmène pas en balade. Des types comme celui qui est à moitié en train de crever dans la paille, on en récoltera en pagaille. Morts, blessés, vivants. On partira à la recherche d’objets également, tout ne se résume pas à l’humain. D’ailleurs, il nous arrivera de capturer des vampires, traîtres, fous. Tu sauras te battre, te défendre, capturer, te faire obéir et respecter, blesser et tuer. Tu rencontreras les rois et reines des Cités qui placeront leur confiance en toi et t’accorderont une place particulière au fil des années. » Il but la fin de son verre et se dressa sur ses jambes, invitant Ramona à le suivre. Il voulait tester les réactions alentours, savoir si la provocation allait recommencer. Posant un pied sur la première marche qui grinça, il continua sur un ton de velours, inaudible par eux seuls, tout en continuant à grimper les marches. « Je t’offre ce que je sais faire, Ramona, je sais que tu n’as pas eu une expérience très agréable de ta nouvelle condition jusqu’à présent. Mais tu ne sais encore rien, et je suis certain que ce que tu vas découvrir va te plaire. » Arrivé en haut des escaliers, les murmures des humains reprirent avec hésitation, et Ambroise ne les écoutait plus alors. Il ouvrit la porte de leur chambre, alors que le ciel prenait des teintes orangées au loin. Il s’assit sur le bord de son lit et contempla la jeune vampire. « Alors ? » Il attendait sa réponse, ses questions, ses doutes, ses tentatives pour écarter ses conditions les plus difficiles.
Revenir en haut Aller en bas
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 201
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 321
☾ crédits : Tumblr


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours :
☾ Ambroise
☾ Célébration


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Ven 1 Juin - 21:04

••• « Pétrik t’a fait une offre de mariage Ramona. Tu ne trouveras nulle part une meilleure opportunité. » Une demande de mariage similaire à l’achat d’une vache. « Il prendra soin de toi et de nous aussi quand nous serons trop vieux pour la ferme et la pêche. Tu lui donneras de beaux enfants et tu finiras par apprécier cette vie. » Comme une vache oui. Mais elle ne voulait pas se marier. N’avait jamais voulu se marier, son esprit bien trop ailleurs pour songer à de telles choses. « Une opportunité comme cela ne se représentera plus. Quelle autre option as-tu ? »•••

Quelles autres options avait-elle ? Plusieurs s’offraient à elle mais aucune qui ne la satisfasse. Elle aurait pu laisser le vampire scandinave, et continuer sa route seule. Mais dans quel but ? Et pourquoi ? A errer dans un monde et une société dont elle ne comprenait pas les rouages ? Ramona avait conscience soudainement que toute sa vie elle avait été trop couvée. Sa petite famille, son petit village avait été à l’abri de bien des désastres. On lui avait conté les histoires d’antan, de monstres nocturnes, mais jamais aucune plaie ne s’était abattue sur eux. Même son mariage avec un ami d'enfance s’était au final révélé positif et facile à vivre. Une existence simple et facile. Puis le drame. Un drame qui la clouait face à la mort, silencieuse et glaciale. Une mort qu’elle pouvait choisir cette fois-ci. Sentir pour la dernière fois les rayons du soleil sur son visage, la chaleur de cet astre flamboyant qui pourrait enfin mettre un terme à sa tristesse. Mais dans quel but ? Elle en était trop lâche, elle le savait. Tout comme elle avait été trop lâche pour s’opposer à l’existence que son père prévoyait pour elle. A l’existence que ce monstre l’avait condamnée à vivre. Car qu’était-elle supposée devenir ? En écoutant Ambroise, elle avait bien compris que la façon dont elle avait été infantée n’était pas normale. De coutume, un vampire prenait soin de sa création, s’en occupait si ce n’est avec amour, au moins avec intérêt. Elle, elle avait été abandonnée à la terreur et à la folie. Quel objectif avait poursuivit son créateur en la traitant avec un tel mépris ? A quel avenir la destinait-elle ? « Une opportunité comme cela ne se représentera plus. » La voix de son père raisonnait profondément au fond de sa tête. Puis revenaient sans cesse les paroles pernicieuses de cet humain enchainé dans la grange. Etait-elle une catin ? Abattre un vampire justifiait-il de tuer toute une famille, voir plusieurs ? Cet homme là, n’était-il pas aussi vil que le monstre qui avait tué son fils ? A ses yeux l’un et l’autre méritaient les pires châtiments. Humain ou vampire.
Une opportunité comme celle-là ne se représenterait pas. Ambroise lui offrait une option, celle de prendre pour une fois son destin en main. En réalité, jusqu’ici, il était le seul à proposer sans exiger. Il lui laissait le choix. Elle avait pour une fois son libre arbitre et la possibilité de choisir sa destinée.

Voilà ce qu’elle s’était dit tout en prenant son bain et en enfilant des vêtements propres. Voilà ce qu’elle s’était dit lorsqu’avant de descendre les escaliers elle avait posé ses lèvres sur la médaille de son fils, comme pour se donner du courage. A présent face à lui, elle faisait un choix. Et écoutait avec attention sa proposition. Après s’être légèrement moqué d’elle, il annonça la couleur. Il ne serait pas tendre et elle en aurait souvent après lui. Mais en même temps, quel enseignement était facile ? La facilité ne menait qu'à la mort... Bizarrement, tout ce qu’il lui annonçait était relativement à l’image qu’elle se faisait de l’homme et de son patronna. Un homme juste. Après tout il était le seul à lui avoir montré un peu de charité. Et il était un vampire en plus ! Pouvait-elle lui faire confiance ? Avait-elle réellement le choix ? Ces dernières semaines elle l’avait suivi comme un chiot en perdition suivant un loup plus âgé, elle avait littéralement dépendu de lui et avait remit sa vie entre les mains du scandinave. Pourquoi est-ce que cela changerait ? Il enchaina ensuite sur la position qu’elle aurait, mais surtout le statut qu’elle avait en ce monde. Une nouvelle place, et elle devait nécessairement se le mettre dans le crâne. Elle pinça les lèvres. Déjà en désaccord. Elle comprenait son point de vue, mais elle n’était pas forcée de l’approuver. Elle comprenait que trop bien que jamais plus elle n’aurait la considération des humains. Elle n’était plus des leurs. Mais elle refusait de se croire catégoriquement supérieure et imbue d'elle-même. Elle ne voulait pas être ÇA. Cette chose qui avait réduit tout son monde à néant. Il lui intima de menacer et appliquer une sentence si jamais un de ces humains l’insultait à nouveau. Elle tourna alors la tête vers ceux-ci. Puis elle grimaça avec dédain. «  Néééé. » Non, elle ne menacerait pas. Elle haussa une épaule. « Un chien qui grogne il mord pas. » Elle ne savait pas très bien comment exprimer l’image qu’elle avait en tête mais c’était là : un chien qui grogne, généralement ne mord pas. Seul celui qui se tait envoie soudainement les dents. Ne dit-on d’ailleurs pas ”sans prévenir”. Celui qui insultait était faible. Celui qui parlait beaucoup trop était un menteur. Et celui qui se pensait sûr de lui, était un lâche. Voilà ce que Ramona pensait. Depuis son plus jeune âge elle était l’amie du silence et de l’observation. Là où sa soeur parlait beaucoup trop, elle, elle se taisait. Là où les enfants du village chahutaient et se vantaient, elle, elle apprenait. C’est d’ailleurs ce qui avait incité Petrik à la choisir elle, plutôt que Dita. La sage, douce et instruite Ramona, à la très belle et exubérante Dita. Ambroise continua sa litanie, expliquant quel serait leur quotidien, et en quoi consistait le métier de chasseur de prime. Cela ne ressemblait en rien avec ce qu’elle avait jusque là connu. C’était effrayant. Mais aussi, il fallait l’admettre, un peu attrayant. Lui, semblait tellement se plaire dans son existence. L’écoutant avec attention elle le suivit. Jetant un regard à la table des humains, elle ne put que constater qu’ils baissaient les yeux à leur passage. La simple présence du viking semblait d’entrée intimer l’ordre et le respect. Cet homme avait une prestance !
Montant les escaliers, il lui affirma que son futur lui plairait. Vraiment ? Pouvait-on aimer un avenir dans lequel son enfant n’avait pas sa place ? Pourrait-elle jamais apprendre à aimer être une infâme créature de la nuit ? L’idée même d’approcher ne serait que de près ou de loin, de l’image de son créateur lui donnait la nausée. Non, non, non et non. Battant des cils elle refusa tout nettement d’y songer, barrant le passage ç ses idées, et poursuivit sa route sur les pas du vampire.

Alors ?
Baissant les yeux elle réfléchit un instant. Jamais elle n’avait jusqu’ici du tenir une conversation si longue en langue commune. Alors ? Acceptait-elle ces conditions. Elle releva son regard, les yeux plus froids que ceux du viking ne pourraient jamais l’être.
« Alors je ne me plaindrais pas. Je serais bon élève et jamais tu auras à dire sur moi.  J’apprendrai.  J’apprendrai fort et bien, pour que tu sois fier et pour que je survive. Je veux apprendre à me battre, à me défendre, et je veux aussi apprendre toutes les langues que tu connais. Mais je deviendrai pas comme le monstre qui a tué mon fils. Jamais. Mes conditions. » C’était peu exiger comparé à ce qui l’attendait. Elle lui serait fidèle et assidue et ne renâclerait jamais à la tache. Elle faisait son choix. Elle avait fait son choix. Elle vivrait. Du moins tant que le destin ou Ambroise le lui permettraient. Elle se dirigea vers ce qui allait être son lit pour le jour. Puis elle marqua une pause, hésitante, cherchant les mots justes dans son esprits. Finalement elle se retourna vers lui et planta ses yeux bruns dans le regard azur du vampire. Alors elle déclara avec son accent slave prononcé. « Et dans 100 ans, Ambroise Delacroix. Je te botterai les fesses. »
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 4/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 478
☾ tickets : 1109
☾ crédits : BABINE./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- aydan
- megara
- magdalena
- adam
- ankh
(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- apolline

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    Lun 16 Juil - 16:35

Réticente face aux vérités annoncées, il sut que si elle acceptait la partie ne serait pas aisée pour lui faire entendre qu’elle jouissait du rang le plus haut dans le règne animal. Parce que c’était ainsi, elle était devenue un super-prédateur, qu’elle le veuille ou non, et la meilleure façon de l’être était d’accepter totalement cette nouvelle condition. D’accepter de mettre à terre les autres, de leur rappeler leur rang ; la supériorité n’avait pas besoin d’être prouvée en temps normal, face à ceux qui avaient compris les rouages du nouveau monde. Seuls les inconscients poussaient à la démonstration. Et celui qu’ils avaient capturé était particulièrement stupide : de toute façon, il était condamné à mort, il pouvait se permettre d’agir d’une manière inadaptée et imbécile, s’il escomptait simplement agacer les vampires. Ambroise avait roulé sa bosse, connu bons nombres de ce genre d’individus ; il fallait à présent que Ramona comprenne, si elle voulait s’aventurer sur ce terrain. Un peu plus tôt, elle aurait pu lui régler son compte, elle était jeune, n’avait pas une dose de sang régulière. Le nordique avait été obligé de saigner quelques humains, les laissant cependant en vie, sur le chemin, afin de la nourrir. S’il la laissait aller à la source, une traînée de cadavres serait susceptible de les suivre : il avait connu ça dans sa jeunesse, lorsque les soirées parisiennes l’envoûtaient avec délice, le menant à se laisser un peu trop aller. Octave s’était alors employé à cacher les cadavres, laissant tout l’anonymat à son infant, afin qu’il puisse continuer à évoluer au sein de la capitale française qu’ils affectionnaient tous à cette époque.

Alors quand Ramona refusa encore de se rendre à l’évidence, repoussant l’idée de devoir s’imposer face aux humains, il soupira longuement. Pas d’ennui. Mais de cette humanité qui ne la quittait pas, à laquelle elle s’accrochait de toutes ses forces, ne voulant la laisser s’échapper. Il haussa les épaules à sa comparaison ; celui qui était attaché dans l’étable ferait plus que mordre si elle n’y prêtait pas attention. Il était de ceux qui haïssaient les immortels, les « sangsues » comme les humains se plaisaient à les nommer. Aucun doute que la moindre occasion qu’elle lui laisserait serait saisie.
Lui expliquant ce qu’il lui proposait, il avait choisi ses mots avec soin, ne laissant place au doute et ne lui cachant pas la difficulté de leur quotidien. Mais c’était aussi une offre intéressante à ses yeux : lui laissant entrevoir la possibilité de voir le monde, même s’il pouvait être cauchemardesque pour certains, de rencontrer toutes sortes de personnalités, à commencer par ceux qui leur donneraient du travail : les monarques des temps nouveaux.

Entré dans la chambre qui leur était réservée, il s’installa sur le lit, attendant de savoir l’écho qu’avait produit ses paroles en elle, ce qu’elle en pensait et ce qu’elle acceptait, ou non. Peut-être leurs chemins se sépareraient dans les mois prochains, une fois qu’il la sentirait suffisamment débrouillarde pour survivre par elle-même, ou simplement la faire rejoindre une cité dans laquelle elle serait à l’abri. Même s’il était un être solitaire, il n’avait pas l’intention de l’abandonner à son sort, sachant parfaitement qu’elle ferait une cible parfaite pour des humains haineux. Droite en face de lui, il relevait son visage vers elle, ses yeux la scrutant alors qu’elle s’apprêtait à lui donner sa réponse. Il était curieux, et toute son attention se concentra sur ses mots. Il fut surpris qu’elle réponde aussi catégoriquement, et hocha simplement la tête, ne la quittant pas du regard. Il resta silencieux quelques instants avant d’ajouter simplement. « Je n’ai pas l’intention de te transformer en monstre, sois en sûre. Mon créateur ne l'était pas et je n'en suis pas un. » Il ne se considérait pas ainsi, et ne connaissait pas le vampire qui l’avait transformée et laissée ainsi, avec des traumatismes bien plus profonds encore. Tout ce qu’il faisait : c’était survivre, et gagner de quoi vivre, en faisant ce qu’il souhaitait et ne dépendant de rien. Il retira ses bottes, mais il l’entendit s’immobiliser, attirant son attention. La brune le fixait et il attendit la suite. Ambroise ne fut pas déçu et si un sourire amusé étira ses lèvres, la promesse qu’elle venait de lui faire le conforta dans l’idée qu’il avait bien fait de la garder avec lui, et lui proposer la vie qu’il menait. Ses yeux pétillaient de ce scintillement naturel et vif, reflet des émotions qui le traversaient. « Je t’attendrai dans cent ans, de pied ferme. On verra de quoi tu seras faite. » Lui envoyant un clin d’œil, il quitta ses vêtements, et à moitié nu, se glissa dans le lit, exténué par les jours passés, mais satisfait de savoir qu’il guiderait cette protégée pendant un long moment, à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎    

Revenir en haut Aller en bas
 
FB - QUELQUE PART EN EUROPE ☾ PICK YOUR CHOICE - Ambrona ❤︎
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: autour de new abbotsford :: Flashback-
Sauter vers: