AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Maintenance prévue vendredi 28 septembre. Nouveau design et chapitre 2 !


Partagez | 
  Le privilège de la damnation | Ft. LucreziaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magdalena Squibb
vampire type 3
☾ âge : 378 ans
☾ surnom : Lena
☾ métier : Responsable de l'approvisionnement de la nourriture humaine.
☾ compétences : L'écriture et les poèmes... (ainsi que la médecine moléculaire, parce que je ne suis pas une Squibb pour rien).
☾ arme fétiche : Dague à lame ondulée
☾ origines : Américaine et Suédoise
☾ statut : Célibataire endurcie


☾ avatar : Sophie Turner
☾ dispo rp : Oui
☾ arrivée en enfer : 07/02/2018
☾ missives : 299
☾ tickets : 744
☾ crédits : midnight blues (Avatar)


☾ liens : .
- Lucrezia Darras : Mère vampirique
- Aydan E. Lovelace : Ancêtre direct
- Heathcliff Godfrey : Fils illégitime
- Travis Grant : Ex-Patron
- Lyn Hawkins : Curiosité/Attirance

☾ rp en cours : .
- Lucrezia

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le privilège de la damnation | Ft. Lucrezia   11.02.18 21:28



"Le privilège de la damnation"

Un passé lointain, Pour un futur sans lendemain... - Lena



    Je me rappelle la première fois que je suis arrivée à la cité, enchaînée comme une bête destinée aux spectacles. Tirée pathétiquement par un homme qui voulait montrer à tous sa nouvelle prise, je fus humiliée devant la foule jusqu'à arrivée aux pieds de celle qui avait envoyé ce chasseur. Sale et médiocrement vêtue. Un souvenir qui me colle à la peau à chaque fois que je franchis les murs de la tour. Voilà qu'aujourd'hui j'étais convoquée par la reine, qu'est-ce qu'elle me voulait ? Ce n'était jamais vraiment rassurant ou plaisant d'être convoquée par Lucrezia, même si généralement c'est pour lui faire un rapport de la tenue de la réserve contenant la nourriture humaine. Celle-ci fut autrefois la cible de forme de vie qui en détériorerait la pièce en plus de s'en prendre aux aliments destinée aux humains. Rénover pour instaurer une plus grande sécurité tout en améliorant l'atmosphère qui préserverait la fraîcheur et la durée de vie des aliments est nécessaire. Seulement pour cela, je dois souvent convaincre la reine de me fournir les fonds pour les potentielles rénovations, d'où les rapports.
    Mais aujourd'hui, il n'y a pas de raison pour que je sois convoquée si soudainement par cette dernière et c'est ce qui m'inquiétait. Elle n'a même pas donné de raison ce qui lui ressemble bien, cette suffisance a toujours su créer en moi une grande frustration. Est-ce qu'elle aurait trouvé mes manuscrits ? Cela fait depuis peu que j'ai écrit des récits romanesques, mais j'ai toujours gardé cet aspect de ma non-vie secrète. Du coup, c'est évidemment peu probable que ça tourne aujourd'hui autour de mes fantaisies littéraires. L'anxiété grandit tandis que je parcours les couloirs de la tour, ne prêtant à peine attention aux regards sombres des quelques habitants. J'étais comme toujours vêtue d'un vêtement présentable, parce que quand on se présente devant la reine, il faut au moins être digne de sa présence... Du moins c'est ce que j'ai dû apprendre au fil des années. Parce qu'en effet, je n'ai pas toujours été aussi docile.

    Mes premiers mois à New Abbotsford, j'avais tenté de fuir la cité à de nombreuses reprises. J'avais toujours le souvenir d'une Lucrezia qui me maltraitait et je ne tenais pas à lui laisser l'occasion de recommencer. Au point qu'au début on n'avait même pas vraiment cherché à me retirer les chaînes avec lesquelles j'étais arrivée. Mais cela ne dura pas bien longtemps, car la reine savait s'y prendre pour rendre votre éternité aussi terrible que celui que vous pourriez passer en enfer. Du coup, il est vrai que depuis je me plie à ses exigences en gardant pour moi ma rancœur. Alors, comme il se doit j'étais présentable pour me présenter à elle. Je ne préfère pas lui donner une occasion de me punir encore et encore par plaisir, je pense être devenue un peu plus maligne que ça. Une légère sensation monte en moi alors que je me rapprochais des quartiers de Lucrezia, celui du lien qui nous unit devenant toujours plus fort à chacun de mes pas. Je sers les dents quand je repense que c'est à cause de ce même lien qui m'empêche toutes intentions néfastes contre elle.
    J'aurais beau imaginer toutes les situations possibles pour venger ma famille ; comme lui asséné un bon coup de lame en direction de sa nuque. Sauf que quand je m'approche d'elle, bah... je ressens beaucoup trop de sentiments contradictoires. Forcément, cela fait donc bien longtemps que j'ai renoncé à l'idée de l'attaquer moi-même. C'est tellement une perte de temps, puisque peu importe la force de ma volonté, elle est tout de suite démolie par mes émotions vampiriques.

    Je m'arrête vers l'un des rares points où la vue sur la cité est tout simplement sublime. Je ne peux m'empêcher d'en être émerveillée. D'ici, on a l'impression que le monde ne nous atteint plus, en plus d'avoir l'impression qu'on peut presque voir au-delà des murs de la cité. Voilà donc le privilège des anciens, je parie qu'ils se préoccupent à peine de la beauté du paysage. Ils ont bien mieux à faire comme préparer des orgies. Cette injustice me dégoûte... Je reprends mon chemin peu après avoir vérifié sur mon reflet que ma tresse était toujours bien serrée et bien positionnée. Puis lorsque j'arrive enfin vers les quartiers de la reine, je l'aperçois. Un loup solitaire dont je n'oublierai jamais le visage, ni même l'odeur. Alors, la colère monte soudainement en moi et si mon cœur pouvait de nouveau battre, il battrait si vite et si fort qu'il en sortirait de ma poitrine. Ambroise, le chien qui m'a condamné à subir Lucrezia en me livrant de nouveau à elle.
    Je m'appuie légèrement contre le mur, songeant à faire demi-tour. Je ne veux pas le voir, je ne veux pas qu'il me voit. Pour la première fois depuis longtemps, je n'arrive pas à rester de marbre, mon visage étant le portrait de ma propre colère. Je fais finalement demi-tour, quand soudain c'est la reine elle-même qui me barre le chemin. Je ne l'ai même pas senti arriver dans mon dos. Je tente sans succès de cacher mon expression faciale, quand bien même j'aurais réussi, mes mains tremblantes de rage m'auraient trahi. « Je... je pensais que vous étiez dans vos quartiers. » Dis-je alors, toujours surprise de la voir apparaître ainsi derrière moi.



Code by Sleepy




LENA
© FRIMELDA

Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Darras
reine de newabbotsford
« the world changes, we do not, therein lies the irony that kills us. »


☾ âge : 17 ans - 684 ans
☾ créateur : Yulian
☾ infants : .
• Magdalena
• toi ?
☾ esclaves : .
• Brona : femme de chambre
• Matthew : secrétaire
• Philip : coursier
• Telma : responsable des toilettes
• toi ?
☾ arme fétiche : une dague dotée d'un saphir incrusté dans le manche que son défunt mari avait fait faire spécialement pour elle.
☾ origines : elle se sait italienne, mais a vécu tellement de vies qu'elle ne sait plus si ce pays la caractérise vraiment.
☾ statut : veuve


☾ avatar : emilia clarke
☾ dispo rp : non
☾ couleur : darkcyan
☾ arrivée en enfer : 08/12/2017
☾ missives : 2136
☾ doubleface : blake le p'ti sauvage
☾ tickets : 1487
☾ crédits : lux aeterna


☾ liens : .
☾ VAMPIRES ☾
• Adam
• Ambroise
• Apolline
• Dimitri
• Erik
• Kali
• Kaspian
• Magdalena
• Megara
• Lyuba
• Rose
• Travis
• Victoria
• Yulian

☼ HUMAINS ☼
• Matthew
• Telma


avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://lrth.forumactif.com/t30-lucrezia-darras-en-courshttp://lrth.forumactif.com/t54-lucrezia-darras-the-killing-of-pain
MessageSujet: Re: Le privilège de la damnation | Ft. Lucrezia   24.05.18 13:23


LE PRIVILÈGE DE LA DAMNATION


La lune était haute et dehors on pouvait entendre le vent se déchaîner contre les parois de la Tour. Ambroise Delacroix était arrivé il y a quelques heures, accompagné de cette jeune vampire au regard fuyant et à l'allure fragile. Mais Lucrezia préférait ne pas sous-estimer la nouvelle apprentie de ce colosse venu d'ailleurs, elle connaissait ses compétences qui laissaient imaginer un niveau d’exigence élevé. Dès qu'elle eut été prévenue de leur arrivée, elle envoya Philip apporter une missive à cette chère Magdalena sans information capitale, sinon celle de la rejoindre au plus vite. Nul doute que les cauchemars les plus sombres de cette dernière étaient sans doute encore peuplés des yeux perçant du solitaire.

L'entretien avec ses visiteurs fut bref, leurs habits étaient froissés, tâchés et leurs visages pourtant marqués par l'immortalité, laissaient apparaître les traces d'un long périple. Lucrezia avait donc préféré écourter les retrouvailles, les laissant aller vers leurs quartiers se rafraîchir, se nourrir et se reposer. Sans doute qu’elle proposerait à Ambroise de la rejoindre plus tard...

Guidée par son instinct, Lucrezia marcha silencieusement le long du couloir menant à son bureau avant de tomber sur une Magdalena pétrifiée. Restant à bonne distance, elle attendit patiemment que celle-ci la repère, se rendant compte à quel point elle ne savait même pas se servir de ses sens au point de ne pas sentir que sa génitrice se trouvait à seulement quelques mètres d’elle. Un relent de mépris submergea cette dernière, étouffant complètement la joie malsaine qu’elle se faisait de confronter la rouquine à son bourreau.

Lorsque la crétine vit enfin Lucrezia, elle sembla à la fois surprise et furieuse. « Je... je pensais que vous étiez dans vos quartiers. » Son excuse décrocha un sourire moqueur à la reine. « Je suis dans mes quartiers, Magdalena... » Le ton utilisé était calme et pourtant laissait paraître une pointe de dédain. Tout ici lui appartenait, la moindre pierre composant les murs jusqu’aux deux billes d’un bleu fade qui la scrutaient actuellement.

La Reine de la cité fit quelques pas afin de briser la distance qui la séparait de son infant. Quiconque serait passé par là aurait pu penser que la discussion était amicale. La position du corps de Lucrezia, légèrement penché vers Magdalena aurait pu laisser imaginer une envie de la protéger. La main qu’elle posa sur son épaule et le regard fixé au sien, montraient confiance et soutient. Et pourtant la cruauté qu’on pu lire au fond des yeux de l’une et la méfiance qui figurait dans les yeux de l’autre ne laissaient aucun doute. « Je savais que revoir ton ancien ami raviverait des souvenirs forts plaisants. » Un sourire presque carnassier s’afficha sur le visage de la reine, transformant quelque peu ses traits. « J’espère que mon attention te touche » La colère qui émanait de la rouquine insuffla un plaisir malsain à Lucrezia.

A chaque fois que cette dernière croisait le regard de Magdalena, une douleur foudroyante compressait sa poitrine. Peut-être aurait-elle pu un jour lui pardonner d’être une Squibb, lui pardonner la mort de Louis, mais la rancœur qu’elle éprouvait pour elle n’avait fait que se renforcer suite à sa fuite. Ce lien puissant et ces sentiments incontrôlables, Lucrezia avait préféré s’en servir comme combustible à sa haine. Il était bien plus naturel de la haïr que de l’aimer. « Que penses-tu si je t'incombe d'une tâche supplémentaire ? On m'a raconté que tu passais ton temps à rêvasser, j'en conclus que ce n'est certainement pas le temps qui te manque.. » Lucrezia mit un peu de distance entre elles et se tourna vers une fenêtre située à quelques pas. Son regard se perdit un instant avant de revenir vers celui de Magdalena, attendant une réaction avant de lui exposer son idée.



   
WITH THE MOON I RUN
far from the carnage of the fiery sun

© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Magdalena Squibb
vampire type 3
☾ âge : 378 ans
☾ surnom : Lena
☾ métier : Responsable de l'approvisionnement de la nourriture humaine.
☾ compétences : L'écriture et les poèmes... (ainsi que la médecine moléculaire, parce que je ne suis pas une Squibb pour rien).
☾ arme fétiche : Dague à lame ondulée
☾ origines : Américaine et Suédoise
☾ statut : Célibataire endurcie


☾ avatar : Sophie Turner
☾ dispo rp : Oui
☾ arrivée en enfer : 07/02/2018
☾ missives : 299
☾ tickets : 744
☾ crédits : midnight blues (Avatar)


☾ liens : .
- Lucrezia Darras : Mère vampirique
- Aydan E. Lovelace : Ancêtre direct
- Heathcliff Godfrey : Fils illégitime
- Travis Grant : Ex-Patron
- Lyn Hawkins : Curiosité/Attirance

☾ rp en cours : .
- Lucrezia

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le privilège de la damnation | Ft. Lucrezia   25.05.18 16:35



"Le privilège de la damnation"

Un passé lointain, Pour un futur sans lendemain... - Lena



    Je ne l'ai pas sentie à cause de mes émotions me dévorant comme une simple proie sans défense, m'aveuglant de cette rage gangrenant mon coeur comme un vicieux parasite. Elle se tenait là, désormais en face de moi sans savoir depuis combien de temps. Je serre légèrement la mâchoire, je n'aime tellement pas me tenir à ses côtés tant c'est toujours très éprouvant psychologiquement parlant. La réponse qu'elle me rétorque, crée en moi un sentiment de mépris. Elle sait ce que je voulais dire par ses quartiers, pourquoi faut-il qu'elle ressente le besoin de me rappeler que tout ici lui appartient... Tout, même moi. Je suis un vampire et pourtant, je suis bien plus limitée que les humains. En fait, je suis esclave et prisonnière là où eux sont libres de quitter la cité sans avoir le droit d'y revenir. Je n'ai même pas le droit de quitter cette cité, on m'a forcé à vivre ici... Traquée par ce chien plein de puce non loin de nous.
    « Bien évidemment, ma reine. » Le ton trahit largement une colère refoulée de même que mon regard fuyant. Il était hors de question que je croise ses yeux qui ne cachent même pas sa cruauté, comment peut-elle avoir autant de haine même après autant de siècles passés. J'aimerais qu'un jour elle me regarde comme elle regarde Victoria ou bien Megara... Qu... Qu'est-ce que je raconte ? Voilà que je commence à perdre l'esprit, mes pensées ne sont même plus les miennes. La main qu'elle pose sur mon épaule me semble désagréablement lourde, comme une ancre qui m'accroche au sol. Ce n'est pas l'envie d'écarter mon épaule qui me démange à cet instant même... Cependant, je préfère avoir la jugeote de ne pas commettre cet outrage tant que cette femme est encore de bonnes humeurs. Tel une prédatrice, elle n'attend que ça que je baisse ma garde pour mieux m'enlacer le cou et m'étouffer lentement.

    Et pendant que j'écoute la raison pour laquelle elle m'a fait en partie convoquer à la tour, par réflexe je place mes mains pour cacher le tremblement nerveux de l'une d'elles. « C'est fort aimable de votre part, ma reine. » Vas te faire bien foutre par ton Matt chéri et bien profondément... Je ressens réellement un profond dégoût envers sa putain de haine qui me semble affreusement injuste. Une haine que je n'ai jamais vraiment compris tant cette femme s'évertue à l'entretenir. Déjà je ne comprends même pas la raison pour laquelle elle a fait de moi son infant. Est-ce qu'elle voulait que je sois dégoûtée du fait que son sang, la raison de mon immortalité, circule dans mes veines ? Pourquoi vouloir me garder, moi la raison de sa haine auprès d'elle ? Certes, me tenir à ses côtés, elle, le monstre qui a massacré ma famille sans pouvoir faire quoi ce soit à son égard par vengeance, est tout simplement un enfer pour moi... Mais pourquoi s'efforce-t-elle de supporter ma présence et mes caprices. Elle est complètement malade. Peut-être que ma famille a dû perturber ses neurones plus que je veux bien le croire.
    Me tuer la libérait d'un grand fardeau en elle. Ne nous voilons pas la face, ma présence est clairement une torture pour elle... Donc qu'est-ce qu'elle essaye de prouver si ce n'est qu'elle n'est qu'une idiote au final ? Quand je la vois, j'ai l'image du flic qui menotte son prisonnier à lui pour le priver de sa liberté, mais en réalité il se prive aussi de la sienne vu qu'il est lié à son prisonnier. Lucrezia finit par s'éloigne de moi, me libérant du poids de sa main. Cependant, je me sentais toujours piégée sur place, il était évident que je ne pouvais pas partir maintenant, notre discussion ne semblait pas terminée. J'aurais presque préféré qu'elle m'ait convoqué juste pour que je puisse voir Ambroise, au moins notre entrevue aura été bien plus courte. Je réfléchis un instant à sa dernière phrase prenant au passage une grande inspiration, je sentais que j'aurais besoin de force et de volonté pour ce qui suivrait.

     « Est-ce que la reine me demande vraiment ce que j'en pense, ou c'est une simple question rhétorique ? » De très mauvais goût... Comme si j'avais le choix, elle ne me demande pas mon avis d'habitude en quoi aujourd'hui ça va changer. « Que dois-je faire ? » Les mots sortent alors qu'un souvenir d'un lointain passé ressurgit, la question étant identique à celle que j'avais posé à mon père. Je me revois encore à ses côtés, livre entre les mains, tentant de résoudre un problème biologique... Je lui avais posé la question afin de savoir comment je devais procéder pour résoudre le problème à sa question. Je me rappelle encore la joie que j'ai eue en ayant trouvé la réponse sa question après des heures et des jours de recherche. Comment guérir une cellule à partir d'une certaine bactérie intemporelle ? Si j'avais su à l'époque où allait m'emmener cette question, je n'y aurais jamais répondu.



Code by Sleepy




LENA
© FRIMELDA

Aydan qui se prend un vent par Izaak, Travis et Victoria ICI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le privilège de la damnation | Ft. Lucrezia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le privilège de la damnation | Ft. Lucrezia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ L.R.T.H ☾ :: new abbotsford : la cité intérieure :: Tower Island :: Tour-
Sauter vers: