AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && RamonaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 245
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 391
☾ crédits : Tumblr + Fakementine


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours : ☾ Ambroise
☾ Ambroise
☾ Intrigue


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   10.03.18 18:27

Boring time, stupid guy, same thing
Ambroise && Ramona

D'un geste machinal elle lança pour la énième fois la balle qui rebondit une fois, deux fois, puis revint se loger pour la énième fois là encore dans sa main. Même le tap tap régulier de l'objet rebondissant, lui tapait sur les nerfs. Mais elle n'avait rien trouvé de mieux pour s'occuper pour l'instant. Elle savait, plus que tout, elle savait que cet ennui bruyant agaçait Ambroise. Mais elle s'en fichait. Après tout c'était sa faute si ils étaient coincés là. C'est lui qui avait voulu venir à New Abbotsford pour je ne sais quelle raison. Et voilà que pour un stupide confinement ils étaient coincés là, sans rien d'autre à faire que passer le temps.

Pour n'importe quelle autre créature, ce retardement aurait été une aubaine. Une superbe occasion pour visiter la cité, créer des liens, prendre du bon temps. Oui mais voilà, Ramona n'aimait pas prendre du bon temps, se faire des amis ou encore visiter. D'autant que son tour de la cité elle l'avait déjà fait, bien des années auparavant, et qu'en plus à cause de ce stupide confinement, certains déplacements étaient interdit. Résultat, à part rester dans ses appartements, elle ne savait pas bien quoi faire. Un soufflement grotesque pareil à un cheval s'échappa de ses lèvres tandis que la balle revenait une nouvelle fois vers elle. Avachie sur un somptueux sofa, elle lançait mécaniquement la balle sur le mur, qui inlassablement rebondissait, et lui revenait. Son ennui et son agacement atteignait dernièrement des sommets. Au delà des entrainements qu'elle s'imposait, il fallait bien admettre qu'elle supportait mal l'enfermement et l'inactivité. De plus, la Tour étant faite d'un verre particulier, et les vampires évoluant de nuit comme de jour, tout cela la perturbait énormément dans ses cycles. Elle ne savait plus bien quel jour on était et depuis combien de temps ils étaient là. Tout ça parce qu'un enragé s'était retrouvé en liberté dans la ville, avait son oeuvre sanglante, et qu'on ne savait toujours pas comment il était entré. Etaient-ils incapables à ce point ? C'est bon ! Le gros de la menace était passé, pourquoi les empêcher de circuler, ou simplement se barrer ?!

C'est alors que, très certainement agacé par ses enfantillages, Ambroise lui proposa d'aller faire un tour à l'Oasis Pleasure. Cessant son jeu idiot, Ramona se redressa et le regarda, interloquée. Sérieusement ? L'espace d'un instant elle contempla ses yeux bleus et demanda stupidement. « Pour quoi faire ?  »
Ben oui ma fille, pour quoi faire ? Aussitôt une claque mentale auto infligée la percuta. Ben voyons ! C'était un mâle, il s'ennuyait certainement tout autant qu'elle, donc... 1 + 1 =...
Oui bon c'est bon...

« Non.  » Simple, clair,  net, précis... catégorique. Pour un peu on pourrait penser que c'était une pauvre jeune femme prude et effarouchée concernant les plaisirs de la chair. En même temps depuis combien de temps n'avait-elle pas...
Oui bon ça suffit hein !
Ambroise se permit d'insister et devant son regard assassin, se moqua d'elle, ce qui eut pour tout effet que de la faire se lever et se diriger rageusement vers sa chambre tout en lui lançant un « Bien ! Amuse toi bien !  » avant de claquer la porte.

Du haut de ses 104 ans bien acquis, Ramona se savait être parfois puéril et enfantine. Elle savait avoir un comportement ridicule et irrationnel. Mais que pouvait-elle y faire ?!  Ce genre de jeu n'était pas son truc. Elle avait été élevée dans une famille conservatrice, avait prit soin de sa famille, et avait été une bonne épouse. De plus, elle avait du mal à se voir en tant que femme, et qui plus est une femme séduisante. Non, elle, elle était un vampire, une créature satanique, une abomination. Et quand bien même ce sentiment aurait pu s'effacer avec le temps, par la force et l'amitié d'Ambroise, elle aurait eu du mal à se laisser aller à quoique ce soit avec lui à ses cotés. Elle avait trop de respect et d'affection pour lui pour qu'il ne la voit comme... comme une... trainée.
Mais pourtant, lui, allait bien le prendre son plaisir ! N'était-ce pas plutôt ça qui l'agaçait ? Comment pouvait-il se comporter comme un mâle de bas étages. Ah ! C'était bien les hommes ça ! Humains ou vampires, au final tout se résumait à une pair de testicules !

La jeune vampire attendit d'être sure que son mentor avait quitté leur appartement pour enfin oser sortir. Quittant son lieu ultime de bouderie, elle resta un moment au milieu de la pièce sans savoir quoi faire de son existence. Puis comme sur le coup de la colère elle décida de quitter la suite à son tour. Après tout, elle aussi était capable de se divertir ! Elle fit un tour ici, là, acheta une bouteille d'alcool miséreux, et quand elle eut dit son quota de bonjour, elle regagna ses appartements comme un chiot effarouché. Elle décida alors de prendre un bain et en profita pour se détendre, un verre de son nouvel achat à la main. Exceptionnellement cela fonctionna et toute sa mauvaise humeur finit par s'amenuiser. Une fois sortie du bain, et habillée avec des vêtements propres, elle se permit de fouiller dans les affaires d'Ambroise à la recherche d'un carnet sur lequel croquer. Une fois son objet désiré trouvé elle s'allongea sur le canapé, son verre tout proche, et entreprit de dessiner. Son esprit vagabonda alors sur les paysages de son enfance et la ferme familiale. Et le temps passa... dans le silence, la nostalgie, une douce ivresse et la créativité. Elle en avait presque oublié sa mauvaise humeur, ainsi qu'Ambroise et ses fantastiques amours éphémères. C'est d'ailleurs parce qu'elle l'avait zappé qu'elle sursauta en entendant la poignée tourner.

Comme le bon petit soldat psychorigide qu'elle était, Ramona se redressa, se rattacha en quatrième vitesse les cheveux, posa rapidement son carnet à dessin sur la table basse et attrapa son verre. Elle le porta alors à ses lèvres, dans l'attitude singulière et flegmatique d'une jeune femme qui n'avait rien fait d'autre à faire que rester là à boire un verre.

« Bien détendu ? » Demanda-t-elle, piquante, sans lui jeter le moindre regard.


Dernière édition par Ramona Zeman le 04.04.18 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 5/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 518
☾ doubleface : Emma Davis
☾ tickets : 1205
☾ crédits : SIGYN./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- victoria
- aydan
- megara
- magdalena
- adam

(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- aydan FB
- intrigue

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   01.04.18 22:35

Plongé dans un vieux livre qui avait pour thème l’astronomie et tout un tas d’explications portant sur la physique, Ambroise tentait de rester concentré au mieux afin de suivre le fil de sa lecture. Cependant, son apprentie avait décidé de passer le temps, d’égrener les secondes qu’importe, en tapant une balle contre le mur, dans un mouvement incessant, rythmé, et horripilant. Il se jurait qu’à la première occasion, il se débarrasserait de cet objet malsain, si petit et si ennuyeux quand il était utilisé ainsi.
Il resta quelques minutes à continuer d’essayer de lire mais ce bruit ne cessait pas, et après un long soupir exaspéré, il ferma d’un coup sec le livre et fixa longuement Ramona qui était allongée sur le canapé de la pièce séparant leurs chambres respectives, l’air las et son mouvement de poignet qui lançait la balle pile au même endroit à chaque fois. Elle avait l’air imperturbable et si elle ne se décidait pas à arrêter d’elle-même… Il n’arriverait pas à reprendre sa lecture et il allait devoir se trouver une autre occupation. Il réfléchissait pendant de longues minutes, mais ses pensées étaient sans cesse interrompues par ce bruit agaçant.
Soudain, il se mit droit sur ses deux pieds, et récupéra un paquet de tickets à dépenser dans un but précis. Se dirigeant vers Ramona, il prit la parole avant d’arriver à sa hauteur : « Tu comptes passer les prochaines heures en compagnie de cette balle ? Viens, on va à l’Oasis Pleasure. » La balle se retrouva dans la main de son apprentie et ne la quitta pas, pour sa plus grande satisfaction, qui se vit à son sourire en coin. Il semblait qu’il avait alors toute son attention puisqu’elle le fixa en changeant de position, se redressant un peu. L’idée qu’elle pouvait être partante lui apparut, il était quelque peu surpris, mais finalement, peut-être que son ennui dépassait son côté prude. Et ça… C’était étonnant. Dans le genre vampire sage, elle détenait la première place.
Lorsqu’elle lui demanda la raison pour aller là-bas, il eut un vague sourire moqueur, et une once de malice dans le regard. Etait-elle sérieuse ? Allait-il devoir vraiment lui expliquer ses motivations ? Et de quelle façon il comptait se distraire pour quelques heures ? Il se préparait à lui répondre quand il vit son air renfrogné s’emparer de son visage, juste avant qu’une négation ne sorte de sa bouche. « Non ? » répéta-t-il de façon interrogative, en essayant de creuser, fixant sa réaction. « Tu sais, ça te détendrait, et ça tuerait quelques heures. Tu es certaine que tu ne veux pas m’accompagner là-bas ? » continua-t-il en insistant davantage. Puis, la voyant quitter son assise, et se diriger vers la porte de sa chambre, comme une furie, il comprit rapidement le message, avant qu’elle ne lui souhaite un bon divertissement sur un ton qui disait tout le contraire. Lorsque la porte claqua, il haussa les épaules en secouant doucement la tête, n’approuvant pas la retenue dont la jeune vampire faisait preuve.
Il quitta les lieux et traversa une partie de la Cité pour se rendre à l’établissement tenu par Travis. Un vampire qui créait un contraste tout particulier avec son activité. Loin d’être exubérant, dépravé, et intenable, il apparaissait comme une créature sage et mesurée, et il semblait l’être réellement. Ambroise s’installa au comptoir, se faisant servir quelques verres d’alcool fort, qui n’avaient d’intérêt que le goût. Les effets étaient moindres, pour ne pas dire quasiment absents. Des volutes de fumée floutaient sa vision tandis qu’il se tournait vers les danseuses présentes. Des humaines. Il les reconnaissait à leurs imperfections : le Delacroix n’était pas un consommateur excessif, préférant choisir les bonnes occasions, avec les bonnes partenaires. Et pour lui, une humaine avait tout à envier à une vampire. C’était donc une exception de le voir favorable à ce genre de consommation : l’ennui expliquait tout. Ses yeux finirent par se concentrer davantage sur une femme en particulier, qui capta l’attention qu’il lui portait et se dirigea vers lui. Il leur fallut peu de temps avant de quitter le comptoir pour trouver un endroit plus isolé, où leurs affaires pourraient se dérouler plus tranquillement.

Il grimpait les marches menant à son appartement rapidement, d’un pas léger, puis arrivé devant la porte, il tourna simplement la poignée, s’attendant à la trouver ici. Il posa son regard sur elle, tout en refermant la porte derrière lui, et quittant son long manteau. Un sourire énigmatique se glissa sur ses lèvres lorsqu’elle le questionna. Dans un premier temps, il hocha la tête. Puis s’approcha de l’endroit où elle se trouvait, avec son verre. « Et toi ? Toujours aussi tendue ? » Voyant la balle posée plus loin, il soupira d’aisance. « Au moins tu as fini par lâcher cette abomination. » Il se laissa tomber dans le fauteuil posé en diagonale du sofa, et laissa son regard errer sur elle et sur les éléments qui l’entouraient. Ses yeux bleus se posèrent sur le carnet présent sur la table basse entre eux. « Tu sais quoi ? Finalement, c’est peut-être mieux que tu ne sois pas venue. Que des humains. » Il soupira avant de reprendre. « Et avec toute cette frustration en toi… Tu risquerais de les blesser gravement en te laissant un peu aller avec eux. » Il la fixait, prêt à recevoir ses remarques acerbes ou bien son stylo lancé contre lui. Il s’était habitué à sa présence au fil des décennies, et si les débuts avaient été difficiles, à présent, il la connaissait particulièrement bien et ses actions devenaient prévisibles à ses yeux. Ramona pouvait être mystérieuse, taciturne, comme explosive et caractérielle. Ils avaient su composer pas à pas, s’accordant, apprenant à se connaître. Et Ambroise appréciait silencieusement sa compagnie, en ayant préalablement observé son évolution, en tant qu’apprentie, mais aussi en tant que vampire. Une condition qu’elle ne supportait pas à leurs débuts : il avait espéré lui avoir rentré dans le crâne les avantages de cette nouvelle vie, mais sa part humaine restait présente, bien trop à ses yeux. « Sérieusement, depuis quand n’as-tu pas… profiter ? C’est ça qui te rend si douée au combat ? » demanda-t-il, taquin, en se penchant pour attraper la bouteille d’alcool posée sur la table.


...
Revenir en haut Aller en bas
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 245
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 391
☾ crédits : Tumblr + Fakementine


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours : ☾ Ambroise
☾ Ambroise
☾ Intrigue


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   17.05.18 14:24

Depuis toutes ces années, toutes ces années où elle voyageait avec Ambroise, leur relation avait pris bien des tournures différentes. De celle d’un chiot perdu souhaitant suivre l’équivalent d’un alpha afin de survivre au lendemain, sans se poser de questions. Ou bien le rôle d’apprenti, suivant un maitre de talent et subissant l’apprentissage sévère de la traque, des armes et du combat. A celui d’amie et complice, tant dans les missions que dans la vie. La vie. Sa nouvelle vie. Celle d’un cadavre mouvant. Oui, leur relation avait plus qu’évoluée avec le temps. Ramona savait tout ce qu’elle devait à Ambroise. Sa dette n’avait aucune limite de prix. L’affection et la loyauté qui en résultait n’avait nul mot pour en définir sa profondeur. Toutefois, il fallait bien l’admettre il y avait des fois où son mentor et compagnon lui tapait profondément sur les nerfs. Etait-ce à cause de son âge et de son expérience ? Etait-ce dû à son éducation à elle et sa vie reculée à l’abri de tout en tant qu’humaine ? Etait-ce parce que sa naïveté avait fait d’elle une cible de choix ? Toujours est-il que sur certains point Ambroise et Ramona étaient diamétralement opposés. Il avait cette liberté de corps et d’esprit là où elle s’enfermait dans les carcans d’une éducation prude et mesurée. Et là où elle voyait de l’indécence, lui voyait de la volupté et du désir. Là où elle voyait de la décadence, il voyait de l’amusement. Là où elle voyait un meurtre, il voyait une chasse. Et généralement, les réactions de la jeune vampire provoquaient l’hilarité du blond. De là, elle devenait la victime de ses moqueries. Ramona, elle, ne s’amusait pas, jamais. Elle ne savait pas vraiment faire. Oui, elle prenait beaucoup de plaisir à traquer une proie, où à escalader des immeubles et des falaises à la recherche d’objets perdus. Pour le reste… nul amusement à chasser, s’empiffrer, jouer, rire, ou pire… forniquer. L’idée même la faisait partir en courant. Oui, de son vivant Ramona avait été une jeune femme timide et discrète, puis l’essence même de la parfaite et docile épouse. C’est pour cette raison que lorsque son mentor lui avait proposé d’aller faire un tour à l’Oasis Pleasure, afin de se détendre un peu, elle l’avait envoyé balader sans cérémonie. Par la suite elle avait finit par trouver le moyen de se détendre à sa façon de cette infâme séquestration. Elle était allée s’acheter un alcool misérable, avait prit un bain des plus agréables, puis s’était mise à croquer. Son carnet renfermait foule de dessins et de portraits, chacun témoignage de ce que la jeune vampire avait vu, ou des gens qu’elle avait pu croiser.

Lorsque la porte avait grincé, signalant le retour du Norvégien, Ramona avait tout posé, précipitamment, avait saisi son verre de liqueur puis elle avait prétendu se prélasser, ce qui ne cachait rien d’autre que de la tension. Mauvaise actrice.
Puis dans une attitude nonchalante et piquante elle lui avait demandé s‘il s’était bien amusé. Il rétorqua en lui demanda si elle était toujours tendue. Ne répondant pas, elle se contenta de lever effrontément les yeux au ciel. Ramona avait parfois cette allure d’adolescente pré-tubaire en pleine tentative de rébellion. Nous précisons tentative, car sa révolte n’allait jamais bien loin. Beaucoup de grognements pour pas grand chose. Encore une fois : l’alpha, c’était lui. Elle le vit sans le regarder déposer son long manteau et le sentit s’approcher d’elle en la remerciant presque d’avoir lâcher son abomination, c’est à dire sa balle. Cette fameuse balle, symbole suprême de l’agacement de la jeune vampire. Feignant l’indifférence la plus totale envers lui, elle lui jeta tout de même un coup d’oeil lorsqu’il se laissa tomber sur un fauteuil proche. Elle le vit alors appréhender son carnet à dessin du regard. La remarque qu’il fit ensuite aurait pu la faire frissonner si elle n’avait été tant en contrôle. Oh non, non, non ! Pas cette fois. Dans un silence mesuré elle plongea son regard dans celui d’Ambroise, et le sonda. Ce qu’elle y vit dedans lui fit réprimer une grimace. Il avait ce pétillement au fond des yeux qui la fit aussitôt se sentir comme une souris face à jeune chat joueur. Il allait se payer sa tête et s’acharner sur elle jusqu’à ce qu’elle pète les plombs. Comme toujours. Mais cette fois-ci elle était bien décidée à ne rien laisser paraitre. D’un geste nonchalant elle s’enfonça dans le sofa et posa les pieds sur la table basse tout en poussant de façon calculée son carnet, l’éloignant ainsi d’Ambroise. Elle ne souhaitait pas particulièrement qu’il y jeta un coup d’oeil. Ses dessins c’était à elle… La remarque qui suivit aurait pu, aurait du, la faire bondir. A la place de quoi elle réprima un sourire ironique, ne laissant que ses narines se dilater sous l’émotion et fixant avec fascination le vide derrière ses pieds. Non mais ! C’était quoi cette idée de la juger sur sa frustration ! Pudique à souhait, Ramona se sentait extrêmement gênée à parler de ce genre de choses, car à n’en pas douter elle comprenait parfaitement les sous-entendus du vampire. Mais de un, ça ne le regardait pas, et de deux… ça ne le regardait pas !!! Si elle avait été humaine elle se serait mise à rougir. Elle savait, et ce depuis toujours, que ça pudeur paraissait ridicule aux yeux de certains. Mais déjà du temps où elle n’était qu’une jeune adolescente, elle attirait les moqueries sur sa pudicité de nonne. Elle savait qu’Ambroise n’attendait qu’une réaction de sa part. Elle pouvait sentir les pattes du chat s’acharner sur elle, juste pour son plaisir personnel. N’en avait-il donc pas prit du plaisir ?! Pourquoi donc la tourmenter ainsi ?! Mais non. Pas cette fois. Elle tiendrait le coup. Portant son verre aux lèvres elle but une gorgée du liquide immonde tout en observant Ambroise par dessus la glace. Un air de : "non, tu ne m’auras pas." Le regard du Scandinave sembla s’intensifier et au moment même où il ouvrit la bouche elle sut qu’elle avait perdu. « Sérieusement, depuis quand n’as-tu pas… profiter ? C’est ça qui te rend si douée au combat ? » Profondément choquée et révoltée elle manqua de s’étouffer dans sa gorgée et se redressa brusquement sous le regard plus qu’amusé d’Ambroise. Comment osait-il ?! « Comment… Non ! Non ! » Même pas vrai d’abord ! Se levant elle lui retira brutalement la bouteille des mains. C’était SON alcool ! Et s’éloigna aussitôt des pattes du chat. « Déjà ! Ça ne te regarde pas. Et ensuite ça n’a strictement rien à voir ! » Et tac…
Puérilité bonjour…
Son verre dans une main, elle ficha la bouteille sous le bras pour attraper son carnet à dessin et sa balle puis s’éloigna le plus possible d’Ambroise. Mais qu’est ce qu’il pouvait bien l’agacer quand il était comme ça !!!! Elle posa le tout sur un meuble un peu plus loin en lui rétorquant : « Si je suis si douée au combat, c’est uniquement grâce à un talent inné et à un professeur particulièrement excellent. » Elle lui envoya un sourire teinté de mépris et d’ironie, espérant que la flatterie fonctionne. Elle était partagée entre l’envie de l’étriper ou de rigoler. Dans tous les cas, elle se savait perdue. Ambroise allait se payer sa tête et elle finirait par claquer la porte en l’insultant en tchèque. On avait parfois l’impression qu’il se régalait de la titiller comme ça, pour lui mettre sous le nez à quel point elle se comportait parfois comme une enfant. Kretén.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 5/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 518
☾ doubleface : Emma Davis
☾ tickets : 1205
☾ crédits : SIGYN./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- victoria
- aydan
- megara
- magdalena
- adam

(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- aydan FB
- intrigue

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   22.05.18 10:29

Lorsqu’il passa la porte, il eut ce petit sourire habituel, traduisant un « je le savais » un peu présomptueux. Il n’était pas las, il était détendu, et un peu décidé à s’amuser de son apprentie à présent. Apprentie depuis de nombreuses années, avec certainement un petit surplus d’entraînement mais.. il ne s’en rendait pas vraiment compte ou peut-être ne voulait-il pas encore envisager que son apprentissage était terminé à présent. Elle était devenue son amie et une collègue, bien plus qu’une apprentie. Ce rôle était cependant tellement inscrit dans la têt de la Tchèque que cela facilitait la tâche à Ambroise, bien qu’elle s’affirmait plus à présent que par le passé, dans leurs toutes jeunes années de partenariat.
Peu importait, il avait envie de la taquiner sur ce sujet si sensible. Dans les cités où ils faisaient halte, il avait cette habitude d’aller passer un peu de bon temps. Les longs trajets, les quêtes interminables… Tout ça ne donnait pas l’occasion de faire de douces rencontres. Bien au contraire. Avec l’Oasis Pleasure à sa portée, il n’était pas assez bête pour se priver d’un moment léger. Et il trouvait ça terriblement dommage que Ramona se tienne à un menu très strict de ce côté-là. Il avait du mal à comprendre comment elle pouvait canaliser tout cela et faire comme si ce n’était pas là. L’envie, tout simplement, et peu importait son statut, célibataire, solitaire, en couple… Elle était toujours présente, dans chaque être, et la condition de vampire ne faisait aucunement faiblir ce sentiment. Au contraire, même. A présent installé dans le fauteuil, il observait Ramona qui s’appliquait à ne pas lui répondre. Mais elle allait le faire tôt ou tard, il savait qu’à un certain moment, en utilisant des mots biens choisis, il arriverait à avoir une réaction de sa part. Et quelque chose d’assez drôle, osait-il espérer silencieusement. Ses yeux captèrent instantanément ses pieds en train de déplacer lentement son carnet. Que pouvait-elle bien écrire, ou gribouiller là-dedans ? Comment s’enfuir peut-être ? Et sur la page d’en face des réponses à la question « pour aller où ? ». Sa curiosité fut légèrement piquée.
Ambroise piquait, titillait, essayant de voir les réactions et d’appréhender le moment fatidique où elle finirait par s’exprimer davantage que par des mimiques, pourtant assez claires à ses yeux. Il avait fini par la connaître assez bien et pouvait bien souvent deviner ce qui lui passait par la tête en la regardant elle et ses réactions. Là, il la sentait assez tendue et se doutait que s’il poussait davantage les questions et les commentaires, il finirait par obtenir une réaction, une vraie.

Ca ne manqua pas. Il avait légèrement insisté, allant la provoquer dans ses retranchements… Il la vit se redresser aussitôt, et le rire grandit aussitôt dans son torse, commençant d’abord par faire pétiller son regard d’amusement, et étirant ses lèvres d’une façon très sincère. « Comment… Non ! Non ! »  Il porta la bouteille d’alcool à ses lèvres et en but une longue gorgée tout en se retenant de rire face à la comédie qu’elle lui faisait. Allait-elle se calmer après s’être énervée pour trois fois rien ? Rien n’était moins sûr, c’était Ramona après tout et parfois, ça partait un peu dans l’excès eux deux. Elle lui arracha la bouteille des mains et un grognement sourd lui échappa sous l’effet de surprise alors qu’elle lui retirait ce qu’il venait de prendre –même si ça n’était pas à lui, ça ne se faisait pas. « Déjà ! Ça ne te regarde pas. Et ensuite ça n’a strictement rien à voir ! » Il fronça un instant les sourcils tout en la regardant embarquer toutes ses affaires pour les éloigner de lui. Bien que surpris, ça l’amusait grandement à la fois de la voir aussi déstabilisée et prête à prendre la fuite. « Ah, ne sois pas aussi butée et prude ! » finit-il par lui lancer en soupirant à moitié, fatiguée de ses manières de précieuse. Il ne comprenait pas que tout cela soit si tabou pour elle. Comment se faisait-il qu’elle ne pouvait pas se laisser aller, profiter des plaisirs à leur portée. Quelle vie triste menait-elle ! « Si je suis si douée au combat, c’est uniquement grâce à un talent inné et à un professeur particulièrement excellent. »  Il ne prit pas aux compliments, et un rire s’échappa d’entre ses lèvres tandis qu’il secouait son index en l’air, lui faisant comprendre qu’il ne se contenterait pas d’un peu de compliments, et de pommade tartinée pour laisser couler. Il se leva de son fauteuil et s’approcha lentement. Elle avait l’air d’une biche acculée face à un loup, et il ne comprenait pas d’où cette situation venait. Elle était une prédatrice à présent, il lui avait tout inculqué pour en faire la meilleure qui soit, et face à lui… Ramona ne paraissait jamais faire le poids. « C’était sincère le coup du professeur excellent ou c’était juste pour que je te fiche la paix ? » questionna-t-il, tout sourire, en observant attentivement ses expressions. Il n’était pas sûr de savoir exactement ce qu’elle pensait sur ce coup-là. « Tu ne peux pas passer ton éternité à être sage comme ça ! Ca va te ronger de l’intérieur, j’en suis certain. » Il s’arrêta dans son approche un instant, et posa son regard sur ses affaires en secouant la tête, à moitié désespéré. « Tu crois que tu vas tenir encore longtemps, à boire de l’alcool médiocre et gribouiller ? C’est ça tes distractions ? » demanda-t-il sur un ton provocateur, attendant de faire percer une réaction chez elle, autre que le fait d’être outrée. Parce que ça, c’était la spécialité de son apprentie, être choquée. Il lui tourna le dos, et alla se chercher une poche de sang récupérée un peu plus tôt à la banque. Avoir des rapports intimes avec une humaine lui ouvrait l’appétit : sentir et entendre le sang pulser dans un corps avait tendance à l’affamer plus que de raison et il était interdit de se nourrir à la source. Il se tenait à carreau, préférant se rassasier sur une poche et éviter les problèmes. Il se réinstalla dans son fauteuil, faisant couler le sang dans un verre en jetant des coups d’œil furtifs à Ramona. « Tu peux revenir ici, je ne vais pas te sauter dessus. » soupira-t-il en buvant une première gorgée du liquide épais et pourpre. Mais avant qu’elle n’ait le temps de se décider si oui ou non elle allait retourner à sa place initiale. Il étendit ses jambes sur la table basse, comme elle l’avait fait et un sourire aux coins des lèvres lui annonça simplement : « D’ailleurs, tant que le sujet est lancé : la Reine nous a conviés à une orgie. » Son regard pétillait d’amusement en attendant de voir sa réaction. Ce n’était pas vrai, mais cela pouvait tout à fait se produire. Les orgies organisées au sein de cette cité n’étaient pas rares et Ambroise y avait déjà participé par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 245
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 391
☾ crédits : Tumblr + Fakementine


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours : ☾ Ambroise
☾ Ambroise
☾ Intrigue


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   12.07.18 13:59

Si il y avait bien un moment durant lequel elle se méfiait plus que tout d’Ambroise, c’était dans ces moments là. Là, ceux-là, précisément ! Quand il était d’humeur taquine. Car généralement, son imagination pour lui nuire, la faire réagir ou peu importe, ne trouvait pas ou peu de limites. Et si avec le temps elle avait appris à faire plus ou moins preuve de patience, le viking repoussait encore et toujours les limites, changeait les règles et la titillait toujours plus. Au final elle finissait inévitablement par soit lâcher prise, soit partir bouder comme un volcan en éruption. Mais si boudeuse qu’elle soit, il le savait, cela ne durait jamais bien longtemps… Il semblait que Monsieur ait passé un excellent moment vu l’humeur joviale dans laquelle il se trouvait. Au grand damne de Ramona. Isolée à quelques mètres de lui, ses petites affaires posées sur un meuble, elle le contemplait avec défiance. Et lui, il était là, bien installé sur le fauteuil qu’il l’avait forcée à fuir. Enfin… Non mais oui en fait ! Oui, forcée à fuir… Lorsqu’il se leva, tout son être se figea. Comme un animal qui venait de se faire repérer par son prédateur, c’est à peine si elle osait bouger un poil. Et intérieurement elle pria pour qu’il ne vint pas l’acculer ici, contre ce meuble afin de récupérer la bouteille d’alcool, ou pire son carnet à dessins ! Par tous les dieux, nordiques ou pas, elle lui ferait manger sa balle ! Tout en s’approchant comme un chat à l’affut il revint alors sur l’idée qu’il était un excellent professeur. Ah ! Comme quoi la flatterie fonctionnait un peu. Il demandait si c’était du lard ou du cochon. Marquant une pause, elle se décida enfin à bouger et roula des épaules dans une attitude de défi, mais surtout pour évacuer les tensions physiques. Elle  prit alors son temps pour réfléchir à la question, même si elle en connaissait déjà la réponse. Mais rien de mieux qu’un peu de suspens. « Les deux… » Finit-elle par lâcher dans un haussement d’épaule. Ce qui était tout à fait vrai. De loin et de partout, l’on remarquait Ambroise et son apprentie. Au fil des années elle avait fait sa place à ses cotés et cette place avait été durement gagnée, avec assiduité et acharnement. Mais aujourd’hui, si elle était une bonne combattante, ses talents appréciés par des vampires bien plus vieux qu’elle, c’était uniquement parce qu’elle avait suivit l’enseignement du scandinave. Sa remarque suivante lui arracha un regard à la fois figé et effarouché. Le voilà qui revenait à la charge… Gna gna gna gna. Mais pourquoi donc ce qu’elle faisait de son temps libre l’intéressait autant ? Pourquoi était-il si choqué qu’elle ne veuille pas suivre ses divertissements ? Qu’y avait-il de mal à ça ? Préférant faire celle qui n’avait pas entendu de remarque, elle posa négligemment le coude sur le meuble, poussant toujours plus loin ses affaires.

« Puisque tu en parles… Quand est-ce qu’on lève l’ancre ? J’en ai assez d’être enfermée dans cette cité. Je veux repartir en chasse. Trouver de gens ou des objets. Les portes vont rester fermées encore longtemps ? »
Elle est toute sérieuse. Si lui parlait de distractions, voilà qu’elles étaient celles de Ramona. La jeune vampire adorait battre la campagne, vivre en extérieur, voyager et découvrir de nouvelles choses. La trouvaille d’un squelette d’hélicoptère demeurait un de ses plus beaux souvenirs. Ce monde avait tellement à offrir. Oh certes pas en matières d’aventures exotiques et fascinantes, mais par son histoire et les ruines qu’il en restait. Tout cela était pour elle, un incroyable voyage dans le passé. Et c’était encore plus formidable lorsqu’Ambroise était là pour lui raconter… Si à l’époque de sa rencontre avec le vampire, on lui avait dit qu’elle apprécierait autant de battre les champs à la recherche de renégat et risquer sa vie toutes les nuits, elle se serait certainement mise à pleurer. Toutefois, c’est Ambroise qui avait raison. Elle avait eu plusieurs options, mais celle qui proposait était la plus intéressante. Aujourd’hui elle ne regrettait en rien de l’avoir suivi. Il lui avait appris tellement ! Permis de supporter sa condition, et d’accepter son deuil. Certes il y avait encore des moments où c’était difficile, mais le temps aidant…

Lorsqu’il lui tourna le dos, elle sentit soudainement toute la tension la quitter. C’était incroyable comme parfois elle se sentait comme un chiot malmené par son alpha. Pas forcément méchamment, et elle ne le voyait absolument pas de façon négative, mais c’était juste qu’il était… trop fort, trop puissant, et qu’elle avait l’impression d’être un jouet entre ses crocs.
Sans bouger de son coin, elle l’observa récupérer une poche de sang et son intérêt s’en trouva soudain éveillé. Avec attention, elle le regarda verser le liquide écarlate dans un verre. Elle avait beau ne pas avoir forcément faim, l’attrait du sang réveillait toujours en la jeune vampire un désir de gourmandise. Avec le temps elle avait appris à le contrôler, avec une détermination rare chez les jeunes vampires, mais comme tout un chacun, elle ne disait pas non à une gourmandise si on lui en proposait une. Diriez-vous non à un éclair au chocolat vous ? Bon…

La remarque d’Ambroise la ramena à la réalité et elle lui jeta un coup d’oeil. Mouai… Elle s’approcha alors doucement, comme un chat timide et sur ses gardes. Non… elle ne faisait pas confiance à Ambroise pour lui lâcher la grappe si facilement. Mais l’attrait pour ce verre de sang était trop important, et peut-être qu’avec un peu chance, Monsieur avait calmer ses ardeurs moqueuses. Ah… en fait non. Arrêtant sa progression, elle leva les yeux au ciel puis simula un haut le coeur jusqu’à vomissement. Voilà tout ce qu’elle pensait de la Reine et de ses orgies. Non mais vraiment ! C’était quoi cette ville de dépravés ? Elle secoua alors la tête pour exprimer un "tu te payes encore ma tête, ça ne prend pas", et attrapa sa bouteille d’alcool. Finalement elle finit par revenir dans le coin salon de la pièce. Pas après pas, elle réduisit lentement la distance entre Ambroise et elle. « Plus sérieusement, Ambroise. Quand est-ce que nous partons ? L’Enragé est mort, les contaminés aussi, alors pourquoi est-ce que les portes sont toujours fermées ? » D’un geste d’apparence anodin mais parfaitement calculé, elle bouscula les jambes d’Ambroise afin de les faire tomber de la table basse sur laquelle elle s’assit. Elle lui tendit alors la bouteille d’alcool d’une main, prélevant de l’autre le verre au liquide pourpre.
Elle préférait de loin changer de sujet, espérant qu’Ambroise passerait à autre chose. De plus elle était concrètement curieuse de savoir quand ils pourraient reprendre la route.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 5/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 518
☾ doubleface : Emma Davis
☾ tickets : 1205
☾ crédits : SIGYN./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- victoria
- aydan
- megara
- magdalena
- adam

(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- aydan FB
- intrigue

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   05.08.18 19:06


Passer dans les cités n’avait jusque là pas poser de problèmes, mais il découvrait, avec cette Cité qui les enfermait, que cela incommodait grandement son apprentie. Celle-ci avait du mal à occuper ses journées et laisser le temps passé ; ils n’avaient d’autre choix qu’attendre que les portes soient rouvertes au moment opportun. Ambroise s’y plaisait : il savait que la situation, même si elle durait, n’allait pas s’éterniser. Et puis, quel mal y avait-il à profiter de ce que New Abbotsford avait à leur offrir ? La Reine mettait à leur disposition des logements des plus confortables, et les distractions ici étaient nombreuses. Mais Ramona ne savait pas profiter de cela, et le Nordique le découvrait jour après jour, complainte après complainte. Le temps devait vraiment lui paraître long, mais il ne semblait pas, à ses yeux, qu’elle fasse beaucoup d’efforts pour trouver un quelconque intérêt à se reposer, profiter du temps passé à l’abri, avant de repartir sur les routes, en quête d’un nouveau contrat à remplir, ou d’une quête déjà distribuée. Il ne serait d’ailleurs pas étonnant que Lucrezia ne profite pas de leur présence pour les envoyer plus tard en son nom, chercher un objet ou quelqu’un. « Elles resteront fermées le temps qu’il faudra. Ni toi ni moi ne pouvons en décider. Et de quoi te plains-tu ? Tu as un lit, de l’eau chaude, du sang… Et toujours ma compagnie. » ajouta-t-il avec une pointe d’amusement. Il n’avait pas envie d’être sérieux, encore moins de la voir négocier pour repartir plus tôt que ce qui était prévu. Il n’irait pas perdre son temps à parlementer avec la Reine pour déguerpir. Elle avait autre chose à faire que s’inquiéter des caprices d’une apprentie qui souhaitait partir plus tôt que tout le monde. Elle devait d’ailleurs certainement s’occuper du tracas que constituait cette intrusion d’enragé dans sa Cité. La tension était palpable entre les murs. Les iris azur suivaient les mouvements de Ramona qui repoussait plus loin ses affaires sur le meuble. La curiosité de l’immortel était piquée au vif, et il garda dans un coin de sa tête l’idée de s’approcher de ce cahier. Elle le sortait régulièrement, sans qu’il ne sache ce qu’elle en faisait. Prenait-elle des notes, tel un carnet de bord, de voyage ? Un journal intime peut-être ? Tout cela attisait grandement sa curiosité naturelle, mais il préféra se taire, sachant pertinemment que s’il mentionnait ce carnet, celui-ci disparaîtrait aussitôt de son champ de vision, et ce, pour un petit moment. Or, il devait ruser afin de pouvoir éventuellement s’en saisir, discrètement. Ce n’était pas pour lire ce qu’elle écrivait : seulement pour en connaître l’utilité.

Il insista davantage, mentant ouvertement, par pure provocation. Au moins la distrayait-il, avec cette petite discussion. Ambroise la regarda se stopper, se demandant si elle allait faire demi-tour directement ou non, puis il ne put retenir un rire en la voyant faire sa comédie. « Arrête d’exagérer ! » Il avait envie de lui jeter quelque chose dessus mais tout ce qu’il avait en main était son verre, encore empli de sang. « De toute façon, tu ne peux pas dire que tu n’aimes pas, si tu n’as pas essayé. » L’immortel lui lança un regard taquin, sirotant une nouvelle gorgée. Il se demandait quel goût pouvait bien avoir celui de cette fille, tout à l’heure. L’appétit n’étant pas rassasié, la poche y passerait. La voyant finalement venir, il l’observa approcher, alors qu’elle reprenait la parole. Nouveau soupir. La fixant sans ciller, il ne la vit pas faire et sentit simplement ses jambes tomber lourdement sur le côté. Ses sourcils se froncèrent légèrement, et lorsqu’elle tendit son bras accompagné de la bouteille et l’autre réclamant le verre, il procéda à l’échange. Allait-elle au moins s’alimenter de son plein gré ou sustentait-elle seulement de ce qu’il ramenait ici depuis la banque ? « Encore quelques jours. Je n’ai pas parlé à la Reine dernièrement. J’irai, si tu veux vraiment des informations légèrement plus claires. Mais ne crois pas que je reviendrai avec un pass pour sortir d’ici. Si la quarantaine est mise en place, il y a des raisons sérieuses là derrière. C’est peut-être par mesure de précaution, peut-être pour autre chose. » Il indiqua sa tempe du bout de son index, signifiant que des manigances et des études devaient avoir lieu. « Reste tranquille d’ici là, plus nous serons discrets et moins ils auront besoin de nous retenir. » Le Nordique porta la bouteille à sa bouche, laissant glisser deux bonnes gorgées d’alcool. Il grimaça sous le goût désagréable. « Tu as acheté ça combien ? C’est infect ! » Reposant la bouteille sur la table, il quitta ses bottes et, puisqu’elle s’était installée là où il s’était étalé, il posa ses jambes sur elle, un sourire malicieux étirant ses lèvres. « A l’Oasis Pleasure, au moins, tu bois des alcools de qualité… » Avant qu’elle ne rétorque quoi que ce soit, il ajouta : « ET ! Tu n’es pas obligée de consommer autre chose. » Cela ne sonnait pas si mal, si ?

D’un geste de la main, il réclamait le verre qu’elle tenait et prit la poche de sang pour le remplir à nouveau. Concentré sur le liquide pourpre qui colorait le verre, son appétit ne tarissait pas. « C’est par fidélité ? » finit-il par demander de but en blanc, sans la regarder, sans taquinerie dans la voix. La question lui avait brûlé les lèvres de nombreuses fois, sans jamais qu’il ose s’introduire davantage dans cette intimité, celle de sa vie d’humaine. Il n’avait pas besoin de préciser, depuis qu’il la connaissait, il ne l’avait jamais vue s’éprendre pour qui que ce soit. Son mari d’autrefois était donc le seul à qui elle pouvait encore jurer fidélité, bien que l’idée semblait le dépasser. Pouvait-on refuser les plaisirs de la chair pour quelqu’un disparu depuis bien trop longtemps ?
Puis il se leva, alla dans sa chambre quelques instants et revint avec la fourrure de loup achetée la veille. Et la broche, soigneusement choisie par Elizabeth. Il lui tendit le tout : « Tiens. Pour cet automne. » Reprenant sa place dans le fauteuil, l’immortel reprit un peu de sang en observant son apprentie. « C’est une amie qui a pensé à la broche. » Il lui avait dit qu’il pourrait lui présenter Ramona, si l’occasion se présentait ; quant à Ramona, elle n’avait jamais entendu parler de la rousse, Ambroise se gardant bien de raconter ouvertement les rencontres marquantes de ce genre. Elles étaient rares, secrètes pour ceux qui n’en avaient pas été témoins.


...
Revenir en haut Aller en bas
Ramona Zeman
vampire type 3
☾ âge : 104 ans (27)
☾ métier : Apprentie chasseuse de prime
☾ créateur : Elle l'ignore...
☾ compétences : grand sens de l'observation, agilité, boudeuse experte.
☾ arme fétiche : Sa dague et son arbalète.
☾ origines : Europe de l'Est.
☾ statut : Célibataire


☾ avatar : Alicia Vikander
☾ dispo rp : Reste 0/3
☾ couleur : #993366
☾ arrivée en enfer : 10/03/2018
☾ missives : 245
☾ doubleface : Erik Landseer
☾ tickets : 391
☾ crédits : Tumblr + Fakementine


☾ liens : • Ambroise ♥️
• Apolline ♥️

• Victoria ❀
• Kali ❀

• Son Cadavre Royal ☂️
• Megara ☂️


• Ruslan ✚


☾ rp en cours : ☾ Ambroise
☾ Ambroise
☾ Intrigue


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t199-ramona-zeman-there-was-a-time-i-wasn-t-brokenhttp://lrth.forumactif.com/t202-ramona-zeman-twinkle-twinkle-little-star
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   05.09.18 8:52

Au delà de toute espérance, elle avait osé poser la question. Elle avait osé croire en une réponse agréable ou du moins supportable. En vain. Les portes resteraient closes. Et de la façon dont il lui répondit, Ramona se renfrogna bien plus. Ambroise semblait accepter la captivité avec une facilité déconcertante. Cela stupéfiait la jeune vampire. A croire que le chat sauvage qu’il était d’ordinaire, s’était transformé en gros matou mielleux, sous prétexte d’un toit, d’un lit, et d’eau chaude comme il disait. On aurait rajouté un peu de pâtée que pour un peu il se mettrait à ronronner. Mais comment pouvait-il faire ? Comment cela était-il possible ? C’est tout juste si elle le reconnaissait. Par contre, elle… qu’elle supportait mal cet enfermement contraint et forcé ! Elle s’était faite interroger une première fois, au détour d’une balade dans la ville. Et maintenant, on lui disait que ces contrôles et cet enfermement était à durée illimitée. Mais quelle horreur. Oui une véritable horreur, quelque soit la compagnie… Ce à quoi elle lui répondit d’ailleurs par une grimace.
Ambroise était d’humeur taquine, au grand damne de la Tchèque, qui plus les jours passaient, plus se remontait comme un coucou.

« De toute façon, tu ne peux pas dire que tu n’aimes pas, si tu n’as pas essayé. »

Seigneur mais quelle idée ! Rien qu’à se visualiser un tel événement l’envie de vomir se fit réellement présente. Imaginer cette débauche de corps enchevêtrés dans une danse charnelle. Aux yeux et à la vue de tous. Avec des inconnus. Beurk, beurk et beurk ! Elle ne put retenir alors un frisson comme si des milliers d’araignées lui grimpaient dessus. Mais quelle horreur !
Elle finit toutefois par le rejoindre, dégageant ses jambes sans pitié et procéda à un échange peu honnête. Un verre de sang contre un alcool misérable. Trempant ses lèvres dans le verre, elle fut pour la énième fois surprise de la saveur délicieuse de ce liquide. Pourpre et chaud. Plus le temps passait, et plus la jeune femme se retrouvait en dualité avec elle même, entre son humanité et sa nature de vampire. Elle avait beau savoir, connaitre les significations de ce sang flottant dans cette coupe, d’être avertie de la façon dont il était prélevé ; elle avait beau être en complet désaccord avec cette barbarie, elle ne pouvait cependant qu’admettre une chose : bon dieu ce que c’était bon !
Ramona n’avait jamais succombé à la folie qui prend parfois les nouveaux nés. Le seul mortel qu’elle avait tué était son voisin direct, quelques nuits après qu’elle eut décidé de sortir de sa demeure. Elle avait par la suite réussit à s’isoler si bien du monde qu’aucun être vivant n’avait croisé sa route, jusqu’à ce qu’Ambroise lui mette la main dessus. Par la suite, son caractère déterminé, sa force mentale et la présence du viking, lui avait permit de toujours se maitriser, et par là même subir l’entrainement impitoyable du blond sans un mot. Alors, elle ne s’était nourrit que par nécessité, refusant obstinément et rejetant de tout son être sa nature vampirique. Toutefois, plus le temps passait, et moins elle ressentait ce besoin de délimiter les deux aspects de son être, comme en témoigna cette seconde gorgée qu’elle prit par plaisir, sans même s’en rendre compte. Une langue fugace passa sur ses lèvres tandis que son maitre renchérissait sur leur emprisonnement.
Elle leva les yeux au ciel, à la fois agacée et désespérée. Ils étaient donc coincés encore pour un moment dans cette maudite cité. Génial ! La Tchèque n’en pouvait plus d’arpenter la ville en long en large et en travers. Quant aux enjeux politiques liés à cette attaque, si elle en comprenait la portée, cela ne la concernait en rien et par conséquent elle s’en fichait… Oui, mademoiselle était comme cela, catégorique.

Soudain, Ambroise se plaignit de la mauvaise qualité de sa bouteille. Une nouvelle fois elle leva les yeux au ciel. Gna gna gna. Elle secoua la tête comme s’il était un parfait idiot, et accueillit sans même s’en apercevoir ses pieds sur ses genoux.
« Dans ce cas tu n’es pas obligé de boire. Nevděčný ! » Léger accent renaissant… Oui, c’était un ingrat ! Elle qui partageait son alcool avec lui. Elle but machinalement une nouvelle gorgée de sang. Aussitôt il en profita pour vanter la qualité des alcools de l’Oasis Pleasure. En réponse à ses paroles elle lui offrit une nouvelle grimace tout en contemplant la main qui s’agitait sous son nez, réclamant le verre de cristal. Elle le lui tendit puis l’observa avec une involontaire fascination le remplir de sang. Encore une fois, la jeune vampire en était inconsciente mais sa nature de vampire prenait de plus en plus le pas sur l’humaine, se fondant habilement au creux de son âme. L’animal, délicieusement obsédé par sa proie. Captivé par son repas. Et adroitement caché.

« C’est par fidélité ? »

Plait-il ? L’envoutement brisé elle releva la tête pour plonger son regard dans les yeux céruléen d’Ambroise. « Quoi donc ? » demanda-t-elle en fronçant les sourcils, cherchant de quoi il pouvait bien parler. Avait-elle manqué une phrase ? Elle chercha dans son esprit. Soudain la réponse lui vint, son visage s’éclaira sous la surprise puis elle fronça de nouveau les sourcils. « Ne sois pas ridicule ! » le gronda t-elle. « Petrik est mort il y a plus de 70 ans ! » Qu’il était donc stupide de penser une telle chose. On ne pouvait s’attacher à la mémoire de quelqu’un, à un vœu si longtemps. Voilà une idée qu’elle était saugrenue ! A croire que malgré son grand âge, Ambroise avait parfois des lacunes cérébrales. Le pauvre. Cette humaine avec qui il avait batifolé avait dû lui mettre un coup sur la tête. A moins que ce ne soit le batifolage en lui-même que le fasse régresser de la sorte. N’importe quoi. Soudain, elle dégagea de nouveau les jambes du vampire, et s’exclama.

« Bah ! Tu pues ! Va donc te laver petit porcin » Elle n’avait jamais bien intégré le terme de cochon en langue commune… Lorsqu’il se leva, elle ne perdit guère de temps pour lui prendre sa place. Enfin… lui prendre sa place, c’était elle qui y était installée en premier lieu. Elle se saisit ensuite de la bouteille d’alcool, l’ouvrit et en bu une gorgée. Pouah ! C’est vrai qu’il était dégueulasse ce truc ! Elle grimaça. Lorsqu’il revint, elle se leva et céda instinctivement sa place. Encore une fois.
Privilège de l’alpha…
Elle prit alors la fourrure qu’il lui tendait. Sans un mot elle caressa le pelage gris et apprécia la qualité de la toison. C’était une pièce magnifique. Un sourire admiratif et satisfait flotta sur ses lèvres. « C’est du loup ? » demanda-t-elle, en lui jetant un regard gratifiant. Elle passa alors la fourrure sur ses épaules et s’émerveilla de sa coupe et de sa douceur. Portant ensuite les doigts sur la broche pour mieux l’observer, elle ne put que noter la beauté et la qualité de l’ouvrage. « C’est magnifique. Merci. » Murmura-t-elle, parvenant difficilement à arracher ses yeux de ce précieux présent. Elle ne releva pas son commentaire. Sur l’amie dont il parlait. Ramona se doutait bien qu’avec l’âge qu’il avait, Ambroise avait forcément un passé et des connaissances qui lui échappait à elle, l’apprentie de tout juste un siècle. S’arrachant finalement à la contemplation du présent, elle déclara tout en ôtant sa fourrure.

« Moi aussi j’ai un truc pour toi ! » Aussitôt elle s’enfuit comme une tornade dans ses appartements et se mit à fouiller rageusement sur le lit. Elle revint enfin quelques secondes plus tard avec un petit objet métallique, qu’elle tendit à Ambroise comme une enfant. « J’ai trouvé ça en baladant dans les Halles. J’en ai prit un pour toi, et un pour Apolline. Je me suis dit que ça vous rappellerait un peu vos origines. » Entre ses doigts pendouillaient gracieusement deux bracelets d’argent, l’un plus fin que l’autre, et chacun finement ouvragé sur lequel plusieurs runes étaient gravées. Par Apolline, Ramona savait d’où le frère et la sœur étaient issus. Cette dernière ce languissait d’ailleurs beaucoup de sa Norvège natale, et la jeune vampire, avait cœur à faire plaisir à son amie, par de simples et modestes présents. En voyant ces deux bracelets, le petit et son grand frère, elle avait aussitôt pensé à Ambroise, se disant que ce bracelet aux symboles runiques irait parfaitement bien au poignet du Viking et rehausserait la noble allure de ce dernier…


In the darkness under the moon my doomed soul. ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Delacroix
vampire type 2
☾ âge : 32 ans - 500 ans.
☾ métier : chasseur de primes.
☾ créateur : Octave
☾ compétences : La traque et la capture. Le reste..
☾ arme fétiche : Une lance, d'abord, à deux lames. Viennent ensuite les épées, hâches et poignards.
☾ origines : Fin fond de la Norvège.
☾ statut : célibataire.


☾ avatar : travis fimmel
☾ dispo rp : 5/3
☾ couleur : #336699
☾ arrivée en enfer : 10/12/2017
☾ missives : 518
☾ doubleface : Emma Davis
☾ tickets : 1205
☾ crédits : SIGYN./tumblr.


☾ liens : - ramona
- apolline
- lucrezia
- victoria
- aydan
- megara
- magdalena
- adam

(...)


☾ rp en cours : - ramona
- aydan
- ramona
- aydan FB
- intrigue

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   28.09.18 9:30

La demoiselle avait toujours réponse à tout. La voilà à lui rétorquer qu’il n’avait qu’à s’abstenir sur la boisson. Il haussa les sourcils, et soupira avec un léger mépris à son tour. Les deux représentaient un joli tableau à cet instant. Ambroise ne rétorqua pas, sachant qu’elle trouverait une autre réponse à lui fournir et le débat serait sans fin. Depuis le temps, il savait très bien, pour ne pas dire parfaitement, comment se déroulait ce genre d’échange avec son apprentie, aussi têtue qu’une mule. Peut-être aurait-il dû lui acheter ça, pour se déplacer, plutôt qu’un cheval. L’idée le fit sourire alors qu’il la regardait siroter avec un plaisir non dissimulé, son verre de sang. La voilà à s’en abreuver telle une gourmandise. L’image était rare. Peut-être que la consommation dans un verre lui détournait l’attention, il n’y avait besoin d’aucun contrôle sur la prise, sur les gorgées, il suffisait de se resservir. Là était la différence qui devait certainement jouer et faire céder la Tchèque vers sa vraie nature. Le constat lui plaisait et bien évidemment, il se gardait de tout commentaire. Elle aurait été capable de ne plus retoucher au verre ensuite.
C’était à son tour de se nourrir, l’appel du sang toujours présent quoiqu’il arrive. Il posa alors une question, sans détour, laissant entrevoir sa curiosité à son sujet. Des décennies passées ensemble sans vouloir s’immiscer dans son passé. Pourtant ils étaient aussi proches qu’on pouvait l’être, sans rapporter les plaisirs de la chair dans leur relation. En étaient-ils ou non conscients, cela ne changeait rien. Ils étaient amis et confidents, compagnons de route, après être maître et apprentie. Le regard que lui porta Ramona traduisait de l’incompréhension, et elle insista en répondant par une autre question. Mais il n’ajouta rien, la laissant faire le rapprochement entre son comportement éloigné de toutes les tentations charnelles, et le seul homme qu’elle semblait avoir connu. S’il l’avait maintes fois taquinée sur son côté un peu trop sérieux et coincé, il ne s’était jusqu’alors pas posé la question de savoir pourquoi. Et peut-être avait-elle des raisons plus nobles que ce qu’il avait cru jusque là. Il put lire sur ses traits qu’elle venait de comprendre de quoi il parlait et il vit alors le changement de son expression. Sa première exclamation le surprit un peu à son tour, il ne s’attendait pas à ce qu’elle rétorque ainsi. Et lorsqu’elle justifia cela, il resta un instant silencieux, la sondant du regard, et constatant que le deuil de son mari était parfaitement fait. Ambroise avait pu rencontrer des centaines de vampires au cours de son existence. Et certains avaient perdu leur compagne, ou leur compagnon, en cours de route, au fil des siècles. Certains vouaient une fidélité sans limite à cet amour perdu ; l’âme sœur comme ils aimaient les appeler. Il ignorait s’ils avaient tous gardé l’esprit clair. Il haussa les épaules, reportant ses iris sur le verre de sang qu’il tenait dans sa main, il ajouta simplement : « Je cherche à comprendre. Tu es spéciale alors… », avant de boire une nouvelle gorgée du liquide épais.

Le commentaire suivant alors qu’elle vira ses jambes ne fut pas relevé ; depuis quand humait-elle l’air sans raison, celle-ci ? Et il ne puait pas. Le parfum peut-être, des effluves d’alcool… Mais ça ne devait pas la déranger outre mesure puisqu’elle en consommait juste avant qu’il ne rentre. Et un truc pas raffiné du tout, en plus de ça. Il alla simplement chercher les cadeaux pour son apprentie, et fit l’aller-retour, mais il put constater que l’immortelle avait repris sa place qu’elle quitta aussitôt en le voyant revenir. Il tendit les présents dans sa direction, sans plus de cérémonie. Elle avait besoin de pièces qui lui tiendraient chaud, et qui soient en bon état. Elle pourrait alors se débarrasser des fourrures abîmées. Une satisfaction le saisit en voyant l’air ravi qu’arboraient les traits de la brune, tandis qu’elle regardait avec précision et intérêt ce qu’elle tenait entre ses mains. « Du loup, oui. » Il l’observa passer la fourrure sur ses épaules et pensa soudainement à ce que lui avait dit Elizabeth. Les robes. Ambroise plissa légèrement les yeux en se demandant si c’était une bonne idée. « Tu l’as bien mérité, je te donnerai des tickets supplémentaires aussi, pour que tu ailles t’acheter ce que tu souhaites. Tu crois que tu aimerais porter des robes en voyage ? » Il capta aussitôt son regard et ajouta : « On m’a dit que ça pouvait être plus pratique qu’on ne le croit ; si tu en veux tu iras en acheter toi-même. » Nouveau haussement d’épaules alors qu’elle se levait à son tour, annonçant qu’elle avait elle aussi quelque chose à lui offrir. La curiosité le saisit ; Ramona aime trouver des objets et les ramener, parfois elle les lui offre lorsqu’elle imagine que cela peut lui plaire. Alors très souvent, il lui explique également la fonction initiale de l’objet, s’il est assez vieux pour qu’elle ne connaisse pas son utilisation. Toujours curieuse, elle semblait prendre plaisir à apprendre et imaginer les temps passés, et la façon dont la vie se déroulait. Nul doute qu’elle aurait su s’épanouir à l’époque où il avait évolué, les premiers temps. C’était d’ailleurs ce que Apolline avait souligné : si Ramona était si sérieuse, c’était simplement parce qu’elle n’avait connu que les temps durs. Elle n’avait pas eu le plaisir de goûter à la liberté dont ils avaient hérité avant la grande guerre. Et elle n’avait jamais connu l’effervescence au sein d’une ville où l’on cherche à s’amuser et faire la fête à outrance.

La Tchèque lui annonça qu’elle avait elle aussi quelque chose pour lui. Il fronça légèrement les sourcils, avant de la voir décamper en direction de sa chambre. Il resta le regard fixé sur la porte ouverte, se demandant ce qu’elle avait bien pu trouver cette fois-ci. Il la vit revenir bien plus calmement, regardant l’objet qu’elle tenait entre ses mains. Arrivée à sa hauteur, elle lui tendit alors deux bracelets ouvragés. Des runes étaient représentées, gravées dans le métal. Son esprit entama le déchiffrage aussitôt, replongé dans des vieux souvenirs, dans les vieilles traditions de ce village norvégien, village de pêcheurs et chasseurs, qu’il n’avait jamais revu depuis que l’immortalité lui avait été offerte. La voix de Ramona posait les mots justes ; en effet, ça le ramenait des siècles en arrière. Apolline serait certainement totalement ravie par ce cadeau, elle qui chérit tant leurs origines, les cultivant tant bien que mal. Un fin sourire étire les lèvres de Ambroise lorsqu’il relève le visage vers son apprentie. « Merci d’avoir pensé à nous. » À Sunniva et Eivind qui étaient autrefois humains. Il remonta sa manche, et fit passer le bracelet sur le côté, resserrant ensuite l’ouverture afin qu’il ne lui échappe pas. Avec ses bracelets de cuir, là pour le protéger, le bracelet d’argent s’accordait parfaitement. Il le fit doucement tourner, retournant à sa lecture des runes. « Est-ce qu’elle t’a appris à les lire ? » Il était au courant que Apolline lui avait appris à parler le norois, ce vieux langage qu’ils aimaient utiliser encore entre eux pour rester loin des oreilles indiscrètes et partager simplement leurs retrouvailles. Soudain, il se redressa : « Je vais aller prendre une douche avant de trop t’incommoder ; tiens, tu peux commencer à t’entraîner sur celui pour ma soeur, et je te ferai la traduction exacte ensuite. » Il partit dans ses appartements, se glissa dans la douche, savourant la chaleur de l’eau sur son corps froid. Juste le temps de se délasser, avant d’enfiler des vêtements propres et de retourner auprès de son apprentie, qui avait le nez penché sur le bracelet, et le verre de sang à la main. La vision le fit sourire. « Alors, qu’as-tu reconnu ou deviné ? »


...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona   

Revenir en haut Aller en bas
 
Boring time, stupid guy, same thing ☾ Ambroise && Ramona
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: new abbotsford : la cité intérieure :: Tower Island :: Haute-Cour :: Bâtiments des invités-
Sauter vers: